FANDOM


--[Field]                              [Type]
--Type                                 String
--Description                          String
--Civilopedia                          String
--CivilopediaTag                       String
--Strategy                             String
--Playable                            Boolean
--AIPlayable                          Boolean
--ShortDescription                     String
--Adjective                            String
--DefaultPlayerColor                   String
--ArtDefineTag                         String
--ArtStyleType                         String
--ArtStyleSuffix                       String
--ArtStylePrefix                       String
--DerivativeCiv                        String
--PortraitIndex                         Int64
--IconAtlas                            String
--AlphaIconAtlas                       String
--MapImage                             String
--DawnOfManQuote                       String
--DawnOfManImage                       String
--DawnOfManAudio                       String
--PackageID                            String
--SoundtrackTag                        String
 
local data ={
 
CIVILIZATION_AMERICA={
Type="CIVILIZATION_AMERICA";
Description=[=[Empire américain]=];
CivilopediaTag={
FACTOID_HEADING = [=[États-Unis - Le saviez-vous ?]=];
FACTOID_TEXT = [=[Juillet 1969 : des astronautes américains alunissent, offrant à l'humanité l'un de ses évènements scientifiques les plus mémorables.]=];
HEADING_1 = [=[Histoire]=];
HEADING_10 = [=[La guerre de Sécession]=];
HEADING_11 = [=[Westward Ho]=];
HEADING_12 = [=[Début du XXe siècle - Quand le monde s'en mêle...]=];
HEADING_13 = [=[La Grande dépression]=];
HEADING_14 = [=[Deuxième Guerre mondiale]=];
HEADING_15 = [=[Les États-Unis et la guerre]=];
HEADING_16 = [=[Les États-Unis de la deuxième moitié du XXe siècle]=];
HEADING_17 = [=[La guerre froide]=];
HEADING_18 = [=[En guerre contre le terrorisme]=];
HEADING_19 = [=[Les États-Unis et l'avenir]=];
HEADING_2 = [=[Géographie et climat]=];
HEADING_3 = [=[Les Amérindiens]=];
HEADING_4 = [=[L'arrivée des Européens]=];
HEADING_5 = [=[La Révolution américaine]=];
HEADING_6 = [=[George Washington]=];
HEADING_7 = [=[Vente de la Louisiane]=];
HEADING_8 = [=[Guerre de 1812]=];
HEADING_9 = [=[Guerre américano-mexicaine]=];
TEXT_1 = [=[Les États-Unis d'Amérique constituent une superpuissance mondiale (ce qui, en substance, signifie qu'ils possèdent des armes capables de détruire tout ce qui se trouve à la surface du globe). Nation relativement jeune, les États-Unis furent fondés au XVIIIe siècle, manquèrent de s'autodétruire au XIXe, et devinrent la civilisation la plus puissante, la plus avancée, et culturellement et économiquement la plus influente du XXe. Qui sait ce qu'il adviendra d'elle au XXIe siècle ?]=];
TEXT_10 = [=[Au cours du XVIIIe siècle, les États-Unis se retrouvèrent schématiquement divisés entre les États esclavagistes du sud et les États libres du nord. Le sud, reposant sur une économie agricole, profitait de la gratuité du travail des esclaves pour exploiter ses champs. Les esclaves étaient bien moins utiles au nord dont l'industrie florissante bénéficiait d'énormément de main-d'œuvre bon marché venue d'Europe. Au fil du temps, l'esclavage se trouva à ce point inscrit dans la vie des sudistes que nombre d'entre eux trouvèrent le concept même d'abolition odieux, inconcevable, et (selon une interprétation particulièrement retorse de la Bible) le considérèrent comme un grave péché. De la même façon, bon nombre de citoyens nordistes haïssaient l'esclavage qu'ils dénonçaient comme une pratique proprement infamante ; le péché originel du pays. Il semble important de souligner que nombreux étaient ceux qui, au sud, considéraient la question d'un point de vue purement fédéral. En d'autres termes, ils estimaient que le gouvernement n'avait aucunement le droit de se mêler de la gestion interne d'un État. Cela dit, c'est bel et bien l'esclavage qui mit le feu à ce baril de poudre. \r\n \r\nDès les années 1850, la situation était devenue explosive : d'importantes tensions opposaient le nord et le sud, et l'élection du candidat Abraham Lincoln, antiesclavagiste modéré, en 1860, déclencha une série d'évènements qui provoquèrent la sécession des États sudistes, et précipitèrent les États-Unis dans la guerre civile. \r\n \r\nLa guerre fut très mal engagée pour l'Union (le nord). Les rebelles (le sud), possédaient une tradition militaire plus forte : la plupart des meilleurs officiers du pays étant originaires du sud, ils préférèrent, quels qu'aient pu être leurs sentiments par rapport à cette guerre, lutter du côté des confédérés pour protéger leur foyer et leur famille. De plus, les sudistes se concentraient sur la défense de leurs États ; or, il est beaucoup plus compliqué pour une armée inexpérimentée d'attaquer que de se défendre (l'inexpérience étant, alors, l'apanage des deux camps). \r\n \r\nSi la majorité des citoyens des États-Unis pensèrent que le conflit prendrait fin après une bataille massive, tous se fourvoyèrent grandement. La première bataille d'importance (Bull Run) fut perdue par l'Union, mais le sud ne parvint pas à profiter de cette victoire. Il s'en suivit quatre années d'affrontements de plus en plus violents à travers tout le pays. Malgré ses victoires, le sud ne parvint pas à briser le moral des nordistes (notamment celui du président Lincoln), et à mesure que la guerre continuait, les généraux unionistes acquerraient de l'expérience au combat. Peu à peu, le nord, soutenu par des effectifs croissants et une industrie puissante, commença à dominer les champs de bataille. En 1865, la capitale des confédérés tomba, entraînant, peu de temps après, la reddition des armées sudistes. Le président fut assassiné en avril 1865, peu après la chute du sud. \r\n \r\nLa guerre eut nombre de répercussions sur les États-Unis, dont la plus importante fut l'abolition de l'esclavage sur le territoire entier. Malheureusement pour la population noire, ce qu'elle avait gagné de cette réforme radicale s'étiola peu à peu après guerre, durant la période de reconstruction et, au cours du XIXe siècle, les Afro-Américains ne bénéficièrent jamais de l'égalité humaine qui leur était due. Au mieux, ils n'étaient plus considérés comme des marchandises que l'on pouvait vendre et acheter comme de simples têtes de bétail.]=];
TEXT_11 = [=[Le reste du XIXe siècle vit une migration massive des citoyens américains vers l'ouest, ces derniers s'installant dans les vastes plaines du Midwest et le long de la côte pacifique. Sur leur passage, au travers des steppes, des montagnes et des villes, les ingénieurs américains firent construire des voies ferrées. Peu à peu, les Amérindiens furent poussés à vivre dans des portions de plus en plus petites des terres les plus hostiles. Mus par une détermination inébranlable face à la mort, ils luttèrent pour leur survie dans des circonstances incroyablement difficiles. Les immigrants continuèrent à arriver en nombre des quatre coins du monde, cherchant à récupérer une part du rêve américain (et, pour beaucoup, y parvenant). \r\n \r\nA la fin du XIXe siècle, les États-Unis s'engagèrent dans un nouveau conflit territorial, cette fois contre un "empire" espagnol alors moribond. Exaltés par le chauvinisme hurlant de journalistes sensationnalistes ("journalistes jaunes") comme William Randolph Hearst, les États-Unis défirent rapidement les forces armées espagnoles, annexant ainsi les Philippines, Guam et Porto Rico. L'Espagne perdit plus tard l'île de Cuba qui, après une courte période de protectorat étasunien, gagna son indépendance.]=];
TEXT_12 = [=[Si la puissance économique et industrielle des États-Unis florissait, ce n'était nullement le cas de son armée. En effet, si les Américains possédaient des troupes navales et terrestres suffisamment nombreuses pour vaincre l'Espagne (et dissuader le Canada et le Mexique de s'attaquer à eux), il ne s'agissait pas pour autant d'une armée d'envergure mondiale ; principalement parce que la défense du pays dépendait du contrôle des océans Pacifique et Atlantique, domaines quasi exclusifs de la marine britannique. \r\n \r\nLorsque les Européens s'empêtrèrent dans la Première Guerre mondiale, la majeure partie des Américains ne voulut pas prendre part au conflit (le fait est que nombre d'immigrants avaient justement quitté l'Europe pour échapper aux guerres incessantes qui l'agitaient). Les Américains étaient originaires de tous les pays du Vieux continent, et notamment d'Allemagne, d'Autriche, de France, d'Italie, de Russie et du Royaume-Uni : en résumé, quel que soit le camp que les États-Unis rallieraient, ils s'apprêtaient à combattre les proches d'une partie de ses citoyens. Faisant fi des ressentis individuels de ses politiciens, le gouvernement américain se déclara neutre. \r\n \r\nEn vérité, la neutralité américaine servit considérablement les intérêts des Français et des Britanniques, en cela que la domination maritime de ces derniers impliquait que les États-Unis ne pouvaient commercer qu'avec leurs alliés. Cet état de fait fut largement préjudiciable aux Allemands qui, pour remporter la victoire, devaient impérativement couper les lignes de ravitaillement britanniques. En 1917, un U-boot (sous-marin) allemand coula le paquebot transatlantique RMS Lusitania, et l'Allemagne déclara qu'elle détruirait systématiquement tous navires non combattants à portée de ses submersibles. Cette décision motiva l'entrée en guerre des États-Unis contre l'Allemagne et ses alliés peu de temps après. \r\n \r\nAu début de la guerre, les États-Unis ne possédaient qu'une petite armée professionnelle, mais en 1918, l'American Expeditionary Force (corps expéditionnaire américain) comptait en Europe plus d'un million d'hommes. Cette arrivée massive de soldats en excellente condition physique fit une différence décisive sur le champ de bataille comme sur le moral ennemi. La guerre fut terminée à la fin de l'année. Durant sa brève mobilisation en France, l'AEF subit de lourdes pertes, dénombrant 50 000 morts et 300 000 blessés. \r\n \r\nAprès la guerre, le président américain Woodrow Wilson tenta activement de promouvoir la paix, et proposa la création d'une Société des Nations. Mais l'Europe était trop occupée à imposer de lourdes sanctions aux vaincus (attitude compréhensible, au vu des lourdes pertes qu'elle avait subies durant le conflit, mais peu propice à un futur rassemblement des nations mondiales). En conséquence, l'opinion publique américaine décida de s'opposer à l'Europe, et notamment à toute intervention militaire ultérieure sur son territoire. Une décision qui, deux décennies plus tard, allait avoir de terribles conséquences.]=];
TEXT_13 = [=[La bien nommée "Grande dépression" fut effectivement tout ce qu'il y avait de plus déprimant et sera, par conséquent, traitée ici le plus succinctement possible. Cet évènement majeur, provoqué par le krach boursier étasunien d'octobre 1929, se répandit rapidement aux quatre coins du pays, puis du monde. Les banques s'effondrèrent, le chômage aux États-Unis augmenta de 25% et la valeur des produits agricoles chuta de 60%. Dans toutes les grandes villes, les citoyens faisaient la queue pour acheter une miche de pain. La Grande dépression dura plusieurs années. Si l'économie américaine commença à repartir dans les années 30, elle ne fut définitivement sur pied qu'à l'approche de la Deuxième Guerre mondiale.]=];
TEXT_14 = [=[Durant la Grande dépression, le fascisme devint de plus en plus populaire à travers le monde, et particulièrement en Europe. Benito Mussolini accéda au pouvoir en Italie, Francisco Franco en Espagne, et Adolf Hitler en Allemagne. Affligées par la Première Guerre mondiale, puis par la Grande dépression, et distraites par leur peur excessive du communisme, les démocraties regardèrent sans réagir l'Allemagne reconstruire son armée, sa marine et ses forces aériennes, puis annexer les nations moins puissantes qui l'entouraient. Ce n'est que lorsque l'Allemagne (et l'Union soviétique) envahirent la Pologne en 1939 que la France et le Royaume-Uni lui déclarèrent la guerre. Au même moment, les Japonais meurtrissaient la Chine et menaçaient les intérêts européens dans le Pacifique. \r\n \r\nL'isolationnisme poussa les États-Unis à rester "neutres" de 1940 à 1941, période durant laquelle la France fut envahie par les nazis, et les troupes allemandes lancées sur le territoire soviétique. Cependant, comme cela avait été le cas durant la Première Guerre mondiale, la neutralité américaine était toujours aussi favorable aux Britanniques qui contrôlaient l'Atlantique. Le président Franklin Roosevelt leva une armée le plus rapidement possible, tout en essayant de convaincre l'opinion publique de l'importance d'une intervention militaire contre l'Allemagne. Dans le Pacifique, un embargo américain sur le pétrole importé par le Japon fut, au-delà du coup dur économique et militaire qu'il représentait, considéré par le pays du Soleil levant comme une profonde insulte : en réponse à l'affront et à la pression de plus en plus importante imposés par les Américains, les Japonais se lancèrent dans l'une des bévues politiques et militaires les plus terribles de l'Histoire moderne. \r\n \r\nLe 7 décembre 1941, les Japonais bombardèrent la flotte américaine à Pearl Harbor, dans le territoire américain d'Hawaï. Si de nombreux navires de guerre furent détruits pendant l'assaut, les porte-avions, alors absents du port, furent épargnés. Cela aura une importance capitale dans la guerre pour le contrôle du Pacifique. \r\n \r\nPeu de temps après Pearl Harbor, l'Allemagne déclara à son tour la guerre aux États-Unis. Ce fut, là encore, une erreur colossale, puisqu'elle donna aux Américains une raison d'intervenir massivement en Europe, chose que le président Roosevelt n'aurait probablement jamais réussi à imposer au peuple dont le ressentiment était alors entièrement focalisé sur l'ennemi japonais.]=];
TEXT_15 = [=[La Deuxième Guerre mondiale représenta un défi militaire, industriel et politique incroyablement complexe pour les États-Unis. Bien qu'ils eussent constitué leur armée pendant quelques années, cette dernière n'était pas encore prête dans bien des domaines : effectifs, armement, navires, avions, chars, etc. Le gouvernement devait trouver un équilibre entre le nombre d'hommes mobilisés, et le nombre d'ouvriers nécessaires à la fabrication des armes et des véhicules militaires pour la nation et ses alliés européens. \r\n \r\nDe plus, les États-Unis devaient maintenir une alliance fébrile avec la Grande-Bretagne, ses possessions et l'Union soviétique, chacune desquelles possédait des objectifs politiques et militaires différents. Ce fut notamment extrêmement difficile, en raison de la lutte impitoyable que les États-Unis et la Grande-Bretagne livraient depuis quelque temps contre le communisme et l'URSS. \r\n \r\nAu final, cette armée manquant de préparation dut affronter de concert deux terribles ennemis : la terrible marine japonaise, et la redoutable armée allemande. \r\n \r\nLes États-Unis entrèrent en guerre, mais de façon exclusivement défensive. La marine japonaise s'empara de bases alliées dans le Pacifique, se rapprochant plus que jamais de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande. \r\n \r\nLes U-boots allemands détruisirent des centaines de milliers de tonnes de marchandises alliées dans l'Atlantique, affamant la Grande-Bretagne, la poussant presque à capituler. Mais la colossale industrie américaine entra en scène, construisant navires de guerre, avions et chars à un rythme effréné. De plus en plus expérimentée au fil des combats et apprenant de ses erreurs passées, l'armée étasunienne soutenue par ses alliés stoppa l'ennemi sur tous les fronts. En 1942, les États-Unis combattaient en Afrique du Nord et dans tout le Pacifique. \r\n \r\nEn 1944, les troupes américaines et britanniques débarquèrent en France, et, prise entre ces nouveaux périls et le mastodonte russe venu de l'est, l'Allemagne s'effondra en 1945. Le Japon tint encore plusieurs mois, menant de nombreux combats d'arrière-garde dans le Pacifique, jusqu'à ce que les États-Unis lâchent des bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki.]=];
TEXT_16 = [=[Les États-Unis tirèrent deux leçons majeures des Première et Deuxième Guerres mondiales. Tout d'abord, ils comprirent qu'ils avaient eu tort d'ignorer le reste du monde. Il apparaissait désormais clair que si les océans Pacifique et Atlantique assuraient au territoire américain une sécurité de fer, cette dernière était également dépendante des évènements mondiaux. De plus, ils avaient besoin de marchés étrangers pour vendre leurs produits d'exportation. La deuxième leçon que tirèrent les Américains de ces terribles conflits fut qu'il s'avérait souvent risqué de punir trop durement un adversaire vaincu. Mieux valait qu'ils assistent l'ancien ennemi dans sa reconstruction, afin d'en faire un nouvel allié, puis de lui vendre les produits de leur production industrielle. Ainsi, au sortir de la guerre, les États-Unis dépensèrent des millions pour aider l'Europe et le Japon (alliés et ennemis sans distinction) à se reconstruire ; à l'exception majeure de l'URSS. \r\n \r\nA la fin de la Deuxième Guerre mondiale, les États-Unis étaient devenus le pays le plus puissant du monde. Le territoire des États-Unis n'avait été ni envahi, ni même bombardé durant le conflit, leur industrie était plus développée et performante que jamais, leur armée rompue aux combats et équipée du meilleur armement au monde, et la nation était la seule à posséder l'arme atomique. D'un autre côté, l'armée de l'Union soviétique était la force militaire la plus puissante d'Europe, et le peuple américain était de moins en moins enclin à continuer à l'affronter. Tout ce qu'il désirait, c'était voir les soldats de la nation rentrer au pays.]=];
TEXT_17 = [=[Lorsque la Deuxième Guerre mondiale prit fin, l'opposition latente qui existait entre les États-Unis et la Grande-Bretagne d'un côté, et l'URSS de l'autre, se fit de plus en plus tangible ; et cela, pour plusieurs raisons. Les États-Unis craignaient les répercutions qu'aurait le communisme international, soutenu par l'Union soviétique (et plus tard par la Chine), s'il en venait à se répandre en Europe, puis dans le monde entier. De son côté, l'Union soviétique voulait faire comprendre aux autres nations du globe qu'elle en avait assez de voir, tous les vingt ans ou presque, son territoire assailli par des soldats étrangers, et qu'elle s'assurerait, avec l'intransigeance et la force nécessaires, que cela ne se reproduise plus (ennemi fondamental du capitalisme à l'américaine, elle désirait également répandre le communisme aux quatre coins du monde). \r\n \r\nDurant les cinquante années qui suivirent, les États-Unis et l'Union soviétique (plus tard épaulée par la Chine) investirent une quantité astronomique d'énergie et d'argent dans la construction d'armes, corrompant les gouvernements étrangers et s'impliquant dans divers conflits par nations interposées. Les États-Unis s'opposèrent au communisme international en Corée (sans qu'aucun des deux camps ne prenne l'ascendant), puis plus tard au Viêt Nam (défaite). L'Union soviétique s'empara de la majeure partie des pays d'Europe de l'Est (victoire), puis entreprit plus tard d'envahir l'Afghanistan (cuisante défaite). \r\n \r\nA la fin des années 1980, de nombreuses défaillances internes (corruption, avidité, incompétence, etc.), doublées d'une expansion militaire trop grande, achevèrent de ruiner l'Union soviétique. Dès les années 1990, elle avait disparu, et les États-Unis commerçaient librement avec la Chine. La guerre froide était terminée. \r\n \r\nQuel que puisse être le critère d'évaluation, la guerre froide ne fut rien d'autre qu'une colossale et dommageable erreur pour les pays impliqués. Si les États-Unis n'avaient pas convaincu l'URSS qu'elle était son ennemi implacable, peut-être cette dernière n'aurait-elle pas succombé à la paranoïa, et n'aurait pas oppressé et tué un nombre incroyable de ses citoyens. De leur côté, les États-Unis auraient pu dépenser leurs précieuses ressources pour autre chose que la fabrication d'armes de plus en plus exotiques, ou l'entretien de dictateurs étrangers. \r\n \r\nD'un autre côté, la guerre froide a, pour des raisons aussi bien militaires que de prestige national, lancé les deux civilisations dans l'espace. La recherche spatiale a permis l'invention d'innovations technologiques majeures comme les satellites de communication et la Tang™, ainsi qu'un alunissage (qui reste peut-être aujourd'hui la performance scientifique la plus importante et la plus incroyable de toute l'histoire humaine). \r\n \r\nLa fin de la guerre froide apporta une nouvelle ère de paix et de bonheur aux États-Unis. Pour quelques courtes années...]=];
TEXT_18 = [=[Le 11 septembre 2001, un groupe de terroristes détourna quatre jets et en fit s'écraser trois sur des cibles majeures : deux sur les tours jumelles du World Trade Center de New York, un autre sur le Pentagone de Washington DC ; l'attaque du dernier avion censé s'écraser en pleine ville de Washington fut déjouée par un groupe de passagers. Les attaques furent reconnues comme ayant été perpétrées par une organisation d'extrémistes musulmans nommée "Al-Qaida". Basée en Afghanistan, Al-Qaida a pour but de faire quitter le Moyen-Orient aux étrangers, et de détruire les États-Unis qu'elle considère comme le "Grand Satan". \r\n \r\nLes États-Unis répondirent aux attaques en envahissant l'Afghanistan, et en destituant les dirigeants fondamentalistes proches d'Al-Qaida. Puis, action militaire extrêmement controversée, ils envahirent l'Irak, foyer de leur ennemi de longue date, Saddam Hussein. \r\n \r\nActuellement, les États-Unis tentent de redorer leur blason à l'internationale, de recruter des alliés dans leur guerre contre le terrorisme, et de se sortir du bourbier iraquien. L'Afghanistan reste pour eux un véritable guêpier militaire, et rien ne dit qu'ils sortiront victorieux de l'un ou l'autre de ces conflits.]=];
TEXT_19 = [=[Aujourd'hui, les États-Unis ne sont plus la seule superpuissance mondiale. Ils partagent ce titre discutable au moins avec la Chine. Les États-Unis luttent pour se remettre des excès économiques de la fin du XXe siècle, ainsi que pour bannir une bonne fois pour toutes le spectre de l'esclavage et du racisme qui les hante encore. Cependant, si le pays est meurtri, il n'est en rien défait. Il possède encore les ressources, la volonté et le capital humain capables de faire de lui une civilisation majeure du XXIe siècle.]=];
TEXT_2 = [=[Les États-Unis comprennent une très grande partie de l'Amérique du Nord, l'Alaska à l'extrême Nord du continent, ainsi que plusieurs îles du Pacifique. Le climat de la nation peut varier énormément, allant du quasi arctique en Alaska, au désert aride d'Arizona, en passant par des conditions climatiques presque tropicales en Floride. Le territoire nord-américain est divisé par deux chaînes de montagnes : les anciens et bas Appalaches à l'est, et les plus récentes et massives Rocheuses à l'ouest. Les plaines centrales entre les deux formations montagneuses, alimentées par le système fluvial né de l'écoulement du Missouri et du Mississippi, filent en direction du Golfe du Mexique. Les frontières nord du pays sont marquées par la présence des Grands Lacs comptant parmi les plus grandes étendues d'eau douce de la planète. \r\n \r\nBien que le territoire ait été abondamment exploité au cours des siècles derniers, les États-Unis jouissent encore d'immenses forêts, d'énormes quantités de charbon, et de bien d'autres ressources naturelles.]=];
TEXT_3 = [=[Certains historiens ont émis l'hypothèse que l'Amérique du Nord était à l'origine peuplée par des Eurasiens qui auraient migré sur le territoire en empruntant la Béringie, un bras de terre qui reliait autrefois l'Alaska à la Russie. Cette théorie est actuellement débattue, et bien plus débattues encore sont les questions du nombre de vagues de colons qui arrivèrent sur le territoire nord-américain, et de leur date d'arrivée. Il semble y avoir consensus sur le fait que les indigènes migrèrent entre 9000 et 50 000 av. J.-C. (estimation assez vague). Il est également fort probable que les indigènes soient arrivés par vagues sur plusieurs années, certains groupes partant pour le sud en suivant les côtes occidentales, tandis que les groupes les plus récents investissaient les terres, s'installant au cœur du Canada et des États-Unis actuels. \r\n \r\nAu fil du temps, ces groupes se répartirent sur le continent entier, développant peu à peu langage, compétences de chasseurs, arts, artisanat, etc. Notons qu'ils ne domestiquèrent pas le cheval, ayant consommé ses ancêtres avant de se rendre compte que l'animal aurait pu leur être utile. \r\n \r\nLes estimations du nombre d'indigènes ayant vécu dans la partie de l'Amérique du Nord qui allait devenir les États-Unis varient elles aussi énormément, allant de 5 à 25 millions. Quoi qu'il en soit, les premiers arrivants européens débarquèrent riches de quelques maladies fort pénibles (notamment la rougeole et la variole) auxquelles les systèmes immunitaires des autochtones n'étaient absolument pas habitués. Un siècle après l'arrivée des premiers blancs en Amérique du Nord, 90% de la population locale avaient succombé à diverses maladies. \r\n \r\nAvec neuf dixièmes de leur population en moins, ne disposant pas d'armes à feu ou d'autres technologies modernes équivalentes, les indigènes ne résistèrent pas longtemps aux assauts massifs des Européens.]=];
TEXT_4 = [=[Quatre groupes européens colonisèrent l'Amérique du Nord au XVIe siècle : les Français, qui s'installèrent au Canada, les Britanniques dont le centre du territoire était occupé par une enclave hollandaise, et les Espagnols (qui partirent ensuite vers le sud) en Floride. Peu à peu, les Anglais s'emparèrent des colonies françaises au nord, et de la colonie hollandaise de Manhattan : à l'exception de la Floride, toute la côte est nord-américaine devint anglaise. Comme abordé plus haut, les autochtones furent décimés par les maladies et, cruellement sous armés, incapables de résister à l'envahisseur européen.]=];
TEXT_5 = [=[Au fur et à mesure que l'on progressait dans le XVIIIe siècle, les colonies britanniques en Amérique du Nord fleurirent, puis prospérèrent. Les immigrants, arrivés de Grande-Bretagne et d'ailleurs, débarquèrent en nombre, à la fois attirés par les promesses de richesses matérielles et terriennes qu'avait à offrir le pays et, bien souvent, pour échapper à la persécution religieuse qui sévissait dans leur pays d'origine. Le marché d'esclaves fournit nombre de travailleurs bon marché, et les Britanniques commencèrent à travailler les sols et à poser les bases de leur industrie. \r\n \r\nPeu à peu, les relations entre le gouvernement britannique et les colonies se firent de plus en plus tendues. Ces dernières étaient dirigées par des gouverneurs nommés par la Couronne, et ne disposaient d'aucun représentant direct au Parlement britannique. De plus, les habitants des colonies se révoltèrent des restrictions commerciales que leur imposait la Grande-Bretagne. De son côté, le gouvernement britannique estimait que les citoyens des colonies n'étaient qu'un ramassis d'ingrats qui n'avaient pas la moindre idée de ce que leur protection coûtait à la Couronne. \r\n \r\nA la fin des années 1770, les colonies américaines se révoltèrent et, le 4 juillet 1776, les États-Unis déclarèrent leur indépendance. Durant le conflit, les colons, sous-armés, se retrouvèrent en infériorité numérique face à l'armée britannique, notamment en raison du fait que la marine de la Couronne, dominant les mers, pouvait déplacer ses soldats le long de la côte rapidement et sans mal. Au final, l'armée continentale, inexpérimentée, ne fit pas le poids face aux "Tuniques rouges".]=];
TEXT_6 = [=[Le commandant de l'Armée continentale, George Washington, était un riche propriétaire terrien de Virginie possédant quelque expérience militaire (il avait été colonel au sein de l'armée britannique durant la guerre franco-indienne). Les premières batailles d'envergure auxquelles il participa furent de véritables fiascos : ses plans d'assaut, d'une terrible complexité, étaient déjoués aussi bien par l'ennemi que par le manque d'expérience de ses propres hommes. Washington comptait cependant quelques grandes qualités : son héroïsme et son calme face au désastre lui permirent d'épargner à son armée un anéantissement total, et il apprenait vite de ses erreurs (pour plus d'informations sur George Washington, consultez l'article de la Civilopédia qui lui est consacré). \r\n \r\nLes tuniques rouges ayant échoué à vaincre l'Armée continentale lorsqu'elle en avait eu l'occasion, la Révolution américaine se changea peu à peu en interminable guerre dont sortirait vainqueur le camp le plus déterminé. L'armée britannique ne parvenant pas à dominer l'Armée continentale, au fil des ans, la Grande-Bretagne commença à se lasser de ce conflit. \r\n \r\nEn 1778, les Français entrèrent en guerre du côté des États-Unis, suivis, en 1779, des Espagnols. Bien que leur flotte ne pût véritablement rivaliser en effectifs avec la flotte britannique, les Français, occasionnellement supérieurs en nombre, parvinrent néanmoins à remporter quelques batailles locales qui s'avérèrent décisives. En 1781, l'armée continentale assiégea l'armée britannique à Yorktown, en Virginie. La flotte française étant stationnée au large, les Britanniques ne purent prendre la fuite, et le général Cornwallis déposa les armes devant Washington le 19 octobre 1781. \r\n \r\nEn 1787, les États organisèrent une Convention constitutionnelle et, l'année suivante, la Constitution américaine fut ratifiée. En 1789, George Washington fut élu président.]=];
TEXT_7 = [=[En 1803, les États-Unis achetèrent 2 144 476 km² de territoire nord-américain à la France. Ce territoire incluait la majeure partie de la vallée du Mississippi, des Rocheuses à l'ouest, à l'Ohio à l'est. Cet achat, qui permit aux États-Unis de doubler leur superficie, coûta près de 15 000 000 $, soit une transaction incroyablement profitable pour les États-Unis. Ce fut également une excellente affaire pour les Français : en guerre contre la Grande-Bretagne (voir plus bas) qui dominait alors les mers, elle n'avait aucun moyen de protéger ce territoire ni de profiter de ses ressources. Les Français virent cette vente comme un coup porté à la fierté des Britanniques. Ainsi, Napoléon commenta la transaction ainsi : "J'ai donné un rival maritime à l'Angleterre qui va l'obliger à ravaler sa fierté." \r\n \r\nÀ l'époque, le président Thomas Jefferson fut fortement critiqué pour cet achat, mais les historiens s'accordent aujourd'hui à dire qu'il conclut probablement l'affaire du siècle !]=];
TEXT_8 = [=[Au début du XVIIIe siècle, la France s'enferra dans sa révolution. Nombre d'Américains pensaient à l'époque que le pays deviendrait une démocratie mais, Napoléon Bonaparte, glanant de plus en plus de pouvoir et d'influence, s'autoproclama Empereur après quelques années de règne. Alors que Napoléon envahissait l'Europe continentale, la Grande-Bretagne riposta avec sa redoutable marine en imposant un embargo sur les importations françaises et, parfois, sur celles d'autres pays européens. Cet embargo atteint profondément le commerce américain. En plus de cela, les navires de guerre britanniques interceptaient, puis fouillaient systématiquement les navires américains à la recherche de marins britanniques abandonnés. Ceci fut considéré par les États-Unis comme une intolérable atteinte à leur souveraineté et, en 1812, ils déclarèrent la guerre à la Grande-Bretagne (certains historiens pensent que les États-Unis étaient avant tout motivés par l'annexion du Canada qui appartenait alors à la Grande-Bretagne). \r\n \r\nL'arme principale des Américains durant cette guerre fut l'attaque des navires marchands de la Couronne : des vaisseaux américains de petite et moyenne taille sillonnaient les mers et s'emparaient des navires marchands ennemis, asphyxiant le commerce britannique. Sur terre, les Américains s'engagèrent dans l'invasion du Canada, assaut que la Grande-Bretagne et les troupes canadiennes repoussèrent sans grande difficulté. Affaiblie par un conflit de dix ans contre les Français, la marine britannique ne parvint ni à paralyser la côte atlantique américaine, ni à traquer ses navires de pillage. La Grande-Bretagne connut plus de succès au sol, et une armée parvint d'ailleurs à atteindre Washington DC et à réduire en cendre la majeure partie de la capitale américaine. \r\n \r\nMalgré ce terrible coup porté à l'honneur des États-Unis, les deux gouvernements se rendirent compte que, ni l'un, ni l'autre n'avaient de réelles chances de remporter cette guerre, et que prolonger le conflit n'aurait pas d'autre conséquence que de gaspiller inutilement davantage d'argent et de vies humaines. En décembre 1814, les deux pays signèrent le "Traité de Gand" appelant à une cessation des hostilités : aucune des deux parties ne dut céder de territoire, et aucune des questions qui avaient motivé cette guerre ne trouva de réponse. Les deux camps étaient à égalité.]=];
TEXT_9 = [=[En 1835, le président mexicain Antonio López de Santa Anna abolit la constitution de son pays, et lui substitua une nouvelle constitution octroyant tout pouvoir au gouvernement central mexicain. Plusieurs États mexicains se révoltèrent, et notamment Coahuila y Tejas (qui comprenait le territoire qui deviendrait plus tard le Texas). Malgré des débuts triomphants (il prit notamment le fort Alamo), Santa Anna fut finalement vaincu et fait prisonnier. En position d'extrême faiblesse, il ne put s'opposer à l'indépendance du Texas qu'il accepta à contrecœur. \r\n \r\nLe gouvernement mexicain démit Santa Anna de ses fonctions alors qu'il était en captivité, et renia le traité. Des échauffourées continuèrent entre la récente "République du Texas" et le Mexique, tandis que certains Texans et Américains cherchèrent à faire entrer le Texas dans l'Union. En 1845, le Congrès américain vota un projet de loi, plus tard validé par le président John Tyler, autorisant les États-Unis à annexer le Texas. Pendant ce temps, le Mexique connaissait un exode de citoyens américains vers ses territoires septentrionaux (notamment la Californie), territoires que certains migrants avouaient ouvertement vouloir voir rejoindre les États-Unis. A la fin de l'année 1845, le Texas devint un État de la fédération et, en 1846, des soldats américains occupèrent le territoire contesté. Lorsque la cavalerie mexicaine prit d'assaut une patrouille américaine, faisant onze victimes, les États-Unis y virent une occasion idéale de déclarer la guerre au Mexique. \r\n \r\nLe conflit fut court et décisif. Après quelques escarmouches au Texas et au nord du Mexique, une armée américaine de 12 000 hommes débarqua à Veracruz et marcha vers l'ouest. L'armée mexicaine fut chaque fois défaite, et, très vite, les États-Unis occupèrent Mexico. Vaincu, le gouvernement mexicain signa le Traité de Guadeloupe Hidalgo, cédant aux États-Unis les territoires qui allaient devenir les états du Texas, du Nouveau-Mexique, d'Arizona, de Californie, du Nevada et une partie du Wyoming, de l'Oklahoma et du Colorado. En échange, les États-Unis payèrent au Mexique 18 250 000$ de l'époque (soit l'équivalent, aujourd'hui, de près de 358 000 000€). \r\n \r\nEn plus d'avoir permis aux États-Unis de dérober au Mexique de larges portions d'un précieux territoire, la guerre eut pour eux un autre bénéfice de taille : elle apprit à nombre de soldats américains l'art de la guerre, un savoir-faire précieux qui allait leur servir quinze ans plus tard, lors de la guerre de Sécession.]=];
TITLE = [=[États-Unis]=];};
Playable=true;
AIPlayable=true;
ShortDescription=[=[Amérique]=];
Adjective=[=[américain|américaine|américains|américaines]=];
DefaultPlayerColor="PLAYERCOLOR_AMERICA";
ArtDefineTag="ART_DEF_CIVILIZATION_AMERICA";
ArtStyleType="ARTSTYLE_EUROPEAN";
ArtStyleSuffix="_EURO";
ArtStylePrefix="EUROPEAN";
IconAtlas="CIV_COLOR_ATLAS";
AlphaIconAtlas="CIV_ALPHA_ATLAS";
MapImage="MapAmerica512.dds";
DawnOfManQuote=[=[Bienvenue, président Washington ! Vous êtes à la tête de l'industrieuse civilisation américaine. Bâtie au XVIIIe siècle, au lendemain d'une révolution, la jeune nation s'est retrouvée en moins d'un siècle empêtrée dans une guerre civile de sinistre mémoire, qui a bien failli la déchirer. Mais au XXe siècle, il a suffi de quelques années aux États-Unis pour atteindre le sommet de leur puissance, en ressortant indiscutablement vainqueurs de deux guerres mondiales ayant laissé sur le carreau tant d'autres grandes nations. \r\n \r\nLes États-Unis sont une nation d'immigrants, une nation faite d'optimisme et de détermination. Il ne leur manque qu'un dirigeant pour s'épanouir pleinement. Président Washington, saurez-vous amener le peuple américain jusqu'à la grandeur ? Bâtirez-vous une civilisation capable de résister au passage du temps ?]=];
DawnOfManImage="DOM_Washington.dds";
DawnOfManAudio="AS2D_DOM_SPEECH_UNITED_STATES";};
 
CIVILIZATION_ARABIA={
Type="CIVILIZATION_ARABIA";
Description=[=[Empire arabe]=];
CivilopediaTag={
FACTOID_HEADING = [=[Arabie - Le saviez-vous ?]=];
FACTOID_TEXT = [=[Les premiers systèmes de retraite et de protection sociale furent adoptés sous le règne du Calife, au VIIe siècle. Les personnes âgées ou handicapées, ainsi que les veuves et les orphelins, pouvaient prétendre à une aide financière du trésor royal. \r\n \r\nOn dit que Harun Al-Rashid offrit à Charlemagne un prototype de clepsydre capable, grâce à un mécanisme ingénieux, de mesurer le temps qui s'écoule en jaugeant la quantité d'eau passant d'un récipient à l'autre.]=];
HEADING_1 = [=[Histoire]=];
HEADING_2 = [=[Terrain et climat]=];
HEADING_3 = [=[Les premières années]=];
HEADING_4 = [=[Les Omeyyades]=];
HEADING_5 = [=[Les Abbassides]=];
HEADING_6 = [=[Hârûn ar-Rachîd]=];
HEADING_7 = [=[Moyen Âge]=];
HEADING_8 = [=[Déclin et morcellement]=];
HEADING_9 = [=[Arabie moderne]=];
TEXT_1 = [=[L'Empire musulman du califat (également connu sous le nom d'Empire islamique du royaume d'Arabie) fut créé en 632 apr. J.-C. suite à la mort du prophète Mahomet par ses disciples afin de perpétuer l'autorité politique établie par ce dernier. Au cours de sa longue existence, le califat prit une ampleur et un pouvoir gigantesque, recouvrant l'Espagne, l'Afrique du Nord, le Moyen-Orient, l'Anatolie, les Balkans et la Perse. Du point de vue de sa superficie, cet empire n'avait donc rien à envier à l'Empire romain au summum de sa puissance.]=];
TEXT_2 = [=[L'Empire arabe vit le jour à Médine, sur la péninsule arabique, région plus connue aujourd'hui sous le nom d'Arabie saoudite. Un désert inhospitalier recouvre la plus grande partie de la région : lande sableuse et stérile dont les températures atteignent régulièrement les 50°C en été. Médine et La Mecque furent bâties sur les terres les plus fertiles de la côte bordant le mer Rouge.]=];
TEXT_3 = [=[Le premier "calife", ou dirigeant, de cet empire après la mort de Mahomet fut Abou Bakr. Lui succédèrent trois autres "califes bien guidés". A la mort du quatrième, Ali ibn Abi Talib, en 661, une lutte éclata entre des factions opposant plusieurs prétendants au pouvoir, et ce fut finalement la famille Omeyyade qui remporta gain de cause. Des querelles concernant l'identité du calife légitime ne cessèrent d'éclater pendant un millénaire et continuent de se répercuter sur l'histoire du monde et sur l'histoire islamique aujourd'hui encore.]=];
TEXT_4 = [=[Les Omeyyades étaient issus d'une famille de marchands installée à La Mecque. Ils se convertirent à l'Islam en 627, devenant alors des sympathisants importants de Mahomet et ses successeurs. Les premiers califes omeyyades établirent leur capitale à Damas, en Syrie, l'armée syrienne formant l'ossature des forces militaires arabes. Les Omeyyades développèrent le pouvoir arabe à l'est, bâtissant des avant-postes militaires et lançant des expéditions en Asie centrale et au nord-ouest de l'Inde. Ils envahirent également l'Afrique du Nord. Au VIIe siècle, ils construisirent une flotte sur la Méditerranée avec laquelle ils tentèrent une série d'assauts infructueux contre la ville chrétienne de Constantinople. \r\n \r\nLe califat omeyyade connut son apogée sous le règne d'Abd al-Malik (qui régit de 685 à 705). À l'ouest, les armées d'Abd al-Malik envahirent une grande partie du territoire espagnol tandis qu'à l'est, le califat conquit la province du Sind, en Inde, Boukhara, Samarcande, le Khwarezm ainsi que de nombreuses autres régions. Al-Malik supervisa également une réorganisation de la bureaucratie et de l'économie du califat et mit en place un système postal. Durant son règne, l'art connut un développement fulgurant, notamment dans le domaine de l'architecture. \r\n \r\nMais à la mort d'Abd al-Malik, l'empire connut une période de déclin. Une série de califes médiocres combinée à des problèmes économiques et des revers militaires à l'est et à l'ouest alimentèrent les rivalités tribales au sein du califat et, en 750, les Omeyyades furent vaincus et détrônés lors de la bataille du fleuve du Grand Zab.]=];
TEXT_5 = [=[Les Omeyyades furent vaincus par la dynastie des Abbassides, une autre famille extrêmement puissante. Le premier calife abbasside, Abû al-Abbâs, fut un dirigeant impitoyable qui, non content de s'emparer du pouvoir, fit exterminer tous les prétendants légitimes au trône. Ce calife connut maints succès et permit à sa dynastie de rester au pouvoir pendant près de trois siècles. Non sans une certaine ironie macabre, al-Abbâs s'attribua le surnom d'as-Saffah, que l'on pourrait traduire par "lettre de sang". \r\n \r\nLes Abbassides déplacèrent la capitale du califat à Bagdad. Cela permit de concentrer la vie et les évènements importants à l'est (la Perse, l'Inde et l'Asie centrale) et, par conséquent, de se détourner de l'Afrique du Nord et de la Méditerranée. Les Abbassides attachaient une plus grande importance à la religion que les Omeyyades, ainsi le califat suivit-il avec bien plus d'assiduité les lois islamiques.]=];
TEXT_6 = [=[Hârûn ar-Rachîd (qui régna de 786 à 809) fut le cinquième calife abbasside. Il prit la tête de l'Arabie alors que le pays était au summum de sa puissance et de sa richesse. Au début de son règne, Hârûn mena des expéditions militaires contre l'Empire byzantin, et ses victoires lui valurent le surnom d'ar-Rachîd, "le bien guidé". Bien qu'il dût mettre un terme à quelques révoltes internes, Hârûn ar-Rachîd régna sur un empire rarement en guerre et qui s'enrichit de façon spectaculaire. Pour plus d'informations sur Hârûn ar-Rachîd, veuillez consulter l'entrée Civilopédia correspondante.]=];
TEXT_7 = [=[L'Empire arabe de l'époque médiévale était bien plus développé que les empires européens contemporains : sous le règne de Hârûn ar-Rachîd, Bagdad regroupait un million de personnes tandis qu'Aix-la-Chapelle, capitale régie par Charlemagne, n'en comptait pas plus de dix mille. Des centres d'apprentissage attirèrent les érudits du monde musulman vers les grandes villes telles que Bagdad, Damas ou Cordoue. Les Arabes de cette époque furent à l'origine de grandes découvertes en médecine, en astronomie, en mathématiques et dans bien d'autres domaines, et traduisirent également nombre de grands classiques depuis le grec ancien vers l'arabe, préservant ainsi ces écrits voués à disparaître. \r\n \r\nLors des Croisades, l'Europe chrétienne lança un assaut prolongé sur le monde arabique. Le plus grand des généraux musulmans de l'époque fut Salah al-Din, plus connu sous le nom de Saladin. Il mit un terme à la troisième croisade et récupéra la ville de Jérusalem.]=];
TEXT_8 = [=[Cependant, à la fin du Moyen Âge, l'empire commença à se morceler sous la pression sans cesse grandissante de forces internes et externes. La taille de l'empire rendait tout bonnement impossible l'implantation d'un gouvernement centralisé, et les califes furent contraints de réprimer de nombreuses insurrections menées par des chefs rebelles locaux. Le débat concernant l'identité des héritiers légitimes de Mahomet s'amplifia. À l'ouest, les Européens s'emparèrent de l'Espagne au détriment du califat, tandis que les Ottomans débutèrent leur inexorable avancée au cœur de l'Empire arabe. \r\n \r\nEn 1258, une armée mongole menée par Houlagou Khan captura Bagdad et exécuta le calife Al-Musta'sim, mettant ainsi un terme radical à l'Empire arabe.]=];
TEXT_9 = [=[Durant les cinq siècles qui suivirent, la plus grande partie du monde arabe fut gouvernée par des étrangers : d'abord les Turcs ottomans, puis différentes forces coloniales occidentales. Depuis le début de la décolonisation dans les années 1950, les valeurs arabes traditionnelles ont été modifiées par un ensemble de circonstances, notamment l'urbanisation, l'industrialisation et l'influence de l'Occident. Cependant, les anciens dogmes de l'Islam sont encore suivis par des millions de croyants dans le monde entier. \r\n \r\nBien qu'aujourd'hui divisées en des dizaines de pays, les terres qui formaient autrefois le grand Empire arabe doivent beaucoup à leur ancêtre commun.]=];
TITLE = [=[Arabie]=];};
Playable=true;
AIPlayable=true;
ShortDescription=[=[Arabie]=];
Adjective=[=[arabe|arabe|arabes|arabes]=];
DefaultPlayerColor="PLAYERCOLOR_ARABIA";
ArtDefineTag="ART_DEF_CIVILIZATION_ARABIA";
ArtStyleType="ARTSTYLE_MIDDLE_EAST";
ArtStyleSuffix="_AFRI";
ArtStylePrefix="AFRICAN";
PortraitIndex=1;
IconAtlas="CIV_COLOR_ATLAS";
AlphaIconAtlas="CIV_ALPHA_ATLAS";
MapImage="MapAbbasid512.dds";
DawnOfManQuote=[=[Soyez béni des dieux, ô grand calife Hârûn ar-Rachîd, dirigeant du respectueux peuple arabe ! L'empire musulman du califat a vu le jour au cours des tumultueuses années ayant suivi la mort du prophète Mahomet, en l'an 632, alors que ses fidèles cherchaient à faire appliquer la loi de Dieu à tous les peuples de la terre. La puissance du califat s'est accrue, englobant à son zénith l'Espagne, l'Afrique du Nord, le Moyen-Orient, l'Anatolie, les Balkans et la Perse, un empire largement aussi grand que celui de Rome. Au Moyen Âge, l'Arabie pouvait se targuer d'accueillir les artistes et scientifiques les plus grands, alors même que l'Europe plongeait dans l'ignorance et le chaos. Le califat a survécu 600 ans, jusqu'à ce qu'il succombe aux attaques des Mongols, ces vils destructeurs d'empires. \r\n \r\nGrand calife Hârûn ar-Rachîd, votre peuple attend de vous que vous lui fassiez retrouver sa grandeur. Que l'Arabie redevienne une terre d'accueil pour l'art et la connaissance, une puissante nation qui ne craint aucun ennemi. Ô calife, relèverez-vous ce défi ? Bâtirez-vous une civilisation capable de résister au passage du temps ?]=];
DawnOfManImage="DOM_AlRashid.dds";
DawnOfManAudio="AS2D_DOM_SPEECH_ARABIA";};
 
CIVILIZATION_AZTEC={
Type="CIVILIZATION_AZTEC";
Description=[=[Empire aztèque]=];
CivilopediaTag={
FACTOID_HEADING = [=[Peuple aztèque - Le saviez-vous ?]=];
FACTOID_TEXT = [=[Les Espagnols furent surpris d'apprendre que l'empereur Moctezuma prenait deux bains par jour, les Européens ne se lavant qu'à de très rares occasions. \r\n \r\nLa coiffe de Moctezuma II était composée de plumes venant de plus de 250 oiseaux. \r\n \r\nLa fève de cacao revêtait une grande importance dans l'Empire aztèque. En plus de servir d'aliment de base, elle était aussi utilisée comme monnaie d'échange. Le mot chocolat est issu du terme aztèque/maya "chocolatl". \r\n \r\nIl existe en réalité trois roues calendaires aztèques : une troisième grande roue est appelée rond calendaire. Les deux roues principales (tonalpohualli et xiuhpohualli) se chevauchaient et s'alignaient tous les 52 ans. Cela correspondait en quelque sorte au siècle aztèque et donnait lieu à des célébrations religieuses. \r\n \r\nSous l'Empire aztèque, l'éducation était obligatoire pour tous les Mexicains, indépendamment de leur sexe ou de leur rang social. Globalement, les membres de la société aztèque étaient instruits, même si les garçons recevaient une éducation plus complète que les filles.]=];
HEADING_1 = [=[Histoire]=];
HEADING_10 = [=[Chute des Aztèques]=];
HEADING_2 = [=[Terrain et climat]=];
HEADING_3 = [=[Origines des Aztèques]=];
HEADING_4 = [=[Les premières années]=];
HEADING_5 = [=[La Triple alliance]=];
HEADING_6 = [=[Moctezuma Ier]=];
HEADING_7 = [=[Tlacaelel]=];
HEADING_8 = [=[L'Empire Ascendant]=];
HEADING_9 = [=[Sacrifice humain]=];
TEXT_1 = [=[Les Aztèques étaient une civilisation amérindienne qui occupa le centre du Mexique pendant une centaine d'années, entre les XVe et XVIe siècles. Les Aztèques furent à la tête d'un empire très puissant, et laissèrent derrière eux une riche culture, dont des chefs-d'œuvre architecturaux précolombiens très impressionnants, en Amérique du Nord notamment. Aujourd'hui, les Aztèques sont surtout réputés pour la cruauté de leurs rites religieux et la vitesse à laquelle leur empire s'effondra.]=];
TEXT_10 = [=[En 1502, le neuvième empereur Moctezuma II (1502-1520) succéda à son oncle Ahuitzotl et prit le commandement d'un empire à son apogée, s'étendant du nord du Mexique actuel jusqu'au Honduras et Nicaragua. L'Empire aztèque était encore en plein développement et sa société en pleine évolution lorsque son essor fut brutalement interrompu en 1519 par l'apparition d'aventuriers espagnols sur la Côte du Golfe. \r\n \r\nEn février 1519, Hernan Cortés prit la tête d'une expédition en Amérique centrale avec, sous ses ordres, 500 hommes, 13 chevaux et quelques canons. A la mi-août, il se mit en route pour la cité de Tenochtitlan après avoir brûlé ses navires, découragent ainsi toute tentative de retraite. Sur sa route, il recruta des Amérindiens avides d'assister à la chute de leurs ennemis aztèques. \r\n \r\nSelon les archives espagnoles, Cortés vit son entreprise facilitée par des traditions aztèques religieuses, voulant que le dieu Quetzacoatl revienne à la vie sous l'apparence d'un homme blanc. N'étant pas certains de l'identité réelle de Cortés, les Aztèques préférèrent ne pas l'attaquer. Le caractère divin de l'aventurier espagnol fut confirmé plus tard par sa maîtrise des chevaux, des chiens, des armes à feu et des canons, autant de choses que les Aztèques n'avaient jamais vues et qui les terrifiaient. \r\n \r\nLorsque Cortés atteignit Tenochtitlan, de très nombreux alliés amérindiens l'escortaient. Moctezuma II accueillit les Espagnols de façon pacifique dans sa ville, en échange de quoi Cortés le fit prisonnier. Se servant de Moctezuma, Cortés ordonna aux Aztèques d'offrir leurs trésors aux Espagnols. Finalement, le peuple aztèque tua son chef à coups de pierres et chassa l'envahisseur espagnol hors de sa capitale. Mais Cortés bénéficia de renforts et assiégea les résistants. En 1521, la cité tomba et fut rasée, et en août de la même année, le dernier chef aztèque fut capturé. \r\n \r\nL'empire fut vaincu et détruit par les Espagnols, avantagés d'une part par leurs armes évoluées et d'autre part, par la haine que vouaient les indigènes à leurs seigneurs aztèques. Malheureusement pour les indigènes, les Espagnols les réduisirent à l'esclavage, et il s'écoula de nombreux siècles avant qu'ils ne puissent jouir à nouveau d'une certaine liberté. \r\n]=];
TEXT_2 = [=[L'Empire aztèque était situé sur le "Mesa Central", soit le plateau central du Mexique actuel (la ville de Mexico est bâtie au sommet des ruines de la capitale aztèque Tenochtitlan). La vallée de Mexico est dominée par cinq lagunes reliées : Zumpango, Xaltocan, Texcoco, Xochmilco et Chalco. Dans cette région, les averses sont abondantes et le climat tempéré, ce qui explique pourquoi la terre y est incroyablement fertile.]=];
TEXT_3 = [=[Les origines du peuple aztèque sont incertaines, mais l'histoire laisse penser que les Aztèques formaient une tribu de chasseurs-cueilleurs du plateau nord-mexicain qui migra ensuite en Méso-Amérique au XIIe siècle. Le terme "aztèque" provient du mot "Aztlan" ("Pays blanc"), allusion au nord du Mexique. Les Aztèques atteignirent le Mexique central vers les années 1250, et ce qui se passa avant cette époque relève en grande partie du mythe et de la spéculation.]=];
TEXT_4 = [=[À l'arrivée des Aztèques, la population du Mexique central était divisée en centaines de petites tribus ou cités, dont les plus importantes se prénommaient les Azcapotzalcos et les Culhuacans. Au départ, les Aztèques étaient les vassaux des Azcapotzalcos. Mais en 1325, ces derniers leur donnèrent la permission de s'installer sur une petite île du lac Texcoco, où ils bâtirent leur capitale, Tenochtitlan. Les Aztèques restèrent sous les ordres des Azcapotzalcos pendant environ un siècle.]=];
TEXT_5 = [=[Au XVe siècle, les Azcapotzalcos formaient une grande puissance régionale. En 1427, leur chef, Maxtla, fit assassiner le chef aztèque Chimalpopca avant d'assiéger la capitale Tenochtitlan. Pour vaincre l'ennemi, Itzcoatl, le successeur de Chimalpopca, s'allia à deux autres cités importantes, Texcoco et Tlacopan. Ensemble, ils parvinrent à faire lever le siège puis ils conquirent les Azcapotzalcos. \r\n \r\nLors du siècle suivant, la "Triple alliance" prit le contrôle de tout le Mexique central, et étendit son pouvoir au pays entier, de l'Atlantique jusqu'au Pacifique. Le royaume de Tenochtitlan s'imposa vite comme l'élément dominant de cette alliance et c'est ainsi que les Aztèques devinrent les rois de ce vaste empire continental.]=];
TEXT_6 = [=[En 1440, Moctezuma I succéda à son oncle Itzcoatl et prit les rênes de l'Empire aztèque. Au cours de son règne, il renforça la Triple alliance et étendit le contrôle de cette dernière jusqu'à la Côte du Golfe, assujettissant à l'occasion les peuples Totonac et Huastic. Il remporta d'autres victoires face à des tribus voisines, comme les Mixtecs, les Cotaxtlas et les Orizabas. (Il est important de ne pas confondre Moctezuma I avec son homonyme Moctezuma II, incompétent et malchanceux, dont vous trouverez des éléments biographiques ci-dessous.) Moctezuma I périt en 1469. Pour plus de détails concernant Moctezuma I, veuillez vous référer à l'entrée Civilopédia correspondante.]=];
TEXT_7 = [=[Pendant que Moctezuma I dirigeait le pays, son demi-frère Tlacaelel se chargea de réformer l'État aztèque. Il réécrivit la religion aztèque et fit brûler des centaines de textes en raison des inexactitudes historiques qu'ils contenaient. Suite à ce travail de réécriture, il apparut que les Aztèques étaient un peuple élu, destiné à dominer les autres. Tlacaelel insista également sur l'importance du militarisme et du sacrifice rituel, un changement très important qui eut des effets dévastateurs sur le peuple aztèque et sa région. Tlacaelel ordonna la création de nombreux temples et bâtiments religieux, dont le Templo Mayor ("Grand Temple") de Tenochtitlan, dédié à Huitzilopochtli, le dieu aztèque de la guerre. \r\n \r\nD'un point de vue politique, Tlacaelel fut l'un des architectes de la Triple alliance. Il aurait ordonné de brûler les récits des peuples conquis afin de s'assurer que seul le point de vue de son peuple serait pris en considération. Il renforça également la noblesse et le clergé, aux frais des paysans. \r\n \r\nTlacaelel mourut en 1487, pour le plus grand soulagement des historiens d'Amérique centrale.]=];
TEXT_8 = [=[Au sommet de sa puissance, l'Empire aztèque dominait un territoire d'environ 518 000 km² (soit un peu moins d'un tiers du Mexique moderne) et regroupait six millions de sujets. Un peu à la manière des Mongols, les Aztèques laissèrent à chaque tribu le choix de son emblème, le principal étant qu'elle continue de faire allégeance à l'empereur. Les Aztèques étaient de très habiles négociateurs qui aimaient marchander tant avec les ennemis qu'avec les alliés. Aucun système monétaire n'ayant été établi, le commerce fonctionnait sur la base du troc. \r\n \r\nNe possédant pas d'animaux de trait ou de véhicules à roues, les Aztèques construisirent un grand réseau routier destiné aux déplacements à pied. En plus des marchands, des soldats et des coursiers militaires empruntaient régulièrement ces routes, les rendant ainsi plus sûres pour les femmes.]=];
TEXT_9 = [=[La religion aztèque, telle que révisée par Tlacaelel, affirmait qu'un flux régulier de sacrifices était nécessaire pour que l'univers continue de fonctionner normalement. Les sacrifices étaient donc requis pour que la pluie continue de tomber, que les récoltes soient bonnes, que le soleil se lève le matin, etc. Les Aztèques donnaient en offrandes à leurs dieux des animaux, leurs biens, de la nourriture, leur propre sang et des êtres humains. Plus de 80 000 prisonniers furent ainsi tués pour consacrer de nouveau la grande pyramide de Tenochtitlan en 1487. Cependant, les historiens estiment qu'un chiffre de 5 000 serait plus vraisemblable, au vu de la taille de la table sacrificielle. Même si ce chiffre est moindre, cela représente une immense quantité de litres de sang et de cœurs arrachés. \r\n \r\nLa religion aztèque faisait grand cas du sacrifice des guerriers ennemis capturés lors des combats. Cependant, un problème se posa lorsque l'Empire eut conquis la plupart des contrées alentours. C'est ainsi que fut créée une bataille rituelle nommée la "Guerre des Fleurs", lors de laquelle deux tribus s'affrontaient à une heure et en un lieu précis, afin de faire des prisonniers. Une fois la bataille terminée, chaque camp ramenait ses prisonniers dans sa ville afin de procéder aux sacrifices religieux.]=];
TITLE = [=[Aztèques]=];};
Playable=true;
AIPlayable=true;
ShortDescription=[=[Aztèques]=];
Adjective=[=[aztèque|aztèque|aztèques|aztèques]=];
DefaultPlayerColor="PLAYERCOLOR_AZTEC";
ArtDefineTag="ART_DEF_CIVILIZATION_AZTEC";
ArtStyleType="ARTSTYLE_SOUTH_AMERICA";
ArtStyleSuffix="_AMER";
ArtStylePrefix="AMERICAN";
PortraitIndex=2;
IconAtlas="CIV_COLOR_ATLAS";
AlphaIconAtlas="CIV_ALPHA_ATLAS";
MapImage="MapAztec512.dds";
DawnOfManQuote=[=[Bienvenue, ô divin Moctezuma ! Nous sommes à genoux devant votre splendeur ! Que les cieux vous comblent de mille merveilles chaque jour de votre longue vie ! Vous êtes le dirigeant du puissant peuple aztèque, des nomades ayant quitté leur patrie au XIIe siècle, pour venir s'installer sur le "Mesa Central", au cœur du Mexique actuel. Encerclés par de nombreuses tribus, en guerre pour le contrôle des riches terres entourant les lagunes sacrées de Texcoco, Xaltocan et Zumpango, les Aztèques ont réussi en 200 ans à peine, par le biais d'alliances et de prouesses guerrières, à dominer le bassin d'Amérique centrale, un incroyable empire s'étalant d'une côte à une autre. L'empire finit par céder face aux assauts d'étrangers sans pitié, ces maudits Espagnols, brandissant des armes démoniaques inconnues de vos fidèles guerriers. \r\n \r\nÔ grand roi Moctezuma ! Votre peuple fait une fois de plus appel à vous pour que vous les meniez à la gloire ! Apportez-lui richesse et pouvoir, et aidez-le à dominer ses ennemis et ses rivaux ! Répondrez-vous à son appel, glorieux dirigeant ? Bâtirez-vous une civilisation capable de résister au passage du temps ?]=];
DawnOfManImage="DOM_Monty.dds";
DawnOfManAudio="AS2D_DOM_SPEECH_AZTEC";};
 
CIVILIZATION_CHINA={
Type="CIVILIZATION_CHINA";
Description=[=[Empire chinois]=];
CivilopediaTag={
FACTOID_HEADING = [=[Chine - Le saviez-vous ?]=];
FACTOID_TEXT = [=[Contrairement à une idée reçue, la Grande Muraille de Chine n'est pas visible depuis l'espace. Elle est trop étroite. \r\n \r\nLe relevé d'empreintes digitales fut utilisé en Chine dès 700 av. J.-C. \r\n \r\nLa crème glacée fut inventée en Chine aux alentours de 2000 av. J.-C. : les Chinois versaient du lait et du riz cuit dans un récipient qu'ils mettaient dans la neige. Marco Polo rapporta d'ailleurs les procédés de fabrication de la glace et des pâtes en Europe. \r\n \r\nTrois des dix plus longs fleuves du monde prennent leur source en Chine, et trois autres en Mongolie. \r\n \r\nLe plus grand panneau d'affichage mesurait 300 mètres de long sur 45 mètres de haut, et surplombait le fleuve Yangzi Jiang dans la ville de Chongqing, au sud-est de la Chine. Cependant, cette zone est tellement sujette au brouillard que personne n'avait loué le panneau depuis 1998. Il a récemment été détruit. \r\n \r\nLe peuple chinois consomme du thé depuis plus de 1800 ans. Le thé blanc chinois a la particularité de n'avoir quasiment aucune saveur, si ce n'est celle de l'eau bouillante.]=];
HEADING_1 = [=[Histoire]=];
HEADING_2 = [=[Géographie]=];
HEADING_3 = [=[Les premières années]=];
HEADING_4 = [=[Histoire - Suite]=];
HEADING_5 = [=[Inventions chinoises]=];
HEADING_6 = [=[La Chine et le monde]=];
HEADING_7 = [=[La Chine aujourd'hui]=];
TEXT_1 = [=[Résumer la formidable épopée qu'est l'histoire de la Chine en quelques paragraphes n'est pas une mince affaire. La Chine est une civilisation embrassant environ 6000 ans et regroupant une grande portion de l'humanité. Des preuves attestent que des hommes préhistoriques vivaient en Chine il y a deux millions d'années, et l'homme moderne occupe cette zone depuis près de 18 000 ans, peut-être plus.]=];
TEXT_2 = [=[D'un point de vue géographique, la Chine peut être divisée en trois grandes zones : la région montagneuse à l'ouest, les terres sauvages et rudes du sud et les plaines de l'est, bordant la mer Jaune et la mer de Chine orientale. Divisées par un grand nombre de fleuves, les plaines incroyablement fertiles sont la source de la puissance du pays, et quiconque contrôle cette zone contrôle l'Asie occidentale.]=];
TEXT_3 = [=[La dynastie Xia est la plus ancienne entité politique connue de Chine. Alors que les dates exactes de début et fin de règne font encore l'objet d'une controverse, de nombreux historiens s'accordent à dire que cette dynastie exista de 2000 à 1600 av. J.-C., environ. Les Xia ne contrôlaient pas la totalité de la Chine, leur champ d'action se limitait au centre du pays, dans la zone plus connue aujourd'hui sous le nom de Mandchourie. Les Xia furent détrônés par les Shang, qui régnèrent du XVIIIe siècle au XIIIe siècle av. J.-C. A leur tour, les Shang furent évincés par la dynastie Zhou, qui resta au pouvoir jusqu'au IXe siècle av. J.-C. Entre les IXe et IIe siècles, la Chine connut une longue période de souffrance due à une guerre civile quasi ininterrompue qui eut lieu durant la période des Printemps et des Automnes, elle-même suivie de la période des Royaumes combattants. Enfin, au IIe siècle av. J.-C., la dynastie Qin conquit ses rivaux et établit le premier État centralisé de Chine. Leurs successeurs, les Han, introduisirent le titre d'Empereur, seul et unique dirigeant de la Chine.]=];
TEXT_4 = [=[Au cours des siècles suivants, la Chine fut dirigée par les dynasties Tang et Song. En 1271 apr. J.-C., le pays fut conquis par le chef mongol Kubilaï Khan, qui prit alors la tête d'une nouvelle dynastie : celle des Yuan. Un siècle plus tard, les Yuan furent détrônés et la dynastie Ming s'empara du pouvoir, jusqu'au XVIe siècle apr. J.-C. Les Qing succédèrent aux Ming jusqu'en 1912 de notre ère, et la République de Chine fut alors établie. Cette démocratie perdura environ cinquante ans, puis fut renversée par la République populaire de Chine, toujours en place aujourd'hui.]=];
TEXT_5 = [=[Grâce à son peuple innovant et créatif, la Chine a donné au monde quelques-unes des plus importantes inventions de l'histoire, comme le papier, la poudre à canon, la boussole et la xylographie.]=];
TEXT_6 = [=[Au fil de son histoire, la Chine est restée une civilisation coupée du monde extérieur et isolée, ignorant - et ignorée - le reste du monde. Et ce repli sur soi ne fut guère entravé, car durant de nombreux siècles, la Chine posséda une longueur d'avance sur ses ennemis d'un point de vue technologique et militaire. Si un peuple conquérant ne pouvait être repoussé par la force militaire (à l'instar des Mongols qui conquirent la Chine en 1271), il finissait tout de même par être englouti par la culture dominante chinoise. \r\n \r\nMais cette domination prit fin aux XVIIIe et XIXe siècles. A cette époque, les puissances européennes et japonaises bénéficiaient d'un avantage technologique de taille par rapport aux Chinois. Cet avantage, auquel s'ajoutaient des forces navales plus puissantes, un meilleur armement, des moyens de communication plus performants et des tactiques militaires de pointe, permit aux forces étrangères de dominer la plupart des riches villes côtières de Chine, où elles purent se lancer dans des commerces extrêmement rentables (celui de l'opium par exemple). Le gouvernement central chinois, faible et corrompu, fut bien incapable d'expulser les maudits envahisseurs, qui restèrent jusqu'à ce que les Japonais les évincent au cours de la Deuxième Guerre mondiale.]=];
TEXT_7 = [=[Sorti triomphant face aux nationalistes peu après la Deuxième Guerre mondiale, le gouvernement communiste passa ces cinquante dernières années à consolider le pouvoir, moderniser les infrastructures et améliorer le quotidien et l'éducation du peuple. Ce processus ne se déroula pas sans faux pas, loin s'en faut. Le plus célèbre fut l'insensée "révolution culturelle" qui fut une campagne visant à anéantir toutes formes de culture et d'intelligence dans le pays. Au fil des 40 dernières années, la Chine s'est fait une place parmi les grandes puissances mondiales, devenue un monstre ingérable qui ne tardera pas à éclipser les autres géants économiques, dont les États-Unis. \r\n \r\nCependant, la Chine connaît de nombreuses difficultés. La première étant de pallier aux besoins de sa population gigantesque et grandissante. De plus, la pollution est devenue un problème de taille, d'autant que de plus en plus d'usines se construisent et que les voitures envahissent littéralement les grandes villes. Le Tibet, qui, selon les points de vue, peut être considéré comme une nation prisonnière de la Chine ou comme une province chinoise, reste une blessure ouverte et une distraction politique pour la Chine. Aucune de ces difficultés n'est insurmontable, bien sûr, et le pays est en bonne voie pour dominer l'économie du XXIe siècle.]=];
TITLE = [=[Chine]=];};
Playable=true;
AIPlayable=true;
ShortDescription=[=[Chine]=];
Adjective=[=[chinois|chinoise|chinois|chinoises]=];
DefaultPlayerColor="PLAYERCOLOR_CHINA";
ArtDefineTag="ART_DEF_CIVILIZATION_CHINA";
ArtStyleType="ARTSTYLE_ASIAN";
ArtStyleSuffix="_ASIA";
ArtStylePrefix="ASIAN";
PortraitIndex=4;
IconAtlas="CIV_COLOR_ATLAS";
AlphaIconAtlas="CIV_ALPHA_ATLAS";
MapImage="MapChina512.dds";
DawnOfManQuote=[=[Soyez bénie des cieux, impératrice Wu Zetian, magnifique et fière dirigeante de la Chine ! Ô grande impératrice, sous votre influence les fleurs s'épanouissent et les rivières s'écoulent ! Vous êtes à la tête du peuple chinois, la plus grande et la plus ancienne civilisation de l'humanité. L'histoire de la Chine remonte à la nuit des temps, et son peuple a accompli bien des exploits avant même que les autres civilisations ne voient le jour. Les contributions de la Chine à l'histoire de l'art et des sciences sont trop nombreuses et essentielles pour être toutes relatées ici. L'imprimerie, la poudre à canon, l'oeuvre de Confucius ne sont que quelques exemples. La Chine a offert ses dons à un monde qui ne les méritait pas ! \r\n \r\nVous, grande reine, qui à force d'habileté et de beauté avez su vous élever du rang de vulgaire concubine à celui d'impératrice, votre peuple attend de vous que vous le dirigiez ! La grande Chine est de nouveau assiégée de tous côtés par les barbares. Parviendrez-vous à terrasser vos ennemis et à rendre la gloire à votre pays ? Bâtirez-vous une civilisation capable de résister au passage du temps ?]=];
DawnOfManImage="DOM_Wu.dds";
DawnOfManAudio="AS2D_DOM_SPEECH_CHINA";};
 
CIVILIZATION_EGYPT={
Type="CIVILIZATION_EGYPT";
Description=[=[Empire égyptien]=];
CivilopediaTag={
FACTOID_HEADING = [=[Égypte - Le saviez-vous ?]=];
FACTOID_TEXT = [=[Le vin fut inventé par les Égyptiens. \r\n \r\nSelon certaines légendes, les abeilles furent créées à partir des larmes de Râ, le dieu du soleil. \r\n \r\nCe sont des travailleurs égyptiens qui organisèrent la première grève de l'histoire. \r\n \r\nLe premier traité de paix fut signé entre Ramsès II et Hattusili III, empereur hittite. \r\n \r\nContrairement à la croyance populaire, personne ne sait comment le Sphinx a perdu son nez. Il existe des dessins représentant le Sphinx dépourvu de son appendice nasal datant de 1737, soit 60 ans avant que Napoléon n'atteigne l'Égypte. L'ecclésiastique Sa'im al-Dahr fut lynché en 1378 pour vandalisme, après avoir essayé de détruire le fameux nez. \r\n \r\nLa main d'œuvre employée sur les sites de construction des pyramides n'était pas uniquement composée d'esclaves étrangers. Des squelettes déterrés lors de fouilles indiquent que certains des ouvriers étaient bel et bien égyptiens, employés permanents des pharaons ou fermiers réquisitionnés après la saison des récoltes.]=];
HEADING_1 = [=[Histoire]=];
HEADING_2 = [=[Géographie]=];
HEADING_3 = [=[Origines]=];
HEADING_4 = [=[Les débuts de la période dynastique]=];
HEADING_5 = [=[L'Ancien Royaume]=];
HEADING_6 = [=[Autres périodes d'importance]=];
HEADING_7 = [=[Arts et culture]=];
HEADING_8 = [=[Religion]=];
HEADING_9 = [=[Résumé]=];
TEXT_1 = [=[Peu de civilisations ont laissé une empreinte aussi marquée que celle de l'Égypte sur l'histoire du monde. Traversée par le Nil et vieille de plus de 5000 ans, l'Égypte est l'une des plus anciennes civilisations encore actives de la planète. C'est à ce pays que l'on doit, entre mille autres choses, l'invention de l'écriture vers l'an 3000 av. J.-C. De plus, grâce à des calculs fort élaborés pour l'époque, des érudits égyptiens parvinrent à appréhender avec une grande précision le mouvement des planètes. Les Égyptiens comptaient par ailleurs parmi les plus grands architectes du monde antique, et créèrent des monuments et des temples qui continuent de nous inspirer encore aujourd'hui.]=];
TEXT_2 = [=[L'Égypte est une civilisation riveraine du Nil qui, avec ses  6500 kilomètres environ, détient le titre du plus long fleuve du monde. L'Égypte s'est construite autour de la section nord du fleuve, formant un couloir étroit mais extrêmement fertile en comparaison avec le reste du territoire. Bien que très vaste, l'Égypte est en grande partie occupée par des régions désertiques. C'est pour cette raison que la population se concentre depuis toujours à proximité du fleuve. \r\n \r\nJusqu'à la construction d'un barrage au cours du XXe siècle, le Nil inondait ses rives chaque été. Les fermiers égyptiens comptaient sur ces inondations afin d'apporter de l'eau et des nutriments à leurs cultures, car dans un pays aussi aride, une année de sécheresse suffit à causer la famine au sein de la population. Le Nil était également une source de protéines pour les Égyptiens : en effet, ces derniers étaient d'habiles pêcheurs et maîtrisaient à la perfection la construction et le maniement de leurs embarcations. \r\n \r\nLa mer Méditerranée est située au nord de l'Égypte. Cette étendue d'eau calme et généreuse encouragea les habitants de son bassin à réaliser des expéditions exploratoires et facilita les échanges commerciaux entre civilisations voisines.]=];
TEXT_3 = [=[Les premiers colons s'installèrent dans la vallée du Nil vers 7000 av. J.-C., attirés par le fleuve en raison des changements climatiques transformant les terres environnantes autrefois fertiles en un vaste désert. Vers 5000 av. J.-C., les Égyptiens commencèrent à faire pousser des cultures sur les berges du fleuve. Avec le temps, les techniques agricoles s'améliorèrent et la colonie gagna en taille et en puissance. Des fouilles archéologiques réalisées dans des sépultures ont montré que c'est à peu près à cette période que les hommes prirent l'habitude d'enterrer leurs proches avec de superbes objets personnels, tels que des poteries mortuaires, des ornements en cuivre, des perles et du maquillage. Ce rituel suggère une croissance importante de la richesse et l'apparition des loisirs. \r\n \r\nCette augmentation des richesses permit également la création et l'entretien de forces militaires, dont la principale mission consistait à conquérir des civilisations voisines. Vers l'an 3000 av. J.-C., les deux grands royaumes d'Égypte furent unifiés. Le premier pharaon cité dans des archives historiques est Ménès, fondateur de la capitale Memphis et à l'origine de nombreux chantiers d'irrigation. Il créa la "première dynastie", qui dura environ deux siècles.]=];
TEXT_4 = [=[La première et la seconde dynasties forment la période dite prédynastique, s'étendant de 3100 à 2600 av. J.-C. Au cours de cette période, l'Égypte étendit son pouvoir vers le Sud, en suivant le Nil, ainsi qu'à l'ouest et à l'est, le long des côtes méditerranéennes.]=];
TEXT_5 = [=[Cette période s'étend approximativement de 2600 à 2100 av. J.-C. L'Ancien Empire est une période très importante car c'est à cette époque que l'on construisit un grand nombre de pyramides destinées à être les tombeaux des pharaons. Des vaisseaux égyptiens traversaient la mer Méditerranée et la mer Rouge pour y pratiquer le commerce de la nourriture, d'épices, de cèdres libanais ainsi que de produits de luxe tels que la myrrhe (sorte d'encens), l'ébène ou l'or. L'Ancien Royaume s'acheva lorsqu'une période de sécheresse sans précédent causa la chute du gouvernement central, déjà affaibli par la corruption et la guerre civile.]=];
TEXT_6 = [=[L'Ancien Empire marqua le début d'une série de périodes : la première période intermédiaire, le Moyen Empire, la deuxième période intermédiaire, le Nouvel Empire, la troisième période intermédiaire, puis la Basse époque. Au fil de ces périodes (qui s'étendirent de 2100 à 600 av. J.-C.), le gouvernement égyptien s'effondra à plusieurs reprises avant de se reconstruire, et des phases de dissensions et de conflits internes alternaient avec des périodes de paix et de prospérité. Les ennemis envahissaient l'Égypte lorsque le pays était affaibli et les pharaons agrandissaient leur empire aux moments où leur civilisation était en plein essor. \r\n \r\nEn 525 av. J.-C., l'Égypte fut envahie par la Perse, qui contrôla le pays jusqu'à ce qu'il soit assujetti par Alexandre le Grand en 332 av. J.-C. (ce dernier démantela tout l'Empire perse). Après la mort d'Alexandre, les Grecs fondèrent la dynastie des Ptolémées. \r\n \r\nLes Ptolémées régnèrent sur le pays jusqu'à la mort de Cléopâtre VII en 30 av. J.-C. Son suicide marqua la fin du pouvoir pharaonique et l'Égypte entra dans une nouvelle ère, devenant tour à tour une province des Empires romain et byzantin. Bien que l'Islam fut introduit en 642 apr. J.-C., l'Égypte resta sous contrôle étranger (arabe, ottoman, français, britannique) jusqu'à la fin de la Première Guerre mondiale quand, épuisée par les conflits longue distance, l'administration britannique accorda enfin son indépendance au pays. De 1922 à 1952, l'Égypte fut l'une des plus brillantes monarchies constitutionnelles. En juillet 1952, Gamal Nasser orchestra un coup d'État. Ironie du sort, l'Égypte représente depuis lors un îlot de stabilité au cœur d'un Moyen-Orient des plus agités.]=];
TEXT_7 = [=[Aucune civilisation ne parvint à égaler les splendides réalisations architecturales égyptiennes. Habiles sculpteurs, les Égyptiens créèrent de superbes statues à l'effigie de leurs dieux et pharaons. Des fouilles ont également permis de mettre au jour des objets finement travaillés, en or ou dans d'autres métaux précieux, ainsi que des bijoux d'une rare finesse. Il semble que la culture et les arts égyptiens s'inspiraient énormément de sujets sombres tels que la mort, la mise au tombeau ou la vie dans l'au-delà.]=];
TEXT_8 = [=[La religion occupait une place majeure dans la société égyptienne. Elle donna vie à un panthéon extrêmement important de divinités, ainsi qu'à une mythologie très élaborée. Le pharaon était mi-homme, mi-dieu, et il avait la responsabilité d'intervenir auprès des dieux en faveur de ses sujets. Les prêtres avaient également le statut de serviteurs civils de la société. (Il est clair que jamais ô grand jamais la population égyptienne n'aurait accepté la séparation de l'Église et de l'État.) Les Égyptiens croyaient en la réincarnation pour les êtres les plus dignes, et la sorcellerie et la magie faisaient partie des traditions. Selon les historiens, les pyramides constituaient aux yeux des hommes un passage vers le royaume des dieux.]=];
TEXT_9 = [=[Il est totalement impossible de raconter l'épopée de ce pays vieux de 5000 ans en quelques paragraphes. A son apogée, l'Égypte était un empire puissant et gigantesque, dont les avancées culturelles et scientifiques se répercutèrent sur le monde entier. Les pyramides, véritables chefs-d'œuvre, continuent d'étonner des millions de touristes chaque année, de la même façon qu'elles émerveillaient celles et ceux qui les admiraient il y a 4000 ans déjà.]=];
TITLE = [=[Égypte]=];};
Playable=true;
AIPlayable=true;
ShortDescription=[=[Égypte]=];
Adjective=[=[égyptien|égyptienne|égyptiens|égyptiennes]=];
DefaultPlayerColor="PLAYERCOLOR_EGYPT";
ArtDefineTag="ART_DEF_CIVILIZATION_EGYPT";
ArtStyleType="ARTSTYLE_MIDDLE_EAST";
ArtStyleSuffix="_AFRI";
ArtStylePrefix="AFRICAN";
PortraitIndex=5;
IconAtlas="CIV_COLOR_ATLAS";
AlphaIconAtlas="CIV_ALPHA_ATLAS";
MapImage="MapEgypt512.dds";
DawnOfManQuote=[=[Nous vous saluons, ô grand Ramsès, pharaon d'Égypte, par qui le soleil se lève et le Nil s'écoule, et qui comble son peuple chanceux des plus grandes merveilles ! Ô grand seigneur, votre peuple vit sur les bords du Nil depuis des temps immémoriaux, et grâce à lui, le monde a découvert l'écriture, les mathématiques, la sculpture et l'architecture. Les splendides monuments érigés par les Égyptiens voilà des milliers d'années se dressent encore aujourd'hui avec la même fierté. \r\n \r\nÔ, Ramsès, votre peuple a souffert pendant bien des années, tandis que ses voisins tentaient de les dominer sans arriver à leurs fins. Vos fidèles ont besoin que vous les meniez une fois de plus sur le chemin de la grandeur. Honorerez-vous les Dieux ? Aiderez-vous l'Égypte à retrouver sa place, au centre du monde ? Bâtirez-vous une civilisation capable de résister au passage du temps ?]=];
DawnOfManImage="DOM_Ramesess.dds";
DawnOfManAudio="AS2D_DOM_SPEECH_EGYPT";};
 
CIVILIZATION_ENGLAND={
Type="CIVILIZATION_ENGLAND";
Description=[=[Empire anglais]=];
CivilopediaTag={
FACTOID_HEADING = [=[Angleterre - Le saviez-vous ?]=];
FACTOID_TEXT = [=[L'Angleterre se situe en tête du classement mondial du plus grand consommateur de thé : les habitants boivent trois fois plus de thé que les Japonais et vingt-deux fois plus que les Américains ou les Français. \r\n \r\nLe premier zoo public ouvrit ses portes à Londres en 1829. \r\n \r\nLa banque d'Angleterre est l'une des seules à avoir été affublée d'un surnom : la vieille dame de Threadneedle Street. \r\n \r\nAvant l'apparition de l'horloge mécanique au XIVe siècle, la machine la plus complexe d'Europe (voire du monde !) était l'orgue de la cathédrale de Winchester, en Angleterre, construit en 950 de notre ère. Il était composé de 400 tuyaux et 70 hommes étaient nécessaires pour activer ses 26 souffleries. \r\n \r\nLa reine Bérengère de Navarre, épouse du roi Richard Cœur de Lion, ne s'est jamais rendue sur le sol anglais : elle préférait régner depuis l'Italie ou la France. \r\n \r\nEn 43 de notre ère, les Romains envahirent l'Angleterre à des fins stratégiques, mais aussi pour goûter aux fameuses huîtres de Colchester...]=];
HEADING_1 = [=[Histoire]=];
HEADING_10 = [=[Le Royaume-Uni]=];
HEADING_11 = [=[Rule Britannia]=];
HEADING_12 = [=[Le Royaume-Uni et la guerre]=];
HEADING_13 = [=[Présent et futur]=];
HEADING_2 = [=[Géographie et climat]=];
HEADING_3 = [=[Histoire : l'arrivée des Romains]=];
HEADING_4 = [=[De l'apparition des Saxons]=];
HEADING_5 = [=[Les Vikings]=];
HEADING_6 = [=[La conquête normande]=];
HEADING_7 = [=[Moyen Âge]=];
HEADING_8 = [=[La reine Élisabeth Ière]=];
HEADING_9 = [=[La Maison Stuart]=];
TEXT_1 = [=[L'Angleterre est un pays membre du Royaume-Uni, "île verte et agréable" située dans la partie ouest de l'Europe. Elle est la plus grande entité politique du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord. Grands marins depuis toujours, les Anglais brillent en Europe et dans le monde entier grâce à leur flotte incomparable et ce, depuis 500 ans.]=];
TEXT_10 = [=[En 1707, l'Acte d'Union permit de réunir les royaumes d'Écosse, d'Angleterre et du Pays de Galles en un seul et même pays. Les parlements anglais et écossais furent fusionnés et l'Angleterre cessa d'exister en tant qu'entité politique. Cependant, l'Angleterre était le plus grand, le plus prospère et le plus puissant des pays du Royaume-Uni, ainsi, beaucoup sont ceux qui, aujourd'hui encore, désignent le Royaume-Uni par le terme d'Angleterre, pour le plus grand mécontentement des Gallois et des Écossais (ainsi que des Irlandais du Nord). \r\n \r\nEn 1800, le Royaume-Uni tenta d'intégrer l'Irlande dans ses frontières afin de devenir le "Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande". Mais ce fut sans compter sur le refus catégorique de la plupart des Irlandais catholiques, qui se soulevèrent et organisèrent une insurrection qui dura plus d'un siècle. En 1922, la partie sud de l'Irlande obtint son indépendance, et le Royaume-Uni fut de nouveau rebaptisé, devenant cette fois le "Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord".]=];
TEXT_11 = [=[Le règne de la reine Élisabeth Ire vit la première colonie britannique s'établir au Nouveau Monde, tandis que la marine anglaise continuait de protéger les intérêts de la nation dans le monde entier. Les premières colonies britanniques prospères furent installées dans les Caraïbes et l'Amérique du Nord, mais très vite, le pays en établit de nouvelles en Asie et dans le Pacifique Sud. La puissance des Britanniques prit tellement d'ampleur en Inde qu'elle mit un point final à la compétition européenne. Très vite, la Compagnie anglaise des Indes orientales prit le pouvoir sur le sous-continent. \r\n \r\nA la fin du XVIIIe siècle, l'Empire britannique perdit le contrôle de la majorité de ses treize colonies d'Amérique du Nord (qui donnèrent naissance aux États-Unis d'Amérique) au terme d'une révolution longue et meurtrière. Bien que fortement éprouvé par cet échec, l'empire poursuivit son expansion sans relâche, et au début du XXe siècle, l'Empire britannique était le plus grand et le plus puissant que l'histoire ait jamais connu, regroupant l'équivalent d'un quart de la surface terrestre et de la population mondiale.]=];
TEXT_12 = [=[Depuis toujours, le Royaume-Uni a deux objectifs principaux : empêcher les pays d'Europe de devenir de trop grandes puissances et s'assurer qu'aucun pays dans le monde ne construise une marine militaire capable de rivaliser avec la marine britannique. Durant le règne d'Élisabeth, l'Espagne représentait la plus grande menace. Pour s'en protéger, l'Angleterre tenta de ruiner l'ennemi en interceptant les trésors espagnols envoyés par bateau depuis les colonies et en provoquant des insurrections sur les terres espagnoles. Au XVIIe siècle, l'Angleterre mena une série de guerres contre les Pays-Bas dont la flotte menaçait la suprématie de la marine anglaise. \r\n \r\nAu XIXe siècle, le Royaume-Uni entra en guerre avec le puissant Empire français, dirigé par Napoléon Bonaparte. Les Français bénéficiaient d'une armée redoutable menée par l'un des plus illustres généraux de l'histoire, tandis que les Anglais ne comptaient que sur leur flotte et la taille de leur empire. La bataille dura 12 ans, mais Napoléon fut finalement vaincu. \r\n \r\nLe XXe siècle vit le Royaume-Uni se mesurer à l'Allemagne (et ses alliés) à deux reprises, lors de la Première et de la Deuxième Guerre mondiale. Ces guerres mirent la résistance des soldats à rude épreuve et quand bien même le Royaume-Uni sortit victorieux des conflits, les pertes humaines et économiques laissèrent la nation en piteux état et quasiment en faillite.]=];
TEXT_13 = [=[De nombreuses années furent nécessaires, mais le Royaume-Uni se remit totalement des deux guerres auxquelles il participa au cours du XXe siècle. Même si le pays ne fait plus partie des nations les plus puissantes du monde (les États-Unis et la Chine ayant décroché le titre de superpuissances), il reste tout de même à la tête d'une marine militaire extrêmement puissante, d'une économie solide et d'une culture florissante. Bien que faisant partie intégrante d'une Europe en plein essor, le Royaume-Uni n'en reste pas moins le plus grand allié des États-Unis. Il ne fait aucun doute que "l'île verte et agréable" continuera de jouer un rôle prépondérant dans les décisions et évènements mondiaux, aujourd'hui tout comme demain.]=];
TEXT_2 = [=[L'Angleterre occupe une grande partie de l'île de Grande-Bretagne (le Pays de Galles se situe à l'ouest et l'Écosse au nord). Avec une superficie avoisinant les 230 000 km², la Grande-Bretagne est légèrement plus grande que l'état américain du Kansas. Jusqu'aux environs de l'an 6000 av. J.-C., une bande de terre reliait la Grande-Bretagne à l'Europe mais depuis, les deux entités sont séparées par la Manche, dont la section la plus étroite ne mesure que 32 kilomètres de large. \r\n \r\nEn plus d'offrir de superbes paysages de collines vallonnées, l'Angleterre est pourvue de nombreuses ressources naturelles, telles que le charbon et les forêts gigantesques. Très apprécié pour ses plages bénéficiant des courants d'eau chaude en provenance de l'océan Atlantique, le pays est également réputé pour ses pluies abondantes et ses hivers doux.]=];
TEXT_3 = [=[La première description détaillée de l'Angleterre nous provient des Romains qui, sous le règne de Jules César, envahirent la Grande-Bretagne en 55 av. J.-C. César découvrit une île abritant environ un million de Celtes, répartis en différentes tribus en guerre et possédant une technologie digne de l'âge du fer. Le général mena deux expéditions sur l'île, et quand bien même il ressortit vainqueur de ses différents combats, des troubles agitant la Gaule l'obligèrent à quitter l'île avant de pouvoir y implanter son pouvoir. \r\n \r\nLes Romains retournèrent en Grande-Bretagne 90 ans plus tard, avec une seule et même idée en tête. En 43 apr. J.-C., quatre légions (représentant un total d'environ 20 000 soldats) placées sous le commandement d'Aulus Plautius débarquèrent quelque part sur la côte sud, ou sud-est (l'emplacement exact est inconnu) avant de s'enfoncer dans le pays. Après nombre de combats acharnés, les Romains vainquirent les forces locales et établirent la capitale de cette nouvelle province conquise à Camulodunum (Colchester). Au cours des 50 années qui suivirent, les Romains étendirent leurs frontières à l'ouest, conquérant le Pays de Galles qui opposa une résistance farouche, et au nord jusqu'au fleuve Tyne. En 122 de notre ère, la construction du mur d'Hadrien débuta. Cette fortification avait pour but de protéger la Bretagne romaine des Pictes (ancêtres des Écossais) installés dans les Highlands du nord. \r\n \r\nLes Romains continuèrent de gouverner la Grande-Bretagne pendant trois siècles, jusqu'en 410 apr. J.-C. Ils eurent une grande influence sur la population locale à qui ils firent bénéficier d'avancées remarquables dans les domaines de l'agriculture, de la technologie, de l'architecture et des lettres.]=];
TEXT_4 = [=[Alors que les forces militaires romaines se virent obligées de se retirer de Grande-Bretagne et d'Europe sous la pression des tribus germaniques telles que les Vandales, des seigneurs de guerre locaux s'emparèrent du pouvoir. Mais aucun d'eux n'avait les épaules suffisamment solides pour repousser les attaques incessantes et toujours plus puissantes lancées par les Pictes, les Irlandais et autres envahisseurs barbares. Selon la légende, le roi Vortigern invita les Saxons germaniques en Bretagne afin de combattre les Pictes, mais en 442 de notre ère, les Saxons se retournèrent contre leurs hôtes et conquirent une grande partie de la Basse-Écosse. Les Saxons restèrent au pouvoir pendant une cinquantaine d'années, jusqu'à ce qu'ils soient expulsés du pays par la cavalerie locale. \r\n \r\nAu milieu du VIe siècle, une nouvelle vague d'envahisseurs germaniques, les Anglo-Saxons, déferla sur le pays, poussant les habitants à trouver refuge en Cornouailles et au Pays de Galles. Les Anglo-Saxons gouvernèrent le pays pendant plusieurs siècles, période durant laquelle la population fut convertie au christianisme et éduquée dans les nouveaux monastères chrétiens. C'est à cette époque que les habitants du sud-est de la Grande-Bretagne commencèrent à se considérer comme "anglais".]=];
TEXT_5 = [=[Dès le IXe siècle, l'Angleterre (ainsi que l'Écosse et l'Irlande, pour ne pas mentionner l'Europe) subit les assauts répétés de tribus scandinaves également connues sous le nom de Vikings. Les Vikings capturèrent de nombreuses villes situées sur les côtes de la mer du Nord et, au milieu du IXe siècle, ils contrôlaient presque la moitié de la Grande-Bretagne, dont Londres. En 877, Alfred le Grand, roi du Wessex, parvint à stopper cette expansion au sud de l'Angleterre et durant les cinquante années qui suivirent, lui et ses héritiers se battirent sans relâche pour récupérer la totalité du territoire conquis par les Danois. Athelstan, le petit-fils d'Alfred, fut le premier roi à gouverner l'ensemble du territoire d'Angleterre en 924. \r\n \r\nCependant, les Danois n'avaient pas encore dit leur dernier mot. Une nouvelle vague d'invasions débuta en 980. Affaiblis par 20 années de combat ininterrompues, les Anglais capitulèrent en 1013 et acceptèrent Svein Ier en tant que nouveau roi. A la mort de ce dernier, c'est son fils Knut qui lui succéda. Il resta au pouvoir jusqu'en 1035. Les Danois et les Anglais coexistèrent de façon pacifique durant 30 ans, jusqu'en 1066, quand l'Angleterre fut de nouveau envahie.]=];
TEXT_6 = [=[Le 27 septembre 1066, Guillaume le Conquérant partit envahir l'Angleterre avec, à ses ordres, 6000 chevaliers et fantassins. Après avoir vaincu l'armée anglaise et tué le roi anglais Harold lors de la bataille d'Hastings, Guillaume gagna Londres. En décembre 1066, la majorité de la noblesse anglaise avait prêté serment d'allégeance à Guillaume qui fut couronné à l'Abbaye de Westminster le jour de Noël. Sous le règne du Normand, les relations historiques que le pays avait tissées avec la Scandinavie cessèrent et l'Angleterre se rapprocha de l'Europe.]=];
TEXT_7 = [=[Les 400 années qui suivirent furent très agitées. Luttes pour le pouvoir, guerres civiles, révoltes, guerres en Europe, en Écosse et ailleurs furent autant de coups durs pour l'Angleterre. Mais la liste ne s'arrête pas là ! Croisades, épidémies et famines se succédèrent, ainsi que bon nombre de rois prénommés Richard ou Henri, dont certains cédèrent à la folie. Malheureusement, des contraintes d'espace et de temps nous obligent à passer rapidement sur ces quatre siècles pour arriver directement au XVIe siècle et à l'ascension au pouvoir d'Élisabeth.]=];
TEXT_8 = [=[La reine Élisabeth Ière fut l'un des dirigeants les plus remarquables de l'histoire anglaise. Fille d'Henri VIII, Élisabeth accéda au trône alors que le pays (et l'Europe) connaissait une forte crise, tant sur le plan social que religieux. Intelligente, belle et courageuse, Élisabeth hérita d'un pays en faillite, proche de la guerre civile et sous la menace permanente de l'un de ses plus puissants voisins : l'Espagne. Durant son règne, Élisabeth Ière parvint à unifier le pays et repousser les attaques espagnoles, et elle entraîna l'Angleterre dans l'une des plus grandes périodes d'essor artistique et littéraire de l'histoire de l'humanité. Elle fut également à l'origine d'une expansion majeure de la marine nationale qui domina, et continue de dominer, les océans et les mers du monde entier. \r\n \r\nPour une biographie plus détaillée de la reine Élisabeth Ière, veuillez consulter l'entrée Civilopédia correspondante.]=];
TEXT_9 = [=[Élisabeth Ière mourut sans laisser de descendant. Le trône anglais fut donc attribué au fils de Marie Tudor, le roi Jacques VI d'Écosse, qui prit le pouvoir sous le nom de Jacques Ier d'Angleterre. Charles Ier, son successeur, fut renversé par le parlement après la révolution anglaise (1641-1645). La couronne fut réintégrée en 1660, mais son porteur étant "au service du parlement" jouissait de bien moins de pouvoirs qu'auparavant.]=];
TITLE = [=[Angleterre]=];};
Playable=true;
AIPlayable=true;
ShortDescription=[=[Angleterre]=];
Adjective=[=[anglais|anglaise|anglais|anglaises]=];
DefaultPlayerColor="PLAYERCOLOR_ENGLAND";
ArtDefineTag="ART_DEF_CIVILIZATION_ENGLAND";
ArtStyleType="ARTSTYLE_EUROPEAN";
ArtStyleSuffix="_EURO";
ArtStylePrefix="EUROPEAN";
PortraitIndex=6;
IconAtlas="CIV_COLOR_ATLAS";
AlphaIconAtlas="CIV_ALPHA_ATLAS";
MapImage="MapEngland512.dds";
DawnOfManQuote=[=[Je vous salue, votre Altesse Sérénissime, Reine Élisabeth Gloriana. Vous protégez et dirigez l'Angleterre, terre ancestrale et nation maritime de grand renom. Colonisée voilà près de 35 000 ans, l'île a vu passer d'innombrables vagues d'envahisseurs, qui finirent toutes par s'intégrer pour créer un même peuple. Bien que petite par la taille, l'Angleterre a dominé le monde pendant de nombreuses années, aussi bien grâce à sa marine que par ses artistes brillants et ses habiles marchands. C'est ainsi qu'elle acquit une puissance et une influence bien supérieures à ce qu'on aurait pu attendre de sa démographie. \r\n \r\nReine Élisabeth, ferez-vous entrer le peuple anglais dans un nouvel âge d'or ? La nation a une fois encore besoin de vous pour retrouver la paix et la prospérité. L'aiderez-vous à redevenir un symbole de grandeur ? Bâtirez-vous une civilisation capable de résister au passage du temps ?]=];
DawnOfManImage="DOM_Elizabeth.dds";
DawnOfManAudio="AS2D_DOM_SPEECH_ENGLAND";};
 
CIVILIZATION_FRANCE={
Type="CIVILIZATION_FRANCE";
Description=[=[Empire français]=];
CivilopediaTag={
FACTOID_HEADING = [=[France - Le saviez-vous ?]=];
FACTOID_TEXT = [=[Citations : \r\n"Face aux grands périls, le salut n'est que dans la grandeur". "Comment voulez-vous gouverner un pays où il existe 258 variétés de fromage ?" \r\n- Charles de Gaulle \r\n \r\nChaque été, plus d'une centaine de cyclistes participent au Tour de France, une course d'environ 3500 kilomètres que les sportifs parcourent en trois semaines. \r\n \r\nConstruit entre 1666 et 1681 dans le sud de la France, le Canal du Midi est le plus ancien canal d'Europe encore en fonctionnement. \r\n \r\nLa France se classe respectivement 1ère et 3e d'Europe, en termes d'espérance de vie pour les femmes et pour les hommes. \r\n \r\nLe français fut la langue officielle en Angleterre pendant plus de 300 ans (à partir de 1066 jusqu'au début du XIVe siècle). \r\n \r\nLa France produit certaines des meilleurs liqueurs du monde, notamment le Grand Marnier et le Cointreau. Le pays vend plus de 8 milliards de bouteilles de vin chaque année.]=];
HEADING_1 = [=[Histoire]=];
HEADING_10 = [=[La Réforme]=];
HEADING_11 = [=[Le XVIIe siècle]=];
HEADING_12 = [=[Le XVIIIe siècle]=];
HEADING_13 = [=[La Révolution]=];
HEADING_14 = [=[Napoléon Bonaparte]=];
HEADING_15 = [=[Le XIXe siècle]=];
HEADING_16 = [=[La Grande Guerre]=];
HEADING_17 = [=[La Deuxième Guerre mondiale]=];
HEADING_18 = [=[La France d'aujourd'hui]=];
HEADING_2 = [=[Terrain et climat]=];
HEADING_3 = [=[Gaule - partie I]=];
HEADING_4 = [=[Gaule - partie II]=];
HEADING_5 = [=[La chute de la Gaule romaine]=];
HEADING_6 = [=[Moyen Âge]=];
HEADING_7 = [=[Charlemagne et le Saint Empire romain germanique]=];
HEADING_8 = [=[Après l'Empire]=];
HEADING_9 = [=[La Guerre de Cent ans (1328-1429)]=];
TEXT_1 = [=[Située à l'ouest de l'Europe, partageant des frontières avec 8 pays et bordée par l'océan Atlantique, la Manche et la mer Méditerranée, la France est depuis longtemps l'une des grandes puissances politiques, militaires et culturelles du monde occidental.]=];
TEXT_10 = [=[À l'aube du XVIe siècle, perçue comme cupide et corrompue, l'Église catholique était extrêmement critiquée en Europe. En 1517, Martin Luther lui porta le coup final en publiant ses "95 Thèses", ouvrage condamnant les excès de l'Église. Le mouvement initié par Martin Luther fut très largement suivi en France à tel point qu'en 1534, le roi émit une première série de décrets anti-huguenots (protestants). Mais cela n'empêcha pas le mouvement de s'étendre. En 1562, les deux clans se lancèrent dans une guerre sans merci qui dura de nombreuses années. Elle prit fin en 1598, lors de la proclamation de l'édit de Nantes, reconnaissant la liberté de culte aux huguenots.]=];
TEXT_11 = [=[Au XVIIe siècle, le pouvoir accordé à la couronne fut intensifié grâce au travail d'un homme : Armand-Jean du Plessis, cardinal-duc de Richelieu. Richelieu fut un ministre très efficace et l'un des personnages les plus hauts en couleurs de l'histoire. Brillant, calculateur et impitoyable, il travailla sans relâche afin d'étendre le pouvoir et le prestige du roi et d'anéantir ses ennemis. Il lutta farouchement contre les protestants, qui conservèrent leur liberté religieuse mais se virent priver de leur puissance militaire. \r\n \r\nEn 1643, l'illustre Louis XIV s'empara du trône. Egalement connu sous le nom de "Roi Soleil", Louis XIV séduisit et apprivoisa l'aristocratie française, établissant sa cour (la plus opulente et fastueuse que le monde ait connu) au château de Versailles. Derrière cet homme aux airs de dandy se cachait un dirigeant plein d'ambition. Au cours de son règne, Louis XIV participa à trois guerres majeures et plusieurs autres conflits de moindre importance. Il demeura au pouvoir durant 72 longues années, avant de mourir en 1715. Il détient aujourd'hui encore le record du règne le plus long de l'histoire de la monarchie européenne.]=];
TEXT_12 = [=[Avec le XVIIIe siècle, arrivèrent de nombreux changements : la noblesse vit son pouvoir et sa fortune augmenter encore un peu, une classe moyenne fit son apparition et la situation de la classe paysanne s'aggrava. D'un point de vue intellectuel, les Lumières réussirent à écorner l'image des institutions traditionnelles telles que l'Église ou la monarchie aux yeux du peuple. En 1776, la Révolution américaine éclata, donnant l'exemple aux Français d'un peuple se débarrassant d'une monarchie oppressive afin d'instaurer une démocratie. La grogne et les protestations qui touchaient alors la France connurent un regain d'énergie.]=];
TEXT_13 = [=[En 1789, marchant sur les pas des Américains, les paysans français et la classe moyenne se révoltèrent contre la noblesse et le roi. La Révolution fut un épisode aussi violent que meurtrier lors duquel le roi et environ 50 000 citoyens furent guillotinés (la guillotine fut inventée pendant le Siècle des Lumières). \r\n \r\nLes premiers jours de la Révolution furent ponctués de faits décisifs, tels que la Prise de la Bastille, l'abolition de la noblesse et l'acceptation par le roi d'une monarchie constitutionnelle. Mais la nouvelle Assemblée dégénéra très rapidement en plusieurs factions luttant les unes contre les autres et incapables de gouverner. Le gouvernement n'intervenant pas, la Commune de Paris fit exécuter 1350 prisonniers. En septembre 1792, une convention constitutionnelle fut réunie et décida d'abolir la monarchie, mettant alors en place une république. L'Autriche et la Prusse exigèrent la restitution du roi et menaça le peuple français de représailles en cas de résistance. Le gouvernement révolutionnaire perçut cette demande comme une preuve indéniable de l'alliance conclue entre l'ennemi et le roi ; ce dernier fut alors condamné à mort et exécuté en janvier 1793. \r\n \r\nPlus tard au cours de cette même année, le "Comité de sûreté générale" déclencha le règne de la Terreur qui assura la sûreté du peuple en guillotinant entre 15 000 et 40 000 personnes, sans jugement préalable. Plusieurs révoltes éclatèrent ici et là : les paysans n'appréciaient guère les traitements outrageux que faisaient subir les Révolutionnaires à l'Église catholique. Mais les protestataires furent violemment réduits au silence. \r\n \r\nEn 1795, la nouvelle constitution française instaura une forme inédite de gouvernement. Le pouvoir exécutif était détenu par le Directoire, un groupe de cinq directeurs élus chaque année par la nouvelle législature bicamérale. Cependant, ce nouveau gouvernement s'avéra rapidement ingérable et, en 1799, un certain Napoléon Bonaparte s'empara du pouvoir.]=];
TEXT_14 = [=[Cet homme d'exception naquit en Corse et suivit une formation à l'École Royale d'Artillerie d'Auxonne. En 1799, il organisa un coup d'État et se nomma Premier Consul, poste qu'il inventa pour l'occasion. Environ cinq ans plus tard, il se couronna Empereur. Il resta à la tête du pays pendant 16 ans, transformant une France déchirée et ruinée par la Révolution en la nation la plus puissante d'Europe. Il attaqua et vainquit tous les pays se trouvant à sa portée (que les nations ennemies soient regroupées en alliances ou non) sauf un : l'Angleterre. Dans l'impossibilité de créer une flotte capable de rivaliser avec l'imposante marine anglaise, Napoléon se vit contraint d'épargner son pire ennemi. \r\n \r\nDurant quinze ans, Bonaparte alla de triomphe en triomphe dans toute l'Europe, jusqu'au jour tragique où il fut vaincu par une coalition à Leipzig, puis un an plus tard, à Waterloo. Pour plus d'informations concernant cet incroyable chef de guerre, veuillez consulter l'entrée Civilopédia correspondante.]=];
TEXT_15 = [=[Suite à la dernière défaite de Napoléon, les pays victorieux instituèrent une monarchie constitutionnelle en France qui perdura pendant 40 ans. Mais en 1848, Louis Napoléon, neveu de l'ancien Empereur, fut élu président par suffrage universel (masculin) et en 1852, il se nomma roi du pays. Il resta au pouvoir jusqu'en 1870. Mais en juillet de cette même année, abusé par le Premier ministre prussien Otto von Bismarck, il prit la regrettable décision de déclarer la guerre à la Prusse. Ce conflit fut un désastre humiliant pour les Français. Les Prussiens utilisèrent leur réseau ferroviaire afin de se regrouper avant même que l'armée française ne soit prête à combattre et, le 2 septembre 1870, Napoléon et son armée furent capturés. \r\n \r\nLa guerre se solda par le renversement de la monarchie (qui fut remplacée par la Troisième République) et l'annexion de l'Alsace-Lorraine par la Prusse/Allemagne. Les Français durent patienter quelques années avant de prendre leur revanche.]=];
TEXT_16 = [=[C'est un imbroglio de malentendus diplomatiques qui provoqua le déclenchement de la Première Guerre mondiale. En effet, les pays d'Europe formaient un étonnant réseau d'alliances en tout genre, signaient des traités contraignants et se faisaient confiance sans vraiment savoir ou mèneraient ces alliances. L'élément déclencheur de cette guerre fut amorcé par l'Empire austro-hongrois qui tenta d'annexer une partie de la Serbie après que l'archiduc François-Ferdinand d'Autriche fut assassiné par un terroriste serbe. L'archiduc fut tué le 28 juin 1914 et, dès le mois d'août, les Européens se livraient une guerre sans merci sur trois continents. \r\n \r\nLes pays se regroupèrent en deux partis : les puissances centrales (c'est-à-dire l'Allemagne, l'Empire austro-hongrois, l'Empire ottoman et la Bulgarie) et la Triple-Entente (composée du Royaume-Uni, de la France et de la Russie). Sur le front est, les Allemands prirent les Alliés de vitesse, détruisant une armée russe totalement dépassée, qui n'eut d'autre choix que de s'effacer. Sur le front ouest, les Allemands pénétrèrent sur le territoire français avant d'être stoppés près de Paris grâce à des opérations défensives de la dernière chance menées par les Français et les Britanniques. \r\n \r\nDurant les quatre années suivantes, les militaires installèrent plus de 750 kilomètres de tranchées au nord-est de la France. Des hommes y moururent par dizaines de milliers tandis que les survivants essayaient de gagner quelques centimètres de terrain chaque jour. Les terres étaient jonchées de cadavres, de fragments et de pièces d'artillerie non explosées ainsi que de produits chimiques. En 1917, les États-Unis entrèrent en guerre, contribuant ainsi à faire flancher le moral des troupes ennemies. En 1918, le gouvernement allemand fut renversé et le nouveau gouvernement signa l'armistice. \r\n \r\nDurant la guerre, la France fut saignée à blanc : deux millions de Français trouvèrent la mort (4% de la population) et plus de quatre millions furent blessés. Le territoire qui s'était trouvé au front ou derrière les lignes ennemies était totalement dévasté, offrant un paysage sinistre de villes en ruine et jonchées de corps. Le gouvernement exigea que l'Allemagne paie pour ses actes, d'une part pour permettre à la France de se reconstruire, d'autre part pour infliger une punition à l'ennemi. Bien que cette politique prouvât ses bienfaits à court terme, elle présenta également deux inconvénients majeurs. D'une part, le peuple allemand se sentit humilié par cette "punition" qui le rendit encore plus amer et ne fit qu'augmenter sa soif de vengeance. D'autre part, ce caprice français ne fut pas du goût des Américains, qui devinrent par la suite moins enclins à s'impliquer dans les querelles secouant l'Europe.]=];
TEXT_17 = [=[La Deuxième Guerre mondiale fut un échec à la fois cuisant et désastreux pour la France. Alors que les Allemands profitèrent de l'entre-deux guerres pour reconstruire leurs machines de guerre, les Français, ayant perdu une grande partie de leur main-d'œuvre, établirent la Ligne Maginot, une série de forteresses, de bunkers souterrains et de tranchées à la frontière allemande. Il est évident que si l'ennemi avait tenté de traverser cette ligne, il aurait subi de lourdes pertes, en termes de vies humaines mais aussi de temps. \r\n \r\nMalheureusement, pour des raisons politiques, les Français n'étendirent pas leur ligne jusqu'à la mer, ce qui aurait exclu la Belgique des défenses, le dirigeant belge ayant refusé de fortifier la frontière de son pays avec l'Allemagne de peur de froisser Hitler. Ainsi, lorsque les Allemands décidèrent d'envahir la France, ils se contentèrent de contourner la ligne Maginot et passèrent par la Belgique. Les Alliés furent incapables d'établir une ligne défensive stable les protégeant de l'attaque éclair allemande et la France fut envahie en quelques semaines. Elle capitula le 22 juin 1940. \r\n \r\nLe 6 juin 1944, les Britanniques, les Américains et les troupes de la France libre débarquèrent en Normandie et entamèrent la libération du pays. L'armée allemande battit en retraite, se défendant avec acharnement. Mais les troupes soviétiques en profitèrent pour envahir le territoire allemand par l'est. Fortement éprouvée par les pertes humaines sur les deux fronts, la destruction totale de ses engins aériens et les bombardements ininterrompus sur ses villes et usines, l'Allemagne comprit que la défaite était proche. Paris fut libérée le 25 août 1944 et l'Allemagne capitula les 7 et 8 mai 1945.]=];
TEXT_18 = [=[Dans les années qui suivirent la Deuxième Guerre mondiale, la France fut contrainte de se débarrasser de ses possessions d'outre-mer, se lançant dans de nouvelles guerres futiles et douloureuses en Algérie et au Vietnam. Dans le même temps, le gouvernement français reconstruisit un pays flambant neuf. Sa population très éclectique, incluant notamment de nombreux musulmans, ne fut pas sans poser de problèmes. Aujourd'hui encore, les différences culturelles qui existent entre l'Islam et l'Occident créent des conflits internes. \r\n \r\nLes arts français sont plus florissants que jamais et Paris, désormais surnommée la "Ville des Lumières", est redevenue le centre culturel du monde. La France fait partie des leaders de l'Union Européenne, aux côtés de son ancienne ennemie l'Allemagne. Cette réconciliation nous permet d'imaginer que la France, l'Europe et le monde sont tous trois promis à un brillant avenir.]=];
TEXT_2 = [=[La France est un pays à la topographie extrêmement variée : plaines, forêts et montagnes en constituent le paysage. Doté d'une terre incroyablement fertile, le pays est réputé pour bénéficier des meilleurs vignobles du monde et sa situation géographique exceptionnelle (dans une zone tempérée et bordée par la mer Méditerranée) permet à la France de jouir d'un climat doux, favorable à l'agriculture.]=];
TEXT_3 = [=[L'absence de courants forts dans la Méditerranée facilita l'exploration et la colonisation de la côte sud de la France. La Grèce établit la colonie de Massalia (aujourd'hui Marseille) dès l'an 600 av. J.-C. Cependant, les plus anciennes références écrites relatant l'exploration de l'intérieur du pays apparurent plusieurs siècles plus tard, lorsque les Romains débutèrent leurs campagnes dans la "Gaule transalpine" (de l'autre côté des Alpes) au premier siècle avant notre ère. Les Romains rencontrèrent majoritairement des tribus celtiques, ainsi que quelques peuples plus anciens, les Ibériens et les Liguriens. Ils croisèrent également la route de tribus germaniques en provenance du nord et de l'est, émigrant en Gaule. \r\n \r\nLa mainmise qu'exercèrent les Romains sur la Gaule fut progressive mais inexorable. En 121 av. J.-C., Rome envoya des troupes en Gaule pour aider Massilia alors aux prises avec des tribus celtiques de plus en plus oppressantes, mais aussi pour protéger la route qui reliait le territoire à l'Espagne (où les Romains possédaient des terres importantes). Cet épisode poussa Rome à faire du sud de la Gaule l'une de ses provinces (ce n'est pas un hasard si cette région est aujourd'hui mieux connue sous le nom de Provence). En 58 av. J.-C., César lança une grande campagne à l'intérieur de la Gaule. La guerre dura huit ans et, au terme du conflit, les Romains s'étaient plus ou moins emparés de la totalité du pays. \r\n \r\nSi on écarte les quelques révoltes importantes mais facilement étouffées lancées par les Gaulois, la Gaule demeura une province romaine stable pendant plusieurs siècles. Le pays prospéra sous l'égide romaine et on trouve encore aujourd'hui des villas de style romain dans les campagnes françaises. La Gaule servit de tremplin à l'expansion de l'Empire romain, qui étendit ses frontières au-delà de la Manche en Grande-Bretagne et au nord-est, dans les terres germaniques.]=];
TEXT_4 = [=[Aux IIIe et IVe siècles de notre ère, alors que la puissance de l'Empire romain commençait à perdre de son ampleur en Europe occidentale, la Gaule subit des pressions de plus en plus fortes de la part d'envahisseurs en provenance du nord et de l'est. En effet, Rome dut mobiliser ses troupes et les placer à des points stratégiques afin de protéger le Danube et empêcher les barbares d'entrer en Italie, laissant la Gaule sans véritable protection. Vers le milieu du IIIe siècle, les tribus germaniques des Alamans et des Francs envahirent la France. Rome ne récupéra son territoire qu'en 274 de notre ère. Les populations des campagnes se montrant de plus en plus hostiles et menaçantes, les villes furent fortifiées. Ce processus de défense dura jusqu'au Moyen Âge. \r\n \r\nLe christianisme, qui fut introduit en Gaule vers 250 apr. J.-C., devint la religion majeure du pays dès le IVe siècle.]=];
TEXT_5 = [=[En 395, Rome fut divisée en deux parties (est et ouest). La Rome occidentale se vit contrainte de délaisser la Gaule car la capitale dut se protéger des invasions barbares en provenance d'Autriche et d'Allemagne. Ainsi, en 405-406, un grand nombre de tribus germaniques traversèrent le Rhin pour se rendre en Gaule et certains peuples, comme les Francs ou les Burgondes, en profitèrent pour s'y établir. Les Wisigoths se dirigèrent vers le sud et occupèrent l'Aquitaine. En 476, les Romains ne détenaient plus aucun pouvoir sur la Gaule.]=];
TEXT_6 = [=[Au Moyen Âge (de 400 à 1200 apr. J.-C.), la France était divisée en plusieurs petits royaumes dirigés par les héritiers des anciens chefs de tribu germaniques. À la fin du Ve siècle, Clovis, le roi des Francs, réunit la plupart de ces royaumes (à l'exception de quelques tribus wisigoths entêtées du sud) en un seul. Clovis fut le premier des rois mérovingiens à régner sur le pays unifié. Il établit la capitale à Paris et gagna la reconnaissance de l'empereur romain, qui reconnut sa légitimité. \r\n \r\nLorsque Clovis mourut en 511, ses quatre fils se partagèrent le royaume avant de se mener une lutte acharnée pendant cinquante ans, chacun voulant régner en seul maître sur la globalité du territoire. L'un des frères décéda, et les autres se partagèrent son territoire. Cette mascarade continua jusqu'en 558, quand trois des quatre frères furent décédés. Le royaume mérovingien resta unifié pendant encore 9 années. Mais à la mort du roi, le territoire fut de nouveau divisé entre ses fils. Ce cycle de conquêtes et de divisions se répéta pendant plusieurs siècles, coûtant la vie à des milliers de soldats à chaque génération. \r\n \r\nÀ l'aube du VIIIe siècle, une autre famille franque arriva sur le devant de la scène et affronta les Mérovingiens. Basés en Austrasie du Nord, les Carolingiens vainquirent leurs voisins et finirent par dominer le nord de la France/Allemagne actuelles. Au départ, les Carolingiens soutinrent les Mérovingiens, mais lorsque le roi Théodoric IV mourut en 737, le roi carolingien Charles Martel était suffisamment puissant pour s'emparer du pouvoir. Durant son règne, Charles parvint à arrêter les incursions musulmanes en France et étendit son pouvoir en Allemagne. \r\n \r\nC'est Pépin le Bref qui succéda à Charles sur le trône. Il reçut même la bénédiction du Pape de Rome. À sa mort, ses fils se partagèrent le royaume. L'aîné, Carloman Ier, ne vécut pas longtemps, contrairement à son frère, Charlemagne, qui marqua l'histoire du pays.]=];
TEXT_7 = [=[À la mort de son père, en 768, et de son frère, en 771, Charlemagne devint roi des Francs. Il mena une politique expansionniste en Allemagne et en Espagne (alors aux mains des musulmans). Bien qu'il fût couronné de succès face aux Germains, il n'en fut pas de même contre les émirs d'Espagne. Il intervint en Italie pour soutenir le Pape dont les territoires étaient menacés par les Lombards. Il vainquit ces derniers et devint leur roi, puis il créa les États pontificaux, ce qui lui valut la reconnaissance de l'Église. \r\n \r\nÀ la fin du VIIIe siècle, Charlemagne était le dirigeant le plus puissant de l'Europe occidentale, à la tête d'un territoire qui regrouperait aujourd'hui la France, l'Allemagne de l'Ouest, le Benelux et le nord de l'Italie. En 800, le pape Léon III le couronna empereur du Saint Empire romain germanique, faisant de lui le successeur légitime de César. \r\n \r\nAprès la mort de Charlemagne en 813, son fils Louis le Pieux hérita du trône. À sa mort, les petits-fils de Charlemagne se disputèrent le territoire et, en 843, lors du traité de Verdun, le Saint Empire romain germanique fut divisé en trois sections, selon un tracé nord/sud. Ces royaumes furent baptisés Francie orientale (à l'est), Francie occidentale (à l'ouest) et la Francie médiane (au centre). Bien que plus petite, la France occidentale avait globalement les mêmes frontières que la France moderne et certains historiens estiment que la création de la France remonte au traité de Verdun.]=];
TEXT_8 = [=[Les nouveaux royaumes ne furent pas vraiment des modèles de stabilité. Le peuple français subit 300 années de guerres incessantes et de querelles familiales entre rois et nobles qui tentaient d'assouvir leur dominance et leur légitimité. Et l'arrivée des Vikings compliqua considérablement les choses. Ils pénétrèrent dans le territoire jusqu'à Paris et acceptèrent de repartir en échange d'une forte somme. Les Vikings firent des allées et venues jusqu'au Xe siècle et certains s'établirent même définitivement en Normandie. Les dirigeants eurent également à traiter avec les monarques anglais qui revendiquaient les territoires de l'ouest, comprenant des portions de l'Aquitaine, de la Bretagne et de la Lombardie. Plusieurs siècles furent nécessaires afin de repousser les Anglais hors du continent. \r\n \r\nÀ l'approche du nouveau millénaire, la famille des Capétiens s'empara de la couronne française. Les membres de cette famille passèrent également beaucoup de temps à se quereller, tout comme les nobles de cette époque. \r\n \r\nLe roi Philippe II, qui régna de 1180 à 1223, travailla dur pour renforcer la monarchie. Lorsqu'il n'était pas au combat dans le cadre des Croisades en compagnie de son ami Richard Cœur de Lion, Philippe s'évertuait à réorganiser le gouvernement, moderniser l'économie du pays et combattre les Anglais, les Flamands et les Allemands. Le roi Louis IX (qui régna de 1226 à 1270) poursuivit le travail de son prédécesseur.]=];
TEXT_9 = [=[Au début du XIVe siècle, la France était le pays le plus puissant du continent. En 1328, Philippe VI accéda au pouvoir. Edouard III, roi d'Angleterre, possédait l'Aquitaine et revendiqua la place sur le trône. Mais en 1337, Philippe VI confisqua l'Aquitaine et, en guise de réponse, Edouard III déclara la guerre à la France. \r\n \r\nLes Anglais exploitèrent leur marine militaire exceptionnelle et fomentèrent une rébellion parmi les sujets flamands de France. En 1346, l'armée anglaise remporta la célèbre bataille de Crécy mais son succès ne dura pas. Les Anglais furent contraints de quitter le continent les mains vides. En 1347, la peste noire frappa le pays, faisant des milliers de morts et mettant un terme momentané à la guerre. Les combats reprirent de plus belle dans les années 1350, au cours desquels le roi de France fut capturé par les Anglais. Ces derniers exigèrent une énorme rançon en échange de la liberté du souverain. Les Français refusèrent de payer et le roi mourut en captivité à Londres. La guerre se poursuivit jusqu'en 1420, année où le traité de Troyes fut signé, prévoyant que Henri VI porterait la double casquette (ou double couronne, en l'occurrence) de roi d'Angleterre et roi de France. \r\n \r\nMais les Français n'avaient pas dit leur dernier mot. Charles VIII revendiqua le trône et nombre de ses compatriotes firent leur possible pour l'aider à le reconquérir. Parmi eux, se trouvait une jeune paysanne prénommée Jeanne d'Arc. En quelques années, Jeanne mena le peuple français à la victoire. Charles fut couronné en 1429 et Jeanne mourut sur le bûcher un an plus tard.]=];
TITLE = [=[France]=];};
Playable=true;
AIPlayable=true;
ShortDescription=[=[France]=];
Adjective=[=[français|française|français|françaises]=];
DefaultPlayerColor="PLAYERCOLOR_FRANCE";
ArtDefineTag="ART_DEF_CIVILIZATION_FRANCE";
ArtStyleType="ARTSTYLE_EUROPEAN";
ArtStyleSuffix="_EURO";
ArtStylePrefix="EUROPEAN";
PortraitIndex=7;
IconAtlas="CIV_COLOR_ATLAS";
AlphaIconAtlas="CIV_ALPHA_ATLAS";
MapImage="MapFrance512.dds";
DawnOfManQuote=[=[Que votre vie soit longue et votre triomphe immense, premier consul et empereur de France, Napoléon Ier, dirigeant du peuple français. La France est au coeur de l'Europe. Paris est depuis longtemps le noyau mondial de la culture, des arts et des lettres. Bien qu'entourée de rivaux, et souvent d'ennemis, la France a su résister et rester une grande nation. Ses armées ont parcouru le monde, accumulant les victoires, et ses soldats et généraux sont parmi les plus réputés de toute l'histoire. \r\n \r\nNapoléon Bonaparte, la France attend de vous que vous reconstruisiez votre empire et que vous la meniez une fois de plus à la gloire et à la grandeur. Votre nation souhaite redevenir l'épicentre de la culture et du raffinement. Empereur, repousserez-vous une fois de plus les attaques ennemies ? Bâtirez-vous une civilisation capable de résister au passage du temps ?]=];
DawnOfManImage="DOM_Napoleon.dds";
DawnOfManAudio="AS2D_DOM_SPEECH_FRANCE";};
 
CIVILIZATION_GERMANY={
Type="CIVILIZATION_GERMANY";
Description=[=[Empire allemand]=];
CivilopediaTag={
FACTOID_HEADING = [=[Allemagne - Le saviez-vous ?]=];
FACTOID_TEXT = [=[Les "autobahn" allemandes constituent le plus ancien réseau d'autoroutes au monde ; la vitesse limite de 130 km/h y est recommandée mais pas obligatoire. \r\n \r\nLa plus ancienne caisse d'épargne au monde fut ouverte à Oldenbourg en 1786. \r\n \r\nIl y a plus de 1300 brasseries en Allemagne, qui produisent pas loin de 5000 sortes de bières. En terme de consommation annuelle de bière par habitant, les Allemands se classent 3e au monde, avec plus de 115 litres par personne et par an, après les Tchèques et les Irlandais. \r\n \r\nLa cathédrale d'Ulm est l'église la plus haute au monde, sa principale flèche dépassant les 161 mètres. \r\n \r\nLes oursons gélifiés furent inventés par un confiseur allemand, Hans Riegel, en 1922.]=];
HEADING_1 = [=[Histoire]=];
HEADING_10 = [=[Chute de l'Allemagne (1ère partie)]=];
HEADING_11 = [=[Naissance de l'Allemagne (2e partie)]=];
HEADING_12 = [=[Chute de l'Allemagne (2e partie)]=];
HEADING_13 = [=[Naissance de l'Allemagne (3e partie)]=];
HEADING_14 = [=[Chute de l'Allemagne (3e partie)]=];
HEADING_15 = [=[Naissance de l'Allemagne (4e partie)]=];
HEADING_2 = [=[Terrain et climat]=];
HEADING_3 = [=[Préhistoire]=];
HEADING_4 = [=[Les Romains]=];
HEADING_5 = [=[Les Huns]=];
HEADING_6 = [=[Francs]=];
HEADING_7 = [=[Charlemagne et le Saint Empire romain germanique]=];
HEADING_8 = [=[Naissance de l'Allemagne (1ère partie)]=];
HEADING_9 = [=[Moyen Âge]=];
TEXT_1 = [=[Même si divers peuples germaniques ont occupé le nord de l'Europe centrale pendant des millénaires, l'entité politique moderne connue sous le nom d'Allemagne est très jeune puisqu'elle a été créée par l'homme politique prussien Otto Von Bismarck presque à lui tout seul, il y a environ 140 ans. Au cours de sa brève histoire, l'Allemagne a eu un impact profond, avec de bons et de mauvais côtés, sur l'histoire du monde.]=];
TEXT_10 = [=[Les héritiers de Frédéric s'avérèrent incapables d'unifier le Saint Empire Romain germanique de plus en plus morcelé, et lorsque Frédéric II, le petit-fils de Barberousse, mourut en 1250, la couronne resta vacante pendant un certain temps. Même si elle finit par être à nouveau portée, la monarchie ne devait jamais retrouver son pouvoir. \r\n \r\nÀ la fin du XIVe siècle, le démembrement de l'empire était achevé.]=];
TEXT_11 = [=[Ce qui devait devenir l'Allemagne fut divisée pendant cinq longs siècles. Au XVIIIe, l'Autriche des Habsbourg et le Royaume de Prusse étaient les deux puissances dominantes ; au début du XIXe siècle, elles participèrent aux guerres napoléoniennes qui bouleversèrent l'Europe. En 1814, au congrès de Vienne consécutif à la défaite de Napoléon, nombre des États de l'ancien empire germanique furent rassemblés dans la Confédération germanique. L'Autriche et la Prusse cherchèrent toutes deux à dominer la Confédération, leurs querelles et leurs incessantes luttes de pouvoir laissant le nouvel État affaibli et divisé. \r\n \r\nEn 1861, le Roi Guillaume Ier de Prusse nomma Otto von Bismarck chancelier de Prusse. Trois courtes années plus tard, Bismarck mena son pays à la guerre contre le Danemark, rattachant des terres de ce pays à l'empire de Prusse. En 1866, la Prusse se retrouva en guerre contre l'Autriche, après que les machinations habiles de Bismarck furent parvenues à isoler et à affaiblir l'Empire des Habsbourg. La Prusse remporta facilement la victoire et expulsa son ancienne rivale de la Confédération. \r\n \r\nEn 1870, la Prusse entra en guerre contre la France, utilisant son incomparable réseau de voies ferrées pour lancer une attaque éclair qui prit les Français complètement au dépourvu. Écrasés, ceux-ci durent accepter le rattachement de l'Alsace et de la Lorraine à la Prusse. Ayant battu successivement les deux puissances qui auraient pu s'opposer à lui, Bismarck et les Prussiens annoncèrent la formation de l'Empire allemand, l'ancêtre direct de l'actuelle Allemagne. L'Allemagne allait dominer l'Europe centrale pendant 50 ans.]=];
TEXT_12 = [=[L'histoire de la Première Guerre mondiale est bien connue. Elle partit d'un terrible échec diplomatique, provoqué par des hommes de moindre talent qui voulurent reproduire les tactiques de Bismarck. Dans les années qui précédèrent cet horrible cataclysme, les grandes puissances européennes se séparèrent inéluctablement en deux camps armés, chacun des membres étant lié par un labyrinthe d'accords diplomatiques qui laissaient peu d'espace pour une véritable diplomatie. Le pays A était lié par traité au pays B, qui s'était engagé à venir en aide à un pays C s'il devait entrer en guerre contre un pays D, lui même allié aux pays E, F et G. \r\n \r\nEn 1914, tout le château de cartes s'écroula à l'occasion d'une grossière tentative de l'Autriche-Hongrie pour mettre la main sur la Serbie. Prétextant l'assassinat d'un noble austro-hongrois par un anarchiste serbe, l'Autriche-Hongrie déclara la guerre à la Serbie. La Russie honora le traité qui la liait à la Serbie et déclara la guerre à l'Autriche-Hongrie. L'Allemagne, alliée de l'Autriche-Hongrie, mobilisa alors ses troupes pour attaquer la Russie, ce qui entraîna la France (qui pleurait encore la perte de l'Alsace et de la Lorraine 40 ans plus tôt) à mobiliser son armée contre l'Allemagne. L'Angleterre, alliée de la France et de la Russie, n'eut d'autre choix que de déclarer la guerre à l'Allemagne et à l'Autriche-Hongrie. \r\n \r\nMême si, au début, l'Allemagne et ses alliés obtinrent des victoires en neutralisant la Russie et en envahissant la moitié de la France, ils ne purent administrer le coup de grâce, et le conflit dégénéra en une horrible guerre des tranchées qui dura quatre ans. La maîtrise britannique des mers et l'entrée en guerre des États-Unis finirent par briser la volonté allemande. Las de la guerre, pressé sur tous les fronts, et n'entrevoyant plus aucun espoir de victoire, le peuple allemand se révolta. Le Kaiser s'enfuit aux Pays-Bas et le peuple proclama la république. Le 11 novembre 1918, l'armistice fut signé. A la fin de la guerre, 15 millions de personnes avaient été tuées et la moitié de l'Europe n'était plus qu'une décharge boueuse, mélange de cadavres et de munitions non explosés. \r\n \r\nLes vainqueurs ne furent guère tendres avec l'Allemagne. La France reprit l'Alsace et la Lorraine contestées, et les alliés imposèrent d'énormes réparations de guerres au vaincu ruiné, qui n'avait par ailleurs plus le droit de disposer d'une armée substantielle (l'Autriche-Hongrie ne s'en sortit pas mieux puisqu'elle fut démembrée sur une base ethnique entre l'Autriche, la Hongrie, la Tchécoslovaquie et la Yougoslavie, l'Empire ottoman subissant le même sort). \r\n \r\nL'Allemagne, prostrée, en faillite, vivait sous la menace d'une occupation étrangère si elle ne payait pas les réparations à ses voisins (qui, il faut bien l'avouer, n'étaient pas en meilleur état, et avaient un besoin désespéré de cet argent pour leur reconstruction). Beaucoup se demandèrent si elle pourrait se relever un jour de la catastrophe de la Première Guerre mondiale.]=];
TEXT_13 = [=[Là encore, les événements qui menèrent à la Deuxième Guerre mondiale sont bien connus. Exploitant la colère et l'humiliation du peuple allemand, Adolf Hitler et son parti nazi (national-socialiste) fasciste prirent le pouvoir. Les Allemands rebâtirent leur pays, leur économie et leur armée avec une stupéfiante rapidité, tout en persécutant tous les jours plus férocement les Juifs, les homosexuels, les Tziganes et bien d'autres minorités. \r\n \r\nPendant que les anciens ennemis de l'Allemagne l'observaient placidement, Hitler rattacha l'Autriche à l'Allemagne, puis annexa la Tchécoslovaquie. Isolée par la France, l'Angleterre et les États-Unis, la Russie communiste de Staline aida l'Allemagne à démembrer la Pologne. Ceci amena la France et l'Angleterre à déclarer la guerre à l'Allemagne sans qu'aucun de ces deux pays n'ait le potentiel militaire pour lancer une offensive contre l'armée d'Hitler. \r\n \r\nEn 1940, l'Allemagne envahit la France en passant par les Pays-Bas et la Belgique. Les défenses de la France prises à revers, les chars allemands vinrent rapidement à bout du matériel dépassé des Français et des Britanniques. En un peu plus d'un mois, la France avait capitulé et les Britanniques avaient été rejetés hors du continent. \r\n \r\nEn 1941, l'Allemagne dirigea son attention vers l'Est. Sa puissante machine de guerre creusa un sillon sanglant dans le ventre de l'Union Soviétique, exterminant des armées entières jetées à la hâte en travers de sa route pour retarder sa progression. Fin 1941, l'Allemagne semblait sur le point de détruire l'Union soviétique et d'affirmer sa main mise sur toute l'Europe continentale.]=];
TEXT_14 = [=[Malgré ses premiers succès stupéfiants, l'Allemagne ne parvint pas à détruire l'Union soviétique. Décapitée par la purge ordonnée par Staline quelques années auparavant parmi ses officiers, mal équipée et mal entraînée, l'Armée rouge se battit héroïquement pour enrayer la progression allemande. Au prix de terribles pertes, elle stoppa les Allemands devant Leningrad et Moscou, gagnant un temps précieux pour que Staline pût équiper et entraîner une immense force militaire puis contre-attaquer. \r\n \r\nSur le front de l'ouest, les choses prirent une mauvaise tournure pour l'Allemagne avec l'entrée en guerre des États-Unis (à la suite de l'attaque japonaise contre Pearl Harbor). Les forces américaines et britanniques commencèrent à repousser l'armée allemande en Afrique d'abord, puis en Italie. Alors que les troupes russes progressaient vers l'ouest malgré la défense acharnée des Allemands, les Américains et les Britanniques débarquèrent en France, ouvrant un nouveau front contre les armées d'Hitler. Saignée à blanc et incapable de se battre sur autant de fronts, l'armée allemande s'écroula enfin. Hitler se suicida et, le 8 mai 1945, l'Allemagne capitula. \r\n \r\nL'Allemagne paya ses fautes au prix fort. Des millions d'Allemands moururent durant la guerre, y compris un nombre épouvantable de Juifs allemands assassinés par leurs propres compatriotes. L'Union soviétique (qui souffrit elle-même de dizaines de millions de morts) étendit ses frontières dans l'ancienne Pologne qui reçut en retour la partie orientale de l'Allemagne et notamment toute la Prusse, d'où quinze millions d'Allemands furent chassés vers ce qui restait de leur pays. L'Allemagne fut divisée par les alliés, la Russie occupant l'Allemagne de l'Est alors que la France, le Royaume-Uni et les États-Unis occupaient l'Allemagne de l'Ouest et la moitié de Berlin.]=];
TEXT_15 = [=[Après la Deuxième Guerre mondiale, l'Allemagne opéra un incroyable rétablissement. Puis, grâce à la fin de la Guerre froide et à l'implosion de l'Union soviétique, les deux Allemagne furent réunifiées, reformant une puissance économique de premier plan en Europe. L'Allemagne est devenue un membre enthousiaste de l'Union européenne, et peut-être, plus étrangement encore, une amie proche et une alliée de la France. Le peuple allemand semble assumer la responsabilité des atrocités commises par son pays durant la Deuxième Guerre mondiale et tout mettre en œuvre pour s'assurer que cela ne se reproduise jamais. En bref, l'Allemagne est devenue une puissance au service de la paix et de l'unité dans le monde du XXIe siècle.]=];
TEXT_2 = [=[L'Allemagne englobe une grande variété de reliefs, des monts enneigés du sud aux paysages occidentaux vallonnés en passant par les vastes plaines orientales. Elle est traversée par plusieurs grands fleuves qui arrosent ses champs et facilitent le transport de marchandises. Ses collines et ses montagnes regorgent de ressources naturelles et ses plaines sont fertiles. L'Allemagne jouit d'un climat tempéré et de pluies abondantes, des conditions idéales pour l'agriculture de type européen.]=];
TEXT_3 = [=[Pendant des siècles, le nord de l'Europe centrale fut occupé par des peuples germaniques, ainsi appelés car ils parlaient les langues germaniques (par opposition aux langues, disons, romantiques de l'Italie, de la France et de l'Espagne). Des traces témoignent de la présence de tribus germaniques dans le nord de l'Allemagne dès l'Âge de Bronze. Apparemment, à cette époque, le sud de l'Allemagne était peuplé de tribus d'origine celte, finalement "germanisées" lorsque l'influence de leurs voisines germaniques s'étendit vers le sud.]=];
TEXT_4 = [=[Les premiers renseignements historiques sur les tribus germaniques qui nous sont parvenus datent de 50 av. J.-C., lorsque le général romain Jules César eut à les combattre dans le cadre de sa conquête de la Gaule (une zone qui recouvre approximativement la France actuelle). César désigna le Rhin comme frontière orientale de la Gaule, au-delà de laquelle vivaient les "barbares" germaniques. \r\n \r\nLes peuples romain et germanique parvinrent à maintenir une paix précaire (ponctuée de diverses incursions et autres escarmouches de frontière) pendant quarante ans, jusqu'à environ 10 av. J.-C., date à laquelle l'armée romaine envahit le territoire germanique sur deux axes, l'un en franchissant le Rhin à l'ouest, l'autre en franchissant le Danube à l'est. Cela devait s'avérer une grosse erreur, les barbares se révélant d'excellents combattants et exterminant plusieurs légions romaines. Les Romains humiliés se retirèrent derrière le Danube et le Rhin et s'abstinrent de toute nouvelle tentative pendant plusieurs siècles. Les deux camps cohabitèrent plus ou moins pacifiquement jusqu'à 350 apr. J.-C. \r\n \r\nAu cours de cette période, le commerce se développa entre Germains et Romains, les premiers échangeant des matières premières contre les produits de luxe fabriqués par les seconds. Avec le temps, les Germains apprirent des Romains la poterie et des techniques agricoles améliorées et finirent même par adopter leur monnaie.]=];
TEXT_5 = [=[Au cours du IVe siècle, les Huns venus d'Orient accrurent leur pression sur les tribus germaniques en s'installant sur leur territoire. Ce faisant, ils repoussèrent les Germains en territoire romain. Pendant environ cinquante ans, des parties de l'Empire romain furent envahies par les Wisigoths, les Suèves et les Vandales. La cité de Rome fut même plusieurs fois mise à sac et plusieurs empereurs romains perdirent la vie en combattant les envahisseurs. Finalement, les Romains conclurent un accord avec certains de leurs envahisseurs, leur offrant des terres et leur protection contre les Huns. \r\n \r\nA la mort d'Attila en 453, l'empire des Huns s'effondra et les tribus germaniques s'émancipèrent de la protection romaine. Un certain nombre proclama son indépendance vis à vis de Rome et, très vite, un royaume wisigoth fut créé dans le sud-ouest de la Gaule, un royaume burgonde dans le sud-est de la Gaule, un royaume franc au nord et le royaume lombard le long du Danube ; l'Empire romain d'Occident cessa alors d'exister.]=];
TEXT_6 = [=[Une fois établis au nord-ouest de la Gaule, les "Francs" (les peuples germaniques de la Gaule romaine) commencèrent à s'étendre vers l'est de l'autre côté du Rhin où les tribus germaniques qui avaient résisté aux Romains restaient farouchement indépendantes. Leur soumission allait nécessiter trois siècles de guerre, de conquête, de révolte, de trahison, de vengeance et encore de guerre. La religion fut l'un des grands obstacles à la paix car les Francs avaient embrassé la religion chrétienne et cherchaient à évangéliser les terres barbares. Or les tribus germaniques païennes refusaient d'abandonner leurs croyances. Finalement le christianisme l'emporta à l'issue d'un processus long (et souvent sanglant). \r\n \r\nLes Francs eux-mêmes ne constituaient pas une entité monolithique homogène : ils passaient autant de temps à se battre entre eux qu'à affronter leurs ennemis étrangers. La première lignée de souverains, les Mérovingiens, se maintint au pouvoir jusqu'au milieu du VIIIe siècle, lorsqu'elle fut renversée par les Carolingiens, une faction rivale du nord. Les Carolingiens bénéficièrent d'une série de rois très compétents qui, alliés à l'église catholique, étendirent la suprématie des Francs sur presque toute l'Europe centrale.]=];
TEXT_7 = [=[Le plus grand des Carolingiens, Charlemagne (742-814), fut un brillant chef militaire et un politicien avisé. Il poursuivit la politique de soumission des tribus germaniques de son père et de son grand-père et étendit son empire vers le sud de la France puis vers l'Italie. En échange de la protection de Rome contre les Sarrasins et les Byzantins, le pape le couronna empereur du Saint-Empire Romain. Aujourd'hui, Charlemagne est considéré comme l'un des fondateurs de la France et de l'Allemagne, sans oublier qu'il fut le premier depuis les Romains à unifier toute l'Europe de l'Ouest. \r\n \r\nA la mort de Charlemagne, son unique fils, Louis Ier, dit le Pieux, monta sur le trône. Louis eut plusieurs fils et, lorsqu'il mourut, l'Empire fut divisé entre eux. Beaucoup d'années devaient s'écouler avant qu'une seule personne dirige à nouveau une si vaste partie de l'Europe.]=];
TEXT_8 = [=[Fils de Louis le Pieux, Louis, dit le Germanique, hérita de la partie orientale du Saint-Empire Romain, qui comprenait le Royaume de Bavière et d'autres territoires qui constitueraient l'Allemagne médiévale. Il passa le plus clair de son règne à combattre les Slaves, les Vikings et ses frères, qui avaient hérité des parties centrale et occidentale de l'Empire de Charlemagne (régions qui devaient devenir la France et le Benelux). Louis, dit le Germanique, régna pendant 50 ans (à peu près entre 825 et 876), assurant la stabilité politique de son royaume affligé par les guerres. Lorsque les guerres contre ses voisins lui en laissèrent le loisir, Louis s'intéressa à la littérature primitive allemande et soutint la création de monastères dans son pays.]=];
TEXT_9 = [=[Pendant les deux siècles qui suivirent le règne de Louis, la pression exercée par les Danois, les Sarrasins et les Magyars affaiblit considérablement le pouvoir central qui, jugé incapable de défendre ses sujets, dut déléguer son autorité à des seigneurs locaux, aboutissant à la création d'un patchwork de petits duchés en grande partie indépendants sinon officiellement en tout cas dans les faits. Après la mort du dernier roi carolingien germanique, les ducs germaniques élurent d'abord un duc franc comme roi, qu'ils démirent pour incompétence au profit d'un duc saxon. \r\n \r\nLes Saxons restèrent au pouvoir pendant plusieurs siècles. Ils parvinrent à contenir les assauts des barbares orientaux (même si une tentative d'étendre leur influence vers l'est s'avéra désastreuse). À la fin du Xe siècle, Otton Ier avait envahi et conquis la majeure partie de l'Italie. Le pape Jean XII le couronna empereur, inaugurant une longue alliance entre la Germanie et l'Église qui devait durer plus d'un siècle. \r\n \r\nMais cette alliance devait s'arrêter un jour. Les papes finirent par s'irriter du pouvoir de plus en plus étendu de l'empereur du Saint Empire sur leurs propriétés et leur personnel. À l'intérieur de l'Église, des réformateurs condamnèrent la corruption des évêques et des abbés qui achetaient leur charge auprès du roi et des ducs (le péché de simonie), clamant que seul le pape pouvait les nommer. La crise atteignit un sommet en 1075, lorsque l'empereur Henri IV demanda l'abdication du pape Grégoire VII. Grégoire réagit en l'excommuniant. Devant la menace d'une guerre civile, Henri IV quémanda le pardon du pape. Celui-ci le lui accorda, mais Henri IV, fort affaibli, ne put écraser dans l'oeuf la révolte qui dura plus de vingt ans. Henri IV survécut mais la monarchie germanique se trouva durablement affaiblie par cet épisode. \r\n \r\nAu cours de la même période, la puissance germanique continua de se renforcer en Europe centrale car les rois de Germanie et les duchés conquirent et colonisèrent de nouveaux territoires à l'est et à l'ouest. L'empereur Frédéric Ier, dit Barberousse, qui régna de 1152 à 1190, se lança à la reconquête de la Lombardie et de l'Italie. Bien qu'il dût échouer face aux Lombards, lui (et ses héritiers) obtinrent des gains substantiels en Italie. Frédéric mourut en 1190 à la tête de la funeste Troisième Croisade vers la Terre Sainte. Selon la légende, il se noya en prenant un bain.]=];
TITLE = [=[Allemagne]=];};
Playable=true;
AIPlayable=true;
ShortDescription=[=[Allemagne]=];
Adjective=[=[allemand|allemande|allemands|allemandes]=];
DefaultPlayerColor="PLAYERCOLOR_GERMANY";
ArtDefineTag="ART_DEF_CIVILIZATION_GERMANY";
ArtStyleType="ARTSTYLE_EUROPEAN";
ArtStyleSuffix="_EURO";
ArtStylePrefix="EUROPEAN";
PortraitIndex=8;
IconAtlas="CIV_COLOR_ATLAS";
AlphaIconAtlas="CIV_ALPHA_ATLAS";
MapImage="MapGermany512.dds";
DawnOfManQuote=[=[Je vous salue, puissant Bismarck, premier chancelier de l'Empire allemand ! L'Allemagne est une grande nation, façonnée sur les ruines du Saint Empire romain germanique, avant d'être unifiée en 1871, voilà presque un siècle et demi. Le peuple allemand s'est révélé créatif, appliqué et redoutable au combat. Bien qu'elle ait essuyé d'immenses catastrophes au cours de la première moitié du XXe siècle, l'Allemagne reste une puissance économique, artistique et technologique mondiale. \r\n \r\nGrand prince de Bismarck, le peuple allemand a besoin que vous redoriez le blason de sa nation. Sa foi est inébranlable, et il se tourne vers vous, son bien-aimé "chancelier de fer", afin que vous le guidiez une fois de plus. Accepterez-vous de régner et de triompher par le sang et le fer, ou d'encourager les arts et l'industrie du pays ? Bâtirez-vous une civilisation capable de résister au passage du temps ?]=];
DawnOfManImage="DOM_Bizmark.dds";
DawnOfManAudio="AS2D_DOM_SPEECH_GERMANY";};
 
CIVILIZATION_GREECE={
Type="CIVILIZATION_GREECE";
Description=[=[Empire grec]=];
CivilopediaTag={
FACTOID_HEADING = [=[Grèce - Le saviez-vous ?]=];
FACTOID_TEXT = [=[En Grèce, on n'est jamais à plus de 130 kilomètres de la mer. \r\n \r\nL'hymne national comprend 158 couplets ; à ce jour, on ne connaît personne qui les sache tous par cœur. \r\n \r\nLancer une pomme à une femme était la façon traditionnelle de la demander en mariage.]=];
HEADING_1 = [=[Histoire]=];
HEADING_10 = [=[Les guerres médiques]=];
HEADING_11 = [=[La guerre du Péloponnèse]=];
HEADING_12 = [=[Philippe II et Alexandre de Macédoine]=];
HEADING_13 = [=[La conquête de la Perse]=];
HEADING_14 = [=[Après Alexandre]=];
HEADING_2 = [=[Terrain]=];
HEADING_3 = [=[Les Mycéniens]=];
HEADING_4 = [=[La période archaïque]=];
HEADING_5 = [=[La colonisation grecque]=];
HEADING_6 = [=[La montée en puissance des cités-états ("Polis")]=];
HEADING_7 = [=[Sparte]=];
HEADING_8 = [=[Athènes]=];
HEADING_9 = [=[La période classique (510 av. J.-C. - 323 av. J.-C.)]=];
TEXT_1 = [=[La Grèce a eu un impact considérable sur la culture et l'histoire occidentales. La Grèce classique a vu naître certains des plus grands artistes, philosophes, savants, historiens, dramaturges et guerriers que le monde ait connus. Les guerriers et les colons grecs répandirent leur culture dans toute la Méditerranée, au Proche-Orient, jusqu'en Extrême-Orient. Grâce aux Romains, héritiers de la Grèce, la pensée grecque se diffusa dans toute l'Europe, puis, quelques siècles plus tard, traversa l'océan et atteignit le Nouveau Monde. \r\n \r\nLa Grèce et son peuple sont à créditer d'un nombre époustouflant d'inventions et de découvertes, notamment la première représentation théâtrale, le premier ouvrage d'historien ou le premier traité de philosophie. Les Grecs offrirent aussi à l'Occident les premiers comptes rendus sportifs, les premiers poèmes ou les premiers bâtiments dévolus au théâtre. En politique, ils créèrent la première démocratie de l'Histoire. L'influence grecque est encore très présente aujourd'hui : nos médecins prêtent toujours le serment d'Hippocrate et les architectes modernes s'inspirent encore de l'architecture grecque classique. Plus largement, on peut dire que la civilisation occidentale est la civilisation grecque classique.]=];
TEXT_10 = [=[Au début du Ve siècle av. J.-C., les cités grecques de la côte d'Anatolie (Ionie) étaient sous la coupe de la Perse, un empire vaste et puissant au sud-est. En 499 av. J.-C., elles se révoltèrent. Malgré le soutien de plusieurs cités de la Grèce continentale, elles ne purent résister à la réaction perse et furent toutes reprises. \r\n \r\nSept ans plus tard, en 492 av. J.-C., les Perses lancèrent une expédition punitive massive contre la guerre continentale. Cette invasion se fit en deux vagues. Il y eut d'abord une immense armée accompagnée d'une puissante escadre pour couvrir ses flancs. Elle progressa à travers la Thrace et la Macédoine, mais son général étant blessé, elle fut forcée de rentrer en Asie Mineure. \r\n \r\nEn 490 av. J.-C., la flotte perse débarqua une forte concentration de troupes (entre 20 000 et 100 000 soldats) en Attique. Cette armée affronta une force inférieure en nombre de 9000 Athéniens et 1000 Platéens qui l'anéantit. Ceci valut 10 ans de paix supplémentaires aux Grecs. \r\n \r\nEn 480 av. J.-C., le roi perse Xerxès Ier lança une nouvelle offensive massive contre la Grèce à la tête de 300 000 soldats. Cette immense armée soumit rapidement les cités du centre de la Grèce et entama son inexorable marche sur Athènes. Les envahisseurs affrontèrent un petit groupe de Spartiates, soutenus par quelques alliés, aux Thermopyles ; les défenseurs se battirent avec bravoure jusqu'au dernier, gagnant suffisamment de temps pour que les Athéniens pussent évacuer leur cité. Bien que sans endroit où aller, ceux-ci disposaient encore de leur puissante marine, avec laquelle ils détruisirent les navires perses, coupant la seule voie de ravitaillement de l'armée perse à Athènes. En un an, les Spartiates levèrent une immense armée et boutèrent hors de Grèce les assaillants, en en tuant une grande partie. \r\n \r\nEn 478, les Athéniens regagnèrent leur cité en ruine et entamèrent sa reconstruction. Ils formèrent alors une alliance (la Ligue de Délos) avec différentes cités des îles, et  interdirent définitivement la Mer Egée à la marine perse.]=];
TEXT_11 = [=[Après la défaite de la Perse, les Athéniens exigèrent de fortes sommes d'argent des autres membres de la Ligue de Délos afin de financer la reconstruction de leur propre cité. Comme ils disposaient incontestablement de la plus forte marine, les cités des îles durent s'exécuter. les Athéniens devinrent alors plus riches et plus puissants que jamais dans l'Histoire et la Ligue de Délos devint dans les faits sinon dans les mots l'empire d'Athènes. \r\n \r\nInquiets de la puissance croissante de sa rivale, Sparte constitua la Ligue du Péloponnèse, une alliance avec d'autres puissances grecques continentales dont Corinthe et Elis. En 458 av. J.-C., la guerre éclata entre les deux ligues et se conclut par le traité de paix signé en 445 av. J.-C. Cette paix instable dura jusqu'en 431 av. J.-C., date à laquelle les hostilités reprirent. \r\n \r\nLa guerre devait s'étendre sur plusieurs décennies. Les troupes spartiates envahirent l'Attique et assiégèrent Athènes ; la cité fut alors ravagée par une épidémie de peste qui emporta les habitants par milliers, parmi lesquels le célèbre homme d'État Périclès. Mais Athènes survécut et les Spartiates furent contraints à la retraite. La marine athénienne harcela les côtes de ses ennemis et de leurs alliés, forçant la Ligue du Péloponnèse à puiser dans ses réserves de nourriture et dans son trésor. Mais aucun des deux camps ne put prendre un avantage décisif et un nouveau traité de paix fut finalement signé en 421 av. J.-C. \r\n \r\nLa "Paix de Nicias" tint six ans. Elle prit fin en 415 av. J.-C., quand les Athéniens lancèrent une invasion massive de la Sicile, qui abritait plusieurs cités alliées de Sparte. Cet assaut fut un échec catastrophique qui s'acheva par l'anéantissement de l'armée et de la marine athénienne. Athènes en sortit très affaiblie à la fois sur terre et sur mer. \r\n \r\nEn 405 av. J.-C., la marine spartiate (avec l'aide des Perses) vainquit ce qui restait de la flotte athénienne et imposa un blocus infranchissable à Athènes. Affamée, sans espoir d'être secouru, Athènes capitula. Les Spartiates vainqueurs imposèrent de lourdes réparations financières à Athènes, la privèrent de ses possessions lointaines et lui interdirent de reformer une marine. \r\n]=];
TEXT_12 = [=[Les cités-états de la Grèce du sud étant durablement affaiblies par des décennies de guerre totale, le pouvoir se déplaça vers le nord, vers la Macédoine. En 338 av. J.-C., Philippe II emmena une armée vers le sud, accompagné de son fils de seize ans, Alexandre. Celui-ci avait déjà prouvé sa valeur au combat en écrasant une révolte des Thraces à la tête d'un petit contingent d'hommes. Après avoir disposé de plusieurs armées mineures, Philippe et Alexandre défirent les armées combinées de Thèbes et d'Athènes à la bataille de Chéronée. Ils se dirigèrent alors vers Corinthe qui se rendit sans coup férir. \r\n \r\nPhilippe entreprit les préparatifs pour envahir la Perse à la tête d'une immense armée de Macédoniens et d'autres Grecs. Mais il fut assassiné en 336 av. J.-C. et, à l'âge de 20 ans, Alexandre fut proclamé Roi de Macédoine. \r\n \r\nÀ la nouvelle de la mort de Philippe, les cités-états du sud de la Grèce se révoltèrent mais Alexandre fit mouvement sur elles à la tête de 3000 cavaliers et elles se rendirent rapidement. Alexandre prit alors la direction des Balkans où, menant une campagne-éclair, il vainquit plusieurs armées supérieures en nombre. \r\n \r\nPendant qu'il renforçait sa frontière nord, plusieurs cités-états, dont Thèbes et Athènes, se révoltèrent à nouveau. En réaction, il brûla Thèbes et vendit ses habitants comme esclaves. Athènes capitula aussitôt et implora sa pitié. Ayant marqué les esprits, Alexandre n'eut plus jamais de problèmes avec les cités-états du sud de la Grèce.]=];
TEXT_13 = [=[En 334 av. J.-C., Alexandre traversa l'Hellespont et pénétra en Perse à la tête d'une armée de 40 000 Grecs. Les détails de son extraordinaire campagne sont relatés ailleurs dans cette Civilopédia (voir  Alexandre le Grand ). Disons simplement qu'en 10 ans, Alexandre conquit toute l'Asie Mineure, la Perse, l'Égypte et une partie de l'Inde occidentale. Il mourut à l'âge de 32 ans en 323 av. J.-C., sans héritier, laissant son empire fragmenté entre les mains de ses généraux et de leurs enfants.]=];
TEXT_14 = [=[Après la mort d'Alexandre, la Grèce se désunit. Minées par leurs sempiternelles querelles, les cités-états passèrent peu à peu sous le contrôle de Rome et le centre de gravité du pouvoir se déplaça vers l'ouest. Dès 146 av. J.-C., la Macédoine devint une province romaine, et elle fut rapidement suivie par le reste du pays. \r\n \r\nEn 330 apr. J.-C., l'Empire Byzantin supplanta les Romains en Grèce. Les Byzantins gouvernèrent la Grèce pendant 1000 ans, jusqu'à ce qu'ils fussent supplantés à leur tour par les Ottomans. Ceux-ci dominèrent la Grèce du milieu du XVe siècle jusqu'au début du XIXe. La Grèce retrouva son indépendance en 1829, presque mille huit cent cinquante ans après avoir été conquise par les Romains.]=];
TEXT_2 = [=[La Grèce occupe une vaste péninsule située au sud des Balkans et dont les côtes se baignent dans la Méditerranée orientale, entre la mer Ionienne et la mer Egée. La péninsule est littéralement coupée en deux par le Golfe de Corinthe, qui, depuis la mer Ionienne, court vers l'est jusqu'à ne laisser qu'un isthme étroit qui relie le nord au sud. La Grèce est assez montagneuse, avec des vallées fertiles mais encaissées et séparées par d'imposantes collines et montagnes. Les étés y sont chauds et les hivers doux surtout sur les côtes puisqu'il n'est pas rare que les montagnes soient enneigées. \r\n \r\nHistoriquement, la mer Egée fut comme un lac pour la Grèce. La Grèce classique y colonisa des centaines d'îles ainsi que les rivages rocheux de l'Anatolie (Turquie) à l'est.]=];
TEXT_3 = [=[On ne sait que peu de choses sur les premiers habitants de la Grèce. Ils furent pratiquement tous exterminés à l'Âge de Bronze, aux environs de 1900 av. J.-C. par une vague de tribus mycéniennes qui déferla depuis les Balkans. Les nouveaux habitants vécurent sous la domination de la civilisation minoenne de Crète pendant 500 ans jusqu'aux environs de 1400 av. J.-C., qui vit les Mycéniens échapper à l'emprise des Minoens. L'Iliade et l'Odyssée d'Homère se déroulent au cours de la période mycénienne. Bien qu'altérés par le temps, ces ouvrages offrent une vision fugitive de la politique, de la religion, de la vie quotidienne et des guerres de cette civilisation. \r\n \r\nLa civilisation mycénienne s'écroula en 1100 av. J.-C., pour des raisons encore obscures, mais qui pourraient être liées à l'arrivée d'un nouveau groupe d'immigrants venus du nord, les Doriens. Pendant les 300 ans qui suivirent la fin des Mycéniens, la Grèce vécut une période appelée "les siècles obscurs" ou le "Moyen Âge grec", dont il reste très peu de traces écrites.]=];
TEXT_4 = [=[La période désignée comme "archaïque" commence au milieu du VIIe siècle av. J.-C., et clôt les siècles obscurs. A cette époque, les Grecs recommencent à produire des chroniques historiques ; la langue mycénienne ayant été oubliée, ils emploient la langue des Phéniciens, modifiant les lettres pour créer l'alphabet grec. \r\n \r\nLa première date archivée dans l'histoire grecque est 776 av. J.-C., l'année des premiers jeux olympiques. Apparemment, la seule épreuve en fut une course à pied d'environ 200 mètres remportée par Coroebos, un cuisinier d'Elis. Les jeux avaient lieu tous les quatre ans. Au fur et à mesure des décennies suivantes, d'autres épreuves apparurent, parmi lesquelles le 400 mètres plat, le marathon, la lutte, le lancer de javelot puis la boxe et la course de chars.]=];
TEXT_5 = [=[La période archaïque fut marquée par un intense mouvement de colonisation, qui vit un grand nombre de communautés envoyer des groupes de citoyens s'installer sur des îles ou sur les côtes de la Méditerranée orientale. Les raisons de ces déplacements massifs de population sont encore sujets à spéculation. Certains historiens pensent que les colons étaient motivés par l'appât du gain, rêvant de fortunes faciles, d'autres insistent plutôt sur la pression démographique. Durant les quelques siècles qui suivirent, des colonies grecques s'établirent sur les côtes d'Afrique du Nord, en Sicile, en Italie continentale, en Anatolie, en Égypte et au Moyen-Orient. Ces colonies tendirent à l'indépendance tout en maintenant des liens étroits avec leur cité d'origine.]=];
TEXT_6 = [=[Le terme "polis" est parfois utilisé pour qualifier les cités-états de la Grèce Antique. Traditionnellement, il désigne l'unité politique classique de type athénien, une grande cité centrale dominant les petites bourgades des alentours mais il peut s'agir également d'un groupe de petites bourgades alliées sans cité dominante (plutôt l'organisation de Sparte). Les deux formes commencèrent à apparaître au VIIIe siècle av. J.-C. Certains historiens pensent que les plus grandes cités se développèrent autour de temples religieux, alors que d'autres croient que les Grecs adoptèrent l'organisation déjà bien rôdée des Phéniciens. \r\n \r\nChaque cité-état était une organisation politique souveraine qui ne rendait compte qu'à ses citoyens. Bien que les citoyens des cités-états partagèrent langue, histoire et soient issues de la même culture Hellénique, cela ne les empêcha pas de se chercher querelle, voire de partir en guerre les uns contre les autres si l'envie les en prenait. Si les cités-états pouvaient à l'occasion se regrouper contre un ennemi commun, de telles alliances étaient abandonnées dès la crise passée. \r\n \r\nIl y eut quatre cités-états dominantes : Corinthe, Thèbes, Sparte et Athènes, les deux dernières étant les plus puissantes. Finalement, la lutte pour la suprématie entre Athènes et Sparte devait ébranler les fondations du monde grec.]=];
TEXT_7 = [=[La cité-état de Sparte était située dans une région assez inhospitalière et pauvre au centre de la Grèce méridionale. Au VIIIe siècle av. J.-C., Sparte vainquit puis annexa la Messénie, dont les citoyens réduits en esclavage furent appelés hilotes. Leur ressentiment mena plusieurs fois les hilotes à la révolte. Et c'est pour mater ces esclaves que la société spartiate se militarisa fortement, chaque spartiate homme étant obligé de quitter sa maison pour faire son service militaire à un âge très précoce. Les soldats spartiates, très disciplinés et insensibles à la peur, furent généralement considérés comme les meilleurs fantassins de toute la Grèce.]=];
TEXT_8 = [=[Athènes était située au sud-est de la Grèce, dans une région riche et fertile, l'Attique. Contrastant radicalement avec sa rivale Sparte, elle fut une grande puissance maritime. On y privilégia l'enseignement des arts et de la culture plutôt que la vie militaire austère des Spartiates (cependant, pour ne pas tomber dans la caricature d'Athéniens éclairés et de Spartiates rustres, signalons que les Athéniens aussi eurent des esclaves et ne rechignèrent pas à conquérir et à piller des cités voisines). \r\n \r\nVers la fin du VIe siècle av. J.-C., Athènes tomba sous la coupe du tyran Pisistrate, puis de ses fils. Un aristocrate athénien demanda alors au roi de Sparte, Cléomène, de l'aider à les renverser. Après sa victoire, le roi de Sparte nomma alors un pantin à la tête d'Athènes. En réaction, les Athéniens expulsèrent celui-ci et formèrent un nouveau gouvernement dans lequel tous les citoyens (sauf les femmes et les esclaves évidemment) avaient le même pouvoir, créant la première démocratie au monde. Les Spartiates attaquèrent alors Athènes pour restaurer l'autorité de leur pantin, mais la Cité se défendit si vaillamment qu'ils durent battre en retraite. Ainsi débuta la rivalité entre les deux cités, qui devait durer plusieurs siècles.]=];
TEXT_9 = [=[La période "classique" de la Grèce débuta lorsque les Athéniens renversèrent leur dernier tyran et se poursuivit jusqu'à la mort d'Alexandre le Grand. Elle vit l'explosion des arts architecturaux et littéraires ainsi que de la pensée scientifique et politique, une fabuleuse Renaissance de la culture et du savoir. Pensez à tous les Grecs de cette époque dont les noms nous sont familiers : Léonidas, roi de Sparte, Périclès, homme d'État d'Athènes, les historiens Hérodote et Xénophon, les philosophes Socrate, Platon et Aristote, les dramaturges Euripide, Sophocle et Aristophane ou encore Hippocrate, le médecin. Tous ces hommes vécurent il y a 2500 ans et nous nous souvenons encore d'eux aujourd'hui. Y a-t-il une autre période de l'Histoire qui puisse prétendre nous avoir légué autant d'hommes aussi illustres à la fois sur un espace aussi réduit de notre planète ? \r\n \r\nMême si ce fut une époque extraordinaire, elle eut aussi son lot de bains de sang, de guerres brutales, et beaucoup des grands hommes de cette période consacrèrent leur énergie à s'entretuer. Il serait intéressant de se demander si ce fut un âge d'or malgré les guerres incessantes ou grâce à celles-ci.]=];
TITLE = [=[Grèce]=];};
Playable=true;
AIPlayable=true;
ShortDescription=[=[Grèce]=];
Adjective=[=[grec|grecque|grecs|grecques]=];
DefaultPlayerColor="PLAYERCOLOR_GREECE";
ArtDefineTag="ART_DEF_CIVILIZATION_GREECE";
ArtStyleType="ARTSTYLE_GRECO_ROMAN";
ArtStyleSuffix="_MED";
ArtStylePrefix="MEDITERRANEAN";
PortraitIndex=9;
IconAtlas="CIV_COLOR_ATLAS";
AlphaIconAtlas="CIV_ALPHA_ATLAS";
MapImage="MapMacedonia512.dds";
DawnOfManQuote=[=[Soyez béni des dieux, ô grand roi Alexandre ! Vous êtes à la tête de la puissante nation grecque. Votre peuple a passé de nombreuses années isolé dans des cités-états légendaires, à l'image d'Athènes, de Sparte ou de Thèbes, sources des plus grandes inventions de l'humanité : la démocratie, la philosophie, la tragédie, l'art et l'architecture, sont à la base même de toute la civilisation occidentale. Bien que moins nombreux et en proie à des tensions internes, le peuple grec a réussi au Ve siècle av. J.-C. à mettre en déroute son puissant voisin, la Perse, sur la terre ferme comme sur les flots. \r\n \r\nAlexandre, votre peuple est prêt à partir en guerre, à propager la culture grecque partout dans le monde et à vous apporter une gloire éternelle. Êtes-vous prêt à accepter votre destin ? Mènerez-vous votre peuple au triomphe et à la grandeur ? Bâtirez-vous une civilisation capable de résister au passage du temps ?]=];
DawnOfManImage="DOM_Alex.dds";
DawnOfManAudio="AS2D_DOM_SPEECH_GREECE";};
 
CIVILIZATION_INDIA={
Type="CIVILIZATION_INDIA";
Description=[=[Empire indien]=];
CivilopediaTag={
FACTOID_HEADING = [=[Inde - Le saviez-vous ?]=];
FACTOID_TEXT = [=[L'industrie indienne du cinéma, Bollywood, produit chaque année davantage de films que les États-Unis, la France, l'Italie et la République populaire de Chine réunis. \r\n \r\nLe seul pays au monde à être doté d'une charte des droits de la vache est l'Inde. \r\n \r\nLa gare ferroviaire indienne dont le nom est le plus long est Venkatanarasimharajuvariapeta. \r\n \r\nPour ceux qui aiment la précision, le "curry" indien n'est pas un plat particulier ; ce mot, dérivé anglicisé du mot tamoul kari (poivre noir), désignait indifféremment pour les Anglais tout plat épicé. \r\n \r\nLe jeu d'échecs a été inventé en Inde.]=];
HEADING_1 = [=[Histoire]=];
HEADING_10 = [=[Les musulmans]=];
HEADING_11 = [=[L'arrivée des Européens]=];
HEADING_12 = [=[L'autorité britannique]=];
HEADING_13 = [=[Le mouvement indien pour l'indépendance]=];
HEADING_14 = [=[Gandhi]=];
HEADING_15 = [=[L'indépendance]=];
HEADING_16 = [=[L'Inde moderne, le Pakistan et le Bangladesh]=];
HEADING_2 = [=[Terrain]=];
HEADING_3 = [=[Préhistoire]=];
HEADING_4 = [=[La période védique]=];
HEADING_5 = [=[Les castes]=];
HEADING_6 = [=[La montée en puissance des États indiens]=];
HEADING_7 = [=[L'Empire maurya]=];
HEADING_8 = [=[La religion en Inde]=];
HEADING_9 = [=[La dynastie des Gupta et au-delà]=];
TEXT_1 = [=[La République d'Inde est le deuxième pays et la première démocratie au monde par la population. Terre de contrastes, elle fait cohabiter immenses richesses et dénuement total, villes ultramodernes et villages primitifs. Le visiteur y éprouve ravissement et horreur, espoir et désespoir. Cette civilisation, l'une des plus vieilles au monde, est considérée comme un marché "émergent". Bref, l'Inde est l'une des civilisations les plus fascinantes de la planète.]=];
TEXT_10 = [=[Les musulmans lancèrent des attaques sur les côtes indiennes dès le VIIe siècle apr. J.-C. mais leurs premières incursions majeures eurent lieu au XIe siècle lorsque les Turcs de Mahmoud de Ghaznî conquirent le Pendjab puis s'enfoncèrent vers le nord et le centre de l'Inde. Delhi tomba en 1193 et le Sultanat de Delhi fut créé. Il fut gouverné par les Mamelouks, supplantés à partir de 1290 par les Khaldjî, supplantés plus tard à leur tour par les Tughlûq, et ainsi de suite. Les gouvernements se succédèrent rapidement jusqu'en 1526, lorsque Bâbur de Kaboul s'empara du pouvoir par la force et fonda l'Empire moghol qui dura trois siècles. \r\n \r\nMême si les musulmans ne parvinrent jamais à conquérir toute l'Inde, ils régnèrent sur la majeure partie du pays. Le gros de la population resta hindouiste en dépit des brutales tentatives de certains souverains musulmans pour les convertir à l'islam. Avec le temps, l'Empire moghol déclina peu à peu, souffrant des attaques des Afghans, des Sikhs et des Hindous, jusqu'à recevoir le coup de grâce de la main des Britanniques.]=];
TEXT_11 = [=[Le premier Européen à rallier l'Inde depuis l'Europe en bateau fut Vasco de Gama, l'explorateur portugais, qui atteignit Calicut le 20 mai 1498 au bout d'un périple de 9 mois. Lorsqu'il repartit, Vasco de Gama laissa derrière lui plusieurs hommes pour établir un comptoir commercial, le premier d'une longue liste de comptoirs européens sur l'immense côte de l'Inde. A sa suite, les Portugais envoyèrent des navires de guerre et de commerce, établissant des bases stratégiques en Inde et en Afrique de l'est dans le but de s'assurer la maîtrise de l'océan Indien. Leurs solides navires surpassaient les bateaux indiens et arabes qui auraient pu prétendre disputer leur suprématie (c'est finalement la faiblesse de la marine indienne qui rendit le pays si vulnérable à la conquête par les Européens). \r\n \r\nLe Portugal conserva ses comptoirs commerciaux tout au long du XVIe siècle jusqu'à son rattachement à la couronne d'Espagne en 1580. Les Espagnols préférèrent affecter leur marine à la protection de leurs immenses intérêts dans le Nouveau Monde, permettant aux Hollandais et aux Anglais de s'établir en Inde. \r\n \r\nAu XVIIe siècle, les Hollandais étendirent leur empire commercial sur les océans Pacifique et Indien. Sans arrière-pensée religieuse, ils convoitaient simplement les épices. La majorité de leur commerce se fit alors avec les Indes orientales (Indonésie) bien qu'ils eussent établi quelques comptoirs en Inde du Sud (pour le poivre et la cardamome). Ils dominèrent le commerce indien pendant des années, écrasant dans l'oeuf toutes les tentative de leurs rivaux européens de briser leur monopole. \r\n \r\nAu début du XVIIe siècle, les Anglais tentèrent de mettre un terme à la domination hollandaise sur les Indes orientales afin d'accaparer une partie du commerce des épices. Fermement repoussés par la marine hollandaise, ils se mirent en quête d'une proie plus facile et attaquèrent les Portugais en Inde. Après avoir vaincu ceux-ci en 1612, ils conclurent un traité commercial avantageux avec les Moghols, que la domination de la marine portugaise avait toujours irrités. Les Anglais commercèrent pacifiquement avec les Moghols pendant 70 ans ; mais, en 1686, ils décidèrent de les attaquer et furent vaincus. Ayant retenu la leçon, ils reprirent leurs transactions commerciales pacifiques avec les Moghols pendant les 50 années qui suivirent. \r\n \r\nLes Français s'efforcèrent aussi d'établir des relations commerciales avec l'Inde au XVIe siècle. Ils connurent un certain succès au début mais, en raison des événements en Europe (à savoir, les guerres), leurs comptoirs étaient trop exposés à leurs rivaux européens. Et ils durent s'écarter pour laisser la place aux Britanniques et aux Hollandais.]=];
TEXT_12 = [=[En 1757, l'armée de la Compagnie Britannique des Indes Orientales vainquit les troupes du Nabab du Bengale, furieux que la Compagnie refusât de s'acquitter de l'impôt. Celle-ci occupa alors le Bengale, première des provinces et des villes dont elle devait s'emparer au nom du "libre échange". Dans le siècle qui suivit, la Compagnie renforça son emprise, profitant du paysage politique indien morcelé en minuscules et faibles États et principautés. Les Britanniques utilisèrent la corruption, la menace et la force militaire pour étendre leur influence et, en 1850, ils contrôlaient la quasi-totalité du sous-continent. \r\n \r\nEn 1857, les Indiens se révoltèrent contre les Britanniques. On appela cet épisode la "Grande Mutinerie", la "Révolte des Cipayes" ou encore la "Première Guerre d'Indépendance". Si les insurgés remportèrent d'abord quelques succès, l'armée britannique réagit en envoyant un grand nombre de ses soldats épauler les forces menacées de la Compagnie. Ces soldats professionnels écrasèrent rapidement la révolte. Suite à cette rébellion, la Couronne britannique prit le contrôle de la Compagnie des Indes Orientales. Pendant quatre-vingt dix ans, l'Inde serait le "Joyau" de la Couronne britannique. \r\n \r\nMême si l'Empire britannique tira d'immenses bénéfices de sa domination de l'Inde, son autorité ne fut pas sans aucun intérêt pour les Indiens eux-mêmes. Les Britanniques les firent entrer en contact avec les sciences et les technologies européennes, plus évoluées. En outre, ils bâtirent un réseau de lignes télégraphiques, de routes et de voies ferrées à travers tout le pays. Enfin, ils parvinrent à unir le peuple indien, lui fournissant un ennemi commun unanimement détesté. Et c'est ceci qui rendit possible l'apparition d'un mouvement indien pour l'indépendance.]=];
TEXT_13 = [=[Au début du XXe siècle, le mouvement indien pour l'indépendance s'amplifia en raison de la frustration croissante des intellectuels indiens interdits de participer à leur propre gouvernement. Les Britanniques créèrent des institutions d'études supérieures en Inde, laissant entendre aux Indiens qu'ils pourraient prendre en main la gestion de leur pays lorsqu'ils auraient reçu la formation appropriée et effectué l'apprentissage nécessaire. Il devint vite évident qu'il s'agissait de promesses creuses puisque les Britanniques se réservèrent tous les postes les plus élevés, écartant les candidats locaux les plus prometteurs, quels qu'aient été leurs résultats scolaires. Ce fut une politique désastreuse puisqu'elle aboutit à la création d'une classe d'Indiens très qualifiés et surtout très frustrés. \r\n \r\nLa première assemblée du parti du Congrès indien se tint en décembre 1885 avec 73 représentants, dont la plupart étaient avocats, hommes d'affaire et propriétaires terriens. Entre autres choses, elle demanda la parité entre Indiens et Britanniques au sein du gouvernement, une réduction de la somme dont l'Inde devait s'acquitter en faveur de la Grande-Bretagne et la fin de la guerre anglo-birmane (dont les combattants étaient essentiellement des Indiens commandés par des officiers britanniques). Au début du XXe siècle, le parti du Congrès finit par demander l'autonomie. \r\n \r\nSimultanément, les Indiens musulmans, craignant que leurs intérêts ne soient pas défendus par le parti du Congrès à forte majorité hindoue, créèrent une organisation parallèle, la Ligue musulmane, qui visait à l'indépendance des musulmans. La Ligue musulmane et le parti du Congrès eurent beaucoup de mal à travailler ensemble et les différends entre ces deux organisations finirent par avoir des répercussions catastrophiques pour le pays. \r\n \r\nLorsque la Première Guerre mondiale éclata, le parti du Congrès soutint avec enthousiasme l'effort de guerre britannique. En fait, Gandhi lui-même fit des tournées dans des villages indiens pour appeler les hommes à s'engager dans l'armée britannique. Mais les Indiens accordèrent leur soutien aux Britanniques en espérant que leur loyauté serait récompensée par des concessions politiques, sinon par le statut de "dominion" (territoire autonome), voire par l'indépendance. Or les Britanniques n'allèrent pas assez vite à leur goût et leur ressentiment s'en trouva renforcé.]=];
TEXT_14 = [=[En 1921, le Mahatma Gandhi (1869-1948) prit la tête du parti du Congrès. Il instaura la politique du "satyagraha", la résistance par la désobéissance civile non-violente. Il mena des manifestations, des rassemblements et des marches massives, dont la fameuse "Marche du Sel" en 1930 qui les vit, lui et des milliers d'Indiens, marcher jusqu'à la mer pour protester contre les taxes britanniques sur le sel vital. Il fut emprisonné en différentes occasions, dont deux ans dès 1942, pendant lesquels sa femme mourut et il contracta la malaria. Il fut finalement relâché par les Britanniques qui craignirent qu'il mourût en prison. \r\n \r\nMalgré son immense popularité en Inde et dans le monde entier, Gandhi ne parvint pas à faire taire les différences entre hindous et musulmans indiens. Alors même qu'il obtenait l'indépendance pour son pays, les luttes religieuses le mettaient à feu et à sang. \r\n \r\nPour en savoir plus sur Gandhi, consultez l'article qui lui est consacré dans la Civilopédia.]=];
TEXT_15 = [=[En 1947, affaiblis par la Deuxième Guerre mondiale et incapables d'imaginer une parade contre la tactique de satyagraha de Gandhi, les Britanniques adoptèrent la loi sur l'indépendance de l'Inde. Cette loi reconnaissait deux pays : l'Inde des hindous et le Pakistan des musulmans. Le Pakistan était divisé en deux parties, une à l'est et l'autre à l'ouest, séparées par 1700 kilomètres avec l'Inde, plus peuplée. Environ 15 millions de personnes furent déplacées au moment de la partition de l'Inde : les hindous fuirent le nouveau Pakistan pour l'Inde et les musulmans l'Inde pour le Pakistan. Jusqu'à un million de personnes seraient mortes durant les troubles qui s'ensuivirent. \r\n \r\nL'hostilité entre les deux nouveaux États était alors palpable, et la guerre éclata plusieurs fois entre ces deux nations depuis cette époque. Leurs désaccords portent essentiellement sur le tracé des frontières. En 1971, l'Inde intervint dans une guerre civile au Pakistan oriental, qui obtint son indépendance du Pakistan occidental et devint le Bangladesh.]=];
TEXT_16 = [=[Les trois nations qui composèrent autrefois l'Inde historique ont emprunté des voies très différentes à la fin du XXe siècle et au début du XXIe. Le Bangladesh est une démocratie parlementaire, un pays très dense sujet à de nombreuses inondations, des cyclones et des famines, mais où les conditions de vie ont régulièrement progressé depuis son indépendance dans les années 70. \r\n \r\nLe Pakistan est le sixième pays et le deuxième État musulman le plus peuplé au monde. Si son économie s'est développée lors du dernier quart de siècle, son emplacement continue de lui poser des problèmes. À l'est se trouve l'Inde, sa vieille ennemie, avec laquelle il a toujours un contentieux sur le tracé des frontières, les deux camps possédant l'arme nucléaire. À l'ouest, il y a l'Afghanistan, ses terroristes talibans qui utilisent le Pakistan comme refuge, et ses soldats américains très en colère qui disposent de l'armement le plus sophistiqué et le plus puissant au monde. Si le Pakistan pouvait conclure une paix durable avec l'Inde et trouver le moyen d'empêcher les Talibans et les Américains de se battre sur son sol, il pourrait prétendre à un avenir radieux. \r\n \r\nL'Inde, deuxième pays au monde par sa population, est une démocratie. Elle est bruyante, tumultueuse et son économie est en plein développement. Sa maîtrise technologique la place parmi les meilleurs et son système éducatif est au niveau de celui des États-Unis. Elle dispose aussi d'une grande armée et d'un arsenal nucléaire, presque entièrement tournés vers le Pakistan. Si elle parvenait à faire baisser les tensions avec ce voisin, elle deviendrait incontestablement l'une des grandes puissances du siècle prochain.]=];
TEXT_2 = [=[L'Inde est un pays en forme de losange qui avance dans l'océan Indien entre la mer d'Oman et le golfe du Bengale. Son relief va des contreforts de l'Himalaya au nord aux plaines du sud. Ces plaines sont entrecoupées par une série de fleuves qui coulent d'ouest en est et dont la plupart débordent à la mousson. \r\n \r\nL'Inde a une surface d'un peu moins de 3 300 000 kilomètres carrés, soit environ le tiers des États-Unis d'Amérique. Son climat est de type tropical / subtropical, avec un tempérament plus montagneux tout à fait au nord.]=];
TEXT_3 = [=[En Inde, les archéologues ont découvert les traces d'une agriculture remontant au VIIe millénaire av. J.-C., et de premières communautés urbaines autour de 2500 av. J.-C. La Civilisation de la vallée de l'Indus prospéra pendant huit siècles. Certains experts pensent que cet empire contrôlait une superficie de plus de 1 300 000 kilomètres carrés, qu'on y parlait plus ou moins une seule langue, qu'une seule monnaie y avait cours et qu'un réseau commercial très dense s'y était développé. \r\n \r\nPour des raisons encore non élucidées, la Civilisation de la vallée de l'Indus s'éteignit vers 1800 av. J.-C. Toutes les grandes villes disparurent ainsi que toute trace d'un gouvernement central. Certains historiens attribuent cette catastrophe à une dégradation climatique qui aurait entraîné une terrible famine, particulièrement chez les populations urbaines, cependant que d'autres soupçonnent l'arrivée d'envahisseurs étrangers. Quelle qu'en fut la cause, cette période post-urbaine dura presque mille ans.]=];
TEXT_4 = [=[La période védique s'étend approximativement de 1500 à 800 av. J.-C. On la nomme ainsi en référence aux "Védas", les plus anciens écrits indiens qui nous soient parvenus et qui datent de cette époque. A ce jour, nous connaissons quatre recueils de textes védiques, le Rig-Véda, le Sama-Véda, le Yajur-Véda et le Atharva-Véda. Ils décrivent les pratiques religieuses et mystiques du peuple indien aryen, un groupe sans doute émigré d'Europe vers l'Inde autour de 2000 av. J.-C. La religion hindoue a ses racines à cette époque. \r\n \r\nAu début de la période védique, beaucoup de gens étaient revenus à une vie nomade et les clans constituaient les principales entités politiques. Peu à peu, ils reprirent une existence sédentaire et les chefs de clan devinrent des rois dotés d'une autorité militaire, religieuse et politique. Avec l'évolution des impôts, leurs États gagnèrent en richesse et en puissance. \r\n \r\nCette période vit aussi l'extension de l'usage du fer et le réapparition de communautés urbaines, en particulier dans la Vallée du Gange. La civilisation indienne avait repris sa marche en avant.]=];
TEXT_5 = [=[Le Rig-Véda, le plus ancien des textes védiques, fournit la base mythologique du système indien des castes, qui se développa probablement à cette époque. La caste est héréditaire : une personne naît dans une certaine caste et ne peut pas en changer. \r\n \r\nA cette époque, il y eut apparemment quatre castes principales : les Brahmanes, prêtres, les Kshatriyas, guerriers et propriétaires terriens, les Vaishyas, marchands et artisans qualifiés et les Sudras, artisans sans qualification. \r\n \r\nLe système des castes a remarquablement perduré à travers l'histoire de l'Inde. Il en subsiste même des vestiges à l'époque moderne malgré les efforts du gouvernement indien pour le faire disparaître.]=];
TEXT_6 = [=[Aux alentours de 500 av. J.-C., il y avait en Inde plus d'une dizaine d'États majeurs. Certains étaient de type monarchique, d'autres de type oligarchique. Ils se battaient les uns contre les autres assez souvent en quête d'influence et de puissance. \r\n \r\nOutre leurs conflits internes, ces États indiens subirent la pression de forces étrangères. En 326 av. J.-C., Alexandre le Grand envahit le nord-ouest de l'Inde, conquérant la province du Pendjab avant de revenir sur ses pas. Au début du IIe siècle av. J.-C., Démétrios, le roi grec de Bactriane, s'empara d'une grande partie du nord-ouest de l'Inde, et ses héritiers régnèrent sur cette région pendant un certain temps. Simultanément, l'est de l'Inde subit les invasions de tribus nomades d'Asie centrale, repoussées de Chine par les empereurs Han. Avec le temps, les envahisseurs furent refoulés ou assimilés, laissant derrière eux des traces importantes dans l'histoire et la culture indiennes.]=];
TEXT_7 = [=[Chandragupta Maurya (340-290 av. J.-C.) fonda l'Empire maurya. Grand chef militaire et politique, il unifia la majeure partie du sous-continent indien sous son autorité. Son petit-fils, Ashoka le Grand (304-232 av. J.-C.) poursuivit la politique d'expansion de son grand-père pendant quelques années, avant de devenir bouddhiste et non-violent, construisant alors des temples bouddhistes dans toute l'Inde et s'efforçant de répandre sa nouvelle religion dans l'Asie du Sud. Après sa mort, l'Empire maurya déclina et, en 185 av. J.-C., le général brahmane Shunga assassina le roi Maurya et prit le pouvoir, fondant la dynastie Shunga.]=];
TEXT_8 = [=[La religion a toujours eu une grande importance en Inde. Trois religions majeures ont été fondées dans le sous-continent, et d'autres s'y sont attirées les faveurs d'un nombre significatif d'Indiens. \r\n \r\nL'hindouisme est la religion dominante de l'Inde. Ses racines remontent à la période védique, faisant d'elle la plus ancienne tradition religieuse encore pratiquée. Environ un milliard d'Indiens pratiquent l'hindouisme. Il s'agit moins d'un credo et d'une mythologie que d'un ensemble de traditions et de doctrines religieuses. Système de croyance remarquablement ouvert, l'hindouisme recoupe le monothéisme, le polythéisme, le panthéisme et plusieurs autres "ismes". Le Dharma, l'éthique, le Samsara, le cycle de la vie, de la mort et de la renaissance, le Karma, la cause et l'effet, et le Yoga, les chemins vers l'illumination, sont les concepts les plus importants de la religion hindoue. \r\n \r\nLe bouddhisme est un ensemble de croyances fondées sur l'enseignement de Siddhârta Gautama (563-483 av. J.-C.), le Bouddha. Il enseigne à ses disciples comment atteindre le nirvana et échapper au cycle sans fin de souffrances et de renaissances par le respect d'une certaine éthique, la méditation, l'entraînement et l'étude. Le bouddhisme se répandit lentement en Inde jusqu'à ce qu'il fût adopté par Ashoka le Grand, qui érigea de très nombreux temples bouddhistes et exporta activement cette religion vers d'autres pays. Avec le temps, le bouddhisme fut supplanté en Inde par l'hindouisme (puis plus tard par l'islam) jusqu'à quasiment disparaître au XIIe siècle apr. J.-C. Il connaît un certain regain de ferveur en Inde à l'époque moderne. \r\n \r\nLe jaïnisme est une religion qui enseigne à ses adeptes comment atteindre le plus haut état de conscience par l'étude et l'autodiscipline ; c'est une religion non-violente. Il remonte au IXe siècle av. J.-C. et compte aujourd'hui environ 4 millions d'adeptes en Inde et 100000 de plus dans le reste du monde.]=];
TEXT_9 = [=[La dynastie Gupta régna sur le nord et le centre de l'Inde de 320 apr. J.-C. à 540. Certains historiens ont surnommé cette période "l'âge d'or" car elle vit fleurir la littérature, l'architecture et la philosophie indiennes. Cependant, à partir du milieu du Ve siècle, la plus grande partie de l'empire Gupta va être occupé par des envahisseurs d'Asie centrale, les Huns hephtalites (on ignore si ce peuple est lié aux Huns qui envahirent l'Europe orientale). Ces invasions renforcèrent l'influence de l'Asie centrale sur l'Inde. \r\n \r\nAprès la disparition des Gupta, l'Inde vit la naissance et la chute successives de plusieurs petits royaumes dont aucun n'atteignit la taille ou la puissance des Gupta.]=];
TITLE = [=[Inde]=];};
Playable=true;
AIPlayable=true;
ShortDescription=[=[Inde]=];
Adjective=[=[indien|indienne|indiens|indiennes]=];
DefaultPlayerColor="PLAYERCOLOR_INDIA";
ArtDefineTag="ART_DEF_CIVILIZATION_INDIA";
ArtStyleType="ARTSTYLE_ASIAN";
ArtStyleSuffix="_ASIA";
ArtStylePrefix="ASIAN";
PortraitIndex=11;
IconAtlas="CIV_COLOR_ATLAS";
AlphaIconAtlas="CIV_ALPHA_ATLAS";
MapImage="MapIndia512.dds";
DawnOfManQuote=[=[Salutations, président Gandhi, dirigeant inspiré de l'Inde ! Vous êtes à la tête de l'un des pays les plus anciens, dont l'histoire s'étend sur presque 10 000 ans ! Nation spirituelle, l'Inde a vu naître trois des plus grandes religions au monde : l'hindouisme, le bouddhisme et le jaïnisme. C'est un pays passionné par la musique et la couleur, mais aussi une terre de grande richesse et de misère noire. Pendant des siècles, l'Inde fut divisée en royaumes en guerre constante, aussi bien entre eux que contre l'envahisseur. Au XIIe siècle, l'Inde fut conquise par les Turcs musulmans. Les Britanniques arrivèrent au début du XVIIe siècle, et grâce à d'habiles stratagèmes diplomatiques et une supériorité technologique indéniable, ils prirent le contrôle de votre pays fragmenté et le gardèrent pendant près de deux siècles, jusqu'à ce qu'une vague de nationalisme ne les mettent à la porte, une révolte pacifique absolument sans pareil dans l'histoire de l'humanité. \r\n \r\nGandhi, votre peuple souhaite, grâce à vous, franchir encore de nouveaux caps ! Aiderez-vous votre peuple à réaliser ses ambitions, à retrouver sa place de pôle artistique, culturel et religieux ? Bâtirez-vous une civilisation capable de résister au passage du temps ?]=];
DawnOfManImage="DOM_Gandhi.dds";
DawnOfManAudio="AS2D_DOM_SPEECH_INDIA";};
 
CIVILIZATION_IROQUOIS={
Type="CIVILIZATION_IROQUOIS";
Description=[=[Empire iroquois]=];
CivilopediaTag={
FACTOID_HEADING = [=[Iroquois - Le saviez-vous ?]=];
FACTOID_TEXT = [=[En 1772, l'Association Watauga à Sycamore Shoals, près d'Elizabethton, prépara la première constitution jamais écrite par des hommes blancs en Amérique. Elle fut conçue d'après la Constitution de la nation iroquoise, un gouvernement fédéral développé 200 ans plus tôt pour les cinq nations amérindiennes de l'est. \r\n \r\nDans un article du New York Herald, publié le 15 décembre 1893, Antonín Dvořák déclara que le deuxième mouvement de sa symphonie n°9 (Symphonie du Nouveau Monde) était une ébauche d'une autre composition, une cantate ou un opéra, qui serait basée sur la légende de Hiawatha, d'après Longfellow, et que le troisième mouvement (le scherzo), était inspiré de la "scène lors de la fête pour Hiawatha, lorsque les indiens dansent".]=];
HEADING_1 = [=[Histoire]=];
HEADING_10 = [=[La fin]=];
HEADING_2 = [=[Terrain et climat]=];
HEADING_3 = [=[Origine du nom]=];
HEADING_4 = [=[L'histoire]=];
HEADING_5 = [=[Le gouvernement iroquois]=];
HEADING_6 = [=[Les guerres iroquoises]=];
HEADING_7 = [=[La réponse française]=];
HEADING_8 = [=[L'arrivée des Britanniques]=];
HEADING_9 = [=[La Révolution américaine]=];
TEXT_1 = [=[La confédération iroquoise aurait été créée aux alentours de 1570, il s'agissait de l'union de cinq (et plus tard six) nations amérindiennes. Le peuple iroquois est étonnant : alors que sa population ne dépassait pas les 20 000 individus et qu'il ne disposait ni d'un langage écrit, ni d'une industrie, il parvint à repousser les envahisseurs français, britanniques, hollandais et plus tard les colons américains, et ce pendant deux siècles.]=];
TEXT_10 = [=[La confédération iroquoise cessa d'exister à la fin de la révolution américaine. Un groupe d'Iroquois partit vers le nord et s'installa sur les terres que les Britanniques leur avaient confiées pour leur aide au cours de la révolution. D'autres choisirent de rester dans le nord de l'État de New York et de continuer leur existence tribale face au colonialisme et à l'impérialisme américain. Nombre d'entre eux y survivent toujours, malgré deux siècles de souffrance, preuve de l'incroyable détermination du peuple Haudenosaunee.]=];
TEXT_2 = [=[Le peuple iroquois occupait une grande partie du nord de l'État de New York, en bordure du lac Ontario et du fleuve Saint-Laurent, une région à la fois vallonnée et boisée et qui, au XVIIe siècle, regorgeait de gibier comme les cerfs et les castors. Les Iroquois avaient accès à de nombreux points d'eau, comme le lac Ontario, le fleuve Saint-Laurent, les Finger Lakes et de très nombreuses rivières qui permettaient de pêcher et de se déplacer rapidement en canoë. \r\n \r\nLes hivers dans cette région sont souvent longs et rigoureux, surtout lorsque les vents arctiques soufflent vers le sud-est à travers les Grands Lacs, et les tempêtes de neige n'y sont pas rares. Le climat en été est, quant à lui, frais et agréable.]=];
TEXT_3 = [=[Les membres de la nation iroquoise se font appeler les "Haudenosaunee", ce qui signifie "le peuple qui construit une longue maison". Le terme "Iroquois" était utilisé par les non-Iroquois. Sa signification n'est pas très claire, mais le mot pourrait provenir d'un mot huron signifiant "serpent" (les Hurons et les Iroquois ne s'appréciaient pas beaucoup). Il pourrait également provenir d'un terme basque signifiant "tueurs" (les Français ne les appréciaient pas plus que les Hurons). \r\n \r\nNous allons donc utiliser le terme commun "Iroquois", avec toutes nos excuses envers le peuple haudenosaunee, car ce terme est très peu connu chez les non-natifs, et aussi parce qu'il est trop long pour tenir sur les écrans de jeu. Pour des raisons similaires, nous avons choisi d'utiliser le nom "Hiawatha" pour désigner le chef des Iroquois, plutôt que "Ayonwentah" (voir plus bas).]=];
TEXT_4 = [=[Selon la légende, la confédération vit le jour lorsqu'un chef nommé Dekanawidah, dit "le Grand Pacificateur", réussit à convaincre un guerrier appelé Ayonwentah d'abandonner la violence et le cannibalisme et d'avancer dans la "paix, la civilité, la droiture et la justice" (on pense qu'Ayonwentah a inspiré le personnage de "Hiawatha" du poète Longfellow). Ensemble, les deux grands hommes parvinrent à unifier cinq tribus : les Senecas, les Onondagas, les Mohawks, les Cayugas et les Oneidas. Une sixième tribu, les Tuscaroras, rejoignit la confédération de nombreuses années plus tard, en 1722.]=];
TEXT_5 = [=[Le gouvernement iroquois était particulièrement en avance sur son temps, surtout pour un peuple ne disposant pas d'un langage écrit. La confédération était régie selon la constitution de Gayanashagowa, ou "grande loi de l'Unité". Chaque tribu s'occupait de ses affaires internes, le Grand Conseil n'intervenait que pour régler des problèmes liés à la nation tout entière : traités, dispute frontalière, guerre et paix, etc. \r\n \r\nLe Grand Conseil était composé de 50 sachems, ou "chefs" (de 8 à 14 par tribu, selon sa population et son statut). Ce sont les femmes qui choisissaient les chefs de clan. Le Tadadaho était le dirigeant symbolique du Grand Conseil, mais il ne disposait d'aucun pouvoir politique. Le Grand Conseil fonctionnait sur la base du consensus et il fallait obtenir la majorité avant qu'une décision ne soit adoptée.]=];
TEXT_6 = [=[Après leur unification, les Iroquois devinrent rapidement le groupe le plus puissant du nord-est de l'Amérique. En 1609, la confédération entra en guerre contre la France et ses alliés indiens canadiens pour le contrôle de la fourrure, principalement la peau de castor. \r\n \r\nAu tout début du XVIIe siècle, la demande européenne en peaux de castor, alors utilisées pour fabriquer des chapeaux, était très importante. Après avoir chassé le castor européen jusqu'à sa quasi extinction, les marchands européens se tournèrent vers le Nouveau Monde, où vivaient encore de nombreux castors. Lorsque les Amérindiens découvrirent que les Européens échangeraient des outils en métal et même des armes à feu contre les fourrures, la chasse au rongeur devint féroce.  \r\n \r\nEn 1610, les Iroquois rencontrèrent des marchands hollandais à Fort Orange, aux Nouveaux-Pays-Bas (aujourd'hui la ville d'Albany dans l'État de New York), qui leur fournissaient de nombreuses armes en échange des peaux. Cet armement permit aux Iroquois de repousser les Français et leurs alliés et d'étendre leur empire jusqu'à l'ouest du Lac Michigan et au sud du fleuve Tennessee. L'utilisation des armes précipita par ailleurs l'extinction des castors en territoire iroquois, ce qui poussa ces derniers à attaquer vers le nord, à la recherche d'autres castors. \r\n \r\nCette guerre sanglante dura plusieurs décennies. Vers le milieu du XVIIe siècle, les Iroquois avaient vaincu les tribus des Hurons, des Eries, des Neutrals et des Susquehannocks. De nombreux membres de ces tribus se joignirent aux Iroquois tandis que les autres furent repoussés hors du territoire.]=];
TEXT_7 = [=[En 1660, les Iroquois avaient sécurisé les frontières méridionales et occidentales de leur territoire et se lançaient dans de nombreuses attaques contre la Nouvelle-France. Les Canadiens français s'avérèrent incapables de repousser leurs assauts et durent demander de l'aide à leurs compatriotes outre-Atlantique. La France envoya alors le premier régiment de soldats européens au Canada. Les troupes françaises passèrent à l'attaque et tentèrent d'envahir plusieurs fois le territoire iroquois, avec des résultats mitigés. \r\n \r\nPendant ce temps, les Britanniques avaient capturé la colonie néerlandaise des Nouveaux-Pays-Bas, empêchant ainsi les Iroquois de commercer avec leur principal partenaire européen. Sous la pression de plus en plus forte des forces françaises renforcées, et incapables de se réapprovisionner en armes, les Iroquois acceptèrent de faire la paix avec les Français. Ils continuèrent cependant leur expansion vers l'ouest et le sud du territoire, auprès des autres tribus indiennes qui, n'ayant pas ou peu accès aux armes modernes européennes, représentaient des proies plus faciles.]=];
TEXT_8 = [=[Après avoir conquis le territoire néerlandais, les Britanniques, qui ne rataient jamais une occasion de provoquer les Français, rencontrèrent les Iroquois et recommencèrent à les approvisionner en armes, les poussant à attaquer l'ennemi venu du nord. Dans les années 1680, la guerre entre la France et les Iroquois avait repris. \r\n \r\nEn 1687, les Français tentèrent une nouvelle invasion du territoire iroquois, cette fois-ci à l'aide d'une grande armée de quelque 3000 soldats et miliciens. Les Français utilisèrent alors la tactique de la "terre brûlée", consistant à incendier les villages et les champs, c'est ainsi que de nombreux Iroquois moururent de faim au cours de l'hiver qui suivit. La Confédération riposta avec de nombreuses attaques, tuant les colons et brûlant les provisions françaises jusqu'à Montréal. \r\n \r\nEn 1688, la Grande-Bretagne entra en guerre contre la France à cause d'un problème qui semblait extrêmement important à l'époque (le conflit fut appelé "Guerre du roi William" et "Guerre de Succession anglaise"), et chaque camp commença à tout faire pour détruire l'autre. Les Iroquois s'allièrent aux colonies anglaises, et les Indiens du Canada se rangèrent du côté de la France. Les deux camps entamèrent alors une série d'attaques et de contre-attaques toutes plus brutales les unes que les autres, ayant pour résultat le massacre pur et simple de ceux qui ne réussissaient pas à s'enfuir rapidement (c'est-à-dire les femmes, les enfants et les personnes âgées). Au bout d'un certain temps, l'argent vint à manquer dans les deux camps et ils décidèrent d'en rester là, les combats cessèrent en Europe et dans le Nouveau Monde. \r\n \r\nAu début du XVIIIe siècle, l'attitude des Iroquois envers les deux puissances européennes commença à changer. Alors que la puissance britannique sur le continent augmentait, les colons commencèrent à empiéter sur le territoire iroquois. Pendant ce temps, les Français, qui subissaient des pressions de la part de la Grande-Bretagne, se lancèrent à la recherche d'alliés pour lutter contre la menace venue du sud. Les Iroquois jouèrent alors sur plusieurs tableaux, essayant de gagner du temps pour se reconstruire après des décennies de combats. \r\n \r\nPendant la guerre française et indienne (1754-1763), les Iroquois s'allièrent aux Britanniques contre les Français. Les Britanniques remportèrent la victoire et repoussèrent ainsi les Français hors de l'Amérique du Nord. Le pouvoir britannique fut considérablement renforcé auprès des peuples amérindiens, dont les Iroquois, entièrement dépendants des Britanniques pour leurs armes.]=];
TEXT_9 = [=[La Révolution américaine commença dans les années 1770. Le Grand Conseil, d'abord resté neutre, rejoignit le camp britannique en 1777. Les Iroquois et les forces coloniales s'engagèrent sur le même type d'attaques que lors des précédentes guerres contre les Français, brûlant des villages et des champs entiers et tuant les faibles et les démunis de chaque camp. \r\n \r\nLa révolution se termina en 1783. Le traité signé entre les États-Unis et la Grande-Bretagne cédait tout le territoire iroquois aux États-Unis, ignorant totalement le fait qu'une nation souveraine existait déjà sur cette terre.]=];
TITLE = [=[Iroquois]=];};
Playable=true;
AIPlayable=true;
ShortDescription=[=[Iroquois]=];
Adjective=[=[iroquois|iroquoise|iroquois|iroquoises]=];
DefaultPlayerColor="PLAYERCOLOR_IROQUOIS";
ArtDefineTag="ART_DEF_CIVILIZATION_IROQUOIS";
ArtStyleType="ARTSTYLE_SOUTH_AMERICA";
ArtStyleSuffix="_AMER";
ArtStylePrefix="AMERICAN";
PortraitIndex=12;
IconAtlas="CIV_COLOR_ATLAS";
AlphaIconAtlas="CIV_ALPHA_ATLAS";
MapImage="MapIroquoi512.dds";
DawnOfManQuote=[=[Salutations, noble Hiawatha, fier dirigeant de la puissante nation iroquoise ! Votre peuple a passé bien des années près du grand lac sacré Ontario, sur ces terres que l'on nomme désormais l'état de New York, en Amérique du Nord. Au coeur de l'antiquité, les cinq nations (Sénécas, Onondagas, Mohawks, Cayugas et Oneidas) se réunirent au sein d'une seule et même confédération, les Haudenosaunees, peuple de la maison longue ou "Iroquois". Sans langue écrite, les sages de votre nation créèrent la "grande loi de l'Unité", qui servit de base à bien des constitutions par la suite, notamment aux États-Unis. Pendant de nombreuses années, votre peuple a combattu de puissants ennemis, les Hurons, ainsi que les envahisseurs français et britanniques. Bien que moins nombreux et terriblement mal équipés face à des armes sophistiquées, les Iroquois réussirent à survivre et à prospérer, avant d'être peu à peu dépassés par l'armée puissante des jeunes États-Unis. \r\n \r\nÔ noble Hiawatha ! Écoutez les cris de votre peuple ! Il souhaite vous voir à sa tête, en temps de guerre comme de paix ! Reconstruisez la grande maison longue et réunissez une nouvelle fois les tribus. Relèverez-vous ce défi, grand chef ? Bâtirez-vous une civilisation capable de résister au passage du temps ?]=];
DawnOfManImage="DOM_Hiawatha.dds";
DawnOfManAudio="AS2D_DOM_SPEECH_IROQUOIS";};
 
CIVILIZATION_JAPAN={
Type="CIVILIZATION_JAPAN";
Description=[=[Empire japonais]=];
CivilopediaTag={
FACTOID_HEADING = [=[Japon - Le saviez-vous ?]=];
FACTOID_TEXT = [=[Il y a 5 millions de machines à sous (jidohanbaiki) au Japon, environ une pour 25 personnes. \r\n \r\nLe festival le plus ancien du monde serait le Aoi Matsuri, qui se tient tous les ans, les 15 et 16 mai, à Kyoto. Il date du règne de l'empereur Kinmei, quelque part entre 539 et 571 apr. J.-C. \r\n \r\nLe pont suspendu le plus long du monde est le Akashi Kaikyo Bridge, qui relie Kobe à l'île d'Awaji, inauguré en 1998. La travée centrale fait 2 km de long (environ 1,5 fois la longueur du Golden Gate Bridge, et 4 fois la taille du Brooklyn Bridge). \r\n \r\nLe tout premier roman provient du Japon, il y a plus de mille ans. Le Dit du Genji a été écrit au XIe siècle par Murasaki Shikibu, membre de la cour impériale. Cette œuvre majeure (plus de 500 000 mots), raconte les exploits romantiques et sexuels de son personnage principal, Genji, et les intrigues à la cour impériale.]=];
HEADING_1 = [=[Histoire]=];
HEADING_10 = [=[La période des Royaumes Combattants]=];
HEADING_11 = [=[Nobunaga Oda et l'unification du Japon]=];
HEADING_12 = [=[L'ouverture du Japon et la restauration de Meiji]=];
HEADING_13 = [=[Guerre sino-japonaise]=];
HEADING_14 = [=[Guerre russo-japonaise]=];
HEADING_15 = [=[Le Japon impérial]=];
HEADING_16 = [=[L'entrée dans la Deuxième Guerre mondiale]=];
HEADING_17 = [=[La Deuxième Guerre mondiale]=];
HEADING_18 = [=[L'après-guerre]=];
HEADING_19 = [=[Le Japon aujourd'hui]=];
HEADING_2 = [=[Terrain et climat]=];
HEADING_3 = [=[Préhistoire]=];
HEADING_4 = [=[Les débuts de l'histoire écrite]=];
HEADING_5 = [=[Les Tumulus (tombeaux), 250 apr. J.-C. - 550 apr. J.-C.]=];
HEADING_6 = [=[Le système des clans]=];
HEADING_7 = [=[Après Yamato : le confucianisme, le bouddhisme et la loi]=];
HEADING_8 = [=[L'essor des samouraïs]=];
HEADING_9 = [=[La chute de l'autorité centrale]=];
TEXT_1 = [=[L'archipel du Japon s'est formé à la suite de violents chocs entre les plaques tectoniques, lorsque la plaque pacifique est passée sous la plaque eurasienne. La terre ainsi formée est montagneuse, à la fois superbe et dangereuse, et son peuple vit et prospère dans un étroit corridor entre volcans et mers.]=];
TEXT_10 = [=[Les années 1338-1573 sont connues sous le nom de période des Royaumes Combattants. En effet, des guerres incessantes pour la suprématie au sein des daimyos faisaient rage dans tout le pays, alors que les shogunats et la famille impériale étaient quasiment impuissants. Pendant cette période, de nombreux châteaux furent construits et les guerriers japonais devinrent des experts en combat de siège, surtout après que des marchands européens leur eurent appris à fabriquer des mousquets.]=];
TEXT_11 = [=[En 1549, le père d'un jeune noble nommé Nobunaga Oda mourut et légua à son fils un bout de terrain, un peu d'argent et un groupe de serviteurs samouraïs. Onze ans plus tard, il avait vaincu toute opposition et pris le contrôle de la province d'Owari. Brillant visionnaire et excellent chef militaire, Nobunaga Oda opta bien vite pour l'utilisation massive des mousquets afin d'éliminer tous ceux qui se dressaient sur son chemin. En 1562, il s'allia à Tokugawa Ieyasu, un seigneur féodal voisin qui devint l'un des plus grands dirigeants de tous les temps. \r\n \r\nDans les années 1560, Nobunaga Oda continua son avancée et captura Kyoto, le centre historique de la puissance japonaise. En 1573, il détrôna le Shogun et affirma ainsi sa puissance. Lorsqu'il mourut assassiné en 1582, Nobunaga Oda avait unifié presque la moitié du Japon. Consultez la partie consacrée à Nobunaga Oda dans la Civilopédia pour plus de détails sur la vie de ce dirigeant. \r\n \r\nLe successeur de Nobunaga Oda fut Toyotomi Hideyoshi, fils d'un paysan qui prouva sa valeur en tant que guerrier, puis en tant que commandant au service de Nobunaga Oda. En 1590, Hideyoshi avait unifié tout le Japon. Pour appuyer sa politique de renforcement du gouvernement central, il désarma la paysannerie et lança une réforme du système d'impôts. Il instaura également un système féodal, forçant les fermiers à demeurer dans les villages et les artisans et marchands à ne pas quitter les villes. Hideyoshi mourut en 1598, et Tokugawa Ieyasu lui succéda. En 1603, il obtint le titre de shogun. \r\n \r\nAprès avoir utilisé l'armement occidental dans un but pacifique pour unifier le Japon, Tokugawa se rendit rapidement compte qu'il pouvait s'en servir comme outil de menace pour asseoir sa suprématie. Lui et ses descendants éliminèrent toute forme de christianisme au Japon et chassèrent tous les occidentaux de l'île, interdisant l'utilisation du mousquet (sauf pour les soldats). Pendant les quelques siècles qui suivirent, le Japon resta isolé de l'Occident, un choix qui évita probablement au peuple japonais de subir l'humiliation de l'occupation et de la colonisation européenne, comme la subirent la plupart de leurs voisins asiatiques.]=];
TEXT_12 = [=[Au XIXe siècle, les Pays-Bas étaient la seule nation européenne à commercer avec le Japon, mais leurs échanges restèrent très limités. Vers le milieu du siècle, plusieurs puissances européennes avaient tenté d'établir des relations diplomatiques avec le Japon, mais sans succès. À la recherche de ports pour approvisionner en carburant ses navires marchands et de pêche, les États-Unis décidèrent de leur forcer la main et envoyèrent une flotte moderne sous les ordres du commodore Matthew C. Perry dans la baie d'Uraga, en 1853. Le choc de voir une puissance militaire étrangère pénétrer sur les côtes japonaises, jusqu'ici inviolées, causa beaucoup de tort à l'ancien shogunat de Tokugawa, et le pouvoir revint finalement aux mains de l'Empereur. \r\n \r\nLe jeune empereur Meiji accéda au trône en 1867 et entama une réforme radicale de la politique japonaise afin de pouvoir rivaliser en termes militaires et économiques avec les superpuissances européennes qui contrôlaient alors les mers autour du Japon. La "Restauration Meiji" fut une période extraordinaire pour le japon, qui vit l'abolition du féodalisme, la dissolution presque totale de la classe samouraï et la restitution de leurs terres aux paysans qui les exploitaient. Le gouvernement entama ensuite un vaste programme d'industrialisation, qui s'avéra très efficace sur une courte période. Vers la fin du XIXe siècle, le Japon était régi par une constitution quasi similaire à celles que l'on pouvait observer en Europe. \r\n \r\nAu début du XXe siècle, le Japon était devenu l'une des plus grandes puissances du Pacifique. Malheureusement pour elles, de nombreuses nations mirent du temps à se rendre compte de cet état de fait.]=];
TEXT_13 = [=[En 1894, la Chine déclara la guerre au Japon pour le contrôle de la Corée. Le Japon remporta facilement la victoire et gagna donc le contrôle de la Corée devant la Chine, puis Formose, la Péninsule de Liaodong, les îles Pascadores et plusieurs autres territoires. Le Japon avait également obtenu des accords commerciaux déloyaux envers la Chine et les puissances occidentales exhortèrent le Japon de rendre la Péninsule de Liaodong à la Chine, qui la céda ensuite à la Russie avec son importante base navale. Cet événement provoqua la fureur du Japon.]=];
TEXT_14 = [=[Lors de la Révolte des Boxers (1900), les citoyens chinois s'opposèrent à tous les étrangers qui leur vendaient de l'opium et occupaient une partie de leurs terres. Les puissances occidentales et le Japon ripostèrent en envoyant des troupes massacrer les Chinois et occuper une plus grande partie de leur territoire. Voyant la Russie prendre le contrôle de la Mandchourie, le Japon se sentit menacé et, pour ne pas perdre ses territoires chinois et coréens, lança une attaque surprise contre la flotte russe (une stratégie utilisée de nouveau quelques années plus tard avec succès contre d'autres Occidentaux inattentifs). L'attaque japonaise contre la Russie eut un succès phénoménal et le Japon put ainsi prouver au monde entier sa capacité à se défendre contre n'importe quelle puissance occidentale. \r\n \r\nLors du traité de paix avec la Russie, le Japon obtint la suprématie sur la Corée ainsi que les territoires chinois jusqu'ici détenus par la Russie. Le président Roosevelt reçut le prix Nobel de la paix pour avoir négocié le traité (le comité pour le prix Nobel ne comptait pas beaucoup de membres chinois et coréens à l'époque).]=];
TEXT_15 = [=[Le Japon profita de ses victoires contre la Chine et l'Occident pour renforcer sa puissance dans tout l'est asiatique. Après avoir intensifié sa mainmise sur la Corée et une partie de la Chine, le pays prit possession des territoires allemands en Asie et dans le Pacifique au cours de la Première Guerre mondiale. Après la guerre, plusieurs traités entre les puissances européennes, les États-Unis et le Japon eurent pour but de limiter l'expansion japonaise, tout en garantissant son indépendance. \r\n \r\nDans les années 1930, les difficultés que le pays avait connues pendant la Grande Dépression menèrent à un coup d'État, et l'armée prit le pouvoir. Les droits de douane occidentaux et chinois (ainsi que le racisme antijaponais) limitèrent grandement la capacité du Japon à pratiquer l'exportation pour renflouer ses caisses et nourrir sa population croissante. Selon l'armée, pour s'ouvrir aux marchés étrangers, il fallait le faire par la force. Tout ceci associé à la peur du communisme et à la haine grandissante contre le gouvernement conduisit l'armée à se renforcer. Vers la fin des années 1920, l'armée japonaise intensifia ses opérations en Mandchourie, sans l'autorisation du gouvernement, qui était trop faible pour les en empêcher. \r\n \r\nEn mai 1932, des officiers de la marine assassinèrent le premier ministre, et en 1936 plusieurs hommes politiques furent tués lorsque des rebelles prirent possession du centre de Tokyo. Bien que la rébellion ait été rapidement stoppée, il était clair que le gouvernement ne fonctionnait que sous le joug de l'armée. Le jeune empereur Hirohito semblait progressiste, mais il garda le silence, de peur que le trône ne fût renversé à son tour. L'armée japonaise contrôlait l'ensemble du territoire.]=];
TEXT_16 = [=[À partir des années 1930, les relations entre le Japon et l'URSS, la Grande-Bretagne et les États-Unis, déjà mauvaises, dégénérèrent rapidement. L'URSS, indigné par sa défaite contre le Japon trente ans plus tôt, espérait que le gouvernement soit renversé et que le pays devienne le paradis des travailleurs comme la Russie. La Grande-Bretagne et les États-Unis étaient opposés à la violente politique japonaise en Chine et en Corée, craignant que la puissance grandissante de la marine nippone ne vienne menacer leurs intérêts considérables en Asie et dans le Pacifique. En 1936, puis en 1940, le Japon signa un pacte mutuel de défense avec l'Allemagne et l'Italie, afin de contrer la pression anglaise et américaine. En 1940, craignant le menace allemande grandissante à l'ouest, l'URSS proposa au Japon de signer un pacte de non-agression pour protéger ses côtes orientales. \r\n \r\nAprès l'attaque nazie contre la Russie en 1941, le Japon s'empara du nord de l'Indochine, dans le but de bloquer la route d'approvisionnement entre la Chine et la Grande-Bretagne, qui soutenait les forces nationalistes chinoises contre la menace nippone. Pour contrer cela, les États-Unis gelèrent les capitaux du Japon et lancèrent un embargo de pétrole contre le Japon, qui n'avait plus que deux solutions : accepter les conditions américaines et se retirer de l'Indochine ou s'emparer des riches puits de pétrole des Indes néerlandaises. Les négociations ne menèrent nulle part et le gouvernement nippon choisit la voie de la guerre.]=];
TEXT_17 = [=[La Deuxième Guerre mondiale commença remarquablement pour le Japon, les attaques surprise menées contre les États-Unis à Pearl Harbor, Hawaii et dans les Philippines eurent un succès phénoménal. La marine nippone faillit même repousser entièrement les forces américaines du Pacifique, mais elle ne réussit jamais à porter le coup fatal. Pendant les années qui suivirent, les États-Unis construisirent des bateaux, des chasseurs et des sous-marins, remplaçant plus que largement les pertes subies lors des premières attaques. La flotte et les forces armées américaines apprirent vite et tentèrent rapidement de repousser le Japon de l'autre côté du Pacifique. \r\n \r\nEn août 1945, les États-Unis lâchaient deux bombes atomiques sur le Japon, détruisant les villes d'Hiroshima et de Nagasaki, et forçant ainsi la capitulation rapide des japonais.]=];
TEXT_18 = [=[A la fin de la guerre, le Japon avait perdu toutes ses possessions outre-mer. Les États-Unis occupaient le territoire et l'URSS s'était emparé de plusieurs îles au nord (dont la propriété est aujourd'hui toujours contestée). \r\n \r\nL'occupation américaine était toutefois bienveillante : les États-Unis imposèrent un régime démocratique aux Japonais et empêchèrent ces derniers de disposer de forces militaires. Les Américains aidèrent (forcèrent) également le Japon à démanteler ce qui restait de l'ancien système féodal et instaurèrent une vaste reforme du territoire. Ils participèrent également à la reconstruction de l'infrastructure nippone et de son système monétaire. Les États-Unis espéraient que la nation japonaise devienne une démocratie prospère et une nation capitaliste, afin de contrebalancer le développement massif du communisme en Asie. Et ils parvinrent très largement à accomplir leur mission.]=];
TEXT_19 = [=[Bénéficiant des termes imposés par les nations victorieuses à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, le Japon n'utilisa pas l'argent de la reconstruction pour reformer son arsenal, mais en profita pour renforcer son industrie et devenir l'un des pays les plus économiquement et démocratiquement prospères au monde. Bien qu'ayant souffert d'une collaboration trop étroite entre le gouvernement et les entreprises, avec pour conséquence une chute du système bancaire dans les années 1990, le Japon a connu une extraordinaire croissance économique depuis la fin de la guerre. Le peuple japonais dispose d'un niveau d'éducation élevé et la nation est technologiquement très avancée. \r\n \r\nAlors que la position des États-Unis dans le Pacifique s'est affaiblie et que les autres puissances se sont développées, le Japon a commencé prudemment à reconstruire sa force militaire. Le pays dépend toujours des États-Unis pour soutenir sa défense, mais pour combien de temps ? \r\n \r\nSi le Japon continue d'entretenir des relations cordiales avec ses voisins, la Russie, la Chine et la Corée de Sud (et si la Corée du Nord n'implose pas), l'avenir du Japon est tout à fait prometteur.]=];
TEXT_2 = [=[Le Japon est un petit pays dont la superficie est à peu près égale à celle de l'État américain du Montana. Les massifs montagneux couvrent quasiment 80% du territoire. L'archipel nippon est constitué de quatre îles principales : Hokkaido, Honshu, Shikoku et Kyushu, ainsi que de dizaines d'îles plus petites. Le pays est géologiquement jeune, les montagnes sont élevées et escarpées, les fleuves sont étroits et torrentiels. Le Japon abrite également de nombreux volcans, dont certains sont toujours en activité, et les tremblements de terre n'y sont pas rares (ni les attaques de monstres radioactifs géants, d'ailleurs). \r\n \r\nLe climat de mousson y est gouverné par des vents humides ou secs, selon la saison. La partie occidentale du pays subit en hiver l'arrivée de l'air froid et humide venu de la Sibérie et de la mer du Japon, provoquant des averses constantes de pluie ou de neige. En été, c'est la partie orientale du territoire qui subit les vents constants et humides de l'océan Pacifique.]=];
TEXT_3 = [=[On pense que les premiers habitants de l'archipel s'y installèrent il y a environ 20 000 ans (avec une marge d'erreur de plus ou moins 10 000 ans) au cours de l'ère paléolithique, une époque caractérisée par l'utilisation chez les hommes d'outils primitifs en pierre. Les migrants durent certainement traverser la mer du Japon grâce à des ponts terrestres reliés à la Corée et au continent asiatique. \r\n \r\nNous ne savons pas grand-chose du Japon à la préhistoire, mais les premiers habitants durent développer très tôt un système maritime pour pouvoir naviguer entre les îles, car la culture et la langue japonaises sont exceptionnellement homogènes dans tout l'archipel (ce ne serait pas le cas si les différentes populations insulaires avaient été isolées les unes des autres pendant une longue période). \r\n \r\nLa culture néolithique précéramique fut suivie par la période Jomon, entre 7500 av. J.-C. et 250 av. J.-C. (le terme "Jomon" fait référence à un style de poterie dans lequel des cordons de glaise étaient enroulés en spirale). En plus de l'invention de la poterie, les outils évoluèrent considérablement au cours de cette période, et au lieu d'être taillés de manière brute, ils commencèrent à être polis. Le peuple jomon vivait essentiellement de la chasse et de la cueillette, mais aussi de la pêche. \r\n \r\nLa culture jomon fut suivie par l'ère Yayoi, aux alentours de 250 av. J.-C. - 250 apr. J.-C., qui connut une forte évolution de la poterie, et les débuts de l'agriculture ainsi que l'utilisation de matériel en fer et en bronze. Les Jomons furent par ailleurs les premiers à pratiquer des cérémonies d'enterrement, mais aussi l'irrigation et le tissage des textiles. Certaines de leurs avancées technologiques et culturelles furent découvertes par les Jomons eux-mêmes, et d'autres furent probablement adoptées à la suite de contacts avec les peuples de Chine et de Corée. Tout cela permit à la culture Yayoi de se répandre dans tout le Japon, dépassant largement les Jomons, dont le mode de vie était plus primitif.]=];
TEXT_4 = [=[Les premiers textes écrits sur l'histoire du Japon furent découverts en Chine et datent de la période Han. Ces textes stipulent qu'aux environs de 50 apr. J.-C., l'État de "Nu à Wo" envoya des émissaires à la cour de Han. L'État de "Nu" faisait partie de la centaine d'États qui formaient à l'époque le "Wo" (c'est-à-dire le Japon). Il est écrit plus tard qu'aux alentours de 250 apr. J.-C., une "Reine Himiko" régna sur une confédération de plus de 30 États, ayant pour capitale Yamatai. Personne ne sait exactement où se trouvait la ville de Yamatai, et il n'existe aucun écrit japonais datant de cette période.]=];
TEXT_5 = [=[Du fait de ce manque de documents écrits, les historiens ne parviennent pas à s'entendre sur la période exacte de l'unification du Japon. Nous savons cependant que Yamatai disparut au cours du IVe siècle, laissant la place au royaume de Yamato. Vers le milieu du IVe siècle, le Japon envoya une grande armée pour conquérir la péninsule coréenne. Une mission d'une telle envergure nécessitait un gouvernement central très puissant, qui dut être mis en place vers le début du IVe siècle. \r\n \r\nPendant la période Yamato, les fermiers commencèrent à utiliser des outils en fer pour cultiver leurs terres, et les techniques d'irrigation connurent une grande avancée, surtout en faveur de la culture du riz, une céréale savoureuse et nourrissante qui devint rapidement la base de la cuisine japonaise. Grâce à ces avancées, la culture des terres nécessitait moins de fermiers pour une plus grande superficie, et les Yamato utilisèrent cette main d'œuvre nouvelle pour la conquête et la construction de grands tombeaux qui leur étaient dédiés. Au cours de cette période, les Japonais s'inspirèrent également de nombreuses idées technologiques venues des pays voisins, la plus importante étant l'écriture venue de Chine, qui fut suivie par le confucianisme. \r\n \r\nAu cours du Ve siècle, la politique des Yamato devint plus activiste. Ce changement peut avoir de multiples raisons. Certains historiens pensent qu'il est lié à l'invasion et à la conquête du royaume par une armée extérieure, tandis que d'autres estiment que les Yamato ont simplement usé de leur puissance militaire avancée et de leur technologie agricole sans aucune influence extérieure. Quelle que soit la cause de ce revirement, les Yamato usèrent de leur puissance militaire pour attaquer la Corée du Sud, dans le but de s'emparer des ressources en fer de ce territoire. Cette nécessité de pouvoir accéder à des ressources non disponibles sur la péninsule japonaise fut la base de la politique étrangère japonaise pendant les siècles qui suivirent.]=];
TEXT_6 = [=[Cette période vit également l'apparition du système "uji-kabane". Le terme "uji" signifie "clan", tandis que le terme "kabane" se rapporte à un titre de noblesse héréditaire. Les Japonais qui vivaient dans une communauté agricole devinrent alors membres d'un clan, chaque individu ayant une place spécifique dans la hiérarchie communautaire. Les fermiers croyaient qu'en vouant un culte aux ancêtres et aux dieux du clan, les récoltes seraient meilleures, et l'adoration des ancêtres devint un élément essentiel du système uji-kabane.]=];
TEXT_7 = [=[Le VIe siècle vit le déclin du statut des Yamato et leur influence militaire connut plusieurs échecs aussi bien sur le territoire nippon qu'à l'étranger. Mais les Yamato perdaient du pouvoir aussi vite que les chefs de clan en gagnaient. La perte d'une autorité commune et centrale mena tout naturellement à des conflits internes de plus en plus importants, car chaque chef de guerre tentait de récupérer le pouvoir. \r\n \r\nLe VIe siècle vit également l'apparition du bouddhisme au Japon, religion probablement originaire de Corée, dont le prince Shōtoku était un fervent partisan. Il choisit les principes de paix et de salut pour gouverner le pays au début du VIe siècle. A la même époque, de plus en plus de membres de la noblesse japonaise s'étaient convertis au confucianisme chinois, et il semble que Shotoku ait également suivi ce mouvement, qui lui servait de guide pour gouverner le pays. Durant le règne de Shotoku, entre 574 et 622, la puissance et l'influence du clan des Yamato connurent une renaissance temporaire. \r\n \r\nAprès la mort de Shotoku, la Cour impériale japonaise connut une période de tourmente. Le puissant clan Soga assassina les héritiers de Shotoku et prit le pouvoir. Ils furent à leur tour renversés en 645 par le prince Nakano Oe et Nakatomi Kamatari, qui assassina tous les Soga et tous ceux qui tentaient de s'opposer au joug de la famille impériale. Après l'élimination de leurs opposants, ils entreprirent des réformes politiques visant à renforcer l'influence du gouvernement central et affaiblir les clans les plus puissants. \r\n \r\nÀ peu près à la même époque, les lois administratives japonaises connurent leur première codification, et on vit l'apparition du code civil et pénal, largement influencé par les codes chinois de la dynastie Tang et adapté aux exigences japonaises. Le peuple était alors divisé en deux groupes : les hommes libres et les esclaves. Moins de 10% des japonais étaient des esclaves, la majorité était libre et pratiquait la culture des terres. \r\n \r\nLa base de ce système politique perdura pendant plusieurs siècles, mais certains de ses défauts commencèrent à ébranler le gouvernement à partir du Xe siècle. Plusieurs clans avaient obtenu des postes importants au sein du gouvernement et ils profitèrent de leur influence pour détourner de grosses sommes. Les impôts étaient de plus en plus élevés et l'aristocratie s'enrichissait à vue d'œil, aux dépends des fermiers et des plus petits clans. Le mécontentement envers le gouvernement donna alors naissance à une nouvelle classe de guerriers aristocrates, plus connus sous le nom de "samouraïs".]=];
TEXT_8 = [=[Les Xe et XIe siècles virent l'ascension des samouraïs en tant que nouvelle puissance nippone. Les samouraïs qui servaient au sein de la Cour impériale étaient gardes du corps et généraux pour l'aristocratie, ceux qui pratiquaient leur art en dehors de la Cour participaient à des missions de conquêtes. Vers la fin du XIe siècle, le général samouraï Taira Kiyomori avait obtenu tellement de pouvoir et d'influence qu'il fut nommé premier ministre et régna sur la Cour impériale. Son fils Antoku accéda même au trône en 1180. Le règne des Taira ne dura cependant pas très longtemps ; en 1185, ils furent vaincus par le clan Minamoto lors de la bataille navale qui fut le point culminant de cinq années de combats sanglants pour la suprématie, connus sous le nom de "guerre de Gempei". \r\n  \r\nAprès avoir obtenu la victoire, Joritomo, le chef du clan Minamoto, institua un gouvernement militaire ou "shogunat", au sein duquel le shogun (abréviation de "seii taishogun", ou "généralissime qui repousse les barbares") gouvernerait le Japon au nom de l'empereur. Cette forme de gouvernement dura près de 700 ans, avant son abolition en 1868. \r\n \r\nAu cours des siècles qui suivirent, le pouvoir passa à la famille Hojo, qui stoppa au début du XIIe siècle une tentative de l'empereur Go-Toba de récupérer le pouvoir. A la fin du XIIe siècle, les Hojo repoussèrent également plusieurs tentatives d'invasions mongoles, aidés par deux typhons qui détruisirent un grand nombre d'attaquants à des points cruciaux du combat. Les Japonais appelèrent ces tempêtes des "kamikazes", ou "vents divins", envoyés par les dieux pour les protéger des barbares.]=];
TEXT_9 = [=[Le clan Hojo conserva le pouvoir jusqu'en 1333, date à laquelle l'empereur Go-Daigo organisa un coup d'État afin de renverser le gouvernement et rendre le pouvoir à la famille impériale. Il fut aidé par de nombreux aristocrates et plusieurs clans de samouraïs ainsi que par certains moines bouddhistes ralliés à sa cause. Cependant, de nombreux alliés de Go-Daigo ne furent pas satisfaits de la façon dont le butin fut réparti et ils se révoltèrent en 1336, forçant l'empereur à se réfugier vers le nord, dans les montagnes de Yoshino. Pendant les 60 années qui suivirent, le Japon fut divisé en deux Cours impériales, celle du nord et celle du sud, le contrôle du pays étant réparti entre les deux camps. L'empereur du sud était un personnage important, et ses shogunats disposaient d'un pouvoir réel. En 1391, les cours impériales se réunirent et le pouvoir revint entre les mains du grand shogun Ashikaga Takauji. \r\n \r\nAu XIVe siècle, les communautés et les familles de fermiers virent s'accroître leur pouvoir ainsi que leur résistance face aux seigneurs de guerre. En 1428, 1429 et 1441 eurent lieu d'importantes révoltes, suivies par d'autres soulèvements presque chaque année. En 1467, la lutte pour la succession du shogun Ashikaga entraîna une guerre civile qui dura près de 10 ans et provoqua la destruction de nombreux temples ainsi que l'exode d'un grand nombre de civils. La guerre se termina en 1477, mais l'autorité centrale était très touchée et l'on assista à de nombreuses rébellions locales ainsi qu'à l'arrivée d'une nouvelle classe de guerriers : les "daimyos".]=];
TITLE = [=[Japon]=];};
Playable=true;
AIPlayable=true;
ShortDescription=[=[Japon]=];
Adjective=[=[japonais|japonaise|japonais|japonaises]=];
DefaultPlayerColor="PLAYERCOLOR_JAPAN";
ArtDefineTag="ART_DEF_CIVILIZATION_JAPAN";
ArtStyleType="ARTSTYLE_ASIAN";
ArtStyleSuffix="_ASIA";
ArtStylePrefix="ASIAN";
PortraitIndex=13;
IconAtlas="CIV_COLOR_ATLAS";
AlphaIconAtlas="CIV_ALPHA_ATLAS";
MapImage="MapJapan512.dds";
DawnOfManQuote=[=[Salutations, noble Nobunaga Oda, dirigeant du pays du cerisier. Que vos pas vous mènent à jamais sur ses sentiers fleuris. Vous êtes à la tête du Japon, le pays du soleil levant. Les Japonais sont des insulaires, des êtres fiers et pieux, dotés d'une riche culture artistique et littéraire. Leur civilisation remonte à des millénaires, et s'est fondée sur des guerres sanglantes, l'expansion et l'isolement, une richesse sans pareil et une grande pauvreté. En plus de ses exploits sur le champ de bataille, votre peuple est également très ingénieux, et les innovations technologiques associées à de puissantes usines sont sources de jalousie pour ses rivaux moins fortunés. \r\n \r\nDaimyo légendaire, allez-vous saisir les rênes de la destinée ? Ferez-vous pleuvoir les honneurs et la gloire sur votre peuple et votre famille ? Brandirez-vous une fois de plus votre épée et votre bouclier pour triompher ? Bâtirez-vous une civilisation capable de résister au passage du temps ?]=];
DawnOfManImage="DOM_Oda.dds";
DawnOfManAudio="AS2D_DOM_SPEECH_JAPAN";};
 
CIVILIZATION_OTTOMAN={
Type="CIVILIZATION_OTTOMAN";
Description=[=[Empire ottoman]=];
CivilopediaTag={
FACTOID_HEADING = [=[Empire ottoman - Le saviez-vous ?]=];
FACTOID_TEXT = [=[Le Temple d'Artémis, une des sept merveilles du monde antique, était à l'extérieur d'Ephèse. Il fut détruit par un pyromane qui voulait "juste" entrer dans l'Histoire, comme quelqu'un ayant accomplit quelque chose de ''grand''. \r\n \r\nIstanbul est la seule ville au monde à avoir été construite à cheval sur deux continents. \r\n \r\nLa coutume en Turquie veut qu'un inconnu qui se trouve sur le seuil d'une maison y soit invité pour au moins trois jours. \r\n \r\nLa première église dédiée à la Vierge Marie est située à Ephèse. \r\n \r\nSaint Nicolas, personnage qui inspira le Père Noël moderne, vit le jour à Demre, sur la côte méditerranéenne de la Turquie. \r\n \r\nLa Turquie est l'un des rares pays au monde vivant en autosuffisance agroalimentaire. \r\n \r\nCe sont les Turcs qui introduisirent le café en Europe (on ne les remerciera jamais assez).]=];
HEADING_1 = [=[Histoire]=];
HEADING_10 = [=[Déclin de l'Empire]=];
HEADING_11 = [=[La fin]=];
HEADING_12 = [=[Éloge pour une Europe oubliée]=];
HEADING_2 = [=[Terrain et climat]=];
HEADING_3 = [=[Le commencement]=];
HEADING_4 = [=[La percée en Europe]=];
HEADING_5 = [=[Tamerlan sur le flanc]=];
HEADING_6 = [=[Renouveau ottoman et expansion]=];
HEADING_7 = [=[Les janissaires]=];
HEADING_8 = [=[Constantinople]=];
HEADING_9 = [=[Soliman]=];
TEXT_1 = [=[L'Empire ottoman trouve son origine en Anatolie (aujourd'hui la Turquie) au début du XIIIe siècle. Au faîte de sa puissance, il s'étendait sur trois continents et prospéra pendant six siècles.]=];
TEXT_10 = [=[Au cours des siècles qui suivirent, l'Empire ottoman connut un lent déclin. Bien sûr, il conservât son statut d'État puissant et central pendant de nombreuses années, mais il ne parvint pas à retrouver la grandeur qu'il montrait à son apogée durant le règne de Soliman. Entre le milieu et la fin du XVIe siècle, les janissaires avaient atteint les hautes sphères du pouvoir à Istanbul (le nouveau nom de Constantinople), gangrénées par la corruption. Le titre de grand vizir accordait un pouvoir plus important tandis que celui de sultan déclinait. Les vizirs ne tardèrent pas à outrepasser leurs droits et leurs fonctions et furent démantelés. Le pouvoir alla d'abord au harem (''Sultanat des Femmes''), de 1570 à 1578, avant d'être transféré aux mains des militaires, de 1578 à 1625. \r\n \r\nLe principal problème était que le territoire était trop grand pour être gouverné efficacement. Avec le temps, l'Empire plongea dans ce que l'on pourrait appelé l'anarchie. A cause d'une corruption grandissante et du problème épineux de la balance commerciale, l'économie de l'Empire s'effondra, et une inflation galopante l'ébranla tout au long des XVIe et XVIIe siècles. \r\n \r\nMalgré ses faiblesses intérieures, l'Empire conserva son image de puissance internationale, notamment crainte par l'Europe. Bien que l'Empire ait occasionnellement subi quelques défaites, son armée restait la plus puissante. Année après année, l'Empire ottoman continua même à s'étendre, absorbant Tunis, Fès et la Crète en Méditerranée, ainsi que l'Azerbaïdjan et une partie du Caucase. \r\n \r\nC'est à la fin du XVIIe siècle que les Ottomans allèrent trop loin. En 1683, le grand vizir Pacha Kara Mustafa reconduisit le siège sur Vienne. Menées par le roi polonais Jean III Sobieski, les troupes de défense délogèrent les Turcs rapidement. \r\n \r\nRagaillardi par la fébrilité des Ottomans, Sobieski parvint à rassembler les forces européennes pour se lancer dans une croisade contre leur ennemi commun. Les Habsbourg partirent récupérer leurs territoires dans les Balkans, les Vénitiens revendiquèrent leurs anciennes bases dans l'Adriatique, et une nouvelle puissance, la Russie, se mit à la recherche d'un port en Méditerranée. \r\n \r\nIl s'agissait là d'une alliance instable, où chacun alla de temps à autre lancer un assaut contre son voisin. En outre, l'Empire ottoman avait le soutien de la France (toujours intéressée par un moyen d'affaiblir les Habsbourg), mais aussi de la Grande-Bretagne et des Pays-Bas, qui craignaient de voir l'équilibre des forces en Europe (et leur suprématie maritime) menacé par le camp qui ferait tomber l'Empire ottoman. \r\n \r\nLes membres de l'alliance tinrent bon et se partagèrent la plupart des territoires ottomans en Europe tout au long du siècle qui suivit. En 1792, les Ottomans avaient reculé jusqu'au Danube. Ils perdirent des territoires qu'ils possédaient depuis près de deux siècles. Peu de temps après, ils durent quitter la côte au nord de la mer Noire, le Caucase, le sud de l'Ukraine et la Crimée.]=];
TEXT_11 = [=[Au milieu du XIXe siècle, plusieurs sultans se lancèrent dans la modernisation de l'Empire ottoman. Ils tentèrent d'imposer d'importantes réformes à l'armée, au gouvernement et à l'éducation. Leur mise en place fut lente, freinée d'une part par ceux dont le pouvoir était menacé par ces idées nouvelles, mais aussi par la situation financière plus que précaire de l'État, qui résistait tant bien que mal aux pressions extérieures d'ennemis près à donner le coup de grâce. Malgré cela, l'État comptait au XXe siècle des milliers d'écoles en activité et un nombre croissant d'écoles secondaires et d'universités. Des écoles militaires furent créées sur le modèle européen et le gouvernement s'essaya même au système parlementaire, qui fut toutefois abandonné moins d'un an après. \r\n \r\nEn 1909, un groupe de réformateurs nommé ''les Jeunes-Turcs'' menèrent une rébellion pour restaurer le parlement (projet abandonné 30 ans plus tôt). La révolte donna naissance à un mouvement plus important encore qui poussa le gouvernement à démissionner. Un nouveau sultan fut ''choisi'' et immédiatement contraint de réhabiliter le parlement. En réalité, c'était l'armée qui tirait les ficelles. \r\n \r\nEn 1914, l'Empire ottoman entra dans la Première Guerre mondiale du côté de l'Allemagne, de l'Autriche et de la Bulgarie. Durant le conflit, les Ottomans repoussèrent une attaque audacieuse mais mal préparée des Britanniques sur les Dardanelles, les stoppant dans leur avancée vers la Russie. Ils affrontèrent les alliés en Europe, en Égypte, dans les Balkans et au Moyen-Orient. Ils décidèrent également la mise en place du génocide arménien en Asie Mineure, tuant peut-être jusqu'à un demi-million d'hommes, de femmes et d'enfants. \r\n \r\nÀ la fin de l'année 1918, il devint évident que les Empires centraux allaient perdre la guerre, et les Ottomans signèrent l'armistice le 30 octobre. Les vainqueurs démantelèrent ce qui restait de l'Empire ottoman, et la Grande Bretagne, la France et l'Italie se partagèrent l'Afrique du Nord, l'Égypte, le Moyen-Orient ainsi que des régions d'Asie Mineure. Les zones qui n'intéressaient pas les forces alliées furent délimitées et transformées en États indépendants. On ne laissa aux Ottomans que la ville d'Istanbul et une partie de la Thrace. \r\n \r\nLa plupart des plans des alliés n'aboutirent à rien. En 1923, un brillant général ottoman, Mustafa Kemal, plus tard appelé Atatürk, ou ''père des Turcs'', réunifia l'Asie Mineure. C'est ainsi que naquit la Turquie. Ce nouveau pays faisait disparaitre l'entité politique connue sous le nom ''d'Empire ottoman'', 600 ans après sa création.]=];
TEXT_12 = [=[En résumé, l'Empire ottoman exista pendant six siècles. Il défia l'Europe et s'imposa. Il conquit la Perse, l'Égypte, l'Afrique du Nord et une partie des Balkans. Il détruisit l'Empire byzantin. Bref, l'Empire ottoman semblait plus fort que tout.]=];
TEXT_2 = [=[A son apogée, l'Empire s'étendait de la Hongrie au nord jusqu'aux côtes de l'océan Indien au sud, et de Basra à l'est jusqu'au Maroc à l'ouest. Avec un territoire aussi vaste, il est impossible de généraliser sur le climat de l'Empire. Les Ottomans régnaient sur des montagnes, des collines, des marécages et des déserts. En été, les températures en Égypte peuvent grimper jusqu'à 45°C et, en hiver, la Hongrie peut afficher des températures négatives renversantes.]=];
TEXT_3 = [=[L'Empire ottoman tire son nom d'Osman Ier (1258-1326). Osman fut le prince de Bithynie, une petite province d'Anatolie (Turquie), stratégiquement placée en bordure de la mer Noire, du Bosphore et de la mer de Marmara. La Bithynie faisait partie jusque-là du sultanat seldjoukide de Roum, un empire musulman qui contrôla presque toute l'Anatolie pendant plus de deux siècles. Mais les pouvoirs du sultanat diminuèrent (suite aux invasions répétées des Mongols), et les Byzantins voisins ne tardèrent pas à empiéter sur l'Anatolie. Pacifier la région s'avéra impossible et Osman Ier profita de la fébrilité des Byzantins pour avancer jusqu'à Byzance.]=];
TEXT_4 = [=[Au XIVe siècle, Byzance s'affaiblit rapidement. L'héritière orientale de l'Empire romain possédait de vastes territoires en Italie, en Europe de l'Est, en Anatolie, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Mais en 1300, le domaine s'était réduit à quelques régions grecques, les Balkans et l'ouest de l'Anatolie. Au cours du siècle qui suivit, l'Empire ottoman s'imposa de plus en plus face à l'Empire byzantin en déclin, d'abord en Anatolie, puis dans les Balkans. Quand les Ottomans prirent la capitale bulgare Nicopolis, objectif clé le long du Danube, le roi de Bulgarie lança un appel aux chrétiens européens pour les pousser à lutter contre la menace grandissante que représentait l'Islam. En 1336, une armée de chevaliers en provenance de Hongrie, de Burgonde, de Venise et de Bulgarie, appelée l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, s'unit pour vaincre les Ottomans. La bataille de Nicopolis est aussi appelée la ''Croisade de Nicopolis''. On ne connaît pas le nombre de combattants, mais on estime qu'il y avait entre 10 000 et 200 000 chevaliers, fantassins et archers de chaque côté (les chiffres les plus élevés étant impropables selon les historiens). D'après des historiens d'époque, un des deux camps était en supériorité numérique à un ratio de 2 contre 1, mais lequel... Dans tous les cas, les croisés marchèrent en direction du sud de la Hongrie et commencèrent le siège de Nicopolis. \r\n \r\nÀ tout point de vue, les croisés furent désavantagés par un commandement indécis et une trop grande confiance en eux, problème classique des armées unifiées de manière sporadique. Le siège fut désordonné et les croisés ne postèrent aucune sentinelle. Cependant, le vétéran bourguignon Enguerrand VII, seigneur de Coucy, désobéit aux ordres et envoya une patrouille à la rencontre des Ottomans, ce qui évita aux croisés de tomber de haut. Au matin de la bataille, les forces ottomanes, sous le commandement du sultan Bayezid Ier, se positionnèrent sur le flanc d'une colline surplombant Nicopolis. Les croisés, eux, leur faisaient face à la ville, dos tourné au Danube. L'un des chefs des croisés remarqua que la première ligne des troupes ottomanes étaient composée de miliciens. Sous-entraînés et mal équipés, ils étaient là pour émousser les ennemis avant l'entrée en scène de la puissante infanterie ottomane. Il préconisa que l'infanterie se chargerait de mener l'assaut sur ces troupes et que, dans le même temps, les chevaliers resteraient en position sur les flancs, en soutien de l'infanterie et en opposition aux spahis ottomans (cavalerie). Le chevalier français Philippe d'Artois désavoua ce plan, lui reprochant d'être déshonorant. Il demanda à ce que les chevaliers aient l'honneur de lancer la charge contre l'ennemi. C'est ce plan qui fut retenu. Les Ottomans avaient quant à eux placés une barrière de pics aiguisés devant leurs premières lignes, conçue pour embrocher un cheval en course et ainsi saper une charge de cavalerie. Les croisés écrasèrent les miliciens, mais nombre d'entre eux furent désarçonnés pendant la charge, et l'assaut tourna au désastre. L'infanterie ottomane battit en retraite et les croisés poursuivirent leur avancée sans se reformer, pensant avoir fait fuir les couards. Il n'en était rien, les Ottomans avait une autre troupe de spahis en réserve et Bayezid les fit entrer dans la bataille à ce moment précis. Une unité de cavalerie toute fraîche se lança alors sur des chevaliers épuisés et sans monture. Au même moment, d'autres troupes ottomanes commencèrent à attaquer les positions des croisés sur les flancs. Complètement surpassés, les croisés s'effondrèrent et capitulèrent. Beaucoup de prisonniers nobles européens furent échangés moyennant une bonne rançon, et autant de soldats ordinaires furent massacrés. \r\nLa prise de Nicopolis renforça un temps les positions des Ottomans dans les Balkans. Aujourd'hui, tout ce qu'il reste de ce qui fut jadis l'Empire byzantin est la ville de Constantinople.]=];
TEXT_5 = [=[En 1399, le dirigeant moghol Tamerlan (Timur le boiteux) déclara la guerre à l'Empire ottoman, troublant ainsi la campagne de Bayezid Ier en Europe. Tamerlan était le descendant de conquérants mongols qui menèrent triomphalement leurs troupes à travers la Perse, l'Inde, l'Asie centrale et l'Anatolie. En 1402, la bataille d'Ankara vit la confrontation des troupes de Bayezid et de Tamerlan. \r\n \r\nEncore une fois, il est impossible d'avancer des chiffres précis sur les forces en présence, mais on parle d'un million d'hommes de chaque côté, ou de 140 000 pour Tamerlan contre 80 000 pour Bayezid. Quoi qu'il en soit, tout le monde s'accorde à dire que Tamerlan bénéficiait d'une très large supériorité numérique. \r\n \r\nLa bataille débuta par une vaste charge des Ottomans, bien vite maîtrisée par la précision des flèches enflammées des archers montés ennemis. Au cours de la bataille, beaucoup de soldats de Bayezid désertèrent et rejoignirent l'armée de Tamerlan. Surpassée et épuisée, l'armée de Bayezid se déclara vaincue et leur chef finit par se faire capturer peu après. Il mourut d'ailleurs en captivité. Ayant renforcé ses positions contre les Ottomans, Tamerlan quitta l'Anatolie et repartit pour l'Inde afin de continuer l'expansion de son Empire. \r\n \r\nAprès la mort de Bayezid, une guerre civile éclata au sein de l'Empire sur fond de conflit de succession entre ses quatre fils. L'Interrègne ottoman dura 11 ans, et prit fin quand le dernier frère survivant, Mehmet Çelebi, s'empara du titre de sultan en 1413. \r\n \r\nLe sultan Mehmet Ier et son fils Murad II passèrent ensuite bon nombre d'années à restaurer le pouvoir central de l'Empire, et à réparer les dégâts de l'Interrègne.]=];
TEXT_6 = [=[En 1423, après être parvenu à stabiliser l'Empire ottoman, Murad II lança un siège sur Constantinople, puis repartit après avoir extirpé une grosse somme d'argent aux Byzantins. Par la suite, Murad partit en guerre contre Venise, un long conflit qui se solda par une victoire ottomane mais qui laissa à Venise un rôle incontournable pour le commerce dans la partie orientale de la Méditerranée. Il débuta également une guerre prolongée avec la Hongrie pour le contrôle de la Valachie.]=];
TEXT_7 = [=[A mesure que le territoire ottoman grandissait, le pouvoir de la noblesse turque augmentait aussi. Murad II y voyait là une grande menace. Pour contrer les Turcs, il créa les janissaires, une unité militaire d'esclaves chrétiens. Murad leur donna des terres, acquises lors de ses plus récentes campagnes, ainsi qu'un revenu et un statut pour créer un contre-pouvoir à la vieille aristocratie turque. Murad continua son expansion en Europe jusqu'en 1444, date à laquelle il fit la paix avec tous ses ennemis avant de se retirer, laissant son fils Mehmet II sur le trône.]=];
TEXT_8 = [=[Le règne du sultan Mehmet II dura 30 ans, entre 1451 et 1481. L'une de ses premières décisions fut d'assiéger Constantinople. Son vizir et d'autres Turcs tentèrent âprement de s'opposer à l'attaque, qu'ils voyaient comme le début d'une nouvelle campagne expansionniste de l'Empire qui, de ce fait, diminuerait leur pouvoir. \r\n \r\nLe siège prit fin moins de deux mois plus tard. Mehmet était à la tête d'une armée de 100 000 hommes et Constantinople était défendue par environ 7000 soldats. Ces derniers résistèrent farouchement et repoussèrent les séries d'attaques ottomanes soutenues par le feu des canons. Les Ottomans finirent par percer les défenses et envahirent la ville, écrasant littéralement les ennemis. \r\n \r\nBien que les Ottomans ne se privassent pas pour piller la ville, Mehmet fit preuve de clémence auprès des habitants, leur laissant la vie sauve et ''quelques'' biens. Il n'opprima pas les non-musulmans, et de nombreux juifs émigrèrent dans l'Empire ottoman pour se protéger des persécutions européennes. \r\n \r\nMehmet II fit de Constantinople la capitale de son empire, se positionnant ainsi stratégiquement aux portes de l'Europe. \r\n \r\nTout au long du siècle qui suivit, l'Empire ottoman s'enfonça un peu plus en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique. En plus de ses imposantes unités d'infanterie, il se dota de puissantes forces navales, qui dominèrent bien vite la Méditerranée orientale et la mer Noire, et imposèrent leur présence dans la mer Rouge et l'océan Indien, où elles avaient fort à faire face à des flottes européennes grandissantes, comme celle du Portugal.]=];
TEXT_9 = [=[Soliman le Magnifique (1520-1566) poursuivit l'expansion de l'Empire ottoman en Europe en désignant la Hongrie comme premier objectif. A la tête de ses ennemis européens se trouvait la famille des Habsbourg (qui tenait la Hongrie et presque tout le reste de l'Europe). Cependant, il pouvait compter sur un allié de taille, le roi de France. Celui-ci devinait les intentions des Habsbourg et, craignant pour son royaume, soutenait quiconque était désireux de les affaiblir. En 1521, Soliman prit Belgrade et, en 1526, les Ottomans contrôlaient la majeure partie de la Hongrie. La guerre dura plusieurs années. En 1529, Soliman parvint à atteindre Vienne, la ville européenne la plus puissante de la région. Il se montra incapable de prendre la ville et dut mettre fin au siège, mais conforta ses positions en Hongrie qu'il contrôla plus de 10 ans. \r\n \r\nSur les océans, la réponse de Soliman aux Européens fut de rassembler une marine militaire puissante placée sous le commandement de Barberousse, un ancien pirate reconverti en amiral ottoman. Barberousse s'empara d'Alger en 1529 et Soliman mit toute la province à sa disposition pour soutenir sa flotte. Dans les années 1530, Barberousse se lança dans diverses batailles navales contre des forces européennes ; il en sortit victorieux à chaque fois. \r\n \r\nDans la même période, l'Empire s'était encore consolidé avec des frontières allant à la limite de ce que les ressources en armes et en hommes de l'époque autorisaient. Soliman envahit l'Iran rapidement mais arriva à court de provisions avant d'affronter l'armée iranienne. Il quitta le pays et les Iraniens durent simplement revenir et récupérer ce qui leur avait été pris. En 1555, un accord fut trouvé pour définir les frontières de l'Empire ottoman à l'est. Il conserva l'Iraq et l'est de l'Anatolie, mais dut renoncer à l'Azerbaïdjan et au Caucase. \r\n \r\nA cette époque, l'Empire ottoman était à son apogée et représentait un puissant pôle militaire et économique. Les caisses de l'Empire étaient remplies par les tributs des territoires conquis : l'Égypte, l'Afrique du Nord et l'Europe de l'Est. L'Empire ottoman était par ailleurs stratégiquement situé sur les routes commerciales entre l'Europe et l'Extrême-Orient, lui permettant d'empocher des commissions sur le sémillant commerce des épices. Cette période coïncide d'ailleurs avec le lancement des grandes explorations en Europe, dont le but était de trouver un moyen de contourner les territoires ottomans afin de commercer directement avec l'Inde, la Chine et les autres fournisseurs d'épices.]=];
TITLE = [=[Empire ottoman]=];};
Playable=true;
AIPlayable=true;
ShortDescription=[=[Ottomans]=];
Adjective=[=[ottoman|ottomane|ottomans|ottomanes]=];
DefaultPlayerColor="PLAYERCOLOR_OTTOMAN";
ArtDefineTag="ART_DEF_CIVILIZATION_OTTOMANS";
ArtStyleType="ARTSTYLE_MIDDLE_EAST";
ArtStyleSuffix="_AFRI";
ArtStylePrefix="AFRICAN";
PortraitIndex=15;
IconAtlas="CIV_COLOR_ATLAS";
AlphaIconAtlas="CIV_ALPHA_ATLAS";
MapImage="MapOttoman512.dds";
DawnOfManQuote=[=[Que Dieu vous sourit avec bienveillance, Ô grand empereur Soliman ! Votre puissance, votre richesse et votre générosité inspirent le respect partout dans le monde ! Vous méritez bien votre surnom de "Magnifique" ! Votre empire est né au XIIe siècle, à Bithynie, une petite province à l'est de l'Anatolie. Tirant parti du déclin du grand sultanat seldjoukide de Roum, le roi Osman Ier de Bithynie agrandit son territoire vers l'ouest, en Anatolie. Au cours du siècle suivant, vos sujets vainquirent l'empire byzantin, prenant possession de ses territoires en Turquie et dans les Balkans. Au milieu du XVe siècle, les Ottomans s'emparèrent de l'ancienne Constantinople, prenant ainsi le contrôle du lien stratégique entre l'Europe et le Moyen-Orient. L'empire de votre peuple continua de grandir pendant des siècles, pour atteindre à son sommet une grande partie de l'Afrique du Nord, du Moyen-Orient et de l'Europe de l'est. \r\n \r\nPuissant Soliman, écoutez l'appel de votre peuple ! Aidez votre empire à retrouver la puissance et la gloire, pour qu'il inspire à nouveau respect et admiration partout dans le monde. Relèverez-vous ce défi, grand empereur ? Bâtirez-vous une civilisation capable de résister au passage du temps ?]=];
DawnOfManImage="DOM_Suleiman.dds";
DawnOfManAudio="AS2D_DOM_SPEECH_OTTOMANS";};
 
CIVILIZATION_PERSIA={
Type="CIVILIZATION_PERSIA";
Description=[=[Empire perse]=];
CivilopediaTag={
FACTOID_HEADING = [=[Perse - Le saviez-vous ?]=];
FACTOID_TEXT = [=[Le cheval de la Caspienne, connu pour être l'un des premiers chevaux à avoir été domestiqués, trouve ses origines dans la Perse antique. \r\n \r\nDans la mythologie perse, le diable utilise de la nourriture perse pour corrompre Zahak, le roi dragon. \r\n \r\nInventions et contributions perses : \r\n \r\nLa brique moderne : certaines des plus anciennes briques jamais découvertes sont perses et datent d'environ 6000 av. J.-C. \r\n \r\nLe vin : eh oui, les premières traces de vin n'ont pas été trouvées en Égypte ! \r\n \r\nLe târ (luth à long manche) : ancêtre de la guitare ! \r\n \r\nLe zoroastrisme : religion qui donna naissance, d'après certains spécialistes, au premier prophète monothéiste. \r\n \r\nLors de son règne, Cyrus II commanda la rédaction du cylindre de Cyrus, considéré comme la ''première charte des droits de l'homme'', un millénaire avant la Magna Carta. \r\n \r\nLe polo : créé en 521 av. J.-C. \r\n \r\nLe premier système de taxes : créé sous l'Empire achéménide.]=];
HEADING_1 = [=[Histoire]=];
HEADING_2 = [=[Terrain et climat]=];
HEADING_3 = [=[Avant les Perses, les Mèdes]=];
HEADING_4 = [=[L'ascension de la Perse]=];
HEADING_5 = [=[L'expansion de la Perse]=];
HEADING_6 = [=[Xerxès et les campagnes en Grèce]=];
HEADING_7 = [=[Inertie puis chute de la Perse]=];
HEADING_8 = [=[Philippe et Alexandre : la fin de l'Empire achéménide]=];
HEADING_9 = [=[Résumé]=];
TEXT_1 = [=[Le mot "Perse" vient du nom d'une région au sud de l'Iran, "Persis". Le terme est communément utilisé pour qualifier un territoire où la langue et les traditions perses prédominaient. Plusieurs ''Empires perses'' se sont succédé à travers l'Histoire. Dans cet article, nous étudierons particulièrement l'Empire achéménide, qui vit le jour en 559 av. J.-C. et qui fut terrassé deux siècles plus tard par l'armée grecque et son commandant, Alexandre le Grand.]=];
TEXT_2 = [=[La péninsule iranienne, le véritable cœur de l'Empire perse, est un haut plateau bordé à l'est et à l'ouest par des montagnes. Au sud, on trouve le golfe Persique et le golfe d'Oman, et au nord s'étend la mer Caspienne et d'autres montagnes. A son apogée, l'Empire perse annexait aussi l'Égypte, le Moyen-Orient et une grande partie de l'Asie Mineure (aujourd'hui la Turquie). Bien sûr, il est inutile de généraliser sur le climat d'un si vaste territoire situé à cheval sur deux continents.]=];
TEXT_3 = [=[Avant les Perses, le peuple dominant de la région était les Mèdes. D'après l'historien Hérodote, le premier roi mède était Déjocès, qui régna de 728 à 675 av. J.-C. Son fils, Phraortès, asservit les Perses. Il mourut lors de la bataille contre les Assyriens. Au cours du VIe siècle, les Mèdes tombèrent sous la domination des Scythes, qui, à la fin du même siècle, se retirèrent ou s'intégrèrent, pour laisser une nouvelle fois le contrôle de la zone aux Mèdes. \r\n \r\nÀ tout point de vue, le roi Cyaxare (625 - 585 av. J.-C.) était un chef né qui réorganisa l'armée mède pour ensuite affronter et vaincre les puissants Assyriens, prenant au passage le contrôle de plusieurs villes assyriennes importantes. Il s'allia avec les Babyloniens pour écraser l'Assyrie. À la division des territoires assyriens, Babylone récolta le Croissant fertile (région irriguée par l'Euphrate et le Tigre), et les Mèdes s'emparèrent des hautes terres à l'est et au nord de Babylone, incluant des territoires en Asie Mineure. \r\n \r\nLe fils de Cyaxare, Astyage, n'était pas aussi doué que son père dans les domaines politique et militaire, et fut le dernier roi des Mèdes.]=];
TEXT_4 = [=[D'après la légende, le roi Cyaxare fit don de la Perse à son vassal Cambyse Ier, et ce dernier transmit sa couronne à son fils, Cyrus II, qui solidifia son pouvoir politique en prenant pour épouse la fille d'Astyage, le roi des Mèdes. Malgré cela, Cyrus ne se contenta pas de sa condition de subordonné, il s'allia avec Babylone et se rebella contre les Mèdes. En 550 av. J.-C., la victoire finale des Perses mena à l'extinction des Mèdes. \r\n \r\nCyrus II fut le premier des rois de Perse appartenant à la dynastie des Achéménides. Après avoir conquis la Médie, Cyrus grappilla du terrain en Asie Mineure. Dans un premier temps, il isola la Lydie (dont le souverain était le célèbre Crésus), puis il l'annexa. Il s'affaira par la suite à assiéger toutes les cités-états grecques sur la côte ouest de l'Asie Mineure. Une fois son front nord stabilisé, Cyrus II se retourna contre son ancien allié Babylone au sud. \r\n \r\nBabylone était un royaume puissant, mais malheureusement affaibli par des dissensions internes, un roi impopulaire et l'isolement (Babylone ne comptait plus trop d'alliés depuis qu'elle avait permis à Cyrus de prendre la Lydie). D'ailleurs, Babylone tomba sans mal. En 539 av. J.-C., on pouvait ainsi voir Cyrus marcher dans la ville, fier d'être à la tête d'un empire allant jusqu'aux frontières de l'Égypte. \r\n \r\nLa série de triomphes pour Cyrus s'arrêta néanmoins peu de temps après. Il mourut au cours d'une bataille en Asie centrale en 529 av. J.-C.]=];
TEXT_5 = [=[Cambyse II, le fils de Cyrus II, lui succéda. Après avoir tué son frère Bardiya pour s'assurer le trône, Cambyse se lança dans une campagne contre l'Égypte en 525 av. J.-C. Il en sortit vainqueur après deux batailles, à Péluse et à Memphis. Il se tourna ensuite vers l'ouest, mais ses attaques sur Carthage et la Nubie se soldèrent par un échec. En 522 av. J.-C., Cambyse eut vent d'une révolte en Iran dirigée par un imposteur prétendant être son frère, Bardiya. Il mourut alors qu'il se rendait sur place pour arrêter la rébellion. D'après la rumeur, il se serait suicidé, mais quelques historiens suggèrent que ce n'était là qu'une propagande mise en place par ses successeurs. \r\n \r\nÀ la mort de Cambyse II, un de ses généraux, le dénommé "Darius", se rendit en Iran avec ses troupes pour écraser les rebelles, ceux-ci étant déjà bien en place à son arrivée. Darius appartenait à la dynastie des Achéménides et était un parent lointain de Cambyse II, il s'auto-désigna héritier légitime de Cambyse. Il lui fallut un an pour maîtriser les rebelles et faire accepter son accession au trône. Mais en 521 av. J.-C., Darius avait le contrôle absolu sur tout l'Empire perse. \r\n \r\nDarius Ier était sans conteste le dirigeant de tous les superlatifs. Après avoir maté la rébellion en alternant châtiment cruel pour les chefs rebelles et clémence pour les populations locales, il travailla à réorganiser l'Empire et à codifier les lois. Il conquit ensuite le nord de l'Inde et fit construire une tête de pont sur l'Hellespont, donnant un accès à la Perse pour entrer en Europe. Il réussit à enrayer les révoltes des cités-États en Grèce, gagnant même une certaine popularité en expulsant les tyrans locaux et en rendant le pouvoir au peuple. \r\n \r\nEn 492 av. J.-C., les armées de Darius reprirent la Thrace et la Macédoine dans les Balkans, préparant le terrain pour l'invasion de la Grèce. Dans un premier temps, Darius sous-estima la difficulté d'une campagne en Grèce. En 490 av. J.-C., les Grecs coalisés remportèrent une bataille décisive à Marathon. Darius fut contraint de battre en retraite. Mais il se prépara à lancer une nouvelle campagne, avec une armée plus grande et plus forte. \r\n \r\nDarius Ier s'éteignit en 486 av. J.-C. et son fils, Xerxès Ier, prit place sur le trône. Il dut immédiatement faire face à une révolte en Égypte, qu'il étouffa rapidement en 484 av. J.-C. Contrairement à ses prédécesseurs, Xerxès régla le problème des rebelles avec virulence. Il se débarrassa des meneurs et plaça la population de la région concernée sous commandement direct perse. C'est aussi le sort qu'il réserva aux Babyloniens lorsque ceux-ci se révoltèrent en 482 av. J.-C.]=];
TEXT_6 = [=[En 480 av. J.-C., soutenu par la puissante marine perse, Xerxès prit le commandement d'une armée pour attaquer le nord de la Grèce. La zone tomba entre ses mains rapidement et, malgré les efforts héroïques des Spartiates et des Béotiens aux Thermopyles, les Grecs ne parvinrent pas à arrêter l'inexorable avancée des forces de Xerxès vers Athènes. À leur arrivée, ces derniers pillèrent la cité-état la plus puissante de Grèce. Les citoyens athéniens avaient toutefois déserté leur ville, et la marine grecque restait redoutable. \r\n \r\nÀ la bataille de Salamine (480 av. J.-C.), une flotte grecque de 370 trirèmes remporta une nette victoire face aux galères perses. Environ 300 vaisseaux furent détruit côté perse, contre 40 seulement côté grec. Cette défaite retarda d'un an l'offensive perse initialement prévue en Grèce. Ce laps de temps donna aux Grecs la possibilité de renforcer leur défense contre d'éventuels envahisseurs. Xerxès dut rentrer en Perse, laissant le général Mardonios au commandement. Les Grecs enchainèrent rapidement d'importantes batailles sur mer comme sur terre contre ce chef en second. Mardonios mourut à la bataille de Platées, mettant un point final à la campagne. Les survivants perses quittèrent la Grèce dans la confusion. \r\n \r\nXerxès ne fomenta aucune autre incursion en Grèce et mourut assassiné en 465 av. J.-C.]=];
TEXT_7 = [=[Régnant de 465 av. J.-C. à 404 av. J.-C., les trois rois perses qui se succédèrent sur le trône après la mort de Xerxès Ier, à savoir Artaxerxès Ier, Xerxès II et Darius II, furent faibles et peu éclairés. A la fin du IVe siècle av. J.-C., les Perses retrouvèrent un peu de prestance dans la mer Egée, en montant les Grecs les uns contre les autres durant la très longue guerre du Péloponnèse, qui vit s'affronter les Spartiates aux Athéniens. Mais en 405 av. J.-C., l'Égypte se révolta et la Perse fut incapable de regagner le contrôle de la province pendant près de 50 ans. \r\n \r\nArtaxerxès II succéda à Darius II. Il régna pendant 45 ans (404 - 358 av. J.-C.) et mena une guerre contre Sparte, une nouvelle fois contre les colonies grecques en Asie Mineure. La Perse se rapprocha des Athéniens (en convalescence depuis leur lourde défaite dans la guerre du Péloponnèse) et Sparte dut rendre les armes. \r\n \r\nAu IIIe siècle av. J.-C., et ce malgré des victoires occasionnelles, la faiblesse et la confusion dans les rangs perses empira. En 373 av. J.-C., un groupe de satrapes de l'empire (gouverneurs provinciaux) se souleva. Ils furent maîtrisés, mais d'autres révoltes suivirent, de plus en plus fréquemment. La position du roi était précaire et un acte de trahison envoya son successeur, Artaxerxès III, sur le trône en 358 av. J.-C. Pour garantir son pouvoir, il fit rapidement assassiné toute sa famille. En 338 av. J.-C., Artaxerxès III fut empoisonné sur ordre de l'eunuque Bagoas, qui mit Arsès, le plus jeune fils du défunt roi, sur le trône. Pour le remercier, Arsès tenta à son tour d'empoisonner Bagoas, mais il échoua et fut assassiné. Bagoas désigna comme nouveau roi Darius III. Ancien satrape d'Arménie, il n'était qu'un lointain parent du défunt roi, mais tous ses autres proches avaient disparu...]=];
TEXT_8 = [=[On peut s'interroger sur l'efficacité de Darius III en tant que dirigeant. Quand il arriva sur le trône, l'Empire perse était sur le déclin depuis plus d'un siècle. L'Empire était morcelé, le pouvoir central était peu présent et cela favorisait les soulèvements. Les complots étaient légion au cœur du palais royal et les dirigeants qui souhaitaient survivre passaient leur temps à surveiller leurs arrières, ce qui ne leur laissait pas beaucoup de temps pour s'intéresser aux affaires d'État. Tous les chefs prenant le pouvoir dans de telles conditions seraient en mauvaise posture. Les affaires internes n'étaient certes pas glorieuses, mais elles faisaient pâle figure en comparaison des problèmes auxquels Darius III allaient être confronté sur l'Hellespont. \r\n \r\nEn 359 av. J.-C., le roi Philippe II monta sur le trône de Macédoine, un pays situé entre la Grèce et les Balkans. En 20 petites années, Philippe conquit la Grèce entière et planifia l'invasion de la Perse. Après l'assassinat du roi Philippe II en 336 av. J.-C., son fils, Alexandre III, s'empara de la couronne de Macédoine. Il consolida sa position et écrasa une rébellion grecque avant de reprendre l'invasion perse là où son père l'avait laissée. \r\n \r\nDu génie militaire, une exceptionnelle bravoure et l'ambition des plus grands, voilà ce qui distinguait Alexandre le Grand. À la tête de l'efficace armée grecque, tactiquement et logistiquement supérieure, il avança en Perse sans rencontrer le moindre problème. Les armées de Darius et d'Alexandre se livrèrent plusieurs batailles. Alexandre en sortit victorieux à chaque fois. Persépolis, la capitale perse, tomba en 330 av. J.-C., et Darius III, le dernier dirigeant achéménide, fut assassiné la même année.]=];
TEXT_9 = [=[L'Empire perse achéménide survécut et prospéra dans une zone instable et hostile pendant 200 ans. A son apogée, des territoires allant de l'Égypte à l'Inde, et de l'Iran aux Balkans, étaient sous sa domination. C'était un Empire tout à fait particulier qui s'étendait sur 3 continents, sur lesquels on parlait des dizaines de langues différentes. D'un côté, les souverains achéménides pouvaient faire preuve de clémence et de justice envers leurs sujets, et n'intervenaient que rarement dans les affaires internes des provinces, tant que la population restait soumise. D'un autre côté, ils pouvaient se révéler des souverains incompétents et conspirateurs. \r\n \r\nMais s'il y a un mot qui définit tous les Achéménides, c'est "longévité". Deux cents ans au pouvoir pour une seule et même famille, c'est une performance. S'ils n'avaient pas eu pour voisins les rois Philippe II de Macédoine et Alexandre le Grand, ils auraient pu rester souverains un siècle de plus. Alexandre le Grand fut notamment un dirigeant hors pair et un exceptionnel chef de guerre, mais son Empire eut peine à lui survivre plus d'un an.]=];
TITLE = [=[Perse]=];};
Playable=true;
AIPlayable=true;
ShortDescription=[=[Perse]=];
Adjective=[=[perse|perse|perses|perses]=];
DefaultPlayerColor="PLAYERCOLOR_PERSIA";
ArtDefineTag="ART_DEF_CIVILIZATION_PERSIA";
ArtStyleType="ARTSTYLE_MIDDLE_EAST";
ArtStyleSuffix="_AFRI";
ArtStylePrefix="AFRICAN";
PortraitIndex=16;
IconAtlas="CIV_COLOR_ATLAS";
AlphaIconAtlas="CIV_ALPHA_ATLAS";
MapImage="MapPersia512.dds";
DawnOfManQuote=[=[Soyez béni des cieux, bien-aimé roi Darius de Perse ! Vous êtes à la tête d'un peuple fort et sage. Aux premiers jours du monde, le grand dirigeant perse Cyrus prit les armes contre le puissant empire mède, qui disparut en 550 av. J.-C. Grâce à ses talents de diplomate et de stratège, le grand Cyrus prit le contrôle de la riche Lydie et de la puissante Babylone, avant que son fils ne fasse la conquête de la fière Égypte quelques années plus tard. Avec le temps, la Perse finit par atteindre la Macédoine, aux portes mêmes des cités-états grecques. La Perse continua de prospérer, jusqu'à ce que le terrible Alexandre de Macédoine ne détruise ce grand empire en une seule et violente campagne. \r\n \r\nDarius, votre peuple a besoin que vous aidiez la Perse à retrouver puissance et gloire ! L'empire de vos ancêtres doit se relever, triompher de ses ennemis et apporter la paix et l'ordre dans le monde. Ô roi Darius, répondrez-vous à son appel ? Bâtirez-vous une civilisation capable de résister au passage du temps ?]=];
DawnOfManImage="DOM_Darius.dds";
DawnOfManAudio="AS2D_DOM_SPEECH_PERSIA";};
 
CIVILIZATION_ROME={
Type="CIVILIZATION_ROME";
Description=[=[Empire romain]=];
CivilopediaTag={
FACTOID_HEADING = [=[Rome antique - Le saviez-vous ?]=];
FACTOID_TEXT = [=[L'asperge, douceur précieuse et appréciée des citoyens de la Rome antique, était conservée dans le froid des Alpes en prévision de fêtes et de festivals. \r\n \r\nSelon l'historien romain Suétone, l'un des consuls et corégents de Rome était le cheval favori de l'empereur Caligula, Incitatus. \r\n \r\nLe premier livre de recettes connu a été publié en 62 apr. J.-C. par le Romain Apicius. \r\n \r\nRome est connue sous le nom de "Ville éternelle" et de "Caput Mundi" dont l'étymologie latine signifie "Capitale du monde". \r\n \r\nLes Romains de la Rome antique comptaient parmi eux de célèbres chefs cuisiniers, mangeaient des burgers, et emportaient les restes de nourriture chez eux dans des doggy-bags (ou emporte-restes). \r\n \r\nLa sécurité sociale faisait partie intégrante de la culture romaine antique. En 58 av. J.-C., l'État vota une loi mettant à la disposition des citoyens romains un quota mensuel de blé gratuit auquel les classes les plus pauvres devinrent hautement dépendantes. \r\n \r\nLa tradition voulant que le jeune marié passe sous le porche de son foyer, sa femme à bout de bras, vient des mariages romains. \r\n \r\nQuelques inventions de la Rome antique : \r\nLes aqueducs \r\nLes vannes de bronze et les pompes à eau \r\nLe ciment à prise rapide et le béton \r\nLes mèches à feu \r\nLes parapluies \r\nLes loupes, les ciseaux, des formes de chaussures différentes pour le pied gauche et le pied droit \r\nLe calendrier moderne de douze mois]=];
HEADING_1 = [=[Histoire]=];
HEADING_10 = [=[Naissance d'un Empire]=];
HEADING_11 = [=[Le reste appartient à l'Histoire]=];
HEADING_2 = [=[Terrain et climat]=];
HEADING_3 = [=[Les premiers jours de Rome]=];
HEADING_4 = [=[La République]=];
HEADING_5 = [=[Expansion romaine]=];
HEADING_6 = [=[Première Guerre punique]=];
HEADING_7 = [=[Deuxième Guerre punique]=];
HEADING_8 = [=[Troisième Guerre punique]=];
HEADING_9 = [=[Agitation sociale et chute de la République]=];
TEXT_1 = [=[L'Empire romain est l'entité politique la plus remarquable et la plus durable de l'histoire de la civilisation occidentale. Fondé autour du VIIIe siècle av. J.-C., il vit certaines de ses provinces subsister jusqu'au XIVe siècle apr. J.-C. Si les Romains ont, dans certains domaines, été de grands novateurs, ils ne rechignaient pas non plus à s'approprier les idées judicieuses d'autres cultures. Ils ont, dans tous les cas, largement modelé la culture, la législation, l'architecture, l'art militaire, la religion, le langage et les arts occidentaux. \r\n \r\nCet article de la Civilopédia couvre la montée en puissance de Rome, la République, et l'établissement de l'Empire romain sous l'égide de l'illustre empereur Auguste.]=];
TEXT_10 = [=[Les évènements qui survinrent lors des dernières années de Jules César sont bien connus. Si ce dernier continuait à faire apparaître Rome comme une république, dans les faits, il l'avait transformée en dictature. Il s'attribua le droit de nommer les sénateurs, et modifia la constitution pour que l'assemblée ne puisse, par son vote, accepter que les candidats et les projets de loi qu'il lui soumettait. En 44 av. J.-C., il fut assassiné par les membres du Sénat. \r\n \r\nA sa mort, son lieutenant Marc Antoine s'allia à Lépide et à son fils adoptif, Gaius Octavius Thurinus, pour éliminer ses assassins. Peu de temps après, les membres du "Second Triumvirat" se querellèrent et Octavien, répondant désormais au nom d'Auguste, devint l'empereur incontesté de Rome (pour plus d'informations sur Auguste, veuillez consulter l'article de la Civilopédia qui lui est consacré). La République était morte, l'Empire romain naissait, et le monde tremblerait bientôt devant sa glorieuse puissance.]=];
TEXT_11 = [=[Le puissant Empire romain est une entité complexe qui ne cesse de fasciner le monde contemporain. Bien qu'il ait disparu depuis longtemps, son ombre plane toujours sur le globe, et les évènements dont Rome fut le théâtre il y a de cela deux mille ans affectent aujourd'hui encore notre quotidien. Pourra-t-on un jour en dire autant des civilisations du XXIe siècle ?]=];
TEXT_2 = [=[La ville de Rome se trouve sur les rives du Tibre, en Italie centrale. Une série de collines et de montagnes court le long de la frontière occidentale de la "botte" que forme le pays. Les régions côtières, plus plates, font de meilleures terres arables. Si les moyennes montagnes, au centre, peuvent être froides et enneigées en hiver, les plaines côtières profitent de la douceur d'un climat méditerranéen plus typique. \r\n \r\nAu sommet de sa puissance, l'Empire contrôlait presque entièrement l'Europe occidentale et centrale, ainsi que quelques régions du Moyen-Orient, et la majeure partie de la côte nord-africaine. En fonction des provinces, l'Empire comptait donc une grande variété de climats et de types de terrains.]=];
TEXT_3 = [=[Selon la légende, Rome fut fondée par les jumeaux Romulus et Remus, fils du dieu Mars et de la fille d'un roi. Les enfants furent abandonnés à la naissance, puis recueillis par une louve qui les allaita et les éleva. Devenus adultes, les frères fondèrent une nouvelle ville, puis s'en disputèrent la régence. Romulus sortit vainqueur du conflit : il tua son frère et devint le premier roi de Rome. \r\n \r\nSelon les archéologues, la première colonie humaine de la région date du VIIIe siècle av. J.-C. (bien que certaines preuves suggèrent la présence de colonies plus anciennes datant du Xe siècle av. J.-C.). La ville fut fondée par la tribu des Latins sur le Mont Palatin surplombant un gué permettant la traversée du Tibre. L'emplacement stratégique de la ville en fit un comptoir privilégié entre la civilisation étrusque au nord, et les colonies grecques au sud. Ainsi, Rome bénéficia des avancées technologiques et culturelles des deux ethnies. Son emplacement faisant d'elle une ville prisée par ses voisins, les Latins durent pendant deux siècles repousser les assauts des Etrusques et des Sabins, une autre tribu locale.]=];
TEXT_4 = [=[Selon la tradition romaine, le dernier roi romain fut un tyran brutal. L'infâme roi Lucius Tarquinius Superbus, dit Tarquin le Superbe, aurait été détrôné après le viol, par son fils, d'une noble femme vertueuse. Les historiens modernes pensent que la vérité est bien plus prosaïque. Si l'on en croit une théorie actuelle, Rome fut prise par les Etrusques qui renversèrent le roi romain, mais durent, en raison d'évènements extérieurs, fuir la ville sans pouvoir y installer leur propre monarchie. Se trouvant mieux sans roi, les Romains ne rappelèrent pas Tarquin au pouvoir, mais instaurèrent à la place une République très librement inspirée du modèle grec. Les spécialistes pensent que le dernier roi romain mourut à la fin du Ve siècle apr. J.-C. \r\n \r\nLe système politique romain évolua au fil des siècles, mais la structure de base était sensiblement la suivante : Rome était dirigée par deux consuls, de pouvoir égal, qui étaient à la fois les magistrats en chef de la ville et ses commandants militaires. Ils étaient élus chaque année par les "comices centuriates", autrement dit l'armée romaine. Pour assurer l'unité de commandement en temps de grand danger, un "dictateur" était provisoirement élu. Ce dernier avait tous pouvoirs militaires, mais son terme ne durait que six mois au bout desquels le pouvoir revenait entre les mains des consuls et du Sénat. \r\n \r\nLa deuxième sphère de pouvoir du gouvernement romain était le Sénat, composé d'approximativement trois cents hommes issus des plus influentes familles romaines. En théorie, le Sénat n'était qu'un corps purement consultatif, conseillant à la fois les consuls et les comices (voir plus bas), mais en pratique, son pouvoir politique était énorme, et ses conseils quasi systématiquement suivis par les comices (voir plus bas). \r\n \r\nDeux assemblées se réunissaient périodiquement à Rome, et possédaient (en théorie), le pouvoir politique dans son entier. Parmi celles-ci, les comices centuriates se réunissaient en dehors des frontières de la ville, sur le Champ de Mars. Comme évoqué précédemment, cette assemblée était composée de soldats romains. Ces derniers élisaient les consuls et les magistrats, et votaient les entrées en guerre et les accords de paix. Les comices tributes, eux, se rassemblaient à l'intérieur de la ville. Composée de tous les citoyens mâles de la cité, cette assemblée votait les lois et jugeait les affaires publiques impliquant de l'argent.]=];
TEXT_5 = [=[Durant la plus grande partie de son histoire, la République romaine fut en guerre contre l'un ou plusieurs de ses voisins, et étendit son territoire constamment aux dépens d'autres tribus italiennes. En 426 av. J.-C., après onze années de conflit, les Romains s'emparèrent de la ville voisine de Fidènes, puis, après dix nouvelles années de lutte, prirent la cité étrusque de Véies. La plupart de ce qu'ils y avaient gagné, cependant, succomba à la mise à sac de la ville par les Gaulois, après leur victoire sur l'armée romaine, en 390 av. J.-C. Il fallut près d'un siècle aux Romains pour se remettre de cette cuisante défaite. \r\n \r\nDès le milieu du IIIe siècle, Rome dominait cependant la majeure partie de l'Italie centrale, les colonies latines s'étendant loin au nord et au sud. Par ailleurs, les travaux de l'incomparable réseau routier romain reliant l'Empire en expansion à sa capitale avançaient bon train, et Rome était sur le point de bâtir sa première flotte. \r\n \r\nÀ mesure que la puissance de Rome grandissait, l'Empire entra en conflit avec d'autres forces régionales, et notamment Carthage, colonie autrefois phénicienne basée en Tunisie, sur la côte nord-africaine. À l'époque, Carthage possédait un empire commercial puissant qui couvrait la plus grande partie de l'Afrique du Nord (à l'ouest de l'Égypte), les côtes méditerranéennes françaises et espagnoles, et la quasi-totalité de la Sicile. Rome et Carthage s'affrontèrent durant trois "guerres puniques" (264 - 146 av. J.-C.) pour le contrôle de la Méditerranée occidentale. Si les historiens romains blâment Carthage d'être à l'origine de ces guerres, les historiens modernes pensent que les Romains provoquèrent le conflit en tentant de pénétrer de force sur un territoire carthaginois situé en Sicile.]=];
TEXT_6 = [=[La Première Guerre punique (264 - 241 av. J.-C.) vit la défaite cuisante des troupes mercenaires carthaginoises face aux légions romaines lors de la bataille d'Agrigente, en 261 av. J.-C.. La flotte d'élite carthaginoise connut bien plus de succès face à la flotte romaine inexpérimentée, mais cet avantage diminua à mesure que les Romains construisaient de nouveaux navires et acquéraient davantage de savoir-faire. À terme, les Carthaginois reconnurent qu'ils n'étaient pas de taille face à Rome et cédèrent la Sicile à l'Empire. Peu après, les Romains tirèrent avantage des troubles qui agitaient l'armée ennemie pour prendre également les îles carthaginoises de Corse et de Sardaigne. \r\n \r\nRome restreignant les opérations carthaginoises en Méditerranée centrale, Carthage chercha à compenser ses pertes en envahissant l'Espagne. Rome répondit en s'alliant avec la ville espagnole de Sagonte, signalant de ce fait à Carthage que l'empire était décidé à s'opposer aux intérêts carthaginois dans toute la méditerranée. En 219 av. J.-C., le général carthaginois Hannibal assiégea Sagonte, et Rome déclara la guerre à Carthage. La Deuxième Guerre punique (218 - 202 av. J.-C.) venait de commencer.]=];
TEXT_7 = [=[Brillant général, Hannibal réalisa que Carthage ne pourrait vaincre Rome tant que l'Empire aurait accès à toutes les ressources que l'Italie avait à offrir. S'il voulait gagner, il devait saboter la coopération entre la capitale et les autres cités italiennes. Pour ce faire, il allait devoir faire pénétrer son armée sur le sol italien. Comme la flotte romaine dominait alors les mers, il dut s'engager sur la longue et pénible route des terres, un voyage de six mois qui inclut une dangereuse traversée des Alpes italiennes. En 218 av. J.-C., Hannibal arriva en Italie accompagné de 20 000 fantassins et quelque 5000 cavaliers.[Newline]En 217 av. J.-C., Hannibal vainquit et élimina entièrement une armée romaine de 15 000 soldats. Il partit ensuite vers le sud, espérant rallier à lui certaines villes italiennes, mais bien peu acceptèrent de rejoindre les rangs des Carthaginois... \r\nEn 216 av. J.-C., les Romains avaient réuni et mobilisé contre Hannibal une armée encore plus puissante dont les effectifs furent estimés entre 50 000 à 80 000 hommes. Les deux armées s'opposèrent à la bataille de Cannes. Hannibal laissa les Romains charger la ligne centrale de fantassins carthaginois qu'il fit ensuite reculer, avant d'envoyer ses cavaliers prendre en tenaille les soldats de Rome qui avaient négligé la défense de leurs flancs. Cernée, l'armée romaine fut attaquée de toutes parts et massacrée : Hannibal venait de détruire une nouvelle armée romaine, plus grande encore que la précédente. Cette victoire carthaginoise démoralisa totalement les Romains. Plus important encore, elle persuada les peuples d'Italie méridionale qu'Hannibal pouvait gagner, poussant nombre d'entre eux à déserter Rome. Si Hannibal possédait désormais une armée nombreuse et puissante, il avait également nombre de cités alliées à protéger. Rome, quant à elle, avait perdu une armée de taille et la plupart de ses possessions méridionales, mais dominait encore l'Italie du Nord et la Méditerranée. Aucun des deux camps ne parvenait réellement à prendre l'avantage. \r\n \r\nEn 207 av. J.-C., Hasdrubal, l'un des frères d'Hannibal, entreprit le même périple historique que son frère et mena ses troupes en Italie du Nord. Désireux de le rejoindre et de lancer l'assaut final sur Rome, il entreprit de rallier le sud du pays en longeant la côte est de l'Italie. Cependant, Rome parvint à grand-peine à lever une nouvelle armée et s'opposa à lui sur les rives du Métaure. Imitant la tactique d'Hannibal, le général romain Caius Claudius Nero fit encercler les troupes d'Hasdrubal, privant son armée de toute retraite. L'armée carthaginoise fut intégralement détruite, et Hasdrubal lui-même périt. Les Romains le décapitèrent et envoyèrent sa tête dans le camp d'Hannibal. Cette défaite mit fin à l'invasion carthaginoise de Rome, et bien qu'Hannibal demeurât quelques années encore dans la région, il ne parvint jamais plus à dominer l'armée romaine en Italie. \r\nDans le même temps, l'illustre général romain Scipio avait repris la majeure partie des villes espagnoles appartenant à Carthage. Malgré la présence d'Hannibal en Italie du Sud, il persuada le Sénat romain de soutenir une invasion de l'Afrique. En 204 av. J.-C., il traversait la Méditerranée et remportait une victoire sur l'armée carthaginoise, performance qu'il réitéra en 203 av. J.-C. En 202 av. J.-C., il affronta Hannibal qui avait été rappelé d'Italie pour faire face à la crise africaine. Si l'armée d'Hannibal était légèrement plus nombreuse, celle de Scipio, composée exclusivement de vétérans et alignant une aile de cavalerie supérieure, sortie victorieuse de la confrontation, encerclant et massacrant les troupes de Carthage. Soumis, sans défense, les Carthaginois déposèrent les armes. Rome déposséda Carthage de toutes ses îles et possessions espagnoles, et lui imposa une indemnité colossale de 10 000 talents (une somme d'or faramineuse pour l'époque).]=];
TEXT_8 = [=[La Troisième Guerre punique (149-146 av. J.-C.) eut lieu quelque cinquante ans après la deuxième. Il est communément admis que cette guerre ne fut rien d'autre que le pillage par Rome d'une Carthage sans défense. Si Carthage ne possédait plus de réelle puissance militaire et ne représentait donc plus de menace directe pour Rome, l'Empire jalousait grandement la richesse de la ville africaine et son empire commercial florissant. Les Romains imposèrent de nombreuses demandes intolérables à la ville, et notamment que ses citoyens quittent Carthage pour les terres, afin de rendre impossible pour eux tout commerce maritime. Les Carthaginois refusèrent, et les Romains assiégèrent la ville qui opposa à l'Empire une résistance farouche. En 146 av. J.-C., Carthage tomba. La cité fut détruite, ses champs (selon la légende) semés de sel, et les quelques citoyens survivants vendus comme esclaves. Les Romains venaient de devenir les maîtres incontestés de la Méditerranée.]=];
TEXT_9 = [=[Bien que Rome continuât à s'étendre, multipliant les guerres aux quatre coins de la Méditerranée, le premier siècle av. J.-C. vit des dizaines de milliers de soldats démobilisés s'en retourner à leur foyer. Comme Rome avait accueilli un grand nombre d'esclaves de ses possessions étrangères, les ex-soldats ne purent pas tous retrouver du travail. En colère et titulaires du droit de vote, nombre d'entre eux tentèrent de faire voter des réformes agraires visant à redistribuer aux soldats les propriétés des citoyens les plus riches. Le Sénat (majoritairement composés de citoyens fortunés) s'y opposa en bloc. Dès lors, pour devenir consuls, les politiciens romains durent cependant tenter d'apaiser les ex-soldats : ainsi, la politique romaine se fit de plus en plus populiste, et les querelles internes de plus en plus virulentes. \r\n \r\nEn 88 av. J.-C., Sylla, consul élu, marcha sur Rome et força l'assemblée à voter des lois qui affaibliraient définitivement le parti opposé. Après le départ de son armée, l'opposition reprit le contrôle de la ville et les abrogea. En 83 av. J.-C., Sylla marcha de nouveau sur Rome, son armée massacra la plupart des membres de l'opposition, puis il fit passer une série de réformes constitutionnelles, avant de se retirer. \r\n \r\nIl était désormais clair que seul celui qui aurait la loyauté de l'armée pourrait commander Rome. En 62 av. J.-C., trois hommes s'accordèrent à partager le pouvoir. Ce "Premier triumvirat" fut composé du général Gnaeus Pompeius Magnus (dit Pompée le Grand), de Marcus Licinius Crassus, et d'un soldat et politicien doué issu d'une famille très fortunée, Jules César. \r\n \r\nCes trois hommes furent incapables de coopérer et de partager le pouvoir et, à la mort de Crassus, César et Pompée se sautèrent à la gorge. À l'époque, César était au front, et Pompée et le Sénat cherchèrent à le priver de ses fonctions militaires. César refusa et marcha sur Rome. L'armée qui défendait la cité était composée de soldats inexpérimentés, et Pompée, craignant de ne pouvoir faire face aux vétérans déterminés de César, fuit la ville avec le Sénat. En 49 av. J.-C., César entra dans Rome sans que ne lui soit opposée la moindre résistance.]=];
TITLE = [=[Romains]=];};
Playable=true;
AIPlayable=true;
ShortDescription=[=[Rome]=];
Adjective=[=[romain|romaine|romains|romaines]=];
DefaultPlayerColor="PLAYERCOLOR_ROME";
ArtDefineTag="ART_DEF_CIVILIZATION_ROME";
ArtStyleType="ARTSTYLE_GRECO_ROMAN";
ArtStyleSuffix="_MED";
ArtStylePrefix="MEDITERRANEAN";
PortraitIndex=17;
IconAtlas="CIV_COLOR_ATLAS";
AlphaIconAtlas="CIV_ALPHA_ATLAS";
MapImage="MapRome512.dds";
DawnOfManQuote=[=[Que les Dieux vous sourient avec bienveillance, Auguste, empereur de Rome et de ses territoires. Votre empire fut le plus grand et le plus endurant de toute la civilisation occidentale, et votre peuple, à lui seul, en a formé la culture, les lois et les règles de la guerre comme nul autre. Grâce à des années de glorieuses conquêtes, Rome parvint à dominer toute la région de la Méditerranée, de l'Espagne, à l'ouest, jusqu'à la Syrie, à l'est, et son territoire finit même par englober une grande partie de l'Angleterre et du nord de l'Allemagne. L'art et l'architecture des Romains continuent à ce jour d'éblouir le monde, et leur empire reste source de jalousie pour les civilisations plus faibles qui ont suivi. \r\n \r\nÔ puissant empereur, votre peuple a une fois de plus besoin de vous pour que Rome retrouve sa splendeur. Ferez-vous en sorte que votre empire s'élève à nouveau, apportant la paix et l'ordre à tous ? Aiderez-vous Rome à redevenir le centre du monde ? Bâtirez-vous une civilisation capable de résister au passage du temps ?]=];
DawnOfManImage="DOM_Augustus.dds";
DawnOfManAudio="AS2D_DOM_SPEECH_ROME";};
 
CIVILIZATION_RUSSIA={
Type="CIVILIZATION_RUSSIA";
Description=[=[Empire russe]=];
CivilopediaTag={
FACTOID_HEADING = [=[Russie - Le saviez-vous ?]=];
FACTOID_TEXT = [=[La vodka fut introduite en Russie entre 1448 et 1474. Moins de cent ans plus tard, la première "taverne du tsar" ouvrit ses portes à Moscou. Dix pourcent des revenus du gouvernement proviendrait de la vente de vodka. \r\n \r\nDurant le règne de Pierre Le Grand, tout noble qui portait une barbe devait s'acquitter d'une taxe spéciale. \r\n \r\nEn Russie, rouler dans une voiture sale est puni par la loi. \r\n \r\nLa toundra russe fond pour la première fois depuis l'ère glaciaire. \r\n \r\nMoscou possède le réseau métropolitain le plus fréquenté au monde, avec près de 3,2 milliards d'utilisateurs par an. \r\n \r\nEn 1976, les fours à micro-ondes furent bannis de Russie. \r\n \r\nEn 2008, Moscou, la capitale historique de Russie, a fêté ses 860 ans.]=];
HEADING_1 = [=[Histoire]=];
HEADING_10 = [=[Pierre le Grand]=];
HEADING_11 = [=[Catherine la Grande]=];
HEADING_12 = [=[La Russie au XIXe siècle]=];
HEADING_13 = [=[Le début de la fin]=];
HEADING_14 = [=[Première guerre mondiale]=];
HEADING_15 = [=["Back in the USSR"]=];
HEADING_16 = [=[La Russie aujourd'hui]=];
HEADING_2 = [=[Terrain et climat]=];
HEADING_3 = [=[Préhistoire russe]=];
HEADING_4 = [=[Rus' de Kiev]=];
HEADING_5 = [=[L'invasion mongole]=];
HEADING_6 = [=[La Horde d'or]=];
HEADING_7 = [=[La Principauté de Moscou]=];
HEADING_8 = [=[Ivan le Terrible]=];
HEADING_9 = [=[Les Romanov]=];
TEXT_1 = [=[Comme Winston Churchill l'a dit un jour, "la Russie est un rébus enveloppé de mystère au sein d'une énigme". Elle fait à la fois partie de l'Europe et partie de l'Asie, mais n'est ni l'une, ni l'autre. Elle est riche en ressources naturelles, mais ses habitants comptent parmi les plus pauvres de l'Histoire. Elle a été envahie par les Goths, les Huns, les Mongols, les Français et les Allemands, mais est toujours demeurée fondamentalement et exclusivement russe. Elle a été tour à tour une superpuissance, puis un État en ruine ; une monarchie, une dictature communiste, puis une démocratie, et tout cela en l'espace de cent ans. De fait, la Russie est bel et bien l'une des civilisations les plus fascinantes de l'Histoire humaine.]=];
TEXT_10 = [=[Pierre Ier de Russie (1672-1725) dirigea la Russie conjointement avec son demi-frère Ivan V de 1682 à 1696, puis seul de 1696 à 1725. Au début de son règne, Pierre fut confiné dans le village de Préobrajenskoïé, tandis que sa demi-sœur, Sophie, régentait la Russie. De ce fait, il manqua la majeure partie de l'éducation habituelle des tsars, consacrant son temps aux sports, aux mathématiques et à l'entraînement militaire. \r\n \r\nBien qu'étant une puissance territoriale florissante, au début du règne de Pierre, la Russie souffrait de n'avoir aucun accès à la mer Noire, la mer Caspienne ou la mer Baltique. Pierre était convaincu que la Russie ne pourrait devenir une grande nation sans flotte, et l'essentiel de sa politique extérieure alla en ce sens. En 1695, Pierre lança une offensive au sud, s'empara d'Azov alors aux mains des Tatars de Crimée, et commença ainsi à s'ouvrir une voie d'accès à la mer Noire. \r\n \r\nEn 1697, Pierre fonda la "Grande Ambassade", un groupe de 250 individus dont le but était de sillonner l'Europe occidentale et de réunir des informations sur l'économie et la culture européenne. Pierre voyagea incognito avec le groupe. Durant quatre mois, il travailla comme charpentier dans les chantiers navals de la Compagnie hollandaise des Indes orientales, puis, pendant une période similaire, dans ceux de la Royal Navy britannique. Durant son périple à travers l'Europe, Pierre engagea des centaines d'ouvriers dans le but d'améliorer les villes, l'économie et les infrastructures russes. \r\n \r\nPierre ne parvint pas à trouver d'alliés pour l'assister dans sa campagne contre les Ottomans. Convaincu que la Russie ne pouvait se mesurer seule à cet empire, il signa un traité de paix avec les Ottomans et se concentra désormais sur la mer Baltique. \r\n \r\nÀ la fin du XVIe siècle, les Suédois occupaient les côtes de la mer Baltique et dominaient notamment la Carélie, l'Ingrie, l'Estonie et la Livonie. Pierre s'allia alors à la Saxe et au Royaume du Danemark et de Norvège et, en 1700, l'alliance attaqua. La Grande Guerre du Nord dura vingt-et-un ans. Pierre joua un rôle extrêmement actif dans la poursuite du conflit, et il combattit souvent au front, essuyant les tirs ennemis. \r\n \r\nDans le même temps, en 1703, Pierre commença la construction de la ville de Saint-Pétersbourg dans l'extrême nord de la Russie, près du golfe de Finlande. En 1712, la ville devint la nouvelle capitale du pays. En 1721, la Russie avait chassé la Suède de la Baltique de l'est et du sud. En 1724, Pierre aida au sauvetage de marins dont le navire s'était échoué dans les eaux glaciales du golfe de Finlande. Le froid le rendit malade, et il décéda en 1725. \r\n \r\nPierre étant mort sans avoir désigné de successeur, les quarante années qui suivirent son décès connurent une succession de régences plus ou moins médiocres, et de dirigeants dont la vie fut généralement courte. Le plus convaincant d'entre eux fut probablement sa propre sœur, Elizabeth, qui régna de 1741 à 1760. Son règne vit la construction de l'Université d'État de Moscou, en 1755, et la domination de la Russie sur l'Ukraine de l'ouest. \r\n \r\nÀ Elizabeth succéda son très impopulaire neveu Pierre III dont le règne, qui ne dura que deux ans, prit fin lorsqu'il fut destitué (puis assassiné) par sa femme, la fascinante Catherine II.]=];
TEXT_11 = [=[Catherine était la fille d'un prince allemand. Elle arriva en Russie à l'âge de 15 ans pour épouser Pierre III, héritier du trône russe. Elle s'instruit en découvrant, de sa propre initiative, la littérature européenne. Belle, intelligente et pleine d'esprit, elle charma la noblesse russe, qui finit par la préférer grandement à son époux considéré par beaucoup comme faible d'esprit. C'est donc tout naturellement qu'elle reçut le soutien enthousiaste de l'aristocratie lorsqu'à l'âge de 33 ans, elle organisa un coup d'État, renversa son propre mari et prit le pouvoir. \r\n \r\nLe règne de Catherine dura trente ans. Elle étendit les frontières de l'Empire russe, annexant d'importants territoires le long de la mer Noire et de la mer Caspienne, ainsi qu'à l'est, au-delà de l'Oural. Elle s'empara également de plusieurs parties de la Pologne, lorsque cette dernière fut divisée entre l'Autriche, la Prusse et la Russie en 1772. Cependant, cette dernière acquisition s'avéra, sur le long terme, plus problématique que bénéfique. \r\n \r\nDurant son règne, Catherine fut également à l'origine de nombreuses réformes d'importance en Russie, tentant d'améliorer l'organisation des gouvernements locaux, et de réduire la corruption qui les rongeait. Bien qu'elle eût pour réputation d'être libérale, elle n'était pas particulièrement amicale envers la paysannerie russe. Au contraire, l'infâme doctrine du servage (une forme d'esclavagisme) augmenta de manière significative durant son règne, et les conditions de vie des paysans devinrent plus difficiles encore. \r\n \r\nCatherine mourut en 1796. Pour plus d'informations sur cette fascinante dirigeante, veuillez consulter l'article de la Civilopédia qui lui est consacré.]=];
TEXT_12 = [=[Les deux premières décennies du XIXe siècle témoignèrent de l'avènement et de la chute de l'un des plus illustres généraux européens de tous les temps, Napoléon Bonaparte, empereur de France. Suite à la Révolution française, Bonaparte transforma une France divisée et affaiblie en la plus puissante nation d'Europe. Il vainquit notamment les Russes à Austerlitz en 1805. Les deux armées s'opposèrent ensuite deux nouvelles fois, en 1806 et 1807, puis, après cinq ans de paix, en 1812, Napoléon entama sa catastrophique invasion de la Russie. Les troupes russes combattirent les Français deux années de plus, et furent en grande partie responsables de l'ultime défaite de Napoléon et de l'exil de ce dernier hors d'Europe. Suite à ces évènements, la Russie devint la puissance militaire dominante du continent. \r\n \r\nLe prestige militaire russe subit une blessure majeure au milieu du siècle lorsque, durant la Guerre de Crimée (1853-1856), elle fut incapable de vaincre une armée franco-anglaise peu nombreuse, qui plus est dirigée par des généraux incompétents. Ce revers poussa le nouveau tsar, Alexandre II, à faire souffler un vent de modernisation sur l'Empire. Il abolit notamment le servage en 1861. Cependant, les termes de cette abolition étaient excessivement coûteux, et les paysans durent payer des annuités pour acheter leur liberté et une partie de leurs terres. Au final, les paysans nouvellement libres furent bien souvent plus miséreux que lorsqu'ils étaient esclaves. A cette époque, la Russie instaura également une série de réformes légales inspirées de modèles européens. Cependant, malgré l'amélioration de l'ancien système, les paysans étaient toujours traités comme des citoyens inférieurs. \r\n \r\nLes années 1870 virent l'accroissement de l'activité révolutionnaire, particulièrement chez les étudiants universitaires. En 1873, ces derniers tentèrent sans succès d'inciter les paysans à la révolte. En réponse à leur action, nombre d'entre eux furent emprisonnés ou envoyés en Sibérie. Les révolutionnaires encore en vie organisèrent une action clandestine, incluant notamment l'assassinat de hauts officiels russes. En 1881, un groupe terroriste réussit à assassiner Alexandre II. Les principaux chefs de file du mouvement furent alors capturés, puis pendus. \r\n \r\nAlexandre III, le nouveau tsar, instaura une série de lois répressives restreignant l'éducation et les libertés déjà limitées des citoyens. \r\n \r\nEn 1894, Alexandre III mourut et son fils, l'infortuné Nicolas II, hérita du trône.]=];
TEXT_13 = [=[Durant la guerre russo-japonaise (1904-1905), les Russes essuyèrent une série de lourdes défaites face aux troupes japonaises. Ces revers portèrent un coup sévère au prestige du gouvernement central, et la Russie fut le théâtre de nombreuses grèves et manifestations, plusieurs groupes réclamant des réformes. En 1905, un groupe de travailleurs de Saint-Pétersbourg investit le Palais d'Hiver, afin de présenter au tsar une liste de réclamations. Cent-trente d'entre eux furent abattus par l'armée. La nouvelle du "Dimanche sanglant" se répandit à travers le pays comme une traînée de poudre. Plus tard cette même année, le tsar accepta à contrecœur la création d'une assemblée élue. Cependant, cela ne suffit pas aux révolutionnaires, et l'agitation perdura deux longues années. \r\n \r\nLa création d'une nouvelle assemblée, la "Douma", parvint à diviser l'opposition : certains tentèrent de faire passer des réformes via l'assemblée, tandis que les plus radicaux restaient en dehors du système. Le pays tituba, blessé, jusqu'au cataclysme de la Grande Guerre qui provoqua son effondrement.]=];
TEXT_14 = [=[La Première Guerre mondiale fut l'échec cuisant à la fois de la diplomatie et de la pensée rationnelle. Durant les années qui précédèrent le conflit, les nations européennes s'étaient, soit liguées, soit opposées les unes aux autres dans une série de pactes défensifs et offensifs, qui garantissait de façon quasi certaine que le moindre petit conflit dégénèrerait en colossal cataclysme. En l'occurrence, en 1914, l'annexion de la Serbie par l'Autriche-Hongrie poussa la Russie à entrer en guerre du côté des Serbes, l'Allemagne du côté de l'Autriche, la France et l'Angleterre du côté de la Russie, etc. \r\n \r\nLe tsar Nicolas II mobilisa son armée aussi vite que possible, puis l'envoya à l'ouest affronter l'ennemi allemand qui encercla, puis captura la plupart des soldats russes. En 1915, une armée austro-allemande pénétra sans pratiquement aucune opposition en Pologne, et ainsi, dans les provinces occidentales russes. Cet évènement, associé à l'entrée en guerre de la Turquie (ennemi historique de la Russie) du côté des Allemands, mit une pression incroyable sur le gouvernement russe alors chancelant. \r\n \r\nLes décisions du tsar Nicolas II durant la crise ne furent pas des plus heureuses. Il déplaça sa cour en Biélorussie, afin d'être "personnellement aux commandes de l'armée", laissant la gestion des affaires courantes à son épouse et son détesté conseiller, Raspoutine. En 1916, ce dernier fut assassiné à la suite d'une conspiration menée par bon nombre des plus loyaux alliés de la famille royale. \r\n \r\nEn 1916, la situation militaire s'améliora, mais la situation à l'intérieur des frontières, elle, empira. De plus en plus de paysans étant mobilisés au front, les importations bloquées par l'ennemi, la famine frappait aux quatre coins du pays. De plus, l'inflation galopante provoquait de plus en plus d'agitation chez les travailleurs. En 1917, les meneurs de la Révolution de mars en appelèrent à l'abolition de l'aristocratie. Le gouvernement fit intervenir les cosaques pour disperser la foule, mais ces derniers se mutinèrent et se rallièrent aux insurgés. Peu après, la Douma rejoint elle aussi les révolutionnaires, et le 15 mars, le tsar se vit contraint d'abdiquer. Plus tard, sa famille et lui furent exécutés. \r\n \r\nLa Russie impériale était morte. L'Union des républiques socialistes soviétiques venait de naître.]=];
TEXT_15 = [=[L'URSS survécut cinquante ans. Son plus grand triomphe fut sa victoire sur l'Allemagne nazie durant la Deuxième Guerre mondiale. Elle fit également contrepoids face aux États-Unis qui, au sortir du second conflit mondial, jouissaient d'une domination quasi sans limite (qu'il s'agisse là d'une bonne ou d'une mauvaise chose est une question de point de vue). Son plus grand échec fut son incapacité à offrir à ses habitants des conditions de vie similaires à celles des citoyens des autres pays européens et occidentaux. L'Union soviétique disparut en 1991, suite, en partie, aux pressions extérieures des États-Unis et de ses alliés, mais surtout, aux problèmes économiques majeurs qui l'affaiblissaient de l'intérieur. \r\n \r\nIl y aurait bien plus à dire sur l'URSS, mais le manque de temps et d'espace nous oblige à repousser cet exposé à une prochaine Civilopédia, dans un prochain jeu.]=];
TEXT_16 = [=[La nouvelle Fédération russe est, elle aussi, "un rébus enveloppé de mystère au sein d'une énigme". Elle a abandonné le communisme pour ce que l'on pourrait qualifier de capitalisme oligarchique. En somme, elle a donné naissance à de nombreux multimillionnaires, mais la majeure partie de ses citoyens reste toujours aussi pauvre ; elle a libéré nombre de ses pays satellites (Allemagne de l'Est, Ukraine, pays baltiques), mais continue à menacer dangereusement ses voisins (comme en témoigne sa récente invasion de l'ex-état soviétique de Géorgie). Il s'agit d'une démocratie, mais le pouvoir semble de plus en plus détenu par un seul homme. Il est difficile de prédire ce qu'il adviendra de ce pays ancestral au XXIe siècle, mais il est certain qu'il demeurera l'un des plus puissants et des plus importants de la planète.]=];
TEXT_2 = [=[La Russie est un pays immense. D'une superficie de plus de 17 000 000 km², elle fait près de deux fois la taille des États-Unis d'Amérique, bien qu'elle ne compte que moitié moins d'habitants. La Russie possède des montagnes colossales, de gigantesques steppes et des fleuves déchaînés. À l'est, elle borde l'océan Pacifique, et à l'ouest, la mer Baltique. La partie la plus méridionale du pays connaît parfois des étés torrides, et ses hivers sont connus pour être terribles, à la fois longs, glaciaux et sombres.]=];
TEXT_3 = [=[Selon certaines preuves archéologiques, certaines régions de Russie seraient habitées depuis 4000 ans. Cela dit, nous ne savons que peu de choses des premiers colons de ce vaste pays. Très tôt, les Grecs et les Perses se sont installés en Ukraine, et il semble qu'ils aient chassé et récolté les ressources des grandes forêts russes, au nord. Plusieurs tribus de nomades ont traversé le pays entre le IVe et le Xe siècle apr. J.-C., avant de s'établir plus à l'ouest, en Europe (notamment les Huns, les Goths et les Magyars). Durant cette même période, les Slaves orientaux venus de l'ouest commencèrent à migrer sur le territoire, suivis des explorateurs germaniques à la recherche de ressources et de routes commerciales orientales. Ces derniers croisèrent le chemin des tribus finnoises partant pour le sud.]=];
TEXT_4 = [=[Les premières traces écrites laissées par les Rus datent du VIIIe siècle. Les Rus seraient des Vikings scandinaves arrivés du nord, de la côte baltique (cette théorie est cependant réfutée par certains intellectuels russes qui pensent que les fondateurs de la Rus' de Kiev étaient en réalité slaves). En 860, les Rus envoyèrent des groupes de pillards au sud jusqu'à Constantinople, et en 1000 apr. J.-C., les Rus de Kiev contrôlaient une route commerciale courant de la mer Baltique jusqu'à la mer Noire. Cette route fut la colonne vertébrale économique de ce pouvoir régional florissant. \r\n \r\nAu XIIe siècle, l'empire de Kiev couvrait la majeure partie de ce qui deviendra plus tard l'Orient russe, s'étendant de la Pologne, à l'ouest, à la Volga, à l'est ; et de la Finlande, au nord, à l'Ukraine, au sud. Il s'agissait donc d'un territoire difficile à administrer de façon centralisée, notamment en raison du fait que nombre de petites entités au sein de l'Empire commençaient à développer leur propre identité et des aspirations nationales distinctes. Economiquement aussi, l'Empire était divisé : les provinces septentrionales s'alignèrent sur les puissances de la Baltique, les territoires occidentaux sur la Pologne et la Hongrie, et les régions méridionales sur l'Asie Mineure et les pays méditerranéens. À la fin du XIIe siècle, la Rus' de Kiev, bien qu'elle conservât son nom, était dissoute, et s'était changée en une constellation d'États quasi-féodaux.]=];
TEXT_5 = [=[La première incursion mongole en Rus' de Kiev eut lieu en 1223, quand une unité de reconnaissance mongole affronta une troupe de combattants issus de divers États rus sous le commandement des bien nommés "Mstislav le Brave" et "Mstislav Romanovich l'Ancien", lors de la bataille de la rivière Kalka. Les guerriers rus prirent l'ascendant sur leurs adversaires en début de combat, mais se désorganisèrent en se lançant à la poursuite de l'ennemi en déroute. Les cavaliers mongols entrèrent alors en scène, et dominèrent les Rus avant qu'ils n'aient eu le temps de se réorganiser. Un grand nombre de Rus capitulèrent en échange de leur vie. Les Mongols acceptèrent, mais les massacrèrent tout de même. Ils quittèrent ensuite la Rus' de Kiev, avant de revenir quelques années plus tard avec une plus grande armée. \r\n \r\nEn 1237, une importante armée mongole de près de 30 000 archers montés traversa la Volga. En quelques années, ils s'emparèrent, pillèrent et détruisirent des dizaines de cités et de villes russes dont Riazan, Kolomna, Moscou, Rostov, Kachine, Dmitrov, Kozelsk, Halytch et Kiev, battant à plates coutures toutes les forces armées qui s'opposèrent à eux. En 1240, la majeure partie de la Rus' de Kiev était en ruine et les Mongols, ses nouveaux maîtres, tournèrent leurs yeux vers la Hongrie et la Pologne, à l'ouest. \r\n]=];
TEXT_6 = [=[L'Empire mongol occidental, qui incluait la majeure partie de la Russie, était appelé la "Horde d'or" (même s'il est peu probable que les Mongols eux-mêmes aient adopté pareille appellation). Sa capitale était "Saraï", une nouvelle cité qu'ils avaient construite sur la Volga. Bien que les Mongols (aussi connu sous le nom de "Tatars") fussent d'impitoyables envahisseurs et conquérants, leurs dirigeants étaient souvent bienveillants. Généralement, ils n'entretenaient que peu de contacts avec leurs sujets. Préférant préserver la structure du pouvoir intacte, ils laissaient ce dernier entre les mains exclusives des dirigeants. À l'origine chamanistes, les Mongols se convertirent plus tard à l'Islam. Ils se montrèrent extrêmement tolérants envers les autres religions. D'ailleurs, en règle générale, tant qu'ils recevaient leur tribut, ils laissaient vivre les peuples soumis comme bon leur semblait. \r\n \r\nLa Horde d'or subsista jusqu'à la fin du XIVe siècle, période où elle fut défaite par Timur (Tamerlan), venu du sud. Désireux de s'emparer de leur réseau commercial, Tamerlan détruisit les cités mongoles de Saraï, Azov et Caffa, affaiblissant considérablement les dirigeants de la Horde d'or. Les dirigeants rus, et particulièrement ceux de la Principauté de Moscou, se hâtèrent alors de s'emparer du pouvoir laissé à l'abandon.]=];
TEXT_7 = [=[Sous le règne d'Ivan III (1462-1505), la Moscovie engagea un processus d'unification des territoires russes. Elle chercha à annexer les pays slaves orientaux, et notamment les enclaves historiquement russes, ainsi que les principautés ukrainienne et biélorusse (sans aucun lien historique, ni l'une, ni l'autre, avec elle). En 1478, Novgorod fut annexée, et Tver suivit en 1485. Ces efforts furent cependant réduits à néant en 1497, lorsque les membres de la famille d'Ivan se querellèrent violemment pour la succession au trône. Ivan, qui avait à l'origine choisi son successeur en la personne de son petit-fils issu de son premier mariage, fut contraint de nommer héritier le fils de sa deuxième femme, Vassili. \r\n \r\nLe règne d'Ivan vit également l'entrée de la Moscovie dans le maelstrom diplomatique européen. Ivan chercha à se rapprocher de Byzance, afin de faire pression sur la République des Deux Nations (ou Pologne-Lituanie) qui gagnait dangereusement en puissance à l'ouest de la Moscovie (chaque puissance essayant d'absorber les principautés les plus petites devenues neutres après l'effondrement de la Horde d'or). \r\n \r\nA la mort d'Ivan, son fils, Vassili III, renforça la monarchie et étendit encore le territoire moscovite. Cependant, ne parvenant à enfanter d'héritier que tardivement au cours de son règne, il fut forcé de mettre en place une régence qui commanderait après sa mort, jusqu'à ce que son fils Ivan puisse monter sur le trône. Comme Ivan était malade et âgé seulement de trois ans à la mort de son père (1533), la régence dura et fut sujette à d'intenses intrigues politiques dont le royaume souffrit beaucoup. Une fois Ivan assez âgé pour succéder à son père, la situation évolua, passant de "mauvaise" à "catastrophique" - pour ne pas dire "terrible".]=];
TEXT_8 = [=[À l'âge de 16 ans, Ivan le Terrible (1530-1584) fut couronné "tsar" de Moscovie. Il est le premier de l'Histoire à porter ce titre (qui vient du titre romain "Caesar"). On sait peu de choses sur Ivan, si ce n'est que sa santé était fragile, et qu'il se maria six fois. Nombreux sont ceux qui pensent qu'au début de son règne, il n'était qu'un fantoche manipulé par l'une des factions cherchant à assoir sa domination sur ce pays instable. Durant cette période, il mit en place une série de réformes visant à remodeler l'armée et le système légal, et promulgua des lois limitant de manière drastique le pouvoir des propriétaires terriens héréditaires (en d'autres termes, la noblesse). L'institution de ces réformes, censées renforcer l'armée russe en préparation de campagnes de conquête de grande envergure, ne fut pas particulièrement couronnée de succès. \r\n \r\nEntre vingt et trente ans, Ivan engagea un programme qui lui permettrait d'accroître considérablement son pouvoir aux dépens de son entourage. La noblesse, idéologiquement indépendante, fut évincée de la Cour impériale, puis remplacée par des flagorneurs incompétents. Les échelons les plus élevés de l'armée furent également purgés. Ivan déclara plusieurs millions de kilomètres des meilleures terres du pays "oprichnina" (ou terres de la couronne), les assujettissant exclusivement au trône moscovite. \r\n \r\nIvan était aussi bon général qu'il était humaniste : il détruisit quasiment son armée et vida le trésor du pays en s'engageant dans la désastreuse guerre de Livonie, un conflit qui dura quelque vingt-cinq ans (de 1558 à 1582). Il mourut en 1584, fort heureusement pour l'Empire. \r\n \r\nSuite au décès d'Ivan, la situation s'améliora pendant quelque temps, après que l'un de ses camarades, Boris Godounov, monta sur le trône. Cependant, à la mort de Boris en 1605, le pays s'effondra de nouveau, à un point tel que cette période de l'histoire russe fut baptisée "le Temps des troubles". Le pouvoir central avait disparu, les armées moscovites et étrangères s'affrontèrent dans tout le pays au rythme des successions et des destitutions d'éphémères prétendants au pouvoir. Au final, les marchands de Russie septentrionale financèrent une armée insurgée (essentiellement constituée de soldats suédois) qui bouta les étrangers hors de Moscovie et redonnèrent du pouvoir aux cosaques. Aux commandes de l'appareil gouvernemental (tout du moins, ce qu'il en restait), les insurgés organisèrent l'élection d'un nouveau tsar.]=];
TEXT_9 = [=[Michel III Fiodorovitch Romanov n'avait que 16 ans lorsqu'il fut élu tsar. Il dut faire face à d'innombrables problèmes. Des décennies d'insurrections et de négligence avaient entraîné la ruine du pays, fait fuir ses citoyens et laissé ses terres à l'abandon. Certaines portions du territoire étaient occupées par des troupes ennemies, et ceux qui ne l'étaient pas possédaient leurs propres forces armées qui ne répondaient à aucun pouvoir central. Il fallut près de vingt ans au premier tsar Romanov pour reprendre le contrôle du pays. \r\n \r\nLes tsars qui succédèrent à Michel continuèrent d'étendre les frontières de la Russie, s'alliant avec ou affrontant la Suède, la Pologne et/ou l'Empire ottoman, en fonction de la localisation du territoire qu'ils tentaient d'annexer. Le territoire disputé de l'époque était formé par l'Ukraine orientale, les pays de la Baltique et la Biélorussie.]=];
TITLE = [=[Russie]=];};
Playable=true;
AIPlayable=true;
ShortDescription=[=[Russie]=];
Adjective=[=[russe|russe|russes|russes]=];
DefaultPlayerColor="PLAYERCOLOR_RUSSIA";
ArtDefineTag="ART_DEF_CIVILIZATION_RUSSIA";
ArtStyleType="ARTSTYLE_EUROPEAN";
ArtStyleSuffix="_EURO";
ArtStylePrefix="EUROPEAN";
PortraitIndex=18;
IconAtlas="CIV_COLOR_ATLAS";
AlphaIconAtlas="CIV_ALPHA_ATLAS";
MapImage="MapRussia512.dds";
DawnOfManQuote=[=[Salutations, votre majesté impériale Catherine, merveilleuse impératrice de toutes les Russies. Vous régnez sur le plus grand pays au monde. La puissante Russie s'étend de l'océan Pacifique, à l'est, jusqu'à la mer Baltique, à l'ouest. Malgré les guerres, les sécheresses, et bien des catastrophes, l'héroïque peuple russe est parvenu à survivre et à prospérer, donnant naissance à certains des plus grands artistes et scientifiques au monde. L'empire figure encore aujourd'hui parmi les plus puissants de toute l'histoire de l'humanité, une véritable superpuissance, dotée de la plus grande force destructrice jamais conçue. \r\n \r\nCatherine, votre peuple a besoin que vous redonniez son envergure d'antan à la Russie, que vous redonniez vie à la terre et que vous lui fassiez retrouver l'émerveillement des Lumières. Mènerez-vous une fois encore vos fidèles à la grandeur ? Bâtirez-vous une civilisation capable de résister au passage du temps ?]=];
DawnOfManImage="DOM_Catherine.dds";
DawnOfManAudio="AS2D_DOM_SPEECH_RUSSIA";};
 
CIVILIZATION_SIAM={
Type="CIVILIZATION_SIAM";
Description=[=[Empire siamois]=];
CivilopediaTag={
FACTOID_HEADING = [=[Siam - Le saviez-vous ?]=];
FACTOID_TEXT = [=[La Thaïlande est souvent appelée "le pays du sourire" en raison de l'apparente bienveillance de ses habitants. \r\n \r\nEn 1988, Porntip "Bui" Nakhirunkanok est devenue la deuxième Thaïlandaise à avoir remporté le titre de Miss Univers, après Apasra Hongsakula en 1965. \r\n \r\nLe roi de Thaïlande est considéré avec énormément de respect, et une simple boutade le concernant est passible d'une peine d'emprisonnement. \r\n \r\nL'abri-sous-roche de Lang Rongrien, au sud-ouest de la Thaïlande, était habité il y a près de 40 000 ans. \r\n \r\nLe chat siamois a été importé de Thaïlande en Grande-Bretagne en 1884 par le Consul général britannique à Bangkok. \r\n \r\nLa plupart des jeunes hommes thaïlandais se font moines bouddhistes pour quelque temps. Le crâne rasé, ils sortent chaque matin de leur monastère et demandent l'aumône. \r\n \r\nSi le thé pousse au Siam, il n'est pas utilisé en infusion. Traditionnellement, les Thaïlandais le laissent macérer, puis le roulent en boulettes à mâcher appelées "mieng".]=];
HEADING_1 = [=[Histoire]=];
HEADING_10 = [=[La Thaïlande d'après-guerre - La révolution ?]=];
HEADING_11 = [=[La Thaïlande de demain]=];
HEADING_2 = [=[Terrain et climat]=];
HEADING_3 = [=[Préhistoire du Siam]=];
HEADING_4 = [=[Sukhothaï et Ramkhamhaeng]=];
HEADING_5 = [=[Ayutthaya]=];
HEADING_6 = [=[Thonburi]=];
HEADING_7 = [=[La renaissance du Siam]=];
HEADING_8 = [=[Le Siam et l'Occident]=];
HEADING_9 = [=[Le XXe siècle]=];
TEXT_1 = [=[Située en Asie du Sud-Est entre la Birmanie (Myanmar), le Laos, le Cambodge et la Malaisie, le Siam - la Thaïlande d'aujourd'hui - possède une histoire longue et glorieuse. Pays de forêts obscures et de montagnes millénaires, à la fois magnifique et mystérieux, le Siam a connu l'occupation et la révolution, les inondations et la famine, ainsi que l'avènement et l'effondrement de plusieurs empires.]=];
TEXT_10 = [=[La Thaïlande ne s'est remise que lentement de la Deuxième Guerre mondiale. Si elle dut rendre les territoires qu'elle avait annexés à la France, elle ne fut cependant pas véritablement pénalisée. En revanche, elle souffrit d'importantes querelles internes. En 1946, le roi fut retrouvé mort, victime d'une blessure par balle. Le dirigeant du gouvernement fut alors accusé du meurtre du roi, puis fut exilé, et le dictateur proto-fasciste Plaek Pibulsonggram reprit les rênes du pouvoir. \r\n \r\nDurant la guerre froide, les États-Unis investirent énormément d'argent en Thaïlande, dont la majeure partie échut à l'armée et au dictateur. Une grande partie de l'industrie du pays appartenait à ce dernier et à son entourage. En 1957, les militaires organisèrent un autre coup d'État, plaçant un nouveau maréchal, Sarit Thanarat, aux commandes du pays. \r\n \r\nThanarat régna durant cinq ans. Tout en conservant la mainmise sur le gouvernement et l'armée, il mit en place des réformes économiques qui permirent à la classe moyenne thaïlandaise de s'enrichir, s'assurant ainsi un fort soutien populaire. Les États-Unis lui fournirent davantage d'argent, et il s'en servit pour entretenir son armée, mais aussi pour améliorer les infrastructures thaïlandaises. Thanarat apporta également son soutien à la monarchie qui, ne détenant à l'époque aucun pouvoir politique, put ainsi redevenir un puissant symbole nationaliste. Dirigeant populaire durant sa vie, Thanarat perdit considérablement en popularité après sa mort, lorsque les citoyens découvrirent les sommes colossales de monnaie thaïlandaise qu'il avait détournées et cachées. \r\n \r\nLes successeurs de Thanarat continuèrent à percevoir d'énormes sommes d'argent américain et, en retour, ils soutinrent l'action des États-Unis au Viêtnam. À la fin des années 1960, plus de 10 000 soldats thaïlandais servaient au Viêtnam, et des milliers de soldats américains étaient en poste en Thaïlande, base stratégique capitale pour l'US Air Force. Le mécontentement populaire envers la guerre et le gouvernement ne cessa d'augmenter et, en 1973, une révolution d'origine étudiante força les dirigeants à l'exil.  \r\n \r\nLa Thaïlande put alors profiter d'une brève période de démocratie parlementaire, mais en 1976, les militaires menèrent un nouveau coup d'État, cette fois soutenus par la monarchie. Cela eut pour conséquence de pousser nombre de Thaïlandais mécontents à se réfugier dans les jungles du pays, et à gonfler les rangs des insurgés du parti communiste thaïlandais. En 1980, les militaires évincèrent le gouvernement de droite qu'ils venaient de mettre en place, et le remplacèrent par un dictateur aux inclinations plus démocratiques. Durant les huit années qui suivirent, l'armée partagea le pouvoir avec le parlement (arbitré par le roi), et en 1988, un Premier ministre élu prit les rênes du pouvoir (pour trois ans, avant d'être renversé par l'armée). \r\n \r\nEn 1992, la junte militaire tint des élections que l'un de ses membres remporta sans surprise. Insatisfait, le peuple organisa des manifestations massives qui furent réprimées par l'armée de manière sanglante. Le roi finit par intervenir, le dictateur en place démissionna, et un gouvernement plus démocratique fut mis en place. Ce dernier dura huit glorieuses années, jusqu'à ce qu'en 2006, le mécontentement populaire et les excès gouvernementaux ne mènent à un nouveau coup d'État. Avec le soutien du roi désormais âgé, un nouveau gouvernement intérimaire fut créé, dirigé par un ancien général. Une nouvelle Constitution fut proposée puis ratifiée par vote populaire en août 2007. En septembre 2008, un autre Premier ministre se rendit coupable de conflits d'intérêts au vu de la cour constitutionnelle. En octobre, son remplaçant ne put entrer dans son bureau, occupé par des manifestants, et fut forcé de se retirer. Le dernier Premier ministre en date a pris ses fonctions en décembre 2008.]=];
TEXT_11 = [=[Qui peut dire ce qu'il adviendra de ce grand pays à l'histoire si riche, agité par des troubles politiques quasi incessants ? La situation est d'autant moins prévisible que l'actuel roi de Thaïlande, Bhumibol Adulyadej, probablement le seul homme capable d'assurer la stabilité du pays, a plus de 80 ans. Espérons pour la Thaïlande qu'elle pourra lui survivre sans sombrer une fois encore dans le chaos, ce qui, au vu des troubles de ces dernières années, semble bien improbable.]=];
TEXT_2 = [=[Le Siam est un pays semi-tropical situé en pleine zone de moussons. De mai à octobre, les vents chauds venus du nord-ouest provoquent d'extrêmes précipitations. Ainsi, la côte ouest est-elle noyée chaque année de quelque 4 mètres d'eau de pluie (le nord, plus vallonné, un peu moins). De novembre à février, le vent inverse sa course et offre au pays un temps plus doux et plus sec. La campagne est couverte de forêts, de marécages et autres zones humides. Les Siamois utilisent traditionnellement les buffles d'eau, les chevaux et les éléphants comme animaux de trait (bien que les machines agricoles aient envahi la majeure partie du pays à la fin du XXe siècle).]=];
TEXT_3 = [=[Les premiers colons reconnus de Siam parlaient des langues môn-khmères. Il existait alors différents groupes ethniques dans la péninsule d'Asie du Sud-Est. L'un d'entre eux, celui des Môns, est connu pour avoir adopté le bouddhisme dès le VIe siècle apr. J.-C.. Un autre de ces groupes, les Khmers du Cambodge, fit d'Angkor sa capitale (ville où se trouve Angkor Vat). Au XIIe siècle, les Khmers  possédaient un empire comprenant plus de la moitié de la Thaïlande actuelle. Ils étaient majoritairement hindouistes. \r\n \r\nAux environs de l'an 1000 apr. J.-C., le territoire connut une vague d'arrivants de langue tai, appelés les "Thaïs". Il y a consensus chez les historiens modernes pour affirmer que les Thaïs sont originaires du nord du Vietnam. En quelques siècles, les Thaïs s'installèrent à travers la majeure partie de l'Asie du Sud-Est, aussi loin à l'ouest que le nord-est de l'Inde, et à l'est que la Péninsule malaise. Au XIIIe siècle, ils étaient assez nombreux pour menacer la suprématie des Môns et des Khmers au Siam.]=];
TEXT_4 = [=[Au milieu du XIIIe siècle, un dirigeant thaï parvint à se révolter contre l'Empire khmer et créa le royaume de Sukhothaï. Ce dernier resta sans grande puissance ni importance jusqu'à la prise de pouvoir de son troisième dirigeant, Ramkhamhaeng, en 1279. En seulement vingt ans, ce dirigeant extraordinaire transforma l'insignifiant royaume en une puissance régionale majeure. \r\n \r\nDurant son règne, Ramkhamhaeng agrandit son territoire en annexant, à l'ouest, la Birmanie, à l'est, le Laos, et en avançant vers le sud jusqu'à la péninsule malaise. Le roi excellait autant dans l'art diplomatique que dans l'art guerrier, et nombre de territoires rejoignirent sa confédération de leur plein gré. Vers la fin de son règne, Ramkhamhaeng fit ériger une stèle gravée détaillant ses victoires. Elle dépeignait Sukhothaï comme un royaume prospère dirigé par un monarque aimant et bienveillant. Ramkhamhaeng mourut en 1317. Pour plus d'informations sur Ramkhamhaeng, veuillez consulter l'article de la Civilopédia qui lui est consacré. \r\n \r\nSukhothaï a survécu un siècle à la mort de son plus illustre dirigeant, avant d'être annexé par Ayutthaya, une nouvelle puissance thaïlandaise en plein essor, venue du sud.]=];
TEXT_5 = [=[Le royaume d'Ayutthaya fut fondé en 1350 dans la vallée du fleuve Chao Phraya, une plaine fertile située au nord de l'actuelle Bangkok. Le royaume fut formé sur les reliquats d'une précédente puissance, Lavo. En 1352, le roi Ramathibodi Ier attaqua les Khmers, les chassant à l'est du Siam. En 1387, Ayutthaya était suffisamment puissante pour envahir le nord et s'emparer de Sukhothaï. En 1431, le royaume attaqua de nouveau les Khmers, s'emparant, puis pillant leur capitale, Bangkok, après six mois de siège. \r\n \r\nAyutthaya était une ville riche et magnifique en tout point. De nombreux canaux nord-sud la traversaient, qui fournissaient de l'eau à tous les secteurs de la ville. Aujourd'hui encore, on peut y admirer ce qu'il reste de ses palais et de ses temples. Les Thaïs d'Ayutthaya furent le premier peuple de la région à porter le nom de "Siamois", un nom qui finit par donner son nom au pays entier : le Siam. \r\n \r\nDes Khmers, le peuple d'Ayutthaya adopta la croyance en la divinité du roi. Ce dernier était d'essence supérieure à tous ses sujets. Hormis les membres de la famille royale, nul ne pouvait le regarder en face. En sus du renforcement du pouvoir religieux et cérémoniel du trône, le roi Trailok (1448-1488) réorganisa l'État, afin de concentrer le pouvoir politique entier entre les mains du monarque. \r\n \r\nDu point de vue social, le peuple d'Ayutthaya avait adopté un système de caste très strict qui attribuait à chaque individu une valeur numérique en fonction de son rang. Un esclave avait une valeur de 5 ("sakdi na"), un homme libre d'environ 25, et les héritiers du trône devaient être évalués à quelque chose comme 100 000 (le roi lui-même atteignant probablement une valeur de plusieurs millions, voire plus !). Bouddhisme et hindouisme étaient tous deux pratiqués à Ayutthaya. \r\n \r\nS'étant occupé de Sukhothaï au nord, et des Khmers au sud-est, la seule menace restante pour Ayutthaya était la Birmanie qui reprit son indépendance à la fin du XVIe siècle. Les combattants birmans mirent de nouveau la ville à sac en 1767. Cette fois, ils déportèrent la famille royale et réduisirent la ville en cendre, détruisant toutes les œuvres d'art, ainsi que les annales qu'ils y trouvèrent. Le royaume ne se remit jamais de cette attaque. Cependant, un nouveau royaume siamois allait bientôt naître des cendres d'Ayutthaya.]=];
TEXT_6 = [=[En 1767 (la même année qui vit l'effondrement d'Ayutthaya), un dirigeant thaïlandais appelé "Taksin" fonda une nouvelle capitale à Thonburi, à un peu plus de soixante kilomètres en aval d'Ayutthaya (non loin de l'actuelle Bangkok). Bâtie sur la rive orientale du fleuve Chao Phraya, la ville pouvait être défendue plus aisément face aux assaillants birmans. Située plus à proximité de la mer, la cité était également plus apte à organiser un commerce à l'échelle internationale. D'ailleurs, Taksin encouragea les marchands chinois à installer des commerces à Thonburi, et les taxes ponctionnées sur ce commerce furent utilisées pour reconstruire l'économie siamoise, dévastée par la récente attaque birmane. \r\n \r\nTirant parti de la richesse de son pays, Taksin leva une puissante armée et commença à étendre son royaume. Après avoir repris les territoires qui appartenaient anciennement à Sukhothaï et Ayutthaya, ses troupes s'emparèrent d'une portion du Laos, et forcèrent les Birmans à fuir des territoires historiquement thaïs vers le nord. En 1782, Taksin, qui commençait à montrer de réels signes de troubles mentaux, fut destitué et tué. C'est le général Chao Phraya Chakri (qui prit plus tard le nom de Rama 1er) qui lui succéda. La dynastie Chakri est toujours au pouvoir aujourd'hui en Thaïlande.]=];
TEXT_7 = [=[Peu après son accession au trône, le nouveau roi déplaça la capitale à Bangkok, un petit village situé sur le fleuve Chao Phraya. Bangkok devint très vite une cité commerciale animée, en grande partie en raison des nombreux immigrants chinois qui vinrent s'installer dans la métropole. \r\n \r\nLe roi Rama Ier et ses successeurs continuèrent la conquête siamoise du Laos et du sud jusqu'à la péninsule malaise. Ils poursuivirent également la lutte contre la Birmanie qui demeura une menace constante, jusqu'à ce qu'elle soit elle-même menacée par la Grande-Bretagne (arrivée d'Inde). \r\n \r\nLe roi Rama Ier s'impliqua énormément dans le développement de la culture, de la religion et de la législation siamoise. Il fit reconstruire les temples et palais siamois, et modernisa considérablement le système législatif du pays. Son successeur, Rama II (qui régna de 1809 à 1824), grand mécène des arts, était lui-même un excellent poète.]=];
TEXT_8 = [=[La plus grande réussite de la diplomatie siamoise réside dans le fait que, contrairement à tous les autres pays d'Asie du Sud-Est, elle a toujours réussi à protéger son pays de la domination des puissances occidentales. En 1826, le Siam signa un traité avec la Grande-Bretagne, et en 1855, les Britanniques furent autorisés à commercer librement (et sans aucune taxe !) dans les ports siamois. La Grande-Bretagne parvint également à obtenir le droit de mettre en place des tribunaux de loi anglaise, afin de juger les affaires impliquant des sujets de la Couronne. Ces concessions représentèrent cependant une perte humiliante de revenus et de souveraineté pour le Siam qui signa, malgré tout et rapidement, des traités similaires avec d'autres puissances européennes et les États-Unis. \r\n \r\nLe roi Rama IV (qui régna de 1851 à 1868) étudia attentivement  l'Occident. Il nomma notamment à sa cour de nombreux conseillers occidentaux. Il engagea également l'Anglaise Anna Harriette Leonowens comme tutrice pour ses enfants. Mrs. Leonowens écrivit plus tard un livre sur ses aventures, livre qui inspira la comédie musicale "Le Roi et moi". Aux dires des historiens, l'ouvrage et le spectacle seraient aussi divertissants que truffés d'inexactitudes. \r\n \r\nPar certains aspects, le roi Rama IV était un homme plutôt éclairé pour l'époque et pour cette partie du monde. Moine bouddhiste avant de monter sur le trône, il chercha à réformer ce mouvement de pensée qu'il estimait corrompu et pétri de superstitions. Il commença également à réformer la monarchie, la délestant de son glorieux, mais pesant, statut divin. S'il n'en demeura pas moins un monarque absolu, au moins, ses sujets pouvaient désormais le regarder en face. \r\n \r\nLe fils du roi Rama IV, Rama V, régna de 1868 à 1910. À l'instar de son père, il protégea l'indépendance du Siam en accordant certaines concessions aux pays occidentaux. Il céda notamment de larges portions du Laos et du Cambodge à la France, et certaines régions de la Malaisie aux Britanniques. Il réforma plus tard la monarchie et le système gouvernemental du pays : il abolit l'esclavage, mit en place un système éducatif moderne, fit construire un réseau de chemins de fer et un réseau télégraphique, et établit un nouveau système législatif et judiciaire.]=];
TEXT_9 = [=[Les deux successeurs du roi Rama V, les bien nommés Rama VI (qui régna de 1910 à 1925) et Rama VII (dont le règne s'étendit de 1925 à 1935), continuèrent la modernisation du Siam. En 1917, Rama VI inaugura la première université de Thaïlande. La même année, il impliqua le Siam dans la Première Guerre mondiale du côté des Alliés. Après la guerre, il parvint à convaincre les vainqueurs d'abandonner leurs concessions siamoises, regagnant ainsi l'indépendance totale dont le pays avait été privé pendant soixante-quinze ans. Malgré cela, les réformes et les guerres menées par Rama VI furent extrêmement coûteuses et nécessitèrent d'importantes coupes, particulièrement impopulaires, dans le budget gouvernemental. Le ressentiment du peuple, qui perdura lors du règne de son successeur, fut exacerbé par la Grande Dépression. \r\n \r\nEn 1932, un groupe d'étudiants, dirigé par le juriste Pridi Phanomyong et soutenu par l'armée siamoise, orchestra un coup d'État qui imposa au roi de se faire monarque constitutionnel et d'accepter la formation d'une assemblée nationale. En 1933, des membres de la famille royale tentèrent sans succès un contre-coup d'État. Rama fut forcé de quitter le pays et abdiqua en 1935. Un conseil de régence fut alors instauré pour diriger le pays jusqu'à ce que le jeune prince Ananda Mahidol soit en âge de monter sur le trône (en théorie seulement, car en pratique, ce fut l'armée qui dirigea le pays). En 1938, le maréchal (l'un des conspirateurs du coup d'État de 1932 qui entraîna la destitution de Rama VII) devint dictateur militaire du pays. Il rebaptisa le Siam "Thaïlande" et encouragea le nationalisme thaïlandais, ainsi qu'un sentiment anti-chinois et anti-japonais. En 1940, profitant de la conquête de la France par l'Allemagne, il annexa les territoires français du Laos et du Cambodge. \r\n \r\nA la fin de l'année 1941, à la suite de l'attaque de Pearl Harbor, les troupes japonaises entrèrent en Thaïlande et exigèrent un droit de passage en terre thaïlandaise pour faciliter leur assaut sur Singapour alors aux mains des Britanniques. Les forces thaïlandaises ne montrèrent qu'une résistance symbolique, et les autorités leur ordonnèrent de baisser leurs armes. En 1942, la Thaïlande signa une alliance avec le Japon et déclara la guerre à la Grande-Bretagne et aux États-Unis. Des groupes de résistance, qui s'en prenaient aux Japonais tout en collaborant avec le gouvernement thaïlandais, se formèrent à l'intérieur du pays, ainsi qu'à l'étranger. En juillet 1944, Phibun fut forcé de quitter le pouvoir et, suite à la capitulation japonaise en 1945, la dictature s'effondra.]=];
TITLE = [=[Siam]=];};
Playable=true;
AIPlayable=true;
ShortDescription=[=[Siam]=];
Adjective=[=[siamois|siamoise|siamois|siamoises]=];
DefaultPlayerColor="PLAYERCOLOR_SIAM";
ArtDefineTag="ART_DEF_CIVILIZATION_SIAM";
ArtStyleType="ARTSTYLE_ASIAN";
ArtStyleSuffix="_ASIA";
ArtStylePrefix="ASIAN";
PortraitIndex=19;
IconAtlas="CIV_COLOR_ATLAS";
AlphaIconAtlas="CIV_ALPHA_ATLAS";
MapImage="MapSiam512.dds";
DawnOfManQuote=[=[Salutations, grand roi Ramkhamhaeng, dirigeant du glorieux peuple du Siam ! Ô puissant roi, vos sujets s'inclinent devant vous avec une révérence mêlée de crainte ! Vous êtes à la tête du Siam, un ancien pays au coeur de l'Asie du sud-est. Le Siam est une terre magnifique et mystérieuse. Entouré d'ennemis, assailli de guerres sanglantes et de misère noire, le peuple siamois, intelligent et fidèle, a essuyé bien des épreuves desquelles il a su triompher. Roi Ramkhamhaeng, votre empire fit autrefois partie de l'empire khmer, jusqu'à ce que vos ancêtres se révoltent, au XIIIe siècle, formant ainsi le petit royaume de Sukhothaï. Grâce à de glorieuses batailles et une diplomatie sans faille, le petit royaume se transforma en un puissant empire, un empire qui allait dominer l'Asie du sud-est pendant plus d'un siècle ! \r\n \r\nÔ sage et puissant roi Ramkhamhaeng, votre peuple a une fois de plus besoin que vous le meniez à la grandeur ! Saurez-vous mettre à profit votre intelligence et votre force pour protéger vos fidèles et vaincre vos ennemis ? Bâtirez-vous une civilisation capable de résister au passage du temps ?]=];
DawnOfManImage="DOM_Ramkamhaeng.dds";
DawnOfManAudio="AS2D_DOM_SPEECH_SIAM";};
 
CIVILIZATION_SONGHAI={
Type="CIVILIZATION_SONGHAI";
Description=[=[Empire songhaï]=];
CivilopediaTag={
FACTOID_HEADING = [=[Songhaï - Le saviez-vous ?]=];
FACTOID_TEXT = [=[Selon la légende, le peuple de Songhaï vénérait un poisson monstrueux et obéissait strictement à ses lois, jusqu'à ce qu'un étranger venu du Yémen ne le tue. Ce dernier devint roi de Songhaï, et fut le patriarche de la première de ses dynasties, celle des Dia. \r\n \r\nPour parer à la menace constante d'invasion des terres par le désert, Tombouctou fut inscrite au patrimoine mondial de l'humanité en 1988, et l'UNESCO établit un programme de conservation pour sauvegarder la ville. \r\n \r\nLes Songhaïs sont réputés pour leurs couvertures et leurs tapis tissés. Les couvertures de coton (terabeba) très élaborées, tissées par les hommes de la ville de Téra, sont extrêmement prisées. \r\n \r\n        Le plus grand tabou du peuple songhaï est le mensonge. Seules les crapules de la pire espèce se rabaisseraient à mentir.]=];
HEADING_1 = [=[Histoire]=];
HEADING_2 = [=[Terrain et climat]=];
HEADING_3 = [=[Avant le Songhaï : le Mali]=];
HEADING_4 = [=[L'avènement du Songhaï]=];
HEADING_5 = [=[Sonni Ali Ber]=];
HEADING_6 = [=[Askia Mohammed Ier]=];
HEADING_7 = [=[Déclin et chute du Songhaï]=];
HEADING_8 = [=[Les leçons tirées]=];
TEXT_1 = [=[L'empire songhaï est une civilisation qui fleurit en Afrique occidentale au cours des XVe et XVIe siècles. Les Songhaïs apparurent pour la première fois près de la ville de Gao, cité vassale de l'empire du Mali. Au début du XIVe siècle, le Songhaï obtint son indépendance, et durant les deux siècles qui suivirent, il agrandit ses frontières pour finalement devenir l'un des empires les plus étendus de l'histoire africaine.]=];
TEXT_2 = [=[Le terrain d'Afrique occidentale qu'occupait le Songhaï était majoritairement plat et aride, dominé par deux systèmes fluviaux importants, celui du Niger et celui du Sénégal. Ces deux fleuves fournissaient au pays un moyen de transport rapide et bon marché d'est en ouest, ainsi que des terres arables fertiles le long de leurs rives. Le climat, chaud et tropical, ne comptait que deux saisons : une saison sèche et une saison des pluies. De mars à juin, un vent chaud et sec souffle du Sahara, et les températures dépassent souvent les 38° Celsius.]=];
TEXT_3 = [=[Avant l'avènement du Songhaï, la majeure partie du centre de l'Afrique occidentale était aux mains de l'empire du Mali, un empire datant d'avant l'an 1000. Le Mali était une puissance essentiellement commerciale, et le carrefour de l'Afrique. En effet, il contrôlait alors les routes commerciales qui traversaient le Sahara du nord au sud, et les routes fluviales est-ouest. Sous le règne de l'illustre dirigeant Kanga Moussa (1312-1332), l'empire du Mali conquit les cités prospères de Tombouctou et Gao, et prit le contrôle des précieux gisements de sel situés au nord. \r\n \r\nLe Mali était un empire musulman et, sous Moussa, la ville de Tombouctou devint un haut lieu d'enseignement musulman dans le monde. Cependant, à l'orée du XIVe siècle, l'empire était devenu trop important pour pouvoir être administré de manière centralisée, si bien que de nombreux territoires revendiquèrent leur indépendance et firent sécession. Parmi ceux-ci, Gao, foyer des Songhaïs.]=];
TEXT_4 = [=[Les historiens pensent que les Songhaïs sont apparus pour la première fois à Gao en 800 apr. J.-C. Si les premiers siècles de leur histoire demeurent en grande partie mystérieux, on sait qu'au XIe siècle, le roi Kossoi se convertit à l'Islam, et fit de Gao la capitale de l'empire grandissant des Songhaïs. Durant la domination des Songhaïs, Gao devint une cité riche et prospère. Au début du XIVe siècle, le Mali conquit le Songhaï et en fit un État vassal. Le Songhaï demeura sous le contrôle du Mali pendant peut-être cent cinquante ans, avant de regagner son indépendance sous le règne du roi Sonni Ali Ber. \r\n \r\nLe Songhaï parvint à maintenir une indépendance précaire pendant un siècle, avant qu'un illustre dirigeant, Sonni Ali Ber, en fasse un empire glorieux.]=];
TEXT_5 = [=[Le règne de Sunni Ali Ber sur le Songhaï dura trente ans (1464-1492). Il fut un brillant général et stratège. Tirant parti de la faiblesse croissante du Mali, il envoya les troupes du Songhaï prendre la riche ville de Tombouctou, délogeant alors les Touaregs qui avaient pris la ville (ayant eux aussi profité du déclin malien). Il étendit son empire à l'ouest, annexant tous les territoires maliens de Djenné. Sa conquête, cependant, ne se fit pas sans opposition. Durant son règne, il dut repousser les assauts des Mossis, des Dogons et des Peuls. \r\n \r\nEn 1470, Ali Ber se lança à l'assaut du plus glorieux des trésors, la riche cité commerciale de Djenné. Djenné faisait alors encore partie de l'empire du Mali, et son peuple opposa au Songhaï une solide résistance. N'ayant pu prendre la ville d'assaut, Ali Ber décida de l'assiéger. La ville tint sept ans avant de capituler. \r\n \r\nLes annales d'alors dépeignent Ali Ber comme un tyran instable, qui pouvait se montrer aussi bienveillant que brutal, dirigeait d'une main de fer, et massacrait ou oppressait ceux qu'il capturait. Cette description est probablement exagérée, puisque les intellectuels musulmans qui retranscrivirent son histoire lui reprochaient l'hétérodoxie de l'Islam qu'il pratiquait (une fusion entre l'Islam et certaines observances religieuses traditionnelles du Songhaï).]=];
TEXT_6 = [=[Askia Mohammed Ier régna sur le Songhaï de 1493 à 1528. Le mot "Askia", qui signifie "usurpateur", révèle la manière dont il a pris le pouvoir, après avoir détrôné le fils et les autres héritiers d'Ali Ber moins d'un an après la mort de ce dernier. Qu'il  choisisse ce terme comme titre et comme nom dynastique suggère que cet homme extraordinaire était pourvu d'un sens de l'humour qui ne l'était pas moins. \r\n \r\nBien qu'il prît la couronne de Songhaï par la force, Askia était bien plus qu'un simple chef de guerre. Durant son règne, il participa à de nombreuses batailles, sans pour autant en sortir systématiquement vainqueur. À dire vrai, il est avant tout réputé pour avoir été un grand réformateur, un organisateur talentueux, et un homme de foi. Il mit en place tout un système bureaucratique destiné à faciliter la gestion de l'Empire, en établissant une véritable cohérence entre les politiques agricoles, militaires et fiscales. Il ouvrit de nombreuses écoles religieuses dans tout le Songhaï et, en 1497, accomplit un célèbre pèlerinage à la Mecque. \r\n \r\nAskia régna jusqu'en 1528, date à laquelle il fut destitué par son fils. Pour plus d'informations sur ce fascinant dirigeant, veuillez consulter l'article de la Civilopédia qui lui est consacré.]=];
TEXT_7 = [=[Au cours des années qui suivirent la destitution d'Askia, aucun dirigeant ne parvint à conserver le pouvoir bien longtemps. Le fils d'Askia, Moussa, ne régna que trois ans. Il fut suivi par Mohammed II qui dirigea l'Empire pendant six ans. Les deux dirigeants suivants régnèrent respectivement deux et dix ans. En 1549, Askia Daoud arriva au pouvoir. Il demeura à la tête du Songhaï pendant trente-trois ans, jusqu'en 1582. Cette relative stabilité fut brisée lorsque le sultan du Maroc prit d'assaut les précieux gisements de sel de Taghaza appartenant au Songhaï. \r\n \r\nLa fin de l'Empire survint en 1591. Constatant que le Songhaï était faible et divisé et surtout, qu'il disposait d'un armement primitif, une armée marocaine équipée de mousquets lança une attaque massive sur l'Empire. Les combattants songhaïs furent sévèrement mis en déroute, les dirigeants durent se réfugier dans les collines, et les Marocains s'emparèrent des villes majeures de Tombouctou et Gao. En une seule campagne éclair, un Empire entier fut rayé de la carte.]=];
TEXT_8 = [=[La chute de l'Empire songhaï fut rapide et brutale. Sous bien des aspects, elle rappelle celle de l'Empire aztèque, soixante-dix ans auparavant, en 1521. Chacun des deux empires était puissant, riche, influent et s'estimait invulnérable. Tous deux furent vaincus par une armée inférieure en nombre équipée d'une technologie nettement supérieure. Les histoires de ces deux empires nous renvoient au fameux aphorisme : "Ne vous équipez pas d'un canif, lors d'une fusillade. Équipez-vous d'un fusil. Voire de deux... ou plus, si possible".]=];
TITLE = [=[Empire songhaï]=];};
Playable=true;
AIPlayable=true;
ShortDescription=[=[Songhaï]=];
Adjective=[=[songhaï|songhaï|songhaï|songhaï]=];
DefaultPlayerColor="PLAYERCOLOR_SONGHAI";
ArtDefineTag="ART_DEF_CIVILIZATION_SONGHAI";
ArtStyleType="ARTSTYLE_MIDDLE_EAST";
ArtStyleSuffix="_AFRI";
ArtStylePrefix="AFRICAN";
PortraitIndex=20;
IconAtlas="CIV_COLOR_ATLAS";
AlphaIconAtlas="CIV_ALPHA_ATLAS";
MapImage="MapSonghai512.dds";
DawnOfManQuote=[=[Que la bénédiction divine vous baigne d'une douce lumière, Askia, dirigeant du peuple songhaï ! Pendant bien des années, votre royaume est resté assujetti au Mali, puissant état de l'ouest de l'Afrique. Ce n'est qu'au milieu du XIVe siècle que le roi Sonni Ali Ber parvint à obtenir l'indépendance, prenant le contrôle d'un immense territoire et repoussant des vagues d'ennemis cherchant à le détruire. Grâce à sa conquête de Tombouctou et de Djenné, deux villes opulentes, l'empire songhaï grandissant obtint le pouvoir économique de survivre un siècle de plus, jusqu'à ce que des ennemis ne le détruisent avec une technologie avancée, mettant aux prises des lances contre des mousquets. \r\n \r\nRoi Askia, votre peuple réclame que vous le meniez sur le chemin de la gloire. Que vous le rendiez puissant et riche, et que vous lui fournissiez les armes nécessaires pour mettre l'ennemi en déroute. Parviendrez-vous à le sauver de la destruction, ô roi Askia ? Bâtirez-vous une civilisation capable de résister au passage du temps ?]=];
DawnOfManImage="DOM_Askia.dds";
DawnOfManAudio="AS2D_DOM_SPEECH_SONGIA";};
 
CIVILIZATION_MINOR={
Type="CIVILIZATION_MINOR";
Description=[=[Cité-état]=];
ShortDescription=[=[Cité-état]=];
Adjective=[=[Cité-état]=];
DefaultPlayerColor="PLAYERCOLOR_MINOR_WHITE";
ArtDefineTag="ART_DEF_CIVILIZATION_MINOR";
ArtStyleType="ARTSTYLE_BARBARIAN";
PortraitIndex=22;
IconAtlas="CIV_COLOR_ATLAS";
AlphaIconAtlas="CIV_ALPHA_ATLAS";};
 
CIVILIZATION_BARBARIAN={
Type="CIVILIZATION_BARBARIAN";
Description=[=[État barbare]=];
ShortDescription=[=[Barbares]=];
Adjective=[=[barbare|barbare|barbares|barbares]=];
DefaultPlayerColor="PLAYERCOLOR_BARBARIAN";
ArtDefineTag="ART_DEF_CIVILIZATION_BARBARIAN";
ArtStyleType="ARTSTYLE_BARBARIAN";
IconAtlas="SHARED_CIV_COLOR_ATLAS";
AlphaIconAtlas="SHARED_CIV_ALPHA_ATLAS";};
 
CIVILIZATION_MONGOL={
Type="CIVILIZATION_MONGOL";
Description=[=[Empire mongol]=];
CivilopediaTag={
FACTOID_HEADING = [=[Mongolie - Le saviez-vous ?]=];
FACTOID_TEXT = [=[Le système de courrier de l'empire mongol a posé les bases du fameux Pony Express.  \r\n \r\nL'Europe a acquis son savoir sur le monde connu essentiellement grâce aux routes commerciales entretenues par l'empire mongol.]=];
HEADING_1 = [=[Histoire]=];
HEADING_10 = [=[Présent et futur]=];
HEADING_2 = [=[Géographie et climat]=];
HEADING_3 = [=[Les premières années]=];
HEADING_4 = [=[Les débuts de Temüdjin]=];
HEADING_5 = [=[La vie dans l'empire mongol]=];
HEADING_6 = [=[Une superpuissance mondiale]=];
HEADING_7 = [=[Guerre civile et fin d'une époque]=];
HEADING_8 = [=[Domination chinoise]=];
HEADING_9 = [=[Une nouvelle Mongolie]=];
KESHIK_HEADING = [=[Keshik mongol]=];
KESHIK_HELP = [=[Cette unité exclusive aux Mongols remplace le chevalier standard. Le Keshik possède une puissante attaque à distance, se déplace plus rapidement, et reçoit des promotions 50% plus vite. En combat, il rapporte également deux fois plus de points de général illustre.]=];
KESHIK_INFO = [=[Le Keshik est une unité exclusive aux Mongols, disponible au Moyen Âge. Il a l'avantage par rapport au chevalier qu'il remplace de se déplacer plus rapidement, de recevoir des promotions deux fois plus vite,  et de rapporter deux fois plus de points de général illustre. Le Keshik peut également attaquer ses ennemis de loin grâce à sa puissante attaque à distance.]=];
KESHIK_STRATEGY = [=[Le Keshik est une unité exclusive aux Mongols remplaçant le chevalier et disponible au Moyen Âge. Le Keshik dispose d'une puissante attaque à distance et d'une vitesse de déplacement supérieure (5 points en tout), ce qui lui permet d'attaquer ses cibles et de s'éloigner rapidement pour se mettre hors de danger. Il reçoit également des promotions deux fois plus vite que les autres unités, et fournit deux fois plus de points de général illustre. Ces guerriers montés permettent à Gengis de contrôler les plaines ouvertes.]=];
KESHIK_TEXT = [=[Au XIIe siècle, les Mongols ont débarqué de leur Asie centrale pour conquérir la majorité de l'Asie, l'Europe de l'Est et une grande partie du Moyen-Orient, le tout en moins d'un siècle. L'atout principal des Mongols étaient leurs archers montés, les Keshiks. Les Mongols étaient des nomades vivant en tribus, et leurs enfants découvraient les joies de l'équitation dès leur plus jeune âge. Bien en selle sur leurs petits chevaux des steppes, les Mongols n'étaient que légèrement armés et protégés, mais ils pouvaient en contrepartie parcourir chaque jour des distances impressionnantes et ainsi dépasser n'importe quelle infanterie ou cavalerie européenne.  \r\n \r\nAu combat, les Keshiks mongols tiraient depuis leur cheval avec une précision redoutable, un véritable coup au moral pour leurs adversaires. Une fois l'ennemi suffisamment affaibli, la lourde cavalerie mongole chargeait les troupes chancelantes pour leur asséner le coup de grâce. Face aux chevaliers européens en armure, les Mongols se contentaient de tirer sur leurs chevaux, puis d'ignorer ou d'éliminer les pauvres hommes à pieds en fonction de leur humeur.]=];
KHAN_HEADING = [=[Khan mongol]=];
KHAN_HELP = [=[Ce personnage illustre exclusif aux Mongols remplace le général illustre. S'il fournit les mêmes bonus en combat que le général illustre standard, il se déplace par contre plus vite et peut soigner les unités adjacentes.]=];
KHAN_INFO = [=[Le Khan est un personnage illustre exclusif aux Mongols et capable de soigner les unités à proximité de façon plus efficace. Il se déplace également plus rapidement afin de pouvoir suivre les unités montées mongoles.]=];
KHAN_STRATEGY = [=[Le Khan est un personnage illustre exclusif aux Mongols qui remplace le général illustre standard. Il dispose des mêmes bonus en combat, mais il se déplace aussi vite que le Keshik (5 points par tour) et peut soigner les unités adjacentes à hauteur de 2 PV supplémentaires par tour. Ce général amélioré fait en sorte que ses unités de cavalerie soient toujours prêtes au combat.]=];
KHAN_TEXT = [=[À l'origine, les Khans étaient des chefs de tribu du peuple mongol et pouvaient diriger d'une seule tribu à une confédération entière de petits groupes. Lorsque Gengis Khan prit le pouvoir, ce titre était le plus souvent réservé à des dirigeants militaires, mais il fut aussi plus tard accordé aux dirigeants civils de l'empire mongol. Les Khans étaient les dirigeants élus des provinces de l'empire et conservaient leur titre en fonction de leur mérite et de leur loyauté, plutôt que par les liens du sang. Ces chefs faisaient aussi souvent office de généraux, et dirigeaient les grandes armées mongoles dans leurs raids et leurs conquêtes. On créa plus tard l'extension "Khagan", un nom désignant le dirigeant suprême, le Khan de tous les Khans, mais le mot ne fut utilisé qu'après la mort de Gengis Khan en 1227.]=];
STATBOX = [=[ \r\n        Dirigeant : GENGIS \r\n        Unité exclusive : keshik de Mongolie \r\n        Unité exclusive : khan de Mongolie \r\n \r\n]=];
TEXT_1 = [=[L'empire mongol fut le plus vaste empire contigu de l'Histoire : il s'étendait du Danube à la mer du Japon et de la Sibérie au Cambodge, ce qui représente environ 22% de la surface du globe. Malgré leurs humbles débuts, lorsqu'ils n'étaient qu'un assemblage désordonné de tribus nomades, les Mongols ont profondément bouleversé le monde antique et sont devenus l'une des puissances militaires les plus puissantes et les plus craintes au monde.]=];
TEXT_10 = [=[En 1992, influencée par la perestroïka menée par Mikhaïl Gorbatchev en URSS, la Mongolie connaît une révolution pacifique vers la démocratie, qui mène à l'avènement d'un système multipartiste et d'une économie capitaliste. Le pays vote une nouvelle constitution et prend le nom de Mongolie. Malgré des premières années mouvementées, le pays est devenu depuis une puissance industrielle importante grâce à ses nombreuses ressources minières. Jeune pays, la Mongolie a formé des alliances bénéfiques avec les grandes puissances mondiales, comme le Japon, les États-Unis et la Chine, et cherche désormais à améliorer le niveau de vie de son peuple pour un meilleur futur.]=];
TEXT_2 = [=[Vaste contrée d'Asie orientale, la Mongolie présente une géographie accidentée et diversifiée, avec ses vastes montagnes escarpées au nord et à l'ouest, ses steppes verdoyantes au centre et le désert de Gobi le long de la frontière sud. Les steppes devraient pouvoir servir de pâturages pour les troupeaux, mais le rude climat de Mongolie en a décidé autrement. Les étés sont courts et chauds alors que les longs hivers très rudes recouvrent le pays d'un blizzard dévastateur (appelé zud), rendant les pâturages inutilisables une grande partie de l'année. Il n'est pas rare que les températures atteignent -30 °C en hiver.]=];
TEXT_3 = [=[Dès le Paléolithique, les tribus nomades dominent les territoires mongols. Ces tribus pratiquent l'élevage, mais également la chasse, et ne se déplacent que pour surmonter les rudes hivers et les étés secs. Cavaliers et archers émérites, ils sont particulièrement doués pour le combat monté. De temps en temps, certaines tribus forment des confédérations comme l'alliance des Xiongnu en -221. Jugées suffisamment menaçantes par la dynastie Qin pour entreprendre la Grande Muraille de Chine, ces formations inorganisées n'ont pourtant pas de réel pouvoir. Pendant plusieurs siècles, de nombreuses tribus tentent de s'unir mais ces fragiles alliances ne résistent pas aux rivalités internes et aux disputes incessantes au sujet des yourtes, des chevaux, des femmes ou des droits de pâturage.]=];
TEXT_4 = [=[Lors d'une période particulièrement agitée, le jeune fils d'un chef mongol du nom de Temüdjin soumet la cruelle tribu des Merkit. Impressionnée par sa victoire et l'obéissance de son armée (il avait interdit le pillage et le viol, ce qui était plutôt inhabituel à l'époque), une assemblée de chefs lui confère le titre de khan et le contrôle de la tribu.  \r\n \r\nSes oncles et ses cousins ne sont cependant pas ravis de l'ascension soudaine du jeune homme et tentent de lui prendre le pouvoir par la force. Toutefois, au cours d'une grande campagne militaire (1203-1205), Temüdjin anéantit ses rivaux et en profite pour s'emparer des dernières tribus libres. Pour la première fois de l'Histoire, un homme avait unifié toutes les tribus mongoles. En 1206, il reçoit le titre de "Gengis Khan", le souverain universel. L'empire mongol était né.]=];
TEXT_5 = [=[Gengis est principalement connu pour ses exploits militaires et ses conquêtes mais c'est uniquement grâce à une discipline de fer qu'il peut maintenir l'ordre dans son empire. Il crée pour cela un code de lois, la Yassa, qui s'applique à tous les citoyens de l'empire, qu'ils soient nobles ou gens du commun. La Yassa punit sévèrement toute désobéissance (généralement par la mort) et garantit la liberté de culte pour tous. Toute forme de vandalisme est interdite et les employés du gouvernement sont choisis pour leurs mérites, non leur naissance. Malgré son étendue et les différentes populations qui le composent, l'empire mongol est incroyablement bien dirigé et constitue l'un des endroits les plus sûrs de la planète, à condition d'en respecter les lois. Toute cité qui ne respecte pas les décrets du khan est systématiquement rasée.  \r\n \r\nDe grandes routes commerciales traversent l'empire de part en part et permettent de circuler librement d'Europe jusqu'en Chine. Un système de courrier particulièrement efficace, le Yam, est également instauré. Son principe sera repris par la suite par le Pony Express américain. Avec la construction de routes, des impôts équitables et l'enseignement de l'écriture à tous les citoyens, la vie est étonnamment agréable dans l'empire, à condition d'obéir au khan.]=];
TEXT_6 = [=[Avec un tel gouvernement, soutenu par la puissance des cavaliers et archers mongols, les états tombent les uns après les autres sous la bannière mongole. À la mort de Gengis en 1227, l'empire mongol s'étend du Pacifique à la mer Caspienne, ce qui représente deux fois la taille de l'empire romain à son apogée. Ses successeurs poursuivent la conquête des territoires voisins pendant les quatre décennies suivantes.  \r\n \r\nEn 1258, les armées mongoles prennent la ville de Bagdad, tuant le calife qui refusait de se rendre. Avec cette capture, la porte vers la Syrie et le reste de l'Europe est désormais ouverte. Quelques petites expéditions sont envoyées vers l'Ukraine et la Pologne, mais le gros de l'armée ne parvient pas à franchir la Syrie. Traités et courriers sont envoyés par le khan à plusieurs pays européens dans l'espoir de former des alliances pacifiques et d'éviter la guerre.]=];
TEXT_7 = [=[Les Mongols auraient pu poursuivre leur expansion jusqu'à l'Atlantique si la mort d'un membre de la famille régnante n'avait forcé le frère de Kubilaï Khan, Houlagou, et son général occidental, à se retirer d'Iran. La Syrie et les nouveaux territoires occidentaux en profitent alors pour reconquérir leur indépendance.  \r\n \r\nHoulagou et son cousin Berké (un général de l'Est) commencent à s'accuser mutuellement des morts suspectes qui surviennent parmi leurs hommes, divisant par leur querelle les armées et territoires de l'empire. Kubilaï Khan réprime rapidement les révoltes internes et envoie les armées reconquérir les territoires étrangers. Cependant, la solidarité de l'armée et du gouvernement mongol n'est plus aussi forte qu'autrefois. La chute de l'empire vient de s'amorcer.  \r\n \r\nDe nombreuses querelles intestines entre la famille régnante et ses généraux sévissent pendant plusieurs siècles, affaiblissant toujours plus l'empire. Avec la mort du khan en place en 1335, la Perse sombre rapidement dans l'anarchie. L'apparition de la peste à la même époque décime le gouvernement, met un terme aux relations commerciales avec les alliés de l'empire et prend la vie de millions de citoyens. Conséquence inévitable : le chaos s'installe.  \r\n \r\nRapidement, les provinces occidentales tombent, suivies par la perte de la Chine en 1368. Les derniers Mongols retournent dans leur pays d'origine, formant à nouveau des petites tribus distinctes. En seulement trente ans, l'empire qui autrefois dominait le monde était réduit à néant.]=];
TEXT_8 = [=[Au cours des trois siècles suivants, les Mongols perdent peu à peu leur pouvoir et retournent pour la plupart à leur mode de vie tribal avec la mort du dernier khan en 1634. En 1691, la Mongolie actuelle tombe sous la domination chinoise, dont elle se libère en 1911. Pendant cette période, l'irresponsabilité de la noblesse envers ses sujets ainsi que le système injuste de taxes pratiqué par la Chine suffisent à plonger le pays dans la misère.]=];
TEXT_9 = [=[Avec la chute de la dynastie Qing en 1911, la Mongolie déclare son indépendance. Celle-ci sera de courte durée car en 1919, le pays est reconquis par Xu Shichang. Mais c'était sans compter sur l'aide des Russes, qui repoussent l'occupant chinois deux ans plus tard. En 1924, suivant l'exemple de l'URSS, la République populaire mongole est proclamée.  \r\n \r\nLa vie sous le régime communiste n'est pas facile. Tout le bétail devient possession du gouvernement, les monastères bouddhistes sont détruits et leurs moines assassinés. Des affrontements ont lieu constamment à l'intérieur et aux frontières du pays, semant la discorde dans la population. La pauvreté ne fait qu'empirer.]=];
TITLE = [=[Mongolie]=];};
Playable=true;
AIPlayable=true;
ShortDescription=[=[Mongolie]=];
Adjective=[=[mongol|mongole|mongols|mongoles]=];
DefaultPlayerColor="PLAYERCOLOR_MONGOL";
ArtDefineTag="ART_DEF_CIVILIZATION_MONGOL";
ArtStyleType="ARTSTYLE_ASIAN";
ArtStyleSuffix="_MED";
ArtStylePrefix="ASIAN";
IconAtlas="GENGHIS_CIV_COLOR_ATLAS";
AlphaIconAtlas="GENGHIS_CIV_ALPHA_ATLAS";
MapImage="MapMongolia360x410.dds";
DawnOfManQuote=[=[Salutations, Ô grand Temüdjin, immortel empereur du puissant empire mongol ! Vos poings peuvent fissurer les fortifications des villes, et votre voix insuffle le désespoir dans le cœur de vos ennemis. Ô grand empereur, vous avez unifié les tribus en guerre du nord de l'Asie pour former un peuple puissant, créant ainsi la plus grande cavalerie de toute l'histoire de l'humanité ! Les talents de diplomate de votre peuple ont divisé ses ennemis, les rendant faibles et impuissants face aux armées mongoles conquérantes. En une poignée d'années à peine, vos soldats se sont emparés d'une vaste portion de la Chine et de l'Asie orientale. L'empire a continué à grandir, jusqu'à atteindre l'Europe, à l'ouest, et la Corée, au sud. Ce fut le plus grand empire jamais créé, ridiculisant sans conteste les empires romain et grec. \r\n \r\nTemüdjin, votre peuple a encore une fois besoin que vous les meniez à la victoire ! Le monde va-t-il à nouveau trembler sous le tumulte des sabots de votre cavalerie, dévalant les steppes à pleine vitesse ? Bâtirez-vous une civilisation capable de résister au passage du temps ?]=];
DawnOfManImage="DOM_Genghis.dds";
DawnOfManAudio="AS2D_DOM_SPEECH_MONGOL";
PackageID="293C1EE3117644F6AC1F59663826DE74";};
 
CIVILIZATION_INCA={
Type="CIVILIZATION_INCA";
Description=[=[Empire inca]=];
CivilopediaTag={
FACTOID_HEADING = [=[Incas - Le saviez-vous ?]=];
FACTOID_TEXT = [=[Pour tenir leurs comptes, les Incas avaient recours à un système de ficelles teintées et nouées.  \r\n \r\nLes Incas pensaient que la plante de coca était magique et sacrée, et ses feuilles étaient utilisées dans de nombreux rituels religieux.  \r\n \r\nLe camp Inca sédentaire le plus élevé découvert à ce jour culmine à environ 5300 mètres au-dessus du niveau de la mer.]=];
HEADING_1 = [=[Histoire]=];
HEADING_2 = [=[Géographie et climat]=];
HEADING_3 = [=[Les premières années : le Royaume de Cuzco]=];
HEADING_4 = [=[Une expansion continue]=];
HEADING_5 = [=[L'arrivée de l'homme blanc]=];
HEADING_6 = [=[La fin d'un Empire]=];
SLINGER_HEADING = [=[Frondeur]=];
SLINGER_HELP = [=[Faisant partie des premières unités à distance disponibles, cette unité inca unique remplace l'archer. Le frondeur est tout aussi puissant que l'archer mais s'avère plus fragile en cas d'attaque de mêlée. Il possède toutefois une promotion qui lui permet de se retirer à l'arrière avant qu'une attaque de mêlée ne survienne.]=];
SLINGER_STRATEGY = [=[Le frondeur est une unité d'infanterie à distance de l'Antiquité capable d'attaquer l'ennemi de loin. Cette unité inca unique peut se retirer avant la plupart des attaques de mêlée : utilisez-la pour tourmenter vos ennemis. Le frondeur peut toutefois facilement être vaincu si l'ennemi parvient à le coincer contre un obstacle ou bien le poursuit avec des unités rapides.]=];
SLINGER_TEXT = [=[Les guerriers Incas faisaient de remarquables frondeurs. La pierre polie était leur projectile de prédilection. Bien que les frondes n'aient pas la portée ou le pouvoir d'arrêt d'un arc et d'une flèche, elles restent des armes petites et légères, aisément transportables par les guerriers d'infanterie. Et comme le raconte l'Ancien Testament, un frondeur aguerri peut même réussir à tuer le plus redoutable des adversaires d'une seule et unique pierre...]=];
STATBOX = [=[ \r\n    Dirigeant : Pachacutec \r\n    Unité exclusive : frondeur  \r\n    Aménagement exclusif : cultures en terrasses  \r\n \r\n]=];
TEXT_1 = [=[Plus grand empire précolombien des Amériques, l'Empire inca s'étendait du Pérou au Chili, le long de la Cordillère des Andes. Les débuts de ce remarquable empire furent modestes, mais ce petit royaume parvint en son temps à dominer la totalité de l'Amérique du sud "civilisée". Même si l'empire ne dura qu'un siècle, il joua un rôle majeur dans l'unification des peuples et des cultures des différentes tribus peuplant les sommets montagneux. Malgré l'extinction quasi complète de cette civilisation, de nombreuses reliques et structures subsistent ; notons par exemple le célèbre Machu Picchu, témoignage du pouvoir que détenaient autrefois les souverains incas.]=];
TEXT_2 = [=[L'empire était centré le long de la Cordillère des Andes, englobant des régions de l'Argentine, de l'Équateur, du Pérou, du Chili, de la Bolivie et de la Colombie d'aujourd'hui. Malgré le climat et le relief montagneux, les Incas apprirent très tôt à parfaire leurs cultures en terrasses et vivaient sans trop de problèmes en altitude. Les vallées fertiles, nichées entre les sommets montagneux, permettaient au peuple inca de vivre et de cultiver aisément.]=];
TEXT_3 = [=[Avant de devenir un puissant empire, les Incas vivaient dans le petit royaume de Cuzco, à l'ouest du Pérou. Sous le règne de Pachacutec, le neuvième Sapa Inca, Cuzco s'attela à rallier les tribus alentours sous une seule et même bannière. À force de conquêtes militaires et d'assimilations pacifiques, Pachacutec et son fils Tupac établirent les fondations de l'empire Tahuantinsuyu. Cette appellation renvoie directement à la création de l'empire par le rapprochement de quatre provinces suivantes : Chinchasuyu au nord-ouest, Antisuyu au nord-est, Contisuyu au sud-ouest, et Collasuyu au sud-est.  \r\n \r\nPachacutec mit en place un nouveau système de gouvernement afin de maintenir l'ordre au sein de ses acquisitions. Les enfants des familles dirigeantes furent transférés à Cuzco (la capitale) pour recevoir l'enseignement des Incas et ainsi assimiler leur culture et leur mode de vie. En grandissant, les enfants étaient renvoyés dans leurs provinces d'origine, contribuant ainsi à répandre la culture inca.]=];
TEXT_4 = [=[Après la mort de Pachacutec, en 1471, son fils Tupac Yupanqui se lança dans de nouvelles conquêtes vers le nord. À cette époque, les Incas ne comptaient plus qu'un ennemi le long des côtes ouest, la tribu Chimor. Tupac les décima rapidement et annexa leurs possessions à son empire grandissant.  \r\n \r\nLe fils de Tupac, Huayna Capac, fit en son temps la conquête de certaines régions de l'actuel Équateur, mais son expansion au sud fut stoppée par la Bataille du Maule, par laquelle les tribus mapuches mirent un terme à la progression Inca. Cette partie étant essentiellement composée de désert et la majorité de la population résidant dans les Andes, on ne peut cependant pas parler de perte malheureuse.]=];
TEXT_5 = [=[L'année 1526 marqua le début du déclin de la domination inca. Le conquistador espagnol Francisco Pizarro atteignit le territoire inca alors qu'il explorait le sud depuis le Panama, et réclama immédiatement la permission d'envahir ces terres auprès de la couronne, convaincu qu'elles regorgeaient de trésors.  \r\n \r\nLorsqu'il revint en 1532 accompagné d'une petit armée, l'empire s'offrait à lui. Les deux fils de Huayna, Huascar et Atahualpa, s'affrontaient dans une guerre civile pour le contrôle des territoires, tandis qu'une épidémie de variole avait décimé la population. Les forces de Pizarro (168 hommes, un canon, et 27 chevaux) ne faisaient numériquement pas le poids face aux armées incas, mais la supériorité de leur technologie et de leurs stratégies leur permit de sortir victorieux.  \r\n \r\nLa première bataille de Pizarro, à Puná, eut lieu cette même année près de l'actuelle ville de Guayaquil, en Équateur, et se solda par une victoire fracassante. L'un des hommes du conquistador, Hernando de Soto, fut chargé d'explorer l'intérieur des terres tandis que Pizarro érigeait une nouvelle ville dans la région, Piura. De Soto fit la rencontre du triomphant Atahualpa et revint vers Pizarro avec une proposition de rencontre. Les Espagnols réclamèrent des Incas qu'ils acceptent Charles Ier comme leur souverain légitime et qu'ils se convertissent immédiatement au christianisme. En raison de la barrière des langues, ou peut-être d'un mauvais sens de la communication plus général, Atahualpa ne comprit pas parfaitement les propos tenus et demanda plus d'explications. Frustrés et ennuyés, et plutôt que de partir à la recherche d'un meilleur interprète, les Espagnols attaquèrent le camp d'Atahualpa et prirent le dirigeant en otage.  \r\n \r\nLe roi inca offrit en échange de sa libération une importante quantité d'or et d'argent à Pizarro, que ce dernier s'empressa d'accepter. Mais Pizarro ne remplit cependant pas sa part du contrat et refusa de rendre Atahualpa à son peuple. Huascar fut quant à lui assassiné, une mort que Pizarro ne tarda pas à exploiter en présentant Atahualpa comme l'auteur du méfait. Suite à un procès douteux mené par les Espagnols, Atahualpa fut condamné à mort en août 1533.]=];
TEXT_6 = [=[Atahualpa et Huascar hors jeu, les Espagnols désignèrent leur jeune frère Manco souverain. Il coopéra d'abord scrupuleusement avec eux, puis une fois assuré de son pouvoir, tenta de reprendre le contrôle de son empire en capturant Cuzco en 1536. Malheureusement, il ne faisait pas le poids face à l'envahisseur espagnol, et sa cour et lui se virent forcés de prendre la fuite vers les montagnes du Pérou, où ils continuèrent de régner pendant 36 ans. Mais en 1572, le dernier fort inca tomba, et le souverain au pouvoir, Tupac Amaru, fils de Manco, fut exécuté.  \r\n \r\nLa royauté inca anéantie, les nouveaux dirigeants espagnols oppressèrent sévèrement les indigènes et tentèrent de les priver de toute culture, religion, ou traditions. Chaque famille inca devait envoyer l'un de ses membres travailler dans les mines d'or et d'argent espagnoles, et le remplacer immédiatement en cas de décès, le plus souvent tous les un ou deux ans au vu des conditions de travail plus que précaires. La variole continua à se répandre rapidement sur ce qu'il restait de l'empire, emportant entre 60 et 90% de la population. Le typhus, la grippe, la diphtérie et la rougeole se chargèrent du reste, et en 1618, la quasi totalité de la culture inca avait disparu. Cette civilisation, jadis glorieuse, se résume à présent à une poignée de tribus et de vestiges de pierre, reliques d'un passé lointain.]=];
TITLE = [=[Inca]=];};
Playable=true;
AIPlayable=true;
ShortDescription=[=[Incas]=];
Adjective=[=[inca|inca|incas|incas]=];
DefaultPlayerColor="PLAYERCOLOR_INCA";
ArtDefineTag="ART_DEF_CIVILIZATION_INCA";
ArtStyleType="ARTSTYLE_SOUTH_AMERICA";
ArtStyleSuffix="_AMER";
ArtStylePrefix="AMERICAN";
IconAtlas="PACHACUTI_CIV_COLOR_ATLAS";
AlphaIconAtlas="PACHACUTI_CIV_ALPHA_ATLAS";
MapImage="MapInca360x410.dds";
DawnOfManQuote=[=[Ô grand créateur, vos fidèles sujets vous saluent, roi Pachacutec ! Vous régnez sur le peuple inca qui, depuis ses débuts dans le petit État du Cuzco, a affiché ses incroyables qualités, repoussant par les armes ses nombreux ennemis ou les forçant à se rendre, et se façonnant un puissant empire, de l'Equateur jusqu'au Chili. Petit à petit, votre peuple réussit ainsi à construire le plus grand empire de toute l'Amérique précolombienne. Plus que de simples soldats, vos fidèles étaient également des bâtisseurs et des artistes accomplis, et les vestiges de leur travail nous fascinent et nous inspirent toujours autant.  \r\n \r\nÔ roi Pachacutec, vous avez véritablement fait trembler la terre ! En appellerez-vous une fois encore à elle pour combattre à vos côtés ? Vos armées n'attendent qu'un seul mot de vous. Allez-vous restaurer la gloire de votre empire ? Bâtirez-vous une civilisation capable de résister au passage du temps ?]=];
DawnOfManImage="DOM_Pachacuti.dds";
DawnOfManAudio="AS2D_DOM_SPEECH_INCA";
PackageID="B685D5DE7CCA4E7581B42F60754E6330";};
 
CIVILIZATION_SPAIN={
Type="CIVILIZATION_SPAIN";
Description=[=[Empire espagnol]=];
CivilopediaTag={
CONQUISTADOR_HEADING = [=[Conquistador]=];
CONQUISTADOR_HELP = [=[Unité du Moyen Âge spécialisée dans l'exploration et la colonisation par-delà les mers. Exclusive à l'Espagne. Remplace le chevalier.]=];
CONQUISTADOR_STRATEGY = [=[Le conquistador est une unité polyvalente aussi puissante sur terre que sur mer. Il remplace le chevalier et fait preuve de véritables talents d'exploration sur terre grâce à son champ de vision amélioré et la possibilité de fonder des villes, mais seulement sur un continent étranger qui n'abrite pas la capitale espagnole. Sur l'eau, la promotion "Embarcation défensive" lui permet de se défendre contre les unités navales. À la différence du chevalier, il ne reçoit aucune pénalité lors de l'attaque de villes.]=];
CONQUISTADOR_TEXT = [=[Les conquistadors sont des soldats et explorateurs espagnols ayant fait la conquête d'une grande partie du Nouveau Monde au cours des XVIe et XVIIe siècles. Étant parvenus à chasser les Maures d'Espagne, les conquistadors étaient des cavaliers aussi habiles qu'aguerris. Capables de traverser à cheval des terrains accidentés, ils étaient particulièrement efficaces face aux indigènes du Nouveau Monde, qui, ne possédant pas de chevaux, ne pouvaient échapper à leurs redoutables ennemis.]=];
FACTOID_HEADING = [=[Espagne - Le saviez-vous ?]=];
FACTOID_TEXT = [=[La langue reste l'un des héritages les plus notables de l'Espagne. Près de 500 millions de gens parlent aujourd'hui l'espagnol, deuxième langue la plus usitée au monde.  \r\n \r\nL'Espagne est le pays générant la plus importante production d'énergie solaire, devançant même en 2010 les États-Unis grâce au complexe La Florida, une gigantesque usine solaire. Plus de 50% de l'énergie produite dans le pays provient des éoliennes, probablement au grand dam de Don Quichotte.  \r\n \r\nEn théorie plus qu'en pratique, le naturisme est autorisé sur tout le territoire espagnol.  \r\n \r\nLe béret a été inventé en Espagne par les Basques, au nord-est des Pyrénées.  \r\n \r\nL'auteur espagnol Miguel de Cervantès Saavedra est l'auteur de Don Quichotte, considéré comme le premier roman moderne.]=];
HEADING_1 = [=[Histoire]=];
HEADING_2 = [=[Géographie et climat]=];
HEADING_3 = [=[Les premières années : de Cro-Magnon aux Celtes]=];
HEADING_4 = [=[Les Romains débarquent !]=];
HEADING_5 = [=[L'arrivée des Maures]=];
HEADING_6 = [=[Reconquête, unification et Inquisition]=];
HEADING_7 = [=[L'Espagne impériale, à la tête du Nouveau Monde]=];
HEADING_8 = [=[Conflits et guerres, pas de répit pour l'Espagne]=];
HEADING_9 = [=[Le présent et le futur]=];
STATBOX = [=[ \r\n    Dirigeant : Isabelle  \r\n    Unité exclusive : Tercio  \r\n    Unité exclusive : Conquistador  \r\n \r\n]=];
TERCIO_HEADING = [=[Tercio]=];
TERCIO_HELP = [=[Unité militaire dominante de la Renaissance, exclusive à l'Espagne. Cette unité est plus  {{Puissance5}} puissante en combat que l'arquebusier, qu'elle remplace, et sa promotion "Bonus contre les unités montées" est également plus intéressante. Sa production coûte cependant plus cher.]=];
TERCIO_STRATEGY = [=[Le tercio est l'une des deux unités exclusives aux Espagnols ; il remplace l'arquebusier. Cette unité est plus puissante en combat que l'arquebusier, et sa puissance est supérieure contre les unités montées. Sa production coûte cependant plus cher.]=];
TERCIO_TEXT = [=[Le tercio est une brillante invention militaire qui consiste en une formation de lanciers et d'arquebusiers (des soldats équipés d'armes à feu rudimentaires) ; elle a vu le jour au début du XVIe siècle grâce au général espagnol Gonçalve de Cordoue. Le tercio (aussi connu sous le nom de "carré espagnol") prenait la forme d'un échiquier, alternant des blocs d'arquebusiers et de lanciers. Les avantages de cette formation sont évidents : les arquebusiers peuvent attaquer l'ennemi à distance, tandis que les lanciers assurent le combat rapproché. Cette formation a dominé les guerres de la Renaissance pendant plus d'un siècle.]=];
TEXT_1 = [=[La position de l'Espagne sur la péninsule ibérique, entre l'Afrique du Nord et l'Europe, a fait d'elle un territoire important dès la préhistoire et jusqu'à nos jours. Autrefois première puissance impériale, l'Espagne a par la suite essuyé des guerres dévastatrices et des siècles de tumulte politique. Depuis la découverte et la colonisation du Nouveau Monde, jusqu'à son rôle dans de nombreuses guerres d'indépendance, l'Espagne est l'un des rares pays à pouvoir se vanter d'une influence si continue et étendue.]=];
TEXT_2 = [=[Le royaume d'Espagne est le 51e plus grand pays au monde. Avec une superficie de 504 030 km2, c'est le pays le plus étendu de l'Union Européenne, après la France. La majorité du territoire est composée de hauts plateaux et de chaînes de montagnes, dont la Sierra Nevada au sud, et les Pyrénées à l'ouest. Le point culminant de l'Espagne est situé sur l'une de ses îles : le volcan Teide de Tenerife, appartenant aux îles Canaries.  \r\n \r\nLe climat espagnol est incroyablement varié, même si l'on met de côté les colonies. Les régions du sud bordant la mer Méditerranée profitent d'un climat méditerranéen et semi-aride, la plaine centrale d'un climat continental, et le nord du pays alterne entre des températures océaniques et montagneuses. Et contrairement aux idées reçues, en Espagne, la pluviométrie est plus élevée en montagne que sur les plaines.]=];
TEXT_3 = [=[Les preuves archéologiques laissent à penser que l'arrivée des premiers hommes sur la péninsule ibérique remonte à près de 32 000 ans, la grotte d'Altamira fournissant un compte-rendu célèbre de leurs périples. Deux groupes principaux se partageaient alors la péninsule, les Ibères et les Celtes, les premiers occupant les régions au sud et à l'est, tandis que les seconds vivaient dans les zones nord et ouest. La péninsule était un lieu de choix pour le commerce, et de nombreux marchands grecs et phéniciens mirent en place un marché d'or et d'argent florissant, principalement avec la ville de Tartessos, la Séville actuelle. Quelques colonies commerciales phéniciennes, grecques et carthaginoises furent fondées le long de la côte méditerranéenne, mais les populations locales conservèrent le contrôle sur la majorité de leur région, et ce malgré l'afflux d'or et d'influences étrangères.]=];
TEXT_4 = [=[Cette situation perdura jusqu'à environ 210 av. J.-C., lorsque les Romains s'emparèrent des colonies carthaginoises au cours de la Deuxième Guerre punique. Les Romains lancèrent alors une campagne vers l'intérieur de la péninsule ibérique, où ils prirent possession de la quasi-totalité des territoires. Au cours des 500 années qui suivirent, les Celtes et les Ibères furent sévèrement "romanisés" : les familles de l'aristocratie locale passèrent dans la noblesse romaine, les routes et postes de commerce romains fleurirent sur les terres, et de nouveaux systèmes d'irrigation furent mis en place, parmi lesquels les célèbres aqueducs. C'est aussi à cette époque que le christianisme fut introduit et rapidement adopté par la population locale.  \r\n \r\nRome, cependant, perdit peu à peu le contrôle de la péninsule (désormais appelée "Hispanie" ou "Ibérie") lorsque l'invasion de la Gaule par les Germains chassa les peuples suevi et vandales vers l'Ibérie, en 409 de notre ère. Les tribus ainsi déplacées fondèrent un nouveau royaume (correspondant à la Galice et au Portugal actuels), et Rome ne put rien faire pour les en empêcher. Les Vandales se répandirent rapidement à travers l'Ibérie, laissant aux Romains une petite région côtière, au sud : la Spanie. Les Romains byzantins espéraient reprendre l'Ibérie depuis ce point, mais la péninsule tomba bientôt sous le joug des Wisigoths.]=];
TEXT_5 = [=[Ces derniers gardèrent le contrôle de l'Ibérie trois siècles durant, jusqu'à une invasion soudaine menée par l'Empire islamique des Omeyyades à travers la péninsule. Les redoutables armées maures traversèrent le détroit de Gibraltar depuis l'Afrique du Nord et conquirent la totalité l'Ibérie en sept petites années, de 711 à 718. Le nouveau pouvoir islamique permit aux catholiques et aux Juifs de continuer leurs pratiques religieuses, mais leur imposa des taxes spéciales et certaines pratiques discriminatoires. Bien que ces préjudices aient été mineurs pour l'époque, de nombreux habitants se convertirent peu à peu à l'Islam.  \r\n \r\nMalgré des objectifs et des cultes communs, la discorde régnait au sein des envahisseurs. Des groupes de Maures ne tardèrent pas à se former pour s'établir de leur côté, principalement dans les régions de Valence et de Grenade. Au XIe siècle, les territoires musulmans se divisèrent à nouveau, permettant aux quelques royaumes catholiques restants d'élargir leurs frontières. Les Catholiques et les Musulmans continuèrent pendant des siècles à se disputer le contrôle de l'Ibérie, ce qui donna lieu par la suite à la Reconquista.]=];
TEXT_6 = [=[Officiellement lancée en 722 avec la Bataille de Covadonga, la "Reconquista", ou reconquête, désigne la tentative par les Catholiques de libérer l'Ibérie du joug musulman. De nombreux royaumes catholiques d'importance, tels que les Asturies et Aragon, furent fondés au cours de cette période, mais la plupart des royaumes musulmans résistèrent vaillamment. Pendant les 700 années qui suivirent, une lutte pour le contrôle de la péninsule ibérique fit rage entre les Catholiques et les Musulmans : des forteresses furent érigées puis détruites, des pouvoirs et des équilibres renversés, et des frontières redessinées presque en temps réel. Malgré la lente progression des royaumes catholiques en Ibérie, aucun véritable vainqueur ne put être désigné.  \r\n \r\nCette situation trouva toutefois son issue lors de l'union fatidique des royaumes de Castille et d'Aragon, par le mariage d'Isabelle Ière et de Ferdinand II, en 1469. Les deux monarques menèrent de front une attaque contre le fort islamique de Grenade, et mirent ainsi un terme, en 1492, à 781 ans de règne musulman en Ibérie.  \r\n \r\nCette année fut triplement importante pour les monarques ; Christophe Colomb, sous le mécénat d'Isabelle, débarqua aussi en Amérique, initiant ainsi la colonisation du Nouveau Monde, tandis que l'Inquisition obligeait les Juifs d'Ibérie à se convertir au Christianisme sous peine d'expulsion, voire d'exécution.  \r\n \r\nLe royaume nouvellement unifié d'Isabelle et de Ferdinand prit le nom d'España (ou Espagne) et devint, grâce à ses riches colonies du Nouveau Monde, la première "puissance mondiale" de l'époque.]=];
TEXT_7 = [=[À son apogée, l'Empire espagnol possédait des terres dans le monde entier, des vastes propriétés d'Amérique du Nord et du Sud aux petits domaines d'Europe, sans oublier les diverses villes d'Afrique du nord ainsi que la totalité des Indes orientales. Les Espagnols dominaient le monde en ces temps de découverte, accumulant richesses et opportunités commerciales de par leurs nombreuses colonies et principautés. On disait alors, avec raison, que le soleil brillait toujours sur une partie de l'Empire espagnol.  \r\n \r\nLes nouvelles routes commerciales reliant l'Espagne au Nouveau Monde n'étaient pas seulement sources de connaissances et de culture, elles fournissaient également de nouvelles ressources telles que des métaux précieux (de l'or, par exemple), des épices, et des plantes. L'âge d'or espagnol vit également naître des réformes intellectuelles et spirituelles, avec notamment la montée de l'Humanisme, les débuts de la Réforme protestante, et la naissance de l'École de Salamanque.]=];
TEXT_8 = [=[Mais la toute puissance ne vient pas sans responsabilités, tout du moins si vous ne voulez pas voir des pirates barbares prendre d'assaut les villes côtières de votre empire. En plus des menaces pirates et ottomanes grandissantes, l'Espagne se retrouva régulièrement en guerre contre la France. Le tumulte religieux et les guerres ébranlèrent l'empire catholique, la Réforme protestante engageant l'empire dans des manoeuvres militaires toujours plus importantes à travers l'Europe. La population épargnée par les conflits ne réchappa malheureusement pas à la peste, et dans les années 1650, l'empire tout entier fut ravagé par la Grande Peste de Séville.  \r\n \r\nCette époque amorça le déclin de l'Espagne, qui perdit peu à peu ses possessions européennes suite à sa séparation d'avec le Portugal et les Pays-Bas, puis essuya divers revers militaires au cours de la tristement célèbre guerre de Trente Ans.  \r\n \r\nBien loin de sa fierté passée, l'empire fut menacé et détruit par des guerres incessantes pendant près de deux siècles. Au XVIIIe siècle, Napoléon Bonaparte envahit le pays par surprise en prétextant être en route pour le Portugal. Au début du XIXe siècle, une révolte nationaliste visant à renverser le gouvernement d'occupation français mena à la guerre d'indépendance, ou "guerre péninsulaire". Malgré leur victoire sur les Français (en grande partie due à la campagne russe désastreuse de Napoléon), le pays sombra dans le chaos politique le plus total.  \r\n \r\nComme l'exige la coutume impérialiste, l'Espagne eut bientôt à faire face à de multiples guerres d'indépendance au sein de ses colonies, parmi lesquelles la plus que notable guerre hispano-américaine. Le XXe siècle ne fut pas plus tendre envers l'empire déchu ; au cours des années 1930, la guerre d'Espagne, souvent considérée comme la première bataille de la Deuxième Guerre mondiale, mit un gouvernement fasciste autoritaire à la tête du pays et emporta un demi-million de vies.  \r\n \r\nCe n'est qu'à la mort du général Franco, en 1975, que la monarchie fut restaurée, première lueur d'espoir pour l'avenir de l'Espagne en 300 ans.]=];
TEXT_9 = [=[En 1978, la démocratie fit ses grands débuts en Espagne avec l'approbation de la Constitution espagnole. Le roi Juan Carlos mit enfin un terme à la rébellion et aux mouvements nationalistes radicaux qui ravageaient le territoire, principalement menés par un groupe de terroristes basques. En 1982, l'Espagne fit son entrée à l'OTAN, avant d'adhérer à la Communauté européenne, future Union européenne, en 1986.  \r\n \r\nDepuis sa glorieuse époque de puissance impériale majeure, jusqu'aux siècles de conflits intérieurs comme internationaux, l'Espagne s'est reconstruite et a su retrouver le devant de la scène mondiale, pour devenir aujourd'hui la neuvième puissance économique mondiale et le dixième plus haut niveau de vie de la planète. Un grand pourcentage de la population du monde trouve racines en Espagne, des ferronneries de la Nouvelle-Orléans à la foi catholique des Philippins. Rares sont les nations actuelles pouvant se targuer de posséder une influence aussi lointaine et continue que l'Espagne impériale, aussi bien à son apogée que de nos jours.]=];
TITLE = [=[Espagne]=];};
Playable=true;
AIPlayable=true;
ShortDescription=[=[Espagne]=];
Adjective=[=[espagnol|espagnole|espagnols|espagnoles]=];
DefaultPlayerColor="PLAYERCOLOR_SPAIN";
ArtDefineTag="ART_DEF_CIVILIZATION_SPAIN";
ArtStyleType="ARTSTYLE_EUROPEAN";
ArtStyleSuffix="_MED";
ArtStylePrefix="EUROPEAN";
PortraitIndex=1;
IconAtlas="ISABELLA_CIV_COLOR_ATLAS";
AlphaIconAtlas="ISABELLA_CIV_ALPHA_ATLAS";
MapImage="MapSpain360x410.dds";
DawnOfManQuote=[=[Merveilleuse Isabelle, servante de Dieu, sainte reine de Castille et de León, votre peuple vous accueille et vous salue ! Vous êtes à la tête de l'Espagne, un antique et magnifique pays à la croisée des chemins entre l'Europe et l'Afrique, une rive donnant sur la Méditerranée et l'autre sur le puissant océan Atlantique. Le peuple espagnol est pluriculturel, ses racines fermement ancrées dans les mondes musulman et chrétien. Les Espagnols sont un peuple de marins, leurs explorateurs ont découvert et conquis la majorité du Nouveau Monde, et pendant bien des siècles, leur or a offert à l'Espagne une richesse et une puissance inégalées, faisant de sa cour l'une des plus enviées au monde.  \r\n \r\nÔ juste et vertueuse Isabelle, reconstruirez-vous l'empire espagnol pour démontrer au monde la suprématie de votre peuple ? Incarnerez-vous la monarchie et accepterez-vous de mettre vos ennemis en déroute sous le regard inquisiteur des cieux ? Vos fidèles sujets sont à vos ordres. Bâtirez-vous une civilisation capable de résister au passage du temps ?]=];
DawnOfManImage="DOM_Isabella.dds";
DawnOfManAudio="AS2D_DOM_SPEECH_SPAIN";
PackageID="B685D5DE7CCA4E7581B42F60754E6330";};
 
CIVILIZATION_POLYNESIA={
Type="CIVILIZATION_POLYNESIA";
Description=[=[Empire polynésien]=];
CivilopediaTag={
FACTOID_HEADING = [=[Polynésie - Le saviez-vous ?]=];
FACTOID_TEXT = [=[Le mot "tatouage" est né à Tahiti et tire son origine d'un dieu local, Tohu, doué pour peindre les poissons des océans à l'aide de couleurs vives. \r\n \r\nL'auteur Robert Louis Stevenson tomba amoureux des Samoa et s'y installa à la fin de sa vie. \r\n \r\nL'archipel hawaïen est le plus gros regroupement d'îles au monde, mesurant près de 2400 kilomètres d'un bout à l'autre.]=];
HEADING_1 = [=[Histoire]=];
HEADING_2 = [=[Géographie et climat]=];
HEADING_3 = [=[Les débuts : les premiers colons]=];
HEADING_4 = [=[Navigation]=];
HEADING_5 = [=[Lien avec les Amériques]=];
HEADING_6 = [=[Arrivée des Européens]=];
HEADING_7 = [=[Le présent et le futur]=];
MAORI_HEADING = [=[Guerrier maori]=];
SCENARIO_MAORI_HELP = [=[Unité de combat la plus puissante en Polynésie (avant l'arrivée de la poudre à canon).]=];
SCENARIO_MAORI_STRATEGY = [=[Les guerriers maori sont les grands kahunas du champ de bataille polynésien. Ces guerriers puissants, experts en combat rapproché, provoquent la peur chez les ennemis alentours grâce à leur danse guerrière, le Haka, qui réduit la  {{Puissance5}} puissance de combat des ennemis proches. Ils devraient facilement pouvoir battre les guerriers et les lanciers.]=];
STATBOX = [=[ \r\n        Dirigeant : Kamehameha \r\n        Unité exclusive : guerrier maori \r\n        Unité exclusive : Moai \r\n \r\n]=];
TEXT_1 = [=[Groupe d'îles éparses plutôt que civilisation unifiée, la Polynésie possède une culture riche et une histoire fascinante. Alors que la plupart des Européens étaient embourbés dans l'Âge des ténèbres, les Polynésiens perfectionnaient leur art de la navigation à travers le gigantesque océan Pacifique dans de petits canoës en bois, s'orientant grâce aux étoiles, à la météo et à la faune. La plupart des îles ont fini par être colonisées par des puissances européennes, mais la majorité de la culture et des langues d'origine continuent d'être farouchement préservées pour les générations futures.]=];
TEXT_2 = [=[La Polynésie est le nom général donné au groupe d'îles de l'océan Pacifique central et sud, également connu sous le nom de triangle polynésien. Encadré par la Nouvelle-Zélande à l'ouest, Hawaï au nord et l'île de Pâques à l'est, la région comprend plus de 1000 îles habitées. Le nom fut à l'origine introduit par l'écrivain français Charles de Brosses, en 1756, pour décrire toutes les îles du Pacifique, mais il fut plus tard limité à sa définition actuelle. \r\n \r\nLes îles dans leur ensemble sont volcaniques, bon nombre possédant des plages blanches idylliques, des palmiers et des lagons clairs : la quintessence de l'île paradisiaque. Le climat de la Polynésie est tropical et chaud, mais de forts vents alizés empêchent de nombreuses îles d'atteindre des températures caniculaires. Les îles sont parfois touchées par des typhons, actifs dans la région entre janvier et mars.]=];
TEXT_3 = [=[L'histoire antique du peuple polynésien reste nimbée de mystère, mais les archéologues et anthropologues s'accordent aujourd'hui à dire que l'une des trois théories suivantes explique comment les îles ont été peuplées. \r\n \r\nLa première théorie, le "modèle du train express", suggère qu'il y a environ 3000 ans, les colons se développèrent à l'ouest depuis Taïwan, sur une durée d'environ 1000 ans. Ils se mélangèrent peu avec les autres autochtones qu'ils rencontraient, ce qui explique les caractéristiques linguistiques et génétiques des Polynésiens actuels. Les deux autres théories, des modèles plus "progressifs", décrivent un schéma de migration plus long, dont un qui inclut des mélanges et des interactions avec le peuple indigène, en particulier les Mélanésiens. \r\n \r\nIndépendamment du temps qu'il a fallu aux premiers colons pour atteindre la Polynésie de l'ouest, le chemin qu'ils prirent a été retracé avec une quasi-certitude. Le point le plus au nord, Hawaï, fut peuplé en 500 après J.-C., suivi par la Nouvelle-Zélande, en 1000 après J.-C. La date exacte de la découverte par les Polynésiens de l'île de Pâques est encore discutée. Certains témoignages archéologiques suggèrent que l'île était d'abord habitée entre 300 et 500 après J.-C., mais plus récemment, la date de 800 après J.-C. semble faire l'unanimité. D'autres scientifiques pensent que l'île n'était pas habitée avant 1200.]=];
TEXT_4 = [=[Le triangle polynésien est très vaste, chaque côté mesurant environ 6400 km. Couvrir cette distance sur l'océan nécessite un degré assez stupéfiant de technologie navale, d'aptitude à la navigation, et de courage. En utilisant des techniques d'orientation multiples et uniques, les navigateurs mémorisaient le mouvement d'étoiles spécifiques, la météo, le mode de vie de la faune locale, ainsi que la direction des vagues sur l'océan. Ils transmettaient ces informations oralement aux nouvelles générations de navigateurs, des secrets jalousement gardés par ces familles d'élites. Pour les aider dans leurs périlleuses traversées, ils développèrent également des supports de type "outrigger" pour leurs canoës, leur permettant de traverser en toute sécurité le vaste océan. Bon nombre de ces techniques et aides à la navigation sont encore transmises et utilisées par les marins polynésiens.]=];
TEXT_5 = [=[Les colons polynésiens débarquèrent sur les rives de l'île d'Hawaï d'aujourd'hui aux alentours de 500 après J.-C., bien que certains éléments tendent à prouver que cela se produisit plutôt autour de 300 après J.-C. Ces premiers habitants venaient probablement des îles Marquises, situées à environ 6400 km au sud d'Hawaï. Une deuxième vague d'immigrants arrivèrent peut-être de Raiatea et de Bora Bora au XIe siècle, ou même de Tahiti. Certains archéologues penchent plus pour la théorie tahitienne, car un ancien conte hawaïen parle d'un homme appelé Paao, d'origine tahitienne. Ces historiens pensent que la vague de colons tahitiens a amené avec elle la lignée de hauts chefs, le système de lois Kapu, et la pratique religieuse de sacrifices humains. \r\n \r\nIl a été prouvé également que les Polynésiens naviguaient à travers le Pacifique après avoir découvert ces nouvelles terres, introduisant la faune et la flore américaine sur toutes les îles. Par exemple, la patate douce, une plante originaire d'Amérique, était très répandue dans toutes les îles polynésiennes lorsque les voyageurs européens découvrirent pour la première fois les colonies polynésiennes.]=];
TEXT_6 = [=[Les Polynésiens vivaient de façon relativement isolée jusqu'à l'arrivée des puissances européennes, à la recherche de nouvelles terres et de nouveaux itinéraires pour le commerce. De nombreuses îles commencèrent à établir un contact avec les Européens au milieu des années 1500 ; certains venaient en tant qu'explorateurs, d'autres en tant que missionnaires religieux. Cependant, dans les années 1800, de nombreuses puissances coloniales, comme la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis, commencèrent à coloniser de force les îles habitées, les proclamant protectorats et territoires de leur empire respectif. Seules quelques îles, comme Hawaï, restèrent indépendantes pendant cette période.]=];
TEXT_7 = [=[Malgré le vaste océan qui sépare les différentes îles, les Polynésiens d'origine partagent encore bon nombre de caractéristiques culturelles, croyances religieuses et dialectes. Hélas, de nombreux indigènes d'origine, comme les Maori, sont à présent des minorités sur les îles, des peuples d'origine européenne composant la majeure partie de la population. Cependant, la plupart des populations indigènes sur les îles s'efforcent de garder leur culture et leurs langues en vie, et l'on note un processus de revitalisation et d'immersion actif et efficace dans les régions les plus importantes.]=];
TITLE = [=[Polynésie]=];};
Playable=true;
AIPlayable=true;
ShortDescription=[=[Polynésie]=];
Adjective=[=[polynésien|polynésienne|polynésiens|polynésiennes]=];
DefaultPlayerColor="PLAYERCOLOR_POLYNESIA";
ArtDefineTag="ART_DEF_CIVILIZATION_POLYNESIA";
ArtStyleType="ARTSTYLE_POLYNESIAN";
ArtStyleSuffix="_MED";
ArtStylePrefix="ASIAN";
IconAtlas="KAMEHAMEHA_CIV_COLOR_ATLAS";
AlphaIconAtlas="KAMEHAMEHA_CIV_ALPHA_ATLAS";
MapImage="MapPOLYNESIA360x410.dds";
DawnOfManQuote=[=[Nous vous saluons et vous acclamons, Grand roi Kamehameha. Vous avez été choisi par les dieux pour unifier votre peuple déchiré. Ô roi tout puissant, après être monté sur le trône de la grande île d'Hawaï en 1791, vous vous êtes occupé de rallier toutes les îles restantes sous un seul et même drapeau, en 1810. En tant que premier souverain d'Hawaï, vous avez standardisé les systèmes juridiques et financiers du Royaume, mais aussi institué la Loi de la pagaie brisée : un édit protégeant les civiles en temps de guerre. Par vos lois fermes et vos actes, vous avez assuré la bonne marche de l'unification et de la souveraineté de l'archipel, et ce, même après votre mort en 1819. \r\n \r\nÔ sage et merveilleux roi, votre peuple souhaite à nouveau profiter d'un royaume uni, et pour cela, il a besoin d'un dirigeant exemplaire. Répondrez-vous à son appel pour endosser le manteau du Lion du Pacifique ? Bâtirez-vous une civilisation capable de résister au passage du temps ?]=];
DawnOfManImage="DOM_KAMEHAMEHA.dds";
DawnOfManAudio="AS2D_DOM_SPEECH_POLYNESIA";
PackageID="ECF7C605BA114CAC8D80D71306AAC471";
SoundtrackTag="Aztec";};
 
CIVILIZATION_DENMARK={
Type="CIVILIZATION_DENMARK";
Description=[=[Empire danois]=];
CivilopediaTag={
BERSERKER_HEADING = [=[Berserker]=];
BERSERKER_HELP = [=[Puissante unité terrestre de première ligne du Moyen Âge spécialisée dans les attaques venues de la mer. Peut être construite uniquement par le Danemark. Remplace le spadassin à épée longue, mais est disponible plus tôt.]=];
BERSERKER_STRATEGY = [=[Le berserker est l'une des deux unités exclusives aux Danois, et remplace le spadassin à épée longue. Mouvement +1  {{mouvement5}} par rapport au spadassin à épée longue. Possède la promotion Amphibie, qui lui permet d'attaquer des cibles terrestres depuis une case côtière sans pénalité. Disponible après avoir étudié le moulage plutôt que l'acier.]=];
BERSERKER_TEXT = [=[Les berserkers de la Grande Armée faisaient partie des unités les plus redoutées de la fin du IXe siècle. L'immense armée viking, constituée de berserkers, guerriers et marins, fut formée pour mener une série d'attaques sur Paris et Rouen entre 845 et 850, qui lui ont permis d'affiner ses tactiques et au cours desquelles de nouveaux soldats ont rejoint ses rangs. En 865, l'armée accoste à l'est des Îles Britanniques avec pour objectif de toutes les conquérir. Un an plus tard, elle conquiert le royaume de Northumbrie, puis le royaume d'East Anglia en 870 et la Mercie en 874. Les colons qui accompagnent la Grande Armée fondent le royaume d'York en 878 sur des terres dévastées. La Grande Armée est finalement vaincue en 878. Ses membres encore vivants s'installent en East Anglia, en Essex et en Mercie.]=];
FACTOID_HEADING = [=[Danemark - Le saviez-vous ?]=];
FACTOID_TEXT = [=["Il y a quelque chose de pourri au Royaume du Danemark"... Cette célèbre citation du Hamlet de Shakespeare fait référence à la mauvaise gestion politique de Claudius, le roi fratricide inventé par le dramaturge, meurtrier du père de Hamlet, son propre frère. \r\n \r\nLe Wienerbrod (littéralement "pain viennois"), si populaire au Danemark, est tant associé à la culture danoise qu'on l'appelle "Danish pastry" ("pâtisserie danoise") dans les pays anglo-saxons. Il a pourtant été inventé par des pâtissiers autrichiens, embauchés en renfort pendant une grève des pâtissiers danois en 1850. \r\n \r\nLe terme "Danegeld", qui signifie littéralement "or des Danois", désignait à l'origine une taxe mise en place par les rois de France et d'Angleterre destinée à payer les Vikings afin qu'ils n'attaquent pas leurs territoires. De nos jours, ce terme est encore utilisé en anglais pour désigner toute forme de paiement à caractère coercitif.]=];
HEADING_1 = [=[Histoire]=];
HEADING_2 = [=[Géographie et climat]=];
HEADING_3 = [=[Premières années et origines]=];
HEADING_4 = [=[L'ère viking]=];
HEADING_5 = [=[Création du royaume]=];
HEADING_6 = [=[Histoire - Suite]=];
HEADING_7 = [=[Deuxième Guerre mondiale]=];
HEADING_8 = [=[Danemark moderne]=];
HEADING_9 = [=[Personnalités culturelles]=];
SKI_INFANTRY_HEADING = [=[Infanterie à ski norvégienne]=];
SKI_INFANTRY_HELP = [=[Puissante unité terrestre de première ligne de milieu de jeu spécialisée dans les opérations dans la neige, la toundra et les collines. Peut être construite uniquement par le Danemark. Remplace le fusilier.]=];
SKI_INFANTRY_STRATEGY = [=[L'infanterie à ski norvégienne est l'une des deux unités exclusives aux Danois. Elle se déplace deux fois plus vite dans la neige, la toundra et les collines. Elle bénéficie également d'un bonus de +25% lorsqu'elle combat sur l'un de ces trois terrains, à condition qu'il n'y ait ni forêt ni jungle.]=];
SKI_INFANTRY_TEXT = [=[Ces intrépides soldats furent largement utilisés par le Danemark, au cours des assauts contre l'armée suédoise pendant les guerres napoléoniennes entre 1807 et 1814. Ces soldats, dont la vitesse de déplacement égalait celle de la cavalerie légère, étaient capables de progresser en montagne ou dans des zones enneigées, forestières comme rocheuses, bien plus rapidement que n'importe quelle unité à pied ou à cheval. Ils étaient parfois amenés à tirer des cargaisons de ravitaillement ou des escouades de soldats sur des terrains recouverts de neige et dépourvus de routes, où les déplacements à cheval étaient impossibles. Les premières mentions des soldats-skieurs datent du XIIIe siècle. \r\n \r\nIl existe encore aujourd'hui des soldats-skieurs dans la Marine danoise. Leur spécialité leur permet de couvrir de vastes zones au nord et à l'est du Groenland, où le terrain est impraticable pour les autres types de transport. En Norvège, tous les soldats de l'armée bénéficient encore d'un entraînement au combat à skis. L'épreuve sportive du biathlon a d'ailleurs été inspirée et développée à partir de leurs itinéraires de patrouille et d'entraînement.]=];
STATBOX = [=[ \r\n        Dirigeant : Harald Ier Blåtand \r\n        Unité exclusive : berserker \r\n        Unité exclusive : infanterie à ski \r\n \r\n]=];
TEXT_1 = [=[Le royaume du Danemark fait partie des pays nordiques du nord de l'Europe et regroupe le Danemark, le Groenland et les Îles Féroé. C'est l'un des plus anciens royaumes du monde et on en trouve mention dès les VIe et VIIe siècles, alors que les Danois n'étaient encore qu'une tribu dont les membres étaient éparpillés dans la région. Unis sous la bannière du roi Harald Ier Blåtand (Harald à la dent bleue), de nombreux Danois se sont installés en Angleterre et en Irlande pendant les invasions de l'ère viking. Pendant des siècles, depuis l'époque des explorations et des conquêtes vikings jusqu'à nos jours, les Danois ont été en première ligne des événements mondiaux.]=];
TEXT_2 = [=[Le Danemark est un petit pays (environ 15 fois plus petit que la France) situé en Europe du Nord. Avec la Norvège et la Suède, il fait partie de ce que l'on appelle la Scandinavie. Le territoire est constitué de plusieurs centaines de petites îles. La péninsule du Jutland, le plus grand des territoires du pays, partage une frontière avec l'Allemagne, ce qui en fait le seul pays scandinave à avoir une connexion directe avec l'Europe continentale. \r\n \r\nLe Danemark est un pays remarquablement plat : le point culminant s'élève à seulement 171 m au-dessus du niveau de la mer. Il bénéficie d'un climat maritime tempéré, avec des hivers et des étés doux, ainsi que des températures et des précipitations moyennes.]=];
TEXT_3 = [=[Pendant l'ère glaciaire, le territoire qui correspond aujourd'hui au Danemark était presque entièrement recouvert de formations glaciaires. Lorsque celles-ci commencèrent à fondre, vers 12 000-14 000 av. J.-C., de petits groupes de chasseurs-cueilleurs s'installèrent dans la région, et survécurent essentiellement en chassant le renne. Ils avaient un mode de vie nomade et se déplaçaient en fonction des saisons, en suivant les mouvements migratoires des animaux qu'ils chassaient. \r\n \r\nLa population de la région augmentait progressivement, alors que les immigrants s'installaient plus au nord, apportant des connaissances de plus en plus précises en matière d'agriculture. Dès 3000 av. J.-C., les fermiers commencèrent à abattre de larges zones de forêts tempérées, composées d'arbres à feuilles caduques, qui proliféraient sur tout le territoire, comme en témoignent les nombreuses haches à lame en silex découvertes un peu partout dans le pays au cours de fouilles archéologiques. \r\n \r\nLa tradition des "dolmens" (qui deviendront plus tard des "allées couvertes" ou "dolmens en allée") est apparue à cette période. Les dolmens sont des monuments funéraires constitués de plusieurs grosses pierres alignées à la verticale et surmontées d'une autre large pierre. Ces tombeaux sont les ancêtres des allées couvertes, structures mégalithiques constituées d'une entrée étroite bordée de part et d'autre par de grosses pierres et menant à une "chambre" recouverte de terre ou de pierres. On pense que la construction de ces tombeaux mégalithiques nécessitait plusieurs années de travail à des communautés entières. Certaines des structures découvertes ne renfermaient pas de restes humains, ce qui explique le fait que les archéologues n'ont pu à ce jour établir avec certitude leur raison d'être. \r\n \r\nCes structures funéraires ont encore évolué pendant l'Âge de Bronze danois, époque à laquelle sont apparus les "tumuli" (singulier : "tumulus"), que l'on associe aujourd'hui à la civilisation viking. C'est également à cette période que la hache de combat, la légendaire arme des Vikings, a troqué sa lame en silex contre une lame en bronze. Si le Danemark ne disposait pas de ressources en cuivre suffisantes pour fabriquer du bronze, ce matériau fut acheminé en grande quantité dans le pays via le commerce et les conquêtes, ce qui a permis aux Danois de développer l'art de la forge. Au VIIIe siècle, on produisait du fer facilement et les Viking étaient équipés de leur arme de choix.]=];
TEXT_4 = [=[À partir de la fin du VIIIe siècle, les Vikings du Danemark, de Norvège et de Suède traversaient chaque printemps la Mer du Nord et lançaient des raids contre l'Angleterre, la France, l'Espagne et même au-delà vers l'orient. Le célèbre raid, en 793, contre le monastère chrétien de Lindisfarne, situé sur la côte est de la Northumbrie (Angleterre) est le premier raid viking connu et marque officieusement le début de l'ère viking. \r\n \r\nLe légendaire Ragnarr Loðbrók, qui a remonté la Seine en 845, menacé Paris de destruction et obtenu 7000 livres d'argent pour épargner la ville, a permis d'asseoir la réputation des Vikings comme fléau de l'Europe jusqu'au XIe siècle. Ragnarr avait, semble-t-il, l'habitude de sacrifier ses prisonniers en l'honneur des dieux scandinaves, ce qui terrifiait les dirigeants européens de culture chrétienne, qui n'hésitaient pas à payer des sommes de plus en plus importantes (le "Danegeld") pour s'assurer la paix. \r\n \r\nLa réussite des raids vikings reposait sur le savoir-faire des Scandinaves en matière de construction navale. L'utilisation des "langskip" ("navires longs", dont font partie les célèbres drakkars) et la maîtrise absolue et audacieuse de la navigation ont permis aux Vikings d'asseoir leur supériorité à cette époque. Leurs navires étaient équipés de voiles, utilisées en haute mer, et disposaient également de rames, qui offraient une manoeuvrabilité accrue à proximité des côtes ou pour remonter les fleuves. C'est cette polyvalence qui leur a permis de renverser de nombreuses bases européennes côtières.]=];
TEXT_5 = [=[Si le roi Gorm le Vieux a posé les fondations du royaume du Danemark, de 936 environ à sa mort en 958, c'est son fils, Harald Ier, qui a unifié le territoire et annexé certaines régions de la Norvège et de la Suède. Il a également oeuvré en faveur de la conversion du peuple danois au christianisme, une entreprise qu'ont continuée les rois suivants, notamment Canute le Grand et Sweyn II. \r\n \r\nCanute (ou Knut) a régné de 1016 jusqu'à sa mort en 1035 et fut même, à un certain moment, roi d'Angleterre, du Danemark, de Norvège et de certaines parties de la Suède. La période où il régna sur l'Angleterre fut cruciale. Des moines anglais furent ainsi envoyés au Danemark en mission religieuse. Pour racheter les outrages commis par les Vikings envers l'Église, Canute ordonna la réparation de toutes les églises et monastères anglais endommagés ou détruits et alla même jusqu'à les rembourser de la valeur des trésors volés. \r\n \r\nÀ la mort de Canute, Magnus I régna pendant quelques années sur la Norvège et le Danemark, mais c'est son successeur, Sweyn II, qui marqua durablement le royaume de son empreinte. Il permit ainsi la construction d'églises sur tout le territoire et se battit pour le rapprochement de son peuple avec les chrétiens d'Europe en encourageant l'apprentissage du latin dans le pays. Ses relations avec l'Église furent cependant régulièrement marquées par la controverse. Il eut ainsi plus de 20 enfants, dont 19 nés hors des liens du mariage. Cinq de ceux-ci (Harald III, Canute IV, Olaf I, Eric I et Niels) se succédèrent sans heurts à la tête du royaume pendant les 60 années qui suivirent la mort de leur père en 1074. \r\n \r\nDe 1397 à 1523, le Danemark fit partie de l'Union de Kalmar, qui regroupait les royaumes du Danemark, de Norvège et de Suède sous l'égide d'un seul dirigeant. C'est pendant cette période que régna la première femme monarque du Danemark, la reine Margaret I, qui dirigea le pays jusqu'en 1412. La deuxième souveraine du Danemark est la reine actuelle, Margrethe II.]=];
TEXT_6 = [=[Du XVIe au XVIIIe siècle, le Danemark fut une nation prospère, profitant de l'augmentation des échanges commerciaux avec l'Europe. Le roi Christian IV, dont le règne fut le plus long de l'histoire du pays (de 1588 à 1648), institua un certain nombre de lois destinées à améliorer les défenses nationales et à renforcer ses fondations culturelles et économiques. Il doubla les forces de la marine et ordonna la construction de nombreuses forteresses. En 1616, la création de la Compagnie danoise des Indes orientales par le roi permit au pays de réaliser des bénéfices exceptionnels, du fait d'un monopole commercial et d'opérations extrêmement profitables de revente du thé importé en Angleterre. Même si Christian IV reste un monarque populaire, son implication dans un certain nombre de guerres, notamment la Guerre de Trente Ans, a mené au déclin du pouvoir danois dans la région baltique. \r\n \r\nPendant les guerres napoléoniennes, les relations commerciales entre le Danemark et la France provoquèrent le courroux de la Grande-Bretagne et générèrent des escarmouches navales de plus en plus violentes. En 1801, la marine danoise fut en grande partie détruite par une flotte britannique, non loin de Copenhague. Les Britanniques craignaient en effet que le Danemark ne tombe aux mains de la France, ce qui restreindrait leur accès à la mer Baltique, une situation inenvisageable pour l'armée britannique. \r\n \r\nEn 1807, eut lieu le Bombardement de Copenhague (Seconde Bataille de Copenhague). Une large flotte britannique, soutenue à terre par des forces qui encerclaient la ville, lança un assaut contre l'armée danoise, en nette infériorité numérique, qui refusait de se soumettre. Copenhague fut très endommagée et plus de 5000 civils et soldats furent tués dans la bataille qui s'ensuivit. Les Britanniques confisquèrent les navires restants de la flotte danoise, ce qui poussa le pays à s'engager dans le conflit aux côtés de la France. Le Danemark combattit jusqu'à ce que l'effort de guerre mène le pays à la banqueroute, en 1813. Les Danois durent se résigner à signer le Traité de Kiel, qui réunit la Grande-Bretagne et la Suède, et les royaumes alliées du Danemark et de Norvège.]=];
TEXT_7 = [=[S'il était resté neutre pendant la Première Guerre mondiale, le Danemark n'eut d'autre choix que de s'engager lors de la Deuxième Guerre mondiale. En avril 1940, l'Allemagne envahit le pays, rencontrant peu de résistance. Le gouvernement danois put conserver la plupart de ses fonctions et maintint une coopération économique avec l'Allemagne pendant l'occupation, jusqu'en 1943. En août de cette même année, les dirigeants danois refusèrent de participer à certaines opérations et ordonnèrent la destruction de la majeure partie de leur propre flotte. Pendant la période d'occupation, le gouvernement danois et les mouvements de résistance parvinrent à aider la plupart des juifs danois à se réfugier en Suède. \r\n \r\nAprès sa libération en 1945, le Danemark rejoignit rapidement les forces alliées et devint l'un des membres fondateurs des Nations Unies. Le pays s'investit également dans la création de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN), une alliance militaire fondée au début de l'année 1949.]=];
TEXT_8 = [=[Le Danemark est aujourd'hui une monarchie constitutionnelle. Le chef d'État est la reine Margrethe II, le pouvoir exécutif est exercé par les ministres et le pouvoir législatif par le parlement. Le pays est entré dans la Communauté Économique Européenne (qui a précédé l'Union Européenne) à la suite d'un référendum public positif en 1972. Cependant, au contraire de la plupart des pays membres, le Danemark a refusé le passage à l'Euro. Son économie est prospère, et malgré sa superficie réduite, le pays se place au 16e rang mondial en termes de PIB. Les principaux produits d'exportation sont les produits alimentaires et les animaux d'élevage, ainsi que les équipements et fournitures industriels. Bien qu'il dispose de ressources pétrolières considérables, le pays est un leader mondial en matière d'énergie éolienne. Actuellement, l'énergie de ce type représente 15% de la production totale d'énergie de la nation. Des modestes débuts des Danois de l'Âge de Pierre, le Danemark est devenu l'un des pays les plus progressistes du monde.]=];
TEXT_9 = [=[Le Danemark est la terre natale de nombre de personnalités de la culture et des sciences. Citons l'écrivain et poète Hans Christian Andersen, dont les contes pour enfants sont toujours appréciés, et Niels Bohr, physicien et lauréat du prix Nobel en 1922, qui contribua grandement à la conception de la première bombe atomique. Au milieu du XXe siècle, Arne Jacobsen, considéré comme le "père du design scandinave", inspire designers et architectes du monde entier avec son style moderne et fonctionnel, appliqués à tous les éléments de la maison, des meubles aux fixations de lampes.]=];
TITLE = [=[Danemark]=];};
Playable=true;
AIPlayable=true;
ShortDescription=[=[Danemark]=];
Adjective=[=[danois|danoise|danois|danoises]=];
DefaultPlayerColor="PLAYERCOLOR_DENMARK";
ArtDefineTag="ART_DEF_CIVILIZATION_DENMARK";
ArtStyleType="ARTSTYLE_EUROPEAN";
ArtStyleSuffix="_EURO";
ArtStylePrefix="EUROPEAN";
IconAtlas="HARALD_CIV_COLOR_ATLAS";
AlphaIconAtlas="HARALD_CIV_ALPHA_ATLAS";
MapImage="MapDENMARK360x410.dds";
DawnOfManQuote=[=[Gloire et honneur vous soient rendus, Harald Ier de Danemark, puissant héritier du roi Gorm le Vieux et de Thyra Klacksdotti. Non content de votre victoire face aux armées norvégiennes, vous avez également mené à bien de colossaux chantiers de construction sur vos terres, en faisant élever de nombreuses forteresses circulaires pour protéger votre peuple des invasions et des conflits intérieurs. L'année 983 vous a vu par la suite repousser des vagues de colons allemands afin de préserver votre royaume d'influences étrangères indésirables. \r\n \r\nValeureux viking, la grandeur de votre royaume dépend une nouvelle fois de vous. Votre peuple attend de vous que vous reveniez le guider vers la puissance et le pouvoir ! Saurez-vous une fois encore faire trembler le monde à la simple mention de vos puissantes armées nordiques ? Laisserez-vous le cri de guerre des Vikings résonner par-delà les flots déchaînés ? Bâtirez-vous une civilisation capable de résister au passage du temps ?]=];
DawnOfManImage="DOM_Harald.dds";
DawnOfManAudio="AS2D_DOM_SPEECH_DENMARK";
PackageID="B3030D39C0D84BC791B17AD1CAF585AB";};
 
CIVILIZATION_KOREA={
Type="CIVILIZATION_KOREA";
Description=[=[Empire coréen]=];
CivilopediaTag={
FACTOID_HEADING = [=[Corée - Le saviez-vous ?]=];
FACTOID_TEXT = [=[La Corée du sud est célèbre pour sa culture ludique, et plus particulièrement pour l'histoire passionnelle qui lie le pays au fameux jeu "Starcraft" de Blizzard. Les tournois et matchs professionnels sont traités avec la plus grande attention par les médias du pays, et sont notamment retransmis sur plusieurs chaînes de télévision.  \r\n \r\nLes caractères chinois de "Joseon" furent souvent traduits en anglais par l'expression "Matin calme", qui donna par la suite naissance au surnom de "pays du Matin calme" en référence à l'ensemble de la Corée.  \r\n \r\nLe kimchi, l'une des recettes traditionnelles les plus célèbres de la Corée, accompagne bien souvent tous les plats de la cuisine coréenne. Généralement préparé avec du chou chinois fermenté, du radis, de l'oignon ou du concombre, il existe aujourd'hui des centaines de recettes et de types de kimchis différents.  \r\n \r\nSport national de la Corée du sud, on attribue le taekwondo aux neufs "Kwans", ou écoles de taekwondo, qui se développèrent une fois l'occupation japonaise de la Corée terminée. Le sport en lui-même dériverait du taekkyon, un art martial traditionnel coréen.]=];
HEADING_1 = [=[Histoire]=];
HEADING_10 = [=[Division de la Corée]=];
HEADING_11 = [=[Corée moderne]=];
HEADING_2 = [=[Terrain et climat]=];
HEADING_3 = [=[Préhistoire et l'Ancien royaume]=];
HEADING_4 = [=[Les Trois royaumes]=];
HEADING_5 = [=[Transformation des royaumes]=];
HEADING_6 = [=[Dynastie Joseon]=];
HEADING_7 = [=[Empire coréen]=];
HEADING_8 = [=[Occupation japonaise]=];
HEADING_9 = [=[Guerre de Corée]=];
HWACHA_HEADING = [=[Hwach'a]=];
HWACHA_HELP = [=[Unité de roquette anti-personnel du Moyen Âge. Redoutable contre les unités terrestres, mais faible contre les villes. Seule la Corée peut la construire. Remplace le trébuchet.]=];
HWACHA_STRATEGY = [=[Le Hwach'a est extrêmement efficace contre les unités terrestres ennemies. Il est lent et particulièrement vulnérable aux attaques en combat rapproché. De ce fait, assurez-vous de le faire protéger par d'autres unités militaires. Avant d'attaquer, le Hwach'a doit d'abord être installé (1 PM).]=];
HWACHA_TEXT = [=[Le hwach'a, légendaire arme coréenne utilisée pour combattre l'infanterie, fut une avancée majeure dans le développement des premières armes utilisant la poudre. Créé au cours du XVe siècle sous la houlette de Sejong le Grand, le hwach'a est un grand chariot à deux roues transportant un conteneur, assez proche des batteries de lance-missiles que l'on connaît aujourd'hui, et pouvant embarquer des centaines de flèches propulsées par de la poudre. Le poids particulièrement léger de ces premières fusées offrait au hwach'a un avantage considérable, puisqu'il était ainsi bien plus maniable qu'un canon traditionnel. Le hwach'a s'avéra une arme redoutable lorsqu'il fallut défendre la péninsule coréenne lors des invasions japonaises du XVIe siècle.]=];
STATBOX = [=[ \r\n        Dirigeant : SEJONG \r\n         Unité exclusive :  Tercio \r\n         Unité exclusive : Conquistador \r\n \r\n]=];
TEXT_1 = [=[La péninsule coréenne, aujourd'hui connue pour ses deux républiques divisées, accueillit de nombreux royaumes à travers les siècles, certains vertueux, et d'autres moins. Parfois aussi puissante que ses redoutés voisins, la Chine et le Japon, la Corée resta unifiée plus de 500 ans au cours du règne de la dynastie Joseon. Les troubles provoqués par l'occupation japonaise au début du XXe siècle, suivi de la guerre de Corée pendant les années 50, eurent raison de cette unité, autrefois sacrée. La Corée du Sud ressortit de ces conflits avec pour statut celui d'une nation à l'importance économique et culturelle croissante à l'échelle mondiale. À l'opposé, le régime autoritaire et isolé de la Corée du Nord est régulièrement condamné sur le plan international pour sa gestion contestée des droits de l'homme et des relations diplomatiques.]=];
TEXT_10 = [=[Officiellement, l'armistice signé par les républiques coréennes ne parlait que de la fin des hostilités, ce qui signifie que sur le papier, les deux pays sont à l'heure actuelle toujours en guerre. Aujourd'hui, la zone démilitarisée qui les sépare est la frontière la plus lourdement protégée de toute la planète, et les deux camps n'ont de cesse de s'observer avec la plus grande attention. On a recensé au cours des années un certain nombre d'incursions et de violations diverses de l'armistice, le plus souvent des actions hostiles entreprises par le régime nord-coréen. Malgré ces incidents, le cessez-le-feu est toujours en vigueur depuis plus de 50 ans.]=];
TEXT_11 = [=[Aujourd'hui, la Corée du Sud est un leader mondial en matière de science et de développement technologique ; aux côtés de Hong Kong, Singapour et Taiwan, elle fait partie des "quatre dragons asiatiques", une entité regroupant les quatre économies les plus industrialisées d'Asie. Forte d'une population active cultivée et compétente, la Corée du Sud aime à adopter toutes les avancées technologiques, et peut se targuer de proposer les connexions Internet les plus rapides au monde, en plus d'héberger Samsung et LG, deux des plus importants fabricants au monde de téléphones portables.  \r\n \r\nÀ l'inverse, l'énigmatique gouvernement nord-coréen se bat pour subvenir aux besoins quotidiens de son peuple, qui subit famine et pauvreté sous le joug du régime communiste. La Corée du Nord vit cachée du reste du monde, et les quelques informations qui nous parviennent sont le fruit de transfuges ayant réussi à fuir ou des quelques journalistes étrangers ayant été autorisés à entrer dans le pays. Régulièrement condamnée pour ses programmes d'armement, jugés dangereux par la communauté internationale, la Corée du Nord souffre d'une économie limitée et reçoit une aide constante de la République populaire de Chine, ainsi que le soutien humanitaire des membres des Nations unies.]=];
TEXT_2 = [=[Entre la mer de l'Est et la mer Jaune, la péninsule coréenne partage sa frontière septentrionale avec la Chine, et dans une moindre mesure la Russie, desquelles elle est séparée respectivement par les fleuves Yalou et Tumen. Bien que la géographie de la Corée soit très variée, le pays est avant tout montagneux, et son sommet le plus haut est le mont Paektu, qui culmine à 2 744 mètres. Tout comme ses voisins, la Corée est touchée par la mousson asiatique chaque été, et la majeure partie de la région vit alors sous la menace de pluies diluviennes et enserrée dans un étau d'humidité. Les mois d'hiver peuvent aussi être particulièrement rudes, puisque les températures sont bien souvent négatives, en particulier dans le nord.]=];
TEXT_3 = [=[Au Paléolithique moyen, la Corée était peuplée d'êtres humains vivant dans des caves ou sous des affleurements rocheux près de la mer. Au cours des millénaires suivants, des communautés primitives se formèrent, à mesure que les cueilleurs apprenaient à maîtriser la chasse. Parmi ces nombreuses communautés, une en particulier s'imposa et devint la base même de tous les royaumes coréens à venir : les Gojoseon, ou "Joseon ancien".  \r\n \r\nLa dynastie fut fondée aux alentours de 2000 av. J.-C. par le légendaire Tangun, dont la légende veut que le père soit descendu du ciel. Pour certains historiens contemporains, son nom serait en réalité le titre donné aux premiers représentants de l'autorité, renvoyant à la fois aux notables politiques et religieux de la communauté. Qu'elle ait été guidée par la main d'un leader unique ou par une série de dirigeants, la dynastie Gojoseon fut, de l'Âge de fer jusqu'au IVe siècle av. J.-C., le plus avancé des premiers royaumes tribaux coréens.]=];
TEXT_4 = [=[Au cours du premier millénaire, la Corée fut divisée par le règne de trois monarchies distinctes. Les "Trois Royaumes de Corée", Koguryŏ, Paekche et Silla, contrôlaient chacun un segment de la péninsule ; Koguryŏ était le plus grand, et pendant un temps, le plus puissant. Mais les relations diplomatiques finirent par perdre Koguryŏ lorsque son rival le plus au sud, Silla, négocia une alliance avec la dynastie Tang, en Chine, qui lui apporta la puissance nécessaire pour conquérir les deux autres royaumes en 668. Silla put alors régner de façon incontestée sur la majorité de la péninsule coréenne.]=];
TEXT_5 = [=[Après sa conquête des royaumes de Koguryŏ et de Paekche, la nouvelle Silla unifiée garda le contrôle de la péninsule pendant plusieurs centaines d'années. Comme souvent après une aussi longue période de domination, l'autorité du roi commença à être remise en question aux alentours du IXe siècle. Le "système des os", une sorte de ségrégation héréditaire basée sur les liens de sang entre une personne et le roi, maintenait l'équilibre du pouvoir entre le roi et la noblesse depuis un certain temps, mais il devait contribuer à la chute de Silla : la noblesse, dont le régime avait besoin pour les impôts et l'encadrement, finit par se fatiguer de ce système de caste qui limitait son rôle à la tête du royaume.  \r\n \r\nAu final, des querelles internes sans fin menèrent le royaume à se soumettre en 935 à la dynastie naissante des Goryeo. Les Goryeo maintinrent un royaume souverain au sein de la Corée jusqu'en 1392, malgré la pression de la dynastie mongole des Yuan, en Chine.]=];
TEXT_6 = [=[La dynastie Joseon, considérée comme la plus notable de toute l'histoire de la Corée, fut fondée en 1392 par le commandant rebelle de Goryeo Yi Seonggye. Ayant reçu l'ordre d'envahir la province chinoise voisine du Liaodong, une frappe préventive contre la dynastie Ming, Yi saisit plutôt cette opportunité pour prendre lui-même le contrôle de la Corée, menant son armée au coeur de la capitale de Goryeo et détrônant le roi au cours d'un coup d'état militaire. Formant sa propre dynastie et prenant pour nom Taejo des Joseon, d'après l'ancien royaume des Gojoseon, Taejo fonda ainsi la toute première dynastie coréenne unifiée de l'histoire du pays.  \r\n \r\nLe roi Sejong le Grand, le plus vénéré de tous les dirigeants Joseon, régna de 1418 jusqu'à sa mort, en 1450. La politique de Sejong ouvrit la voie à de grandes avancées artistiques et scientifiques, avec notamment la publication du langage coréen écrit, le "hangeul". C'est aussi pendant cette période que le confucianisme coréen, dont les racines remontent à la dynastie précédente des Goryeo, s'empara de tout le pays. Le néoconfucianisme, aussi appelé "Seongnihak", devint la principale école de pensée des érudits dans toute la péninsule. Ces valeurs, mettant en avant la morale et le développement personnel, sont aujourd'hui le socle d'une grande partie des valeurs considérées comme sacrées par la société coréenne contemporaine.  \r\n \r\nLa dynastie Joseon a vu le règne de 27 monarques au cours de ses 5 siècles d'existence, jusqu'en 1897. Au cours de son déclin, la Corée passa par une période d'isolationnisme, limitant ses contacts avec les nations voisines pour tenter d'enrayer l'influence du monde extérieur. Longtemps soumise à l'influence sino-japonaise, c'est au cours de cette période que la Corée a acquis son surnom de "royaume ermite", l'un des premiers indices de la naissance de l'identité nationale coréenne moderne.]=];
TEXT_7 = [=[Déclenchée en 1894, la première guerre sino-japonaise, opposant la Chine et le Japon pour le contrôle de la péninsule coréenne, fut un premier aperçu de la puissance émergente du Japon en Asie de l'est. Depuis longtemps soumise à l'influence de la Chine et inquiète face au développement du Japon, la dynastie Joseon choisit de déclarer la création de l'empire coréen en 1897. Espérant ainsi affirmer l'indépendance de la Corée face à la Chine et au Japon, ces rêves ne furent malheureusement que de courte durée, puisque le Japon ne tarda pas à prendre le contrôle de la péninsule après avoir terrassé la majorité des forces de la dynastie Qing chinoise.]=];
TEXT_8 = [=[Le traité de 1910, encore aujourd'hui dénoncé par les historiens coréens comme ayant été signé sous la contrainte, marqua l'annexion de la Corée par le Japon. Malgré la forte résistance du peuple coréen aux premières heures de l'occupation, le Japon garda le contrôle du pays pendant près de 35 ans. Le "Gouvernement provisoire de Corée", basé à Shanghai, en Chine, servit en exil tout au long de l'occupation, qui prit fin le 2 septembre 1945 suite à la défaite du Japon lors de la Seconde Guerre mondiale. Encore aujourd'hui, les Coréens gardent une certaine rancoeur envers le Japon suite à cette sombre époque.]=];
TEXT_9 = [=[La guerre de Corée, le grand conflit à l'origine de la division actuelle de la péninsule, prend racine dans l'absence de pouvoir suite à la défaite du Japon lors de la Seconde Guerre mondiale. Le 38e parallèle, la ligne de division établie par les États-Unis et l'Union soviétique, devait marquer une frontière administrative temporaire entre les deux pays. En 1948, la Corée du nord forma un gouvernement communiste, avec à sa tête Kim II-sung, tandis que la Corée du Sud choisit son tout premier président, Syngman Rhee, au cours d'une élection nationale. Les deux dirigeants insistèrent pour que le peuple coréen reste uni sous un seul et même régime, mais chacun pensait que l'unification devait se faire sous son propre système politique.  \r\n \r\nEn juin 1950, la Corée du nord envahit sa voisine, aidée par l'équipement militaire soviétique de la Seconde Guerre mondiale. Suite à cet événement, les Nations unies lancèrent une résolution condamnant l'invasion et recommandant une intervention militaire par ses membres. Les États-Unis considéraient à l'époque l'expansion du communisme comme une conséquence directe de l'influence soviétique, et ils devinrent donc la principale force militaire à venir en aide à la Corée du Sud.  \r\n \r\nBien que la Corée du Nord se fût rapidement emparée de la majorité du territoire au sud, l'arrivée des forces américaines, dirigées par le général MacArthur, ne tarda pas à rétablir un certain équilibre. Après avoir repris le territoire jusqu'au 38e parallèle, les forces sud-coréennes et américaines continuèrent le combat contre la Corée du Nord, jusqu'à se retrouver dans l'impasse. La négociation d'un armistice mettant un terme aux hostilités, mais pas à la guerre, commença en 1951 et dura plusieurs années. Sur les conseils des Nations unies, l'accord fut finalement signé en 1953 par la République populaire démocratique de Corée (le nord) et la République de Corée (le sud).]=];
TITLE = [=[Corée]=];
TURTLESHIP_HEADING = [=[Bateau tortue]=];
TURTLESHIP_HELP = [=[Unité navale très protégée de la Renaissance et extrêmement difficile à couler, le bateau-tortue ne peut cependant pas pénétrer sur les cases d'océan à l'extérieur des frontières de la ville. Seule la Corée peut le construire. Remplace la caravelle.]=];
TURTLESHIP_STRATEGY = [=[Le bateau-tortue est une unité exclusive aux Coréens. Cette unité remplace la caravelle. Le bateau-tortue possède une attaque plus puissante que la caravelle et est extrêmement difficile à détruire. Cependant, il ne peut pas pénétrer sur les cases d'océan à l'extérieur des frontières de la ville.]=];
TURTLESHIP_TEXT = [=[Ce grand bateau de guerre blindé de la dynastie Joseon joua un rôle crucial dans la défense de la Corée lors des invasions japonaises du XVIe siècle. Un nombre égal de soldats et de rameurs constituait généralement l'équipage du bateau tortue, navire d'assaut rapproché agressif de la marine coréenne. Conçu pour faire trembler l'ennemi, la proue du navire était ornée d'une tête de dragon qui, d'après la légende, dégageait un nuage de fumée sulfureuse afin de dissimuler l'arrivée du navire. Contrairement aux bateaux de l'époque, le bateau tortue n'avait pas de pont supérieur : son niveau le plus haut était recouvert de pointes en fer pour éviter toute tentative d'abordage. Les rameurs et les soldats étaient confinés sur des ponts séparés aux niveaux inférieurs. Équipé de deux douzaines de canons et de diverses armes à petits projectiles, le bateau tortue était un redoutable adversaire pour les navires ennemis non préparés.]=];};
Playable=true;
AIPlayable=true;
ShortDescription=[=[Corée]=];
Adjective=[=[coréen|coréenne|coréens|coréennes]=];
DefaultPlayerColor="PLAYERCOLOR_KOREA";
ArtDefineTag="ART_DEF_CIVILIZATION_KOREA";
ArtStyleType="ARTSTYLE_ASIAN";
ArtStyleSuffix="_ASIA";
ArtStylePrefix="ASIAN";
IconAtlas="SEJONG_CIV_COLOR_ATLAS";
AlphaIconAtlas="SEJONG_CIV_ALPHA_ATLAS";
MapImage="MapKorea360x410.dds";
DawnOfManQuote=[=[Salutations, sémillant roi Sejong le Grand, serviteur du peuple et protecteur de la dynastie des Joseon. Votre glorieuse vision de prospérité et votre chaleureuse bienveillance envers l'homme du peuple ont fait de vous le plus apprécié de tous les rois de Corée. Depuis les premiers jours de votre règne, vos efforts visant à mettre en place une société juste et équitable pour tous n'ont eu d'égal que les avancées technologiques poussées par votre soif infinie de connaissance. Guidé par votre sagesse, les érudits de la salle de Jade, l'Académie royale, ont développé le tout premier alphabet coréen, le hangeul, offrant ainsi littérature et science au peuple après des siècles d'obscurantisme.  \r\n \r\nHonorable Sejong, une fois de plus, votre peuple s'adresse à vous pour recevoir vos lumières ! Serez-vous capable de lui apporter l'harmonie et la compréhension ? Réussirez-vous une fois encore à faire tutoyer les cimes à votre royaume ? Bâtirez-vous une civilisation capable de résister au passage du temps ?]=];
DawnOfManImage="DOM_SEJONG.dds";
DawnOfManAudio="AS2D_DOM_SPEECH_KOREA";
PackageID="112C22B2530842B6B734171CCAB3037B";};
 
CIVILIZATION_BABYLON={
Type="CIVILIZATION_BABYLON";
Description=[=[Empire babylonien]=];
CivilopediaTag={
BOWMAN_HEADING = [=[Archer babylonien]=];
BOWMAN_HELP = [=[Cette unité exclusive aux Babyloniens est l'une des premières unités d'attaque à distance du jeu et remplace l'archer. L'archer babylonien résiste mieux aux attaques de combat rapproché que l'archer standard des autres civilisations.]=];
BOWMAN_INFO = [=[L'archer babylonien est une unité d'infanterie d'attaque à distance de l'Antiquité qui peut atteindre ses ennemis de loin. Cette unité exclusive aux Babyloniens résiste mieux aux attaques de combat rapproché que l'archer standard des autres civilisations.]=];
BOWMAN_STRATEGY = [=[L'archer babylonien est une unité exclusive aux Babyloniens ; il remplace l'archer. Il est plus puissant au combat que l'archer classique, aussi bien en attaque qu'en défense, vous pouvez donc le placer aux premières lignes. Grâce à ses prouesses au combat, il résistera plus longtemps aux assauts ennemis.]=];
BOWMAN_TEXT = [=[Grâce à une superbe mosaïque assyrienne les représentant au combat, nous bénéficions d'une image très précise des fantastiques unités de tir à l'arc babyloniennes. Les archers de Babylone étaient vêtus d'une tunique d'écailles de métal et munis d'un arc d'environ 1,30 m de long, ainsi que d'un carquois attaché sur leur dos. Les archers portaient également des lances ou des dagues, afin de mieux se défendre contre l'ennemi en cas de combat rapproché. 
 \r\n \r\n 
Des unités séparées équipées d'immenses boucliers accompagnaient l'archer : une véritable forteresse en mouvement ! Les archers faisaient partie intégrante de l'infanterie babylonienne ; ils étaient en effet plus simples à former, et par conséquent à remplacer, que la cavalerie, bien plus coûteuse. Les archers étaient également attachés à la protection des Murs de Babylone, où ils prenaient position dans les nombreuses tourelles les composant.]=];
FACTOID_HEADING = [=[Babylone - Le saviez-vous ?]=];
FACTOID_TEXT = [=[Avant la construction du Colosse de Rhodes, la porte d'Ishtar, à Babylone, était considérée comme l'une des Sept merveilles de l'ancien monde. La porte d'Ishtar, huitième porte de la cité intérieure de Babylone, était une entrée dans la ville mais également un sanctuaire consacré à Ishtar, la déesse babylonienne de la sexualité, de la fertilité et de l'amour. \r\n \r\nLes fameux murs de Babylone comptèrent également parmi les Sept merveilles du monde. Hérodote, ancien historien grec, affirma que ces fortifications entourant la ville faisaient environ 90 mètres de haut, 25 mètres de large, et s'étendaient sur 90 kilomètres. Les archéologues doutent aujourd'hui de l'exactitude de ces mesures.]=];
HEADING_1 = [=[Histoire]=];
HEADING_2 = [=[Terrain et climat]=];
HEADING_3 = [=[L'ancien empire babylonien]=];
HEADING_4 = [=[Archives et mathématiques]=];
HEADING_5 = [=[Chaos intermittent, avec risques de massacre]=];
HEADING_6 = [=[L'empire néo-babylonien]=];
HEADING_7 = [=[Nabuchodonosor II]=];
HEADING_8 = [=[La Chute de Babylone]=];
HEADING_9 = [=[Conclusion]=];
STATBOX = [=[ \r\n        Dirigeant : Nabuchodonosor II \r\n        Unité exclusive : archer babylonien \r\n        Bâtiment exclusif : Murs de Babylone \r\n \r\n]=];
TEXT_1 = [=[Plus qu'une nouvelle idée, l'empire babylonien représentait le réveil de l'ancien empire sumérien de la ville d'Ur, qui avait avant lui occupé le croissant fertile du sud de l'Irak actuel. Babylone fut formée en regroupant une douzaine de cités-états, et prit le nom de sa ville principale, dont la première mention remonte au XXIVe siècle av. J.-C.]=];
TEXT_2 = [=[Babylone se trouvait dans le croissant fertile, une zone incroyablement riche longeant les rivières du Tigre et de l'Euphrate et s'étendant à l'ouest jusqu'à la Méditerranée et au sud au coeur de l'Israël moderne. Non seulement cette région profite d'une terre féconde et irriguée par les deux rivières, mais elle se trouve également au croisement de trois masses terrestres : l'Afrique, l'Asie et l'Europe. Ce positionnement se traduit par la présence d'insectes, de plantes et d'animaux originaires des trois continents. La biodiversité de la région est absolument sans pareil, et ses habitants ont pu chercher à exploiter au mieux une grande variété de plantes et d'animaux en apprenant les joies de la ferme et de l'élevage. C'est en grande partie pour cela que le peuple de Babylone a connu des progrès si rapides !]=];
TEXT_3 = [=[À l'origine désorganisée, Babylone (la ville comme le royaume) commença à se développer en tant que centre culturel, commercial et religieux sous le règne de Hammurabi, au XVIIIe siècle av. J.-C. Hammurabi fut le premier des grands souverains de Babylone, ainsi qu'un remarquable créateur de lois. Son Code détaillait spécifiquement les actes jugés criminels, ainsi que la peine leur étant associée. Les citoyens n'étaient plus à la merci de juges ou de nobles capricieux, qui pouvaient décider en fonction de leurs humeurs de ce qui était légal et de ce qui ne l'était pas. Le Code babylonien était si complet que ses lois et son système de gouvernement n'ont que peu changé tout au long des 1200 ans d'existence de l'empire.]=];
TEXT_4 = [=[À l'image de l'empire sumérien dont ils descendent, les Babyloniens avaient un véritable don pour les archives. Dès le règne d'Hammurabi, et jusqu'à la dissolution de l'empire par Cyrus et les grands empereurs perses, chaque transaction financière, chaque verdict, chaque contrat et presque tout ce qui pouvait être écrit était gravé sur des tablettes. Puisque les lois s'attardaient sur presque tous les aspects de la vie quotidienne, de très nombreuses données furent enregistrées, puis découvertes et déterrées au cours de l'ère moderne. Les chercheurs ont même retrouvé divers appareils d'optique, similaires à des loupes et utilisés par les archivistes afin d'écrire le plus petit possible et ainsi de gagner de la place sur les tablettes. \r\n \r\nMalgré de nombreux changements de régime, l'éducation atteint des sommets exceptionnels chez les Babyloniens. Certains exploits techniques, comme la création d'un système mathématique sexagésimal utilisant la base 60, sont toujours en vigueur aujourd'hui. Soixante secondes par minute, soixante minutes par heure : le temps moderne est en réalité le temps babylonien !]=];
TEXT_5 = [=[Après la mort d'Hammurabi, en 1750 av. J.-C., l'empire perdit lentement de sa puissance et de son influence. Suite à une attaque des Hittites ayant affaibli la ville, elle fut conquise aux alentours de 1600 av. J.-C. par les Kassites, ayant fait irruption des montagnes aujourd'hui iraniennes. Les Kassites gardèrent le contrôle de Babylone pendant 500 ans et donnèrent à la ville le nom de Karduniash. \r\n \r\nAu XIIIe siècle av. J.-C., le roi assyrien Tukulti-Ninurta Ier prit temporairement le pouvoir, mais les Kassites parvinrent à reprendre leur indépendance... peu avant le pillage de la vile par les Élamites aux alentours de 1150 av. J.-C. Les Babyloniens réussirent alors à reprendre le contrôle de leur ville, peut-être justement parce qu'il n'y avait plus rien à y voler. En 1129 av. J.-C., le Babylonien Nabuchodonosor Ier s'en prit à la ville élamite de Suse en guise de représailles pour leur attaque. Malheureusement, le Xe siècle av. J.-C. vit le retour en forme de l'Assyrie, qui fit de nouveau pression sur Babylone, et l'empire resta sous domination assyrienne jusqu'en 626 av. J.-C.]=];
TEXT_6 = [=[En 626 av. J.-C., Babylone parvint à nouveau à se libérer du joug assyrien. La révolte était menée par un nouveau dirigeant, Nabopolassar, qui régna par la suite près de vingt ans avant de laisser le trône à son fils, aujourd'hui entré dans l'histoire.]=];
TEXT_7 = [=[Le fils de Nabopolassar, Nabuchodonosor II, régna sur Babylone de 605 av. J.-C. à 562 av. J.-C. Il se distingua très tôt en tant que chef militaire, guidant pour son père une armée en Assyrie, puis décimant une armée égyptienne à Karkemish et prenant le contrôle de toute la Syrie. \r\n \r\nNabuchodonosor II était très investi dans la ville de Babylone. Au cours de son règne, cette dernière connut une véritable renaissance. Nabuchodonosor entreprit de grands travaux dans la ville, ordonnant entre autres la reconstruction de temples et de bâtiments antiques, ainsi que la construction de fortifications. Il fut également à l'origine des Jardins suspendus. Il fit travailler majoritairement des étrangers pour ces gros travaux, ce qui eut également pour effet de décupler la population de la ville. Nabuchodonosor mourut en 562 av. J.-C. Pour en savoir plus sur Nabuchodonosor II, consultez la section de la Civilopédia lui étant consacrée.]=];
TEXT_8 = [=[Les souverains qui succédèrent à Nabuchodonosor ne marquèrent quant à eux pas l'histoire, et en moins de trente ans, Babylone perdit la majorité de sa puissance et de son prestige. On raconte que lorsque le Perse Cyrus II attaqua la ville en 539 av. J.-C., il ne rencontrera presque aucune résistance. Babylone resta sous contrôle perse jusqu'en 331 av. J.-C., où elle fut prise par Alexandre le Grand, avant d'être dirigée par la dynastie séleucide à sa mort. Depuis lors, Babylone a presque disparu : si on aperçoit encore quelques bosses étranges et des piles de gravas, la ville n'est plus accessible qu'aux archéologues désireux de découvrir ses secrets. Nombre de ses vestiges ont par ailleurs été endommagés ou détruits lors des attaques américaines sur l'Irak en 2003, puis de l'occupation qui a suivi.]=];
TEXT_9 = [=[Babylone a joué un rôle essentiel dans le développement des lois du monde entier. La création du Code des Lois d'Hammurabi et le zèle avec lequel ses successeurs, qu'ils soient issus ou non de sa lignée, l'ont appliqué, ont prouvé à tous à quel point une nation pouvait devenir prospère et riche en suivant un système gouvernemental organisé. Le reste de l'histoire de Babylone nous rappelle que rien n'est éternel, et que même le plus grand des empires tombera un jour dans l'oubli, écrasé sous le poids des roues de chariots de l'empire suivant. Ou sous les chenilles de ses chars.]=];
TITLE = [=[Babylone]=];
WALLS_HEADING = [=[Murs de Babylone]=];
WALLS_INFO = [=[Les Murs de Babylone augmentent les dégâts causés par toutes les attaques à distance de la ville et améliorent sa défense.]=];
WALLS_STRATEGY = [=[Les Murs de Babylone sont un bâtiment exclusif aux Babyloniens ; ils remplacent les remparts. Les Murs de Babylone améliorent considérablement les capacités défensives de la ville (bien plus que les remparts standard), et lui permettent également d'infliger plus de dégâts lorsqu'elle effectue des bombardements.]=];
WALLS_TEXT = [=[Inclus à l'origine sur la liste des sept merveilles du monde du poète grec Antipater, les Murs de Babylone entouraient la ville et la protégeaient du danger, longeant même l'Euphrate, qui traversait le cœur de la ville. Les murs extérieurs étaient longs de 16 km et larges de 7,5 m, et on raconte qu'ils mesuraient presque 100 m de haut ! De plus petits remparts entouraient ensuite la ville derrière cette muraille principale, assurant une ligne de défense supplémentaire si jamais la première venait à tomber. Les murs étaient parsemés sur leur longueur de près de 250 tours, des points de guet et de combat incroyables pour les redoutables archers babyloniens. Les armes de siège de l'époque ne pouvaient strictement rien contre ces remparts, et d'imposantes portes de métal étaient installées de chaque côté de la rivière pour éviter les invasions sous-marines. Huit portes massives furent également construites pour réguler la circulation piétonnière, la plus célèbre d'entre elles étant la porte d'Ishtar. Ces remparts protégèrent efficacement la ville pendant presque un siècle. \r\n \r\nCe n'est qu'en 539 av. J.-C. qu'on trouva un moyen de contourner ces redoutables défenses ; Cyrus le Grand détourna le cours de l'Euphrate afin d'abaisser le niveau de l'eau pour que ses troupes puissent traverser le fleuve à pied. Son armée put ainsi passer sous les portes métalliques une fois la nuit tombée, et prendre la ville de l'intérieur. Bien que capables de résister à tous les assauts directs, les murs ne pouvaient rien contre la détermination d'un homme ingénieux ! \r\n \r\nUne grande partie des murs sont encore debout, un exploit qui témoigne de leur force. En 1985, Saddam Hussein lança un programme de reconstruction sur le site de la ville antique, et notamment la restauration des remparts et la reconstruction de la porte d'Ishtar. Le projet est aujourd'hui en suspens, mais l'Irak espère reprendre la restauration des murs et refaire de Babylone une véritable merveille.]=];};
Playable=true;
AIPlayable=true;
ShortDescription=[=[Babylone]=];
Adjective=[=[babylonien|babylonienne|babyloniens|babyloniennes]=];
DefaultPlayerColor="PLAYERCOLOR_BABYLON";
ArtDefineTag="ART_DEF_CIVILIZATION_BABYLON";
ArtStyleType="ARTSTYLE_MIDDLE_EAST";
ArtStyleSuffix="_MED";
ArtStylePrefix="MEDITERRANEAN";
IconAtlas="NEB_CIV_COLOR_ATLAS";
AlphaIconAtlas="NEB_CIV_ALPHA_ATLAS";
MapImage="MapBabylon512.dds";
DawnOfManQuote=[=[Soyez béni par les cieux, ô grand Nabuchodonosor, père de la puissante Babylone ! Le monde en était encore à ses balbutiements lorsque Sargon bâtit cette ville, voilà près de 5 000 ans. Sa croissance et sa prospérité furent longues, et elle remporta son premier empire au XVIIIe siècle av. J.-C., sous le règne du divin Hammurabi, le grand législateur. Bien qu'ayant été conquise par les Cassites puis les Assyriens, Babylone a perduré, se relevant, tel le phénix, des cendres de la destruction pour retrouver son indépendance malgré ses nombreux ennemis. Babylone était véritablement le centre des arts et de la connaissance de l'Ancien monde ! \r\n \r\nÔ Nabuchodonosor, votre empire n'a survécu que peu de temps après votre mort, cédant face aux puissants Perses, puis face aux Grecs, jusqu'à la destruction de la ville en 141 av. J.-C. Mais Babylone a-t-elle vraiment disparu, grand Nabuchodonosor ? Votre peuple attend de vous que vous redonniez une fois encore vie à l'empire ! Relèverez-vous ce défi ? Bâtirez-vous une civilisation capable de résister au passage du temps ?]=];
DawnOfManImage="DOM_Nebuchadnezzar.dds";
DawnOfManAudio="AS2D_DOM_SPEECH_BABYLON";
PackageID="7459BA32576444AE8E9501AD0E0EFD48";};
 
}
return data

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard